Propagande.


 DjihadLes Français ne doivent pas se laisser berner.

La propagande officielle, relayée par les médias, tente de détourner l’attention de l’opinion publique en focalisant les informations qui nous parviennent,- au compte goutte -, de Syrie et d’Irak, sur deux points qui ne doivent pas nous aveugler.

Saisissant l’occasion de l’égorgement  atroce d’un jeune américain par des djihadistes affichant ouvertement leur nationalité française, les « faiseurs d’opinion » exploitent les sentiments de dégoût, et de colère et des Français qui découvrent avec stupéfaction, que des jeunes Français, fraîchement convertis à l’Islam ont pris les armes  aux côtés de ceux qui ne font pas mystère de vouloir détruire notre civilisation, et dont les menaces visent, sans ambiguïté, la France.

Certes, cette découverte de la capacité de subversion de l’Islam auprès de la jeunesse de notre pays, est à la fois inquiétante et révoltante. Sur toutes les antennes, on nous explique que ces jeunes, issus de toutes les catégories sociales, sont les « victimes » des « Imams »qui opèrent avec une redoutable efficacité, sur internet.

Les jeunes égorgeurs sont issus de familles catholiques, plus ou moins pratiquantes, de milieux modeste mais pas forcément défavorisées: ils ne vivaient pas dans le « ghetto » des banlieues.

Il devient donc évident que l’action souterraine d’un Islam de combat ne s’exerce pas qu’auprès de la jeunesse révoltée de nos banlieues : elle vise toutes les couches de notre société fragilisée par la perte de repères identitaires.

Que des Français choisissent « l’autre camp », pour combattre la France, au nom d’un fanatisme autant religieux qu’idéologique, cela n’est pas nouveau.

Pendant la guerre d’Algérie, il y eut des Français aveuglés et fanatisés par leurs « convictions » et leur engagement idéologique de « Communistes »: n’ont-ils pas pris les armes contre les soldats français ??? De jeunes Officiers (Communistes) de l’Armée française n’ont-ils pas déserté en livrant à ceux qui combattaient la France un armement précieux pour l’ennemi du moment  ???

 Sans parler des Français qui se sont rendus complices de terroristes, en leur procurant argent, et cachettes pour se dissimuler….et sans parler de ceux qui sont allés jusqu’à poser des bombes destinées à tuer des civils innocents.

N’oublions jamais que ces traîtres-là ont été célébrés comme des « héros » dans notre pays, par de « belles-âmes », – toujours les mêmes -, au nom d’une certaine idée de la France….

Mais tout cela doit être ramené à de justes proportions. Il s’agit de cas marginaux, d’une proportion « epsilonesque » de la jeunesse française. L’existence de ces cas nous révolte certes, mais elle ne doit pas masquer le fait que ceux qui aujourd’hui quittent la France pour passer dans « l’autre camp », sont en  grande majorité des « bi-nationaux » : c’est « le ver dans le fruit » que nous dénonçons sans relâche sur ce blog.

La « propagande » officielle en focalisant la colère du peuple français sur ces deux égorgeurs « devenus » musulmans, cherche à détourner notre attention de l’immense majorité de ceux qui sont partis combattre, qui sont des musulmans »de souche », « non fraîchement convertis », dont le nombre s’accroît de manière spectaculaire, de semaines en semaines, sans que les pouvoirs publics aient trouvé la parade à ces « évasions »…..

Car bien évidemment, il ne faut pas que les musulmans de France se sentent « stigmatisés….

De la même manière, les pouvoirs publics semblent vouloir orienter l’attention de l’opinion vers « Internet » qui serait à l’origine de l’endoctrinement de cette jeunesse dévoyée. Certes, sous-estimer l’importance de ce média dans la diffusion de messages subversifs s’adressant à notre jeunesse, serait une erreur. Il est clair que la surveillance du web doit être renforcée.

Mais, en focalisant notre attention sur Internet, on tente de nous détourner d’un autre sujet de préoccupation: il est clair que la multiplication des mosquées, en France, dont un nombre croissant est passé silencieusement sous contrôle « salafiste », est le principal vecteur d’endoctrinement de ces « jeunes ». On est passé un peu vite sur le fait que le moment du changement de comportement , et d’habitudes vestimentaires de nos deux égorgeurs correspond à la fréquentation de la mosquée voisine…..

Ne nous laissons pas aveugler par des méthodes qui ne sont pas nouvelles, dés lors que la France est confrontée à un « ennemi de l’intérieur « qui compte sur la terreur pour déstabiliser une opinion en état de choc.

Le moment est venu de renoncer aux dénis de réalités, mais aussi, de refuser de se laisser aveugler et enfumer.

« Orgueil et préjugés »… »racistes ».


racisme2J’ai éprouvé un certain malaise, avant hier soir devant mon poste de télé en regardant sur la 2 l’émission consacrée à Juppé.

Un petit « chef-d’oeuvre » de comédie médiatique.

Il n’y avait pas de méchants, ce soir-là, pour apporter la contradiction à Juppé. Car même les « méchants » habituels étaient « gentils », et comme fascinés par la personnalité de ce vieux cheval de retour, qui leur a démontré qu’on n’est jamais « fini » en politique.

Il suffisait, en effet de le regarder. A l’aise, droit dans ses bottes, la répartie facile et intelligente, une attitude décontractée de vieux sage à qui « on ne la fait plus ». Juppé a été à la hauteur de sa nouvelle réputation.
Les journaleux, devant lui, avaient l’air médusés. La plus affectée par ce face à face où son numéro habituel a fait fiasco, c’est celle de Radio France, qui portait sur sa mine le désarroi de celle qui était venue pour mordre et qui ne parvenait pas à planter ses dents dans la chair lisse du personnage qu’elle affrontait.

On sentait bien, tout au long de cette émission, que les journaleux ont déjà fait leur choix pour la prochaine élection présidentielle….

Mais, pour moi, l’essentiel n’était pas là. Car l’un des sommet de ce moment de comédie a été atteint avec « la beurette de service » venue nous interpréter « l’air des banlieues », enfermées dans le ghetto qu’elles fabriquent elles-mêmes en faisant fuir les uns après les autres les « souchiens » submergés.

En écoutant cette jeune femme au verbe abondant, s’exprimant dans un excellent français je me disais que nous étions là, en face d’une caricature de ce que produisent nos « banlieues »: des êtres « transplantés »,  parfois « éduqués » mais ne parvenant pas à s’intégrer faute de pouvoir se débarrasser de préjugés dont ils accusent les autres…

Cette jeune femme prétendait souffrir du « racisme » mais elle n’aimait pas, en Juppé,  « l’homme blanc, bien élevé », qui a fait des études pour « s’élever » dans la vie….

Les médias, comme de coutume, ne se sont pas attardés sur cette séquence. Et pourtant cette intervention dans une grande émission, à une heure de grande écoute ne sera pas passée inaperçue des Français attentifs aux signes préoccupants de l’échec de la politique d’intégration prônée par ceux aux quels de Gaulle attribuait une « cervelle de colibri »….

Cette séquence avait valeur de symbole.

Car la difficulté d’intégration pour ces immigrés de la deuxième et parfois de la troisième génération, s’explique principalement, par le fait qu’ayant « idéalisé », avec orgueil, le pays d’origine de leurs parents, ils sont imbibés de la doxa ambiante complaisamment répandue, qui accuse notre pays de tous les maux dont souffrent leurs pays d’origine. Ils sont convaincus, en outre, grâce au « matraquage » des MRAP et autres SOS-Racisme, que la France est un pays raciste,- et même le seul au monde – de même que sont racistes tous les Français, sans exception.

Malheureusement, ils négligent trop souvent d’aller voir ce qui se passe dans les pays d’où viennent leurs parents…Des pays où SOS-Racisme ne met jamais les pieds.

Chacun sait ici que ma curiosité naturelle me pousse à fouiller dans la Presse de ces pays, à la découverte d’informations, de débats ou de points de vues, dont on ne trouvera jamais la trace dans nos médias englués dans leurs postures conformistes et « politiquement correctes ».

Voici quelques perles qui, si elles étaient portées à la connaissance de ces « révoltés » des banlieues, les inciteraient à réfléchir sur leur sort, comparé à celui des « compatriotes » de leurs parents.

Faites un petit tour sur le site :

http://maliactu.net/les-arabes-detestent-les-noirs/#sthash.Q9XqVigA.dpuf

Vous y lirez ceci (je cite): “Les Arabes détestent les Noirs. Et cela ne date pas d’aujourd’hui, c’est dans leur sang», déclare Aboubakr, un jeune ressortissant du Sénégal qui espère éventuellement rallier l’Europe. Il a passé près d’un an à Rabat, la capitale du Maroc, avant d’arriver dans ce campement près de la frontière espagnole et ses expériences là-bas lui font ressentir de l’amertume.
“Certains de mes amis ont été attaqués au couteau. Les bandits nous prennent pour cible parce qu’ils savent que nous ne pouvons pas aller à la police, même si nous sommes dépouillés et blessés. Étant sans papiers, nous serons plutôt arrêtés. Les Noirs n’ont aucun droit ici”.
Les attitudes racistes se manifestent également d’autres façons. Souleymane, de Guinée-Conakry, est en colère du fait que les Marocains l’appellent “Africain” dans un sens péjoratif. “Ils doivent nous considérer comme frères africains, dit-il, c’est différent quand un Européen vous appelle Africain, ou quand un autre Africain le fait”. Aboubakr ressent également de l’insulte du fait que les Marocains “ne peuvent pas croire que la plupart d’entre nous sont aussi des musulmans”. A l’en croire, les gens sont surpris lorsqu’ils le voient s’agenouiller pour la prière. “Ils ne pensent pas qu’un Noir puisse être musulman”.

Hé oui !!! Ces Arabes, Musulmans, ont du mal à croire que des Noirs peuvent être Musulmans comme eux !!! Et ils n’ont pas l’équivalent de « SOS Racisme », ou d’un Bedos, pour leur dire « Ils sont Musulmans comme nous » sur l’air d’une chanson bien connue: « Ils sont Français comme nous !!!… »

Autre exemple, extrait cette fois, de la Presse algérienne, sur le site de : http://www.alger-info.com/actualites/racisme-en-algerie-les-algeriens-sont-ils-racistes

Je cite: 

« Si l’on reproche, sans cesse, aux Occidentaux d’être racistes, xénophobes et islamophobes, il serait temps, chez nous, de se remettre en question et de revoir certaines attitudes ancrées dans la tête des Algériens.

« En Algérie, les travailleurs chinois sont plus de 50 000. On les aperçoit par groupes sillonnant nos villes pour faire leur marché ou bien en promenade. Les immigrés chinois ont investi notre pays ces cinq dernières années et ce, en qualité de travailleurs qualifiés.

Face à cet état de fait, les Algériens ne cessent de manifester leur hostilité envers cette main-d’œuvre venu spécialement travailler sur les grands chantiers et combler ainsi un manque criant en matière de main-d’œuvre compétente et surtout respecter les délais de réalisation par un travail ponctuel en un laps de temps assez court et ce en assimilant qualité et ponctualité. Lors de notre descente dans les rues d’Alger nous avons tenté de connaître l’opinion des Algériens face à la vague de Chinois qui envahissent nos rues ainsi que les opinions des Chinois eux-mêmes pour être au fait de leurs conditions de séjour sur le territoire national.

Entre admiration, hostilité, racisme et xénophobie les Algériens se prononcent.

Nous nous sommes d’abord rendus dans les quartiers avoisinant les chantiers où ils travaillent afin de tenter de cerner les réactions des gens, après avoir dévoilé notre identité, plusieurs personnes ont voulu nous livrer leurs opinions, Mehdi un chômeur de 27 ans nous dira  » ils nous prennent tout le travail qui nous était destiné. Quand ils ont inauguré ce chantier on attendait avec impatience que le patron affiche une liste pour un recrutement, en vain, après s’être rapproché des lieux, les responsables nous ont fait savoir qu’ils ne recrutaient pas des Algériens sans plus de détails, après quoi on a vu des groupes de chinois débarquer sur les lieux et en plus ils mangent devant nous en plein ramadhan ajoutant à cela le bruit qu’ils provoquent la nuit lorsqu’ils se soulent. Moi personnellement je ne les aime pas trop « .

Le témoignage de ce jeune n’est qu’un échantillon parmi une vague de contestataires qui, en plus, les provoquent quotidiennement en leur lançant des  » chnaoua  » ou « les mangeurs de chats « . Ces appellations nous renseigne bien sur la réalité et l’envers du décor qu’offrent les visages radieux de ces Chinois.

Un autre nous parle du non respect des traditions religieuses du pays en ajoutant plus loin  » comment peut-on faire appel à une main-d’œuvre étrangère alors que l’Algérie souffre de 32 % de taux de chômage c’est aberrant et en plus les Chinois sont payés le triple que les Algériens ainsi ils perçoivent 42 000DA alors que les ouvriers algériens perçoivent 18 000DA « Les Chinois commencent à susciter un vrai débat au sein de la société algérienne et surtout font face à des insultes et parfois même des agressions physiques.

Pathétique réalité pour une Algérie déjà coupée du monde et isolée du marché mondial où la xénophobie a pris le dessus sur le soi-disant légendaire accueil des Algériens, une tradition bien sûr erronée vu le nombre d’étrangers déjà peu nombreux, qui se sont vu soit agressés ou bien délestés de leurs objets de valeur ainsi que des obscénités lancées à leur égard. ( Fin de citation ).

Ce n’est pas la première fois que j’évoque ce sujet sur ce blog.

Il suffit de faire une recherche sur la page d’accueil sur le terme « racisme » pour avoir les coordonnées de mes billets traitant de ce sujet. Pour l’heure, je me contenterai de citer celles-ci: https://berdepas.wordpress.com/2013/11/26/le-racisme-est-un-phenomene-universel/

ou mieux encore : https://berdepas.wordpress.com/2014/01/20/anti-racisme-loverdose/

Pour revenir au sujet initial de ce billet, et à l’émission consacrée à Juppé, mon point de vue est qu’il faudrait cesser de donner la parole, sur nos chaînes télévisées, à des énergumènes excités venus pour pointer leur doigt accusateur sur les citoyens de ce pays, sans leur opposer des gens capables de leur répondre et leur servir autre chose que des arguments « compassionnels » enrobés de  notre « mea culpa »…

Au cours de l’émission évoquée ci-dessus, on aurait aimé que Juppé réponde avec un peu plus d’énergie à cette beurette, et ne se contente pas de déplorer le triste sort de nos banlieues et les problèmes de racisme qui y sévissent, sans en évoquer les causes profondes….

La « compassion », c’est bien, mais le souci de la « Vérité », c’est beaucoup mieux….

Or la « Langue de Bois » est toujours en usage dans notre classe politique. Quand à nos « médias », ils sont d’une discrétion proche de l’omerta sur toutes les informations susceptibles de nuire à l’image des Musulmans de France….

Autrefois « il ne fallait pas désespérer Billancourt », aujourd’hui, il vaut mieux ne pas faire de peine aux « Banlieues »….

PS: Je viens à peine de terminer la rédaction de ce billet, lorsque je tombe, sur Algérie-Focus, sur un sujet qui fait partie du « contentieux »qui oppose, dans les banlieues, les « nouveaux arrivants », si souvent discriminés, et les « souchiens ». A lire pour comprendre un des aspects du fossé qui sépare les uns des autres.

http://www.algerie-focus.com/blog/2014/10/video-algerie-les-cites-transformes-en-abattoirs-a-ciel-ouvert/

Les images de la video sont difficilement supportables, et choquantes pour notre sensibilité d’occidentaux.C’est pourquoi elles ont été « censurées », à juste titre par WordPress. Et pourtant, elles appartiennent à la banalité des usages dans ces pays où l’on pratique « l’égorgement » rituel, et pas seulement dans les grandes occsaions.;…. A lire, pour comprendre et mesurer réellement ce qui nous sépare, les commentaires des lecteurs de cet article…..

Musulmans de France.


Chibani

J’éprouve le besoin d’exprimer mon point de vue sur la controverse qui concerne aujourd’hui les « Musulmans de France ». Je reprends à ce sujet, l’expression utilisée par toute la Presse: « Musulmans de France », même si je déteste cette expression. Car je préférerais qu’ils se disent « Français Musulmans »….

J’ai suffisamment pesté contre leur silence devenu pesant, pour ne pas saluer le courage de ceux qui aujourd’hui, iront manifester pour affirmer que, « Musulmans », ils sont aussi « Français ».

Jusqu’ici, on était en droit d’en douter. Car beaucoup d’entre eux, soit par leurs déclarations, soit par leurs silences, donnaient parfois le sentiment que, « Français », ils étaient avant tout « Musulmans ».

En inversant « l’ordre des facteurs », ils s’affranchissent du postulat selon lequel la Loi du Coran est supérieure à celle de la République. C’est bien. On n’en demande pas plus, car c’est le coeur du problème.

Leur démarche, si elle est sincère, est courageuse. Je la respecte et je l’apprécie à sa juste valeur. Car je sais quelles sont leurs angoisses et combien leurs craintes sont justifiées.

Il suffit de lire la Presse algérienne, la Presse tunisienne et marocaine pour mesurer à quel point l’inquiétude grandit au Maghreb devant la progression d’un djihadisme assassin et destructeur dans les pays arabes, et en Afrique sub-saharienne. La menace de cette progression incite les gouvernements de ces pays à renforcer leurs dispositifs de sécurité, et même chez certains d’entre eux à mobiliser des troupes pour protéger leurs frontières, si difficiles à défendre.

L’Algérie a traversé, durant les années 90, une période tragique, une guerre civile meurtrière. Plus meurtrière encore que la guerre menée contre la France.

Les « égorgements »symbolisés par ce geste que les Arabes connaissent bien ( l’index utilisé pour faire le signe du couteau tranchant la gorge ), les Algériens en ont vécu l’horreur. Les familles massacrées pour avoir refusé de se soumettre au FIS, ou simplement, pour avoir voulu rester neutres, ils savent que c’est un cauchemar qui peut très vite redevenir une réalité.

Les Musulmans de France savent mieux que quiconque, que si demain, la terreur islamiste prenait racine des deux côtés de la Méditerranée, ils en seraient les premières victimes. Les « Chibanis », ceux qui ont mon âge et qui ont vécu la période de la guerre d’Algérie, et celle du FLN en France, savent que s’ils ne se « mouillent » pas en faveur de ceux qui ont choisi la lutte clandestine, ils mettent en danger les membres de leurs familles restées « là-bas », en Algérie…..

Dans un passé qui n’est pas si lointain, même s’il a tendance à être évacué des mémoires, beaucoup de Musulmans fidèles à la France ont payé de leur vie cette fidélité qui leur vaut notre respect.

Les Français ont la mémoire courte, ou…sélective. Les Arabes n’oublient rien.

La plupart d’entre eux n’aspire, il est vrai, qu’à vivre en paix dans notre pays devenu le leur. Ils souhaitent vivre leur foi, dans la discrétion, à l’abri des Lois d’une République laïque.

Mais cela ne doit pas nous faire oublier qu’il en est parmi eux, qui sont animés d’un tout autre esprit: un mépris de nos moeurs, un rêve fou de « reconquête », un goût de revanche ( contre quoi ???), une tentation de recourir aux provocations et à la violence dont nous avons de trop nombreuses et de trop visibles manifestations. Et que parmi ceux-là, il existe une minorité extrêmement dangereuse, capable du pire.

Cette « minorité » cherche à profiter de « l’amalgame à rebours » de ceux qui veulent nous persuader que tous les musulmans sont bons et ne nous veulent que du bien. A l’abri de ce discours ( naïf ???) se cachent ceux qui, en embuscade cherchent tous les moyens de nous imposer des Lois qui ne sont pas les nôtres, et guettent l’opportunité de montrer leur force à cet Occident qu’ils exècrent….

Les Musulmans de France savent, mieux que quiconque, que cette guerre qui est déclarée à l’Occident, les met, eux aussi, en situation de danger, et même qu’ils sont probablement « en première ligne ». Car ils sont encore minoritaires en France…..

C’est pourquoi je salue leur courage…. mais je reste attentif à leurs ambiguïtés.

Islam de France….


Islam de FranceLe ver est dans le fruit ( suite).

https://www.youtube.com/watch?v=LaUMhliy3hY

Cette vidéo qui relate la tentative d’une équipe de Canal Plus, d’effectuer un reportage sur une école coranique clandestine, a été interdite d’antenne sur la chaîne concernée, sans doute pour ne pas froisser les musulmans et encore moins « stigmatiser » l’Islam de France. Elle est extraite du site « www.kabyle.com ». A visiter, de temps à autres….

Elle se passe de tout commentaire. Puisse-t-elle ouvrir les yeux de ceux qui refusent de voir pour ne pas savoir, et surtout pour ne pas avoir à affronter….un jour.

Choc de Civilisation ???


Orient OccidentSamuel Huttington, dans un livre (1) qui eût un certain retentissement, il y a déjà quelques années, lançait un pavé dans la mare de ceux qui, depuis des lustres, nous expliquent que l’avenir de l’Europe, c’est l’immigration, et que nous devons nous résoudre à « assumer » nos « racines musulmanes »….
Ce Professeur à l’Université de Harvard qui fut membre du Conseil national de Sécurité américain, était considéré par Henry Kissinger comme l’auteur du « livre le plus important depuis la guerre froide », alors qu’un autre Secrétaire d’Etat à la Défense américain, Zbigniew Brezinski considérait le travail d’Huttington comme « un tour de force intellectuel : une œuvre fondatrice qui va révolutionner notre vision des affaires internationales ».
Bien évidemment, les classes politico-médiatique française et européenne se sont empressées de condamner les thèses de cet ouvrage, en les considérant comme « des prédictions auto-réalisatrices » !!!!

Comme si le fait d’évoquer les menaces de plus en plus précises qu’un Islam en pleine résurrection fait courir à notre civilisation, rendait ces menaces quasi inévitables.

En fait, ce point de vue n’est que le reflet de la lâcheté d’une génération politique et médiatique européenne, culpabilisée par un passé colonial qu’elle est incapable d’assumer, et qui redoutant d’affronter les conflits potentiels préfère en ignorer les menaces plutôt que de les affronter.

Il est, en outre, la conséquence de la « vassalisation » de la France et de l’Europe, par la puissance financière des monarchies du Golfe, qui de toutes sortes de manières, exercent une influence directe sur nos orientations politiques, dès lors qu’il s’agit de l’Islam et du monde arabe en général. Des puissances financières qui sont loin d’être neutres dans les nombreux conflits qui, sur toute la planète, se multiplient, provoqués par un Islam conquérant, intolérant et menaçant. (2)

La question que pose Huttington, tout au long de ce volumineux ouvrage peut, en simplifiant sa thèse, se résumer ainsi : « Saurons-nous apprendre à coexister avec l’Islam, ou bien nos différences culturelles nous pousseront-elles vers un nouveau type de conflit, plus violent que ceux que nous avons connu au XXème siècle ??? ».

Car pour Huttington, les peuples se regroupent et serrent les rangs autour de leurs affinités culturelles : c’est ce qui explique qu’aux « chocs des idéologies » du siècle dernier, se substitue peu à peu, un « choc des civilisations ».

Je ne possède pas la réponse à cette grave question.
Mais ce que j’affirme, c’est que , au vu de l’évolution récente des évènements, la question posée par Huttington n’est pas absurde.

L’argument qui lui est opposé, aujourd’hui, par nos « zintellectuels », c’est que les victimes de la menace Djihadiste, telle qu’elle se développe à l’heure actuelle, ne sont pas que des Chrétiens, ou des minorités de « mécréants » au sens coranique du terme, et que nombreux sont les musulmans qui paient de leur vie leur refus d’un fondamentalisme totalitaire.

Certes. Mais le but de toute stratégie terroriste est de faire basculer, par la terreur, les «  modérés » dans le camp de ceux qu’ils considèrent comme les futurs vainqueurs. C’est qui explique probablement le grand silence de ceux qui sont censés s’exprimer en leur nom.
L’évolution de la guerre d’Algérie devrait nous servir d’expérience. Une expérience douloureuse. Au départ, les «rebelles» sont une minorité. Mais une minorité, dont les méthodes, ( égorgements, exécutions, émasculations, amputations, etc…) sont conçues pour terroriser ceux qui, fidèles à la France, se s’engagent pas à leurs côtés, est parvenue avec le temps, à les faire basculer à son profit.

On comprend alors que le fait d’ignorer une menace ne la fait pas disparaître pour autant. On connaît l’apostrophe célèbre de Winston Churchill :  « Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre. »

Car, comment ignorer le fait que la menace d’un Djihadisme internationalisé se rapproche et atteint des parties du monde qui nous sont de plus en plus proches. Sans parler de la menace qui couve, chez-nous même, sous la forme de « djihadistes dormants », et qui finira par exploser le jour où seront rentrés « chez-eux » ceux qui sont allés s’aguerrir en Afghanistan, en Syrie, en Irak et bientôt en Lybie ???

Et le danger se rapproche dangereusement, au point que certains pays du Maghreb s’en inquiètent et mobilisent des troupes pour se préparer à une défense armée de leurs frontières.

Ce n’est certes pas en lisant la Presse française que l’on sera informé de l’avancée de ces menaces. Il faut lire la Presse tunisienne pour apprendre que le Qatar a transporté 5000 terroristes de l’EIIL en Libye !!!
C’est Rafik Chelly, ex directeur de la sécurité présidentielle (1984-1987), ancien haut responsable des services de renseignement tunisien et actuel secrétaire général du « Centre Tunisien des Etudes de Sécurité Globale », qui vient de l’affirmer dans une interview au quotidien arabophone Attounissia. Cela signifie qu’après avoir activement contribué à l’embrasement de la Syrie et de l’Irak, le Qatar veut déplacer le feu de la guerre civile et de la barbarie en Libye, c’est-à-dire, inévitablement, en Tunisie et en Algérie.
L’Algérie s’en préoccupe vivement et on peut lire, dans El Watan, ceci :
« Les lubies de BHL et du gouvernement va-t-en-guerre de Sarkozy ont fait beaucoup de dégâts dans ce pays à défaut de printemps arabe, et après le peuple libyen, c’est l’Algérie qui risque de payer le plus, le chaos dans lequel se précipite le pays. Car l’Algérie ne peut garantir à elle seule l’étanchéité des frontières sachant que de l’autre côté c’est la débandade. Situation idéale pour les organisations terroristes qui n’en demandent pas plus pour installer leurs bases.
L’épisode Tiguentourine est le témoin historique du basculement qualitatif de la menace venue du Sud-Ouest. Le groupe terroriste qui a pris d’assaut la base de Tiguentourine s’était infiltré depuis la Libye. L’arsenal libyen étant tombé dans des mains ennemies et l’espace vaste extrait aux radars, les groupes d’AQMI et ensuite ceux du Mujao, Ançar Charia et Al Mourabitoune ont vite fait d’investir ce «nouvel espace vital» pour venir occuper des positions stratégiques à nos frontières.

Le bourbier libyen est une menace pour toute la région, et depuis la naissance de Daesh et son avancée dans la Syrie et l’Irak, l’espace libyen devient un enjeu stratégique pour réaliser les ambitions «califales» de ce groupe et le redéploiement de son vrai-faux rival, Al Qaîda. »
Lire la suite sur El Watan:
Selon la même source, « les Américains, qui ont créé le bourbier irakien, le bourbier syrien et fermé l’œil sur la création du bourbier libyen, chercheraient peut-être à «sous-traiter» leur action dans la région à l’Algérie, louée régulièrement par la superpuissance comme le rempart le plus sûr contre le terrorisme dans la région ».( El Watan)……                                                 Comme ils ont « sous-traité » les opérations dans le Sahel, auprès de la France ???

Mais il n’y a pas que les trois états du Maghreb qui se sentent menacés.

Le Liban redoute que les Djihadistes qui opérent en Syrie ne débordent ses frontières, alors qu’il subit déjà, la pression du Hezbollah. L’Egypte s’inquiète, également, et a pris, à l’encontre des « Frères Musulmans » qui revendiquaient le pouvoir dans ce pays, des mesures de répressions sévères, qui n’ont pas fait disparaître le danger.
Et il est inutile d’insister sur les nouvelles menaces qui ne tarderont pas à affecter Israël.

C’est dire que la tache des conquêtes du « fondamentalisme » sur la carte, est appelée à s’élargir dangereusement pour un Occident qui ne dormira pas longtemps encore, sur ses deux oreilles.

Devant ce danger aux proportions planétaires, nos dirigeants naviguent « à la godille », selon leurs habitudes.

Cela est vrai pour la France, mais aussi, pour l’Europe, et plus encore pour l’Amérique où Obama se révèle ( lui aussi ) comme le pire des Présidents que l’Amérique ait jamais eue : ses « absences », ses atermoiements, ses reculades lui ont retiré tout crédit international, et on considérablement retréci le prestige de l’Amérique dans les pays arabes.

L’islamisation de la France, perceptible par chaque français, et par chaque étranger habitué à visiter la France, progresse jour après jour. Soigneusement minimisée par l’oligarchie, elle se manifeste non seulement par la multiplication des lieux de culte, mais par la transformation, la ”dé-francisation” de zones entières.

La crainte que suscite cette islamisation est en quelque sorte ”anesthésiée” par les discours pleins de duplicité des autorités islamiques officielles, avec l’oxymore passe-partout de l’ ”islam modéré” ou de « l’islam laïc ».
En réalité, l’islam agit, dans cette montée des tensions ethniques, comme un levain. Et ce, dans un climat international de guerre globale Djihad/Occident, qui fait que l’Occident ne pourra pas continuer à feindre d’ignorer ce « climat »….

Notre classe politique n’a pas eu le courage de tirer au clair l’attitude des pays du Golfe, qui dans une ambiguïté aveuglante, jouent sur deux tableaux, pour tenter de protéger les intérêts colossaux de monarchies qui, selon les critères que l’on applique, – au nom de « nos valeurs » -, à d’autres Etats, devraient être, et depuis longtemps, « infréquentables ».
D’un côté, ces monarchies jouent sur leur position de fournisseurs incontournables des énergies indispensables à notre survie économique, sur leur position de clients potentiels pour nos industries d’armement, et sur leur qualité d’investisseurs qui, notamment, financent notre dette, ce qui nous place, dans une certaine mesure, sous leur dépendance.
De l’autre, elles financent toutes les organisations terroristes qui nous menacent : après Al Qaida, c’est aujourd’hui le mouvement djihadiste de l’E.E.I.L… A telle enseigne que ces monarchies du Golfe commencent à s’interroger sur le danger qu’il y a à financer ceux qui un jour s’attaqueront à leurs intérêts.

Les pays occidentaux, parmi lesquels la France, ont une responsabilité dans l’émergence d’un Djihadisme dangereusement armé, et pourvu de ressources financières sans précédent.
Emportés par un élan à la fois naïf et généreux, certains ont cru à la réalité du « Printemps arabe », rêvant de l’éclosion en chaîne de régimes démocratiques se substituant à des Dictatures claniques, ou reposant sur des fidélités tribales. J’ai exprimé, sur ce blog, de lourdes réserves sur une analyse superficielle des aspirations du monde arabe, suggérant qu’à un Printemps illusoire succédera vite un automne puis un hiver rigoureux . https://berdepas.wordpress.com/2012/08/20/printemps-arabes/ )

Combien d’expériences malheureuses faudra-t-il vivre, dans les pays arabes, pour admettre que la culture héritée non seulement du Coran, – la seule Loi qui s’impose aux croyants -, mais aussi de l’organisation d’une société traditionnelle basée sur des solidarités familiales, liées entre elles par des liens tribaux, et souvent scellés par des liens de sang, fait que le monde arabe sera toujours réfractaire au modèle Démocratique occidental ???
Combien d’erreurs faudra-t-il assumer avant d’admettre que les minorités, chrétiennes et autres, étaient mieux respectées sous Saddam Hussein, Moubarak, ou sous Bachar El Assad ???

Nous nous sommes un peu vite félicités de la chute de ces dictateurs et nous n’avons pas vu le danger que représentait un Islam de combat, tapi dans l’ombre, qui attendait son heure pour s’emparer du pouvoir et installer le Califat qui est le rêve de ces fanatiques obsédés par un retour aux sources de leur religion et à l’époque du Prophète…
Partout où se sont effondrées des structures étatiques certes imparfaites, s’instaure une chasse aux « mécréants », et une véritable épuration religieuse, et ce, même dans les pays apparemment les plus modérés sur le plan religieux.

Les Russes, confrontés avant nous, à un Islamisme messianique, en Tchétchenie, en Afghanistan, et qui comptent environ 50 millions de musulmans sur leur territoire, lui-même entouré de pays musulmans à ses frontières, jugent notre politique arabe suicidaire.

Et qui oserait, en France, émettre l’idée qu’ils n’ont pas tort ???

La Russie, elle-même, se trouve à un carrefour : selon Huttington (1) ( Page 205 ) « la Russie doit-elle adopter les valeurs, les institutions, et les pratiques occidentales, et tenter de s’intégrer à l’Occident ? Ou bien incarne-t-elle une civilisation orthodoxe et eurasiatique différente de l’Occident et dont le destin serait de relier l’Europe à l’Asie ??? ».
Toujours page 205(ibid.) : « Les nationalistes modérés comme Sergei Stankevitch pensent que la Russie doit abandonner la voie « atlantiste » , avoir comme priorité la protection des russes qui vivent à l’étranger, développer ses relations avec la Turquie ??? » et plus loin » redéployer ses ressources, ses orientations, ses relations et ses intérêts en faveur de l’Asie ». Ils reprochent à Elstine d’avoir réduit la puissance militaire russe, et d’avoir échoué dans la défense de la Serbie.Ils mettent en garde Poutine contre le risque d’encerclement stratégique par l’OTAN, qui, profitant de l’affaiblissement de la Russie, avance ses pions jusqu’aux frontières de ce pays.
Et l’Eglise Othodoxe, encore puissante en Russie, et bien moins « tolérante » que l’Eglise Catholique en France, veille au grain….

Grâce à tout cela la Russie espère échapper au « choc des civilisations ».

Ce n’est pas certain, mais ce qui est probable, c’est que ce « choc » s’il doit se produire, se produira d’abord en Europe occidentale, idéologiquement affaiblie par des décennies de culpabilisation face au monde musulman, où les réflexes de défense et la capacité de réaction sont érodées par les accusations permanentes d’islamophobie .

Au contraire de la Russie où l’Eglise Orthodoxe « veille au grain », en Europe occidentale ce sont les organisations anti-racistes qui veillent au grain.
Et notre société n’a plus les moyens d’extirper le danger, car « le ver est dans le fruit ».
(https://berdepas.wordpress.com/2010/10/24/prosternation-ou-halal-%D8%AD%D9%84%D8%A7%D9%84est-grand/)
(1) – Samuel Huttington. « Le choc des civilisations ». Editions Odile Jacob. 2002.Poche.

(2) – Une France sous influence, de Vanessa Ratignier avec Pierre Péan. Fayard, 482 pages. 23 euros.

( à suivre ).

« La Trahison des Clercs »….


raspailHommage à Jean Raspail.

J’emprunte le titre de ce billet à un auteur, aujourd’hui oublié, qui eut un temps de succès pendant les années noires du Communisme , que les jeunes d’aujourd’hui n’ont pas connues, et que les moins jeunes ont trop tendance à oublier, mais qui depuis est tombé dans l’oubli.

La Trahison des clercs est un ouvrage de Julien Benda paru initialement en 1927 et réédité en 1946 avec une longue préface de l’auteur.

« À une époque où de nombreux intellectuels et artistes se tournaient vers la politique au nom du réalisme, Julien Benda leur reproche de se détourner des vraies valeurs, c’est-à-dire la recherche du beau, du vrai, du juste, et qui sont pour lui statiques, désintéressées et rationnelles. Cet ouvrage vise plus particulièrement les intellectuels qui prônent l’ordre, un état fort, le nationalisme, les traditions…

L’anti-élitisme de l’auteur invite à la méfiance face aux idéologies et aux idéologues qui ont dominé le XIXe et le XXe siècle. »

Je suis très loin de partager toutes les thèses de Benda, mais, le « relativisme »qui est l’antiène de nos « zintellectuels » d’aujourd’hui, conduit aux mêmes conclusions que celles que tirait Julien Benda de l’aveuglement des « idiots utiles » du Communisme stalinien.

Grâce à un ami fouineur, comme moi, à la recherche, dans les livres, de tout ce qui peut éclairer la confusion des temps que nous traversons, j’ai découvert ce texte de Jean Raspail.

Raspail !!! Non pas celui qui a donné son nom à un Boulevard bien connu des Parisiens, mais un auteur, aujourd’hui retiré de la scène littéraire mais dont l’oeuvre importante demeure, un auteur aux idées inflexibles, un auteur « droit dans ses bottes » qui fut critiqué, caricaturé par nos « zintellectuels » les « mieux-pensants », car ses analyses, ses essais, ses romans s’inscrivaient dans une ligne qui s’écarte de la « pensée correcte » de l’époque….

L’un de ses livres, dont je conseille vivement la lecture, « Le Camp des Saints », a été trainé dans la boue par tous ceux qui refusaient d’y voir un message prémonitoire.

Le texte qui suit est issu d’un article écrit par Jean Raspail, pour une revue à diffusion restreinte. Sans doute n’aurait-il pas obtenu « l’imprimatur » dans un médias de grande diffusion. Et l’on comprendra pourquoi…..

Je le cite:

« J’ai tourné autour de ce thème comme un maître-chien mis en présence d’un colis piégé. Difficile de l’aborder de front sans qu’il vous explose à la figure. Il y a péril de mort civile. C’est pourtant l’interrogation capitale.
J’ai hésité.
D’autant plus qu’en 1973, en publiant « Le Camp des saints », j’ai déjà à peu près tout dit là-dessus. Je n’ai pas grand-chose à ajouter, sinon que je crois que les carottes sont cuites . Car je suis persuadé que notre destin de Français est scellé, parce qu’« ils sont chez eux chez moi » (Mitterrand), au sein d’une « Europe dont les racines sont autant musulmanes que chrétiennes » (Chirac), parce que la situation est irréversible jusqu’au basculement définitif des années 2050 qui verra les « Français de souche » se compter seulement la moitié – la plus âgée – de la population du pays, le reste étant composé d’Africains, Maghrébins ou Noirs et d’Asiatiques de toutes provenances issus du réservoir inépuisable du tiers monde, avec forte dominante de l’islam, djihadistes et fondamentalistes compris, cette danse-là ne faisant que commencer(1).
La France n’est pas seule concernée. Toute l’Europe marche à la mort.
Les avertissements ne manquent pas – rapport de l’ONU (qui s’en réjouit), travaux incontournables de Jean-Claude Chesnais et Jacques Dupâquier, notamment -, mais ils sont systématiquement occultés et l’Ined pousse à la désinformation. Le silence quasi sépulcral des médias, des gouvernements et des institutions communautaires sur le krach démographique de l’Europe des Quinze est l’un des phénomènes les plus sidérants de notre époque.
Quand il y a une naissance dans ma famille ou chez mes amis, je ne puis regarder ce bébé de chez nous sans songer à ce qui se prépare pour lui dans l’incurie des « gouvernances » et qu’il lui faudra affronter dans son âge d’homme. Sans compter que les « Français de souche », matraqués par le tam-tam lancinant des droits de l’homme, de « l’accueil à l’autre », du « partage » cher à nos évêques, etc., encadrés par tout un arsenal répressif de lois dites « antiracistes », conditionnés dès la petite enfance au « métissage » culturel et comportemental, aux impératifs de la « France plurielle » et à toutes les dérives de l’antique charité chrétienne, n’auront plus d’autre ressource que de baisser les bras et de se fondre sans moufter dans le nouveau moule « citoyen » du Français de 2050.
Ne désespérons tout de même pas.
Assurément, il subsistera ce qu’on appelle en ethnologie des isolats, de puissantes minorités , peut-être une quinzaine de millions de Français – et pas nécessairement tous de race blanche – qui parleront encore notre langue dans son intégrité à peu près sauvée et s’obstineront à rester imprégnés de notre culture et de notre histoire telles qu’elles nous ont été transmises de génération en génération.
Cela ne leur sera pas facile.
Face aux différentes « communautés » qu’on voit se former dès aujourd’hui sur les ruines de l’intégration (ou plutôt sur son inversion progressive : c’est nous qu’on intègre à « l’autre », à présent, et plus le contraire) et qui en 2050 seront définitivement et sans doute institutionnellement installées, il s’agira en quelque sorte – je cherche un terme approprié – d’une communauté de la pérennité française .
Celle-ci s’appuiera sur ses familles, sa natalité, son endogamie de survie, ses écoles, ses réseaux parallèles de solidarité, peut-être même ses zones géographiques, ses portions de territoire, ses quartiers, voire ses places de sûreté et, pourquoi pas, sa foi chrétienne, et catholique avec un peu de chance si ce ciment-là tient encore.
Cela ne plaira pas.
Le clash surviendra un moment ou l’autre. Quelque chose comme l’élimination des koulaks par des moyens légaux appropriés.
Et ensuite ?
Ensuite la France ne sera plus peuplée, toutes origines confondues, que par des bernard-l’ermite qui vivront dans des coquilles abandonnées par les représentants d’une espèce à jamais disparue qui s’appelait l’espèce française et n’annonçait en rien, par on ne sait quelle métamorphose génétique, celle qui dans la seconde moitié de ce siècle se sera affublée de ce nom.
Ce processus est déjà amorcé.
Il existe une seconde hypothèse que je ne saurais formuler autrement qu’en privé et qui nécessiterait auparavant que je consultasse mon avocat, c’est que les derniers isolats résistent jusqu’à s’engager dans une sorte de « reconquista » sans doute différente de l’espagnole mais s’inspirant des mêmes motifs. Il y aurait un roman périlleux à écrire là-dessus.
Ce n’est pas moi qui m’en chargerai, j’ai déjà donné.
Son auteur n’est probablement pas encore né, mais ce livre verra le jour à point nommé, j’en suis sûr.
Ce que je ne parviens pas à comprendre et qui me plonge dans un abîme de perplexité navrée, c’est pourquoi et comment tant de Français avertis et tant d’hommes politiques français concourent sciemment, méthodiquement, je n’ose dire cyniquement, à l’immolation d’une certaine France (évitons le qualificatif d’ éternelle qui révulse les belles consciences) sur l’autel de l’humanisme utopique exacerbé.
Je me pose la même question à propos de toutes ces associations omniprésentes de droits à ceci, de droits à cela, et toutes ces ligues, ces sociétés de pensée, ces officines subventionnées, ces réseaux de manipulateurs infiltrés dans tous les rouages de l’Etat (éducation, magistrature, partis politiques, syndicats, etc.), ces pétitionnaires innombrables, ces médias correctement consensuels et tous ces « intelligents » qui jour après jour et impunément inoculent leur substance anesthésiante dans l’organisme encore sain de la nation française.
Même si je peux, à la limite, les créditer d’une part de sincérité, il m’arrive d’avoir de la peine à admettre que ce sont mes compatriotes. Je sens poindre le mot renégat, mais il y a une autre explication : ils confondent la France avec la République.
Les « valeurs républicaines » se déclinent à l’infini, on le sait jusqu’à la satiété, mais sans jamais de référence à la France. Or la France est d’abord une patrie charnelle. En revanche, la République, qui n’est qu’une forme de gouvernement, est synonyme pour eux d’idéologie, idéologie avec un grand « I », l’idéologie majeure. Il me semble, en quelque sorte, qu’ils trahissent la première pour la seconde. Parmi le flot de références que j’accumule en épais dossiers à l’appui de ce bilan, en voici une qui sous des dehors bon enfant éclaire bien l étendue des dégâts. Elle est extraite d’un discours de Laurent Fabius au congrès socialiste de Dijon, le 17 mai 2003 : « Quand la Marianne de nos mairies prendra le beau visage d’une jeune Française issue de l’immigration, ce jour-là la France aura franchi un pas en faisant vivre pleinement les valeurs de la République »
Puisque nous en sommes aux citations, en voici deux, pour conclure : « Aucun nombre de bombes atomiques ne pourra endiguer le raz de marée constitué par les millions d’êtres humains qui partiront un jour de la partie méridionale et pauvre du monde, pour faire irruption dans les espaces relativement ouverts du riche hémisphère septentrional, en quête de survie »
(Président Boumediene, mars 1974.)
Et celle-là, tirée du XXe chant de l’Apocalypse :  » Le temps des mille ans s’achève. Voilà que sortent les nations qui sont aux quatre coins de la terre et qui égalent en nombre le sable de la mer. Elles partiront en expédition sur la surface de la terre, elles investiront le camp des saints et la ville bien-aimée ». ( Fin de citation ).

A l’heure où les hésitations, les atermoiements, les lâchetés s’étalent devant nous face à la montée, lente, sournoise, mais continue des dangers qui menacent notre civilisation, il m’a semblé utile de soumettre ce texte à la réflexion des lecteurs de ce blog.

Et sachant que, désormais, sur internet, rien ne s’efface, et rien ne s’oublie, ce texte émergera un jour, lorsque ceux de ma génération auront disparu, afin que nul n’oublie que ce qui sera advenu des générations futures, était prévisible, et que la « trahison des clercs »a enveloppé de silence les cris d’alarme de ceux qui refusaient de fermer les yeux sur l’inconcevable….

PS.- Afin que nul n’en ignore :

http://www.atlantico.fr/pepites/etat-islamique-en-irak-decapites-crucifies-ou-executes-yezidis-sont-massacres-djihadistes-1698567.html

http://www.algerie-focus.com/blog/2014/08/video-le-groupe-terroriste-daech-vend-t-il-les-femmes-kidnappees-sur-les-marches/

http://www.lorientlejour.com/article/881140/-a-mossoul-700-femmes-yazidies-ont-ete-vendues-sur-la-place-publique-a-150-dollars-piece-.html

Islam modéré …


Islam dominant

A l’heure ou des centaines de milliers de Chrétiens doivent choisir entre « la valise ou le cercueil » en Irak, ce billet s’adresse à tous ceux qui nous « pompent l’air » avec leur éternelle rengaine sur  » les Musulmans modérés et pacifiques , injustement stigmatisés  » par tous ceux qui ne cachent plus leur défiance à l’égard d’un Islam qui nourrit en son sein une minorité dangereuse pour l’équilibre du Monde et dont la barbarie n’est plus à démontrer : il suffit de jeter un regard circulaire sur ce qui se passe sur la planète, partout où l’Islam est majoritairement présent, et surtout, partout où, pour des raisons historiques, il doit cohabiter avec d’autres religions à l’égard des quelles il ne fait preuve d’aucune tolérance.

Cette tolérance même qu’il exige des autres là où il est minoritaire….

Comme le dit fort justement la jeune musulmane qui soulève cette question, et qui reçoit une réponse magistrