Juppé, touché par l’angélisme.


AngélismeAngélisme….

Juppé semble avoir été touché par l’angélisme, comme d’autres sont touchés par la grâce.

Et du même coup, Juppé semble avoir perdu le Nord, tant il est obsédé par la perspective de devoir affronter Sarkozy, dans des « primaires » qu’il veut « les plus larges possibles », afin de bénéficier des voix des électeurs centristes, mais aussi de celles des Socialistes qui, – certains d’être battus en 2017 -, voient en Juppé un « moindre mal », une sorte de « Chirac bis », qui nous refera une politique gauchisante masquée par des coups de menton destinés à faire croire au Français naïf, qu’il gouverne « à droite »….

Entre parenthèse, j’avoue ne pas comprendre comment on peut concevoir dans le petit monde  farfelu du « microcosme politique », que le candidat à la Présidentielle d’un parti de Droite puisse être désigné par un vote auquel participeraient des électeurs de Gauche. Je ferme cette parenthèse.

Mais, pour revenir à l’actualité du jour, je voudrais partager avec mes lecteurs, une interrogation qui , à mes yeux, s’impose de manière de plus en plus insistante : Juppé est-il encore, aujourd’hui, un « homme de droite » ???

On peut en effet s’interroger sur ce point, non seulement après sa prise de position personnelle dans l’élection partielle du Doubs où il envisage, sans sourciller, de voter pour le candidat socialiste pour « barrer la route » au candidat du Front National, mais également pour d’autres prises de position récentes, mais totalement occultées par la Presse française.

Comme très souvent, c’est dans des médias « étrangers » que je suis allé chercher la trace des signes qu’il envoie, un peu dans toutes les directions, pour tenter de séduire l’électeur….

Sur un site « instructif » tant ses « penchants » islamistes sont évidents, on trouve la trace d’une déclaration étonnante de Juppé, qui semble avoir adopté une ligne de « soumission » devant des situations qui continuent à irriter nos compatriotes. Il s’agit de la « légitimation » du port du foulard par les femmes musulmanes:

http://www.ajib.fr/2015/02/mamans-voilees-juppe-quand-ma-maman-allait-a-la-messe-elle-portait-un-foulard/

Je cite :  » C’est un discours pour le moins surprenant qu’a tenu Alain Juppé étant donné les réticences actuelles vis-à-vis de l’Islam en France. En effet, l’ancien Premier Ministre a évoqué de manière positive la question du voile des mamans accompagnatrices de sorties scolaires.
Le maire de Bordeaux a tenu a s’exprimé (sic !!!) mercredi dernier au sujet du contexte post-attentat et a condamné en ce sens les réactions du type « Patriot Act à la française ». Il prône au contraire, une façon de vivre qui soit « respectueuse de la diversité », propos relevés par Libération.

Suite à cela, le maire de Bordeaux a évoqué le sujet du voile des mères accompagnatrices.

Rappelons que le 21 octobre dernier, Najat Vallaud-Belkacem a présenté sa conception de la laïcité à l’Observatoire de la laïcité. La ministre de l’éducation nationale s’est donc opposée à la circulaire Chatel, interdisant aux mères voilées d’accompagner leurs enfants lors de sorties scolaires.

C’est à ce sujet qu’Alain Juppé s’est exprimé devant les 800 personnes venues l’écouter.
C’est ainsi qu’il a déclaré : « Quand ma maman allait à la messe, elle portait un foulard ». Signifiant par là qu’il n’a aucun problème avec le port du voile, l’ancien Premier Ministre en a surpris plus d’un. Europe 1 qualifie d’ailleurs ces propos de « réponse quelque peu inattendue ». En effet, cette déclaration risque de faire parler d’elle, d’autant plus qu’elle provient d’un ancien Premier Ministre.

Il est d’ailleurs difficile d’imaginer le Premier Ministre actuel évoquer le port du hijab en des termes semblables. »( Fin de citation ).

Diable !!!

Pour que l’on s’étonne de cette prise de position pour le moins inattendue, sur un site dédié à « l’Ouma » et qui ne masque pas son prosélytisme en faveur d’un Islam qui ne cède rien au lois de la République, c’est qu’il y a de quoi être surpris, et même furieux, à droite, devant un tel cynisme aux intentions racoleuses. On est proche d’une trahison de son électorat naturel, pour tenter de gagner quelques misérables voix , dans le camp adverse.

Il faudra bien que, dans un avenir proche, l’UMP, dans un souci de clarification de sa ligne politique, fasse enfin le ménage dans ses rangs, si ce Parti veut empêcher une hémorragie de son électorat de plus en plus irrité par des « postures » de cynisme et de complaisance à l’égard de ceux pour qui, de manière de plus en plus évidente, « l’Islam est une chance pour la France »….

L’Humour vaincra !!!!


Les Tunisiens semblent avoir retrouvé, grâce au processus « révolutionnaire » en cours, une de leurs vertus traditionnelles : un sens aigu de l’humour.

Le blog:

http://www.rap125.com/2011/09/03/lessentiel-est-de-se-voiler-la-tete/

nous en donne un échantillon comique.

Les images en disent plus que les longs discours….

Voile intégral.


 

La décision du Conseil Constitutionnel de déclarer conforme à la Constitution la loi sur l’interdiction du voile intégral est un soulagement pour beaucoup de Français.

En réalité la conformité à la Constitution de l’interdiction de cette pratique dégradante qui heurte et blesse profondément la conscience et les principes des républicains de tous bords était évidente.

De la même manière il ne faisait aucun doute que cette loi était parfaitement compatible avec la convention européenne des droits de l’Homme .

La déception sera pour quelques unes de nos « élites », pour quelques  juristes pinailleurs et pour les ardents défenseurs d’une Société qu’ils ont fantasmée, dans laquelle nos moeurs et nos traditions seraient dissoutes dans un communautarisme et un exotisme de pacotille.

Fort heureusement, il y a encore des Républicains debout pour défendre les valeurs de civilisation que nous ne sommes pas prêts à sacrifier sur l’autel du « métissage », de la « diversité » et autres balivernes….

Où « mettre les voiles »….


….quand on est musulmane mais que l’on décide de ne pas porter le voile ????

Lu dans « Le Point » n°1953 du 18 Février, page 51 .

 » Fatima Ghailan, élue municipale d’origine marocaine en Catalogne, a payé le prix fort pour son attitude « rebelle » envers sa communauté. Il y a deux ans embauchée à la mairie, cette jeune musulmane a choisi de ne pas porter le voile et de conduire une voiture. »( le crime, QUOI!!!).

https://i1.wp.com/www.saphirnews.com/photo/343568-424018.jpg

Un Imam et trois » fidèles »l’ont menacée et ont tenté d’obtenir son renvoi.

Fatima les a dénoncés à la justice. Les accusés sont en prison, mais, cédant aux pressions et aux menaces de son entourage, elle est retournée se réfugier…. au MAROC !!!!

Ce qui a soulagé la maire socialiste, qui avait tenté d’étouffer la plainte !!!!

Quand on vous dit que l’Europe reste la patrie des « DROITS de l’HOMME » !!!!Et que les Socialistes européens sont à la pointe de ce combat !!!!

Au voile ou à la vapeur ???


La lente et discrète infiltration de la « Gauche Révolutionnaire » se poursuit…..

Le NPA de Besancenot en offre l’ illustration, et cela ne semble par constituer un « facteur » de discorde à Gauche de la Gauche. Et pourtant.

https://i0.wp.com/photo.lejdd.fr/media/images/archivesphotoscmc/politique/la-mediatisation-d-olivier-besancenot-exaspere-aussi-certains-militants./101182-4-fre-FR/La-mediatisation-d-Olivier-Besancenot-exaspere-aussi-certains-militants._pics_390.jpg

Le NPA a beau s’en dédire, la présence d’une candidate voilée dans le Vaucluse pour les élections régionales n’est pas passée inaperçue. Et la direction du parti, voyant l’affaire reprise dans les médias et sentant la polémique enfler, tente de minimiser le symbole de cette présence.

Notre facteur national « anticapitaliste » montre une nouvelle fois son habileté dans la contorsion verbale: pour lui, une femme peut être « féministe, laïque, et voilée ». Pas de danger, en conséquence.

Cela respire un parfum que ceux dont la tolérance n’a d’égal que l’angélisme n’ont pas dénoncé comme étant « nauséabond ».

Cela accrédite, en tout cas, les liens de « sympathie » cultivés entre cette extrémité de la  gauche et les milieux islamistes : on tente de se payer les révolutionnaires que l’on peut: faute de prolétaires ont fera avec des fondamentalistes, au nom d’un anti-capitalisme doublé d’un anti-sionisme de pacotille.

Comme j’ai pu le lire dans un blog teinté d’humour, peut-être aurons nous sous peu, des religieuses en cornette, ou de rabbins en Kippa parmi les candidats du NPA, ce parti ouvert à toutes les ouvertures ……

Hé !!! Léon ( Trotsky) , réveilles-toi !!!!Ils sont devenus fous ????

Femmes voilées….


Il m’a été quelques fois stupidement reproché de ne pas consacrer suffisamment de place aux prises de positions de ceux qui pratiquent (en silence ) un « Islam modéré ».

J’ai pourtant consacré de nombreux billets reprenant des citations d’auteurs musulmans tels que Malek Chebel, Tahar Bendjelloul, Boualem Sansal, et bien d’autres encore.

J’ai souvent mis en évidence les propos de journalistes, -il se trouve que la plupart sont des femmes-, qui avec courage dénonçaient l’emprise sournoise d’un « islam conquérant », qui bénéficie, en Europe, de la « tolérance » , que dis-je, de la complaisance, des « belles âmes » qui s’efforcent, avec de moins en moins de succès, à imposer  l’ analyse « politiquement correcte » d’un phénomène qui, recèle de graves dangers pour l’équilibre, la stabilité, et j’ose l’écrire, l’identité de la nation républicaine.

L’auteure que je cite ici, appartient à une grande et vieille famille algéroise que j’ai personnellement connue

Lorsque le soir tombait autrefois sur Alger et que l’on circulait en direction du centre-ville, sur la « route moutonnière », une forte odeur d’huile d’olive flottait dans l’air. Cela voulait dire que l’on passait tout près des usines Tamzali.

Ce billet est consacré à la reproduction du point de vue de Wassyla Tamzali.

Cette femme qui a consacré une large part de son activité d’intellectuelle algérienne à la défense de la condition féminine, expose avec clareté, et un certain courage, la menace que fait peser sur notre société de « tolérance » la pression exercée sur les femmes, afin qu’elles entrent dans le moule dans lequel l’Islam politique cherche à les enfermer.

 Née en 1941, Wassyla Tamzali a été avocate à Alger puis directrice des droits des femmes à l’Unesco. Elle milite dans le mouvement féministe maghrébin. Elle a publié, en 2007, chez Gallimard, Une éducation algérienne. Là elle publie Une femme en colère – Lettre d’Alger aux Européens désabusés (Gallimard 150 p., 9,50 euros).

Q: Dans « Une femme en colère », vous vous demandez si le féminisme laïc a rempli son rôle historique.

R: Depuis plus d’un siècle des penseurs, des intellectuels, des féministes tentent de montrer que, sans renier l’islam, on peut arriver à des attitudes différentes de celles qui ont cours. Un constat de mon livre, c’est que ce travail n’a pas eu de prise sur l’intérieur même du problème. D’où mon intérêt pour l’apparition en force de ces femmes qui se battent en restant dans le giron de la religion, et ma question : « Le féminisme laïc a-t-il fait son temps ? » Mais c’est une figure de style.

Je suis, et je reste, ancrée dans une culture universaliste. Le féminisme maghrébin auquel j’appartiens a été porté par les mouvements de décolonisation avec la participation massive des femmes, et, quels que soient les résultats, ces mouvements parlaient de liberté et d’égalité.

Q: Vous êtes pessimiste sur la situation des femmes aujourd’hui. Croyez-vous vraiment que les avancées sociales soient de simples réaménagements du système patriarcal ?
R:
Si les réformes sociales sont la seule solution, oui. Que penser du travail si les femmes sont de plus en plus obligées de se voiler pour aller travailler ? La culture du harem a pris possession de la rue, ce n’est pas la modernité qui est entrée dans les maisons ! Prenons l’éducation, qui est la panacée des réformateurs. A travers l’éducation religieuse dans les écoles on enfonce dans la tête des petits que la domination des femmes est voulue par Dieu.

Notre tradition méditerranéenne n’a peut-être pas inventé la domination des femmes, mais le système familial le plus efficace pour la maintenir vivante assurément. Les Etats modernes post-coloniaux ne nous ont pas libérées de la « République des cousins », pour reprendre Germaine Tillion. Même le texte coranique n’est pas arrivé à bout de la morale sexuelle méditerranéenne. Le Prophète de l’islam avait pourtant ouvert une brèche dans la domination masculine séculaire. L’homme et la femme, créés en même temps, sont chassés du paradis pour une faute commune : « Vous continuerez à vous battre jusqu’à la fin des temps. » Ça n’a pas duré longtemps, avec le temps les exégètes ont rétabli l’idée d’une femme diabolique et dangereuse, d’où l’idée de l’enfermer.

Aujourd’hui nous sommes confrontés à un vaste chantier d’endoctrinement sur l’infériorité des femmes mené par des savants, par l’école, les télévisions par satellite, les cassettes audio, les prêches des mosquées, les milliers d’imams autodidactes, et des stars médiatiques. Alors quand, ici, à Paris, on me parle de liberté et de choix de se voiler, je souris.

La question de l’égalité est une question éthique ; elle doit être abordée sur le plan des principes et pas par des réformes sociales. D’où la nécessité de la laïcité, elle seule peut renverser les rapports d’oppression dont souffrent les femmes et les hommes dans les sociétés musulmanes ; seule la laïcité peut conduire à l’émergence d’une conscience moderne musulmane.

Q: La manière dont ce débat est posé en France fait, selon vous, que les féministes elles-mêmes ne mettent plus l’égalité au centre de leurs préoccupations.

R: Certaines féministes, dont les discours confortent les antiféministes. Elles rejoignent une frange de l’intelligentsia de gauche qui pense qu’on ne peut plus changer le monde et qu’il faut l’accepter comme il est. Aujourd’hui on veut dialoguer avec tout le monde, on balaye toutes les difficultés et on cache la poussière sous le tapis pour avoir la paix. On ne veut pas aborder les questions de fond. On semble tout accepter dans un mouvement de fraternité retrouvée mais, en réalité, c’est pour mieux contrôler la planète.

Notre époque est celle du dérapage contrôlé. Ce sont les femmes qui payent, et les féministes que l’on envoie au casse-pipe se battre contre des bouts de chiffon. Le voile, la burqa sont des leurres sur lesquels nous nous épuisons. Nous sommes réduites à des combats ridicules, alors que le fond est grave. Qui s’intéresse au fond des choses ?

Q: Qu’avez-vous envie de dire aux filles, qui, en France, revendiquent le port du voile ?
R:
Qu’elles sont tombées dans un piège. Certaines se sont voilées par jeu, par provocation, mais aussi par rébellion contre l’ordre dominant, trouvant là une définition de la liberté. J’ai envie de leur dire qu’on ne peut pas exprimer sa liberté en se jetant pieds et poings liés dans une culture dont l’objectif est la domination des femmes.

Les mouvements des années 1970 ont été le rejet de toute identification. Aujourd’hui, on ne se lève que pour revendiquer son identité et, en général, une identité de victime ; exemple, les Indigènes de la République, les prostituées… Face à quoi on nous demande d’abandonner l’idée que l’histoire va dans le sens de l’émancipation des femmes et de l’égalité pour tous.

Nous serions des ringardes, et les femmes voilées représenteraient le futur né des couches de la liberté, et de la décolonisation. Elles aident à la démocratie réelle et nous entretenons des conflits de culture entre les peuples !

Q: Vous êtes également critique à l’égard de l’islam modéré.
R:
L’islam modéré est un concept politique. Il concerne les appareils politiques, il relève de la tactique politicienne et ne m’est d’aucune aide, je dirais même qu’il est dangereux. Ce qui m’intéresse, c’est de m’interroger avec ceux qui partagent mon histoire, mes inquiétudes comme mes espoirs, sur ce qui fait peur aujourd’hui dans l’islam. Et d’abord en parler avec les musulmans.

Ils sont nombreux à rejeter l’islamisme sous toutes ses formes. Je voudrais leur dire qu’au lieu de voir dans le débat sur la burqa les signes du racisme, ils devraient dire qu’ils refusent la burqa et que c’est abject de vouloir mettre les femmes dans cette posture. Une grande manifestation dans ce sens aurait changé la face du problème, dont la clé est entre les mains des musulmans silencieux, et de leur courage de dire ce qu’ils pensent. Ces musulmans existent, ils sont très nombreux, mais pour l’heure leur musique est ténue, faible, elle n’intéresse pas les médias.

Q :Comment expliquez-vous qu’au Maroc, en Algérie, en Tunisie, des femmes intellectuelles décident de se voiler ?

R :On évoque plusieurs raisons, et j’en vois plusieurs, comme la recherche d’une honorabilité, une bonne conduite, l’affichage de sa soumission pour attirer les hommes, etc. Mais je veux dire ici que l’explication religieuse ne me convainc pas, j’ai vécu l’islam dans ma famille où les femmes et les hommes pratiquaient leur religion sans avoir besoin de tous ces signes. Je crois plutôt que la raison principale est que le voile est vécu comme un rempart contre la violence sexiste, symbolique ou exprimée.

Il y a des écoles et des universités, des lieux, en Algérie, où l’on ne peut plus être dévoilée. En arabe algérien on dit qu’une femme dévoilée est nue, ce qui en dit long. C’est un rempart illusoire ; dans mon livre je montre l’escalade de la violence dans les rues arabes où il y a de plus en plus de femmes voilées.

Vous dites que même où l’islamisme politique n’a pas triomphé, l’islamisation des moeurs est en train de gagner.

Oui. Désormais, l’islamisation des moeurs triomphe, elle s’étend sous la bonne garde de la violence islamique qui n’est qu’endormie. Je ne me fais pas d’illusion. Mais je suis une irréductible optimiste. Les « bonnes musulmanes » qui se battent dans le giron de la religion sont la preuve que le phénomène d’oppression ne peut durer éternellement. Et aussi parce que de notre côté, nous, féministes laïques, nous sommes toujours mobilisées, avec les hommes et les femmes de nos pays qui ont, malgré tout, le goût de la liberté.

Propos recueillis par Josyane Savigneau
Source: Wassyla Tamzali : « Désormais, l’islamisation des moeurs triomphe »
LE MONDE | 11.12.09 | 14h01  •  Mis à jour le 11.12.09 | 14h01

Pour ceux qui ne savent pas qui est Wassyla Tamzali, cette notice les éclairera.

Wassyla Tamzali a vingt ans en 1962, au moment de l’indépendance de l’Algérie. Elle est issue d’une famille de notables, riches propriétaires de pressoirs commerçant l’huile avec l’étranger. Ses ancêtres paternels viennent de l’empire Ottoman. Sa mère est espagnole. Sa jeunesse ne lui a laissé que des souvenirs de bonheur et de soleil. La guerre, l’indépendance, puis la réforme agraire et la nationalisation des propriétés familiales vont tout changer. Tout bascule en 1957, le jour où son père est assassiné par une toute jeune recrue du FLN. Le livre s’ouvre sur ce drame et se ferme à l’issue de l’enquête de toute une vie sur le ‘pourquoi‘ de ce meurtre. Pour l’auteur, l’assassinat du fils aîné d’une famille qui, bien qu’algérienne, dominait la ville, habitait une ferme coloniale et vivait ‘à la française‘ ne pouvait avoir qu’une signification : la revanche des tribus. La mère de Wassyla décide malgré tout de rester à Alger plutôt que de choisir l’exil. L’auteur s’enthousiasme alors pour la construction de l’Algérie nouvelle, fréquente le petit monde en ébullition de la Cinémathèque d’Alger, participe aux élans de la révolution, avant de céder devant les désillusions du socialisme réel et la répression et de choisir l’exil à Paris, où elle rejoint l’Unesco. Pendant vingt ans, l’auteur y mène de nombreux combats pour les droits des femmes, dont elle devient une porte-parole estimée.


Burqa burlesque…..


PARIS (Reuters) – Un gestionnaire de piscines en Seine-et-Marne a réfuté toute forme de discrimination après l’interdiction de baignade signifiée à une femme qui portait un « burqini », le maillot de bain islamique.

 Daniel Guillaume, vice-président du Syndicat d’agglomération nouvelle (SAN) du Val-Maubuée, a souligné que le règlement de toutes les piscines publiques ou privées en France interdisait la baignade « habillé, en short, caleçon ou en bermuda. » « Et cette dame malheureusement, est venue tout habillée », a-t-il dit à Reuters TV.

 Deux mois après la polémique sur la burqa en France, une femme originaire d’Emerainville (Seine-et-Marne) a expliqué dans Le Parisien daté du 12 août avoir été interdite de baignade car elle souhaitait nager en « burqini », tenue composée d’un voile, d’une tunique et d’un pantalon large. Cette Française convertie à l’islam, âgée de 35 ans, a annoncé au quotidien son intention de porter plainte auprès du procureur de la République de Meaux pour discrimination.

 En revêtant ce « burqini » acheté à Dubaï, « je m’étais dit que cela pouvait m’autoriser le plaisir de la baignade sans trop me découvrir, comme le recommande l’islam », a-t-elle raconté. Daniel Guillaume a souligné que cette femme avait réussi une première fois à se baigner dans la piscine d’Emerainville en trompant la vigilance du personnel de la piscine. « La deuxième fois, le chef de bassin lui a signifié le règlement », a-t-il dit, soulignant que celui-ci était dicté par des raisons d’hygiène. « Quand on est entièrement couvert, cela peut cacher des maladies de peau qui peuvent être contagieuses », a-t-il expliqué.

On rapporte également que cette jeune con-vertie envisage, si la justice ne lui donne pas raison, de …. »mettre les voiles » et de quitter le pays. On lui souhaite « Bon Vent ». A Dubaï, elle recevra un accueil complaisant, puisque , là-bas, ce sont les femmes non revêtues de voiles qui sont « discriminées »……

Et pourtant, c’est bien dommage !!! L’interdiction du burkini va  priver de bien des plaisirs les habitués des piscines de l’Hexagone.

Car, pour être un familier des bords  de la Méditerranée, j’ai eu souvent l’occasion de voir des femmes musulmanes vêtues de noir de la tête aux pieds, se baignant sur les plages. Quel spectacle !!!

                     

Celles qui se jettent à l’eau tout habillées nous offrent hypocritement, – quand elles sont bien roulées -, le plaisir de ne rien perdre des formes de leur corps et de tout deviner de leurs parties intimes.

Quand à celles qui sont obèses, leur ridicule nous gratifie, dans leurs ébats, d’un spectacle burlesque et hilarant.

 Elles contribuent à faire de la plage, un lieu de détente , un lieu où l’on ne se contente pas de bronzer idiot, mais où l’on pique des fous-rires à s’en pêter le chou.

Bas les Voiles !!!


Voile islamique : Al-Qaida menace la France

« LEMONDE.FR avec AFP | 04.08.09 | 09h04  •  Mis à jour le 04.08.09 | 09h14 »
« Le numéro deux d’Al-Qaida, Ayman al-Zawahiri, s’en est violemment pris à la France pour son hostilité au voile « islamique, assurant qu’elle « va payer pour tous ses crimes », rapporte mardi 4 août le centre américain de surveillance « de sites islamistes SITE. »
 
On attend d’une minute à l’autre, une déclaration d’un haut représentant de « l’Islam de France », qui désavoue énergiquement cette nouvelle menace d’Al Qaida…..( Vrai ??? Non bien sûr : c’est un canular !!!)
 
Comment douter après cela, que le port du voile a une signification religieuse, et qu’il symbolise un combat, celui que mène, sans répit ce que dans mes billets, j’appelle « l’Islam Conquérant » ???
 
Il n’y a que ceux qui ont déja accepté de se « voiler » la face pour continuer à plaider la tolérance envers ces innocentes victimes de la pression des « fous de Dieu ».
 
                    Le numéro deux d'Al-Qaida, Ayman al-Zawahiri, s'en est violemment pris à la France pour son hostilité au voile islamique.
 
Et voilà que pour attirer les gogos dans leur camp, leur nouvelle trouvaille consiste à mettre en évidence le fait que sous ce voile austère, se cachent des dessous affriolants, afin d’exciter l’imaginaire des amateurs d’exotisme oriental…….
 
                
 
Qu’en pense l’éminent Docteur  Ayman al-Zawahiri ??? Je suggère que ce sujet éminement religieux devienne un sujet de thèse dans les Universités Islamiques .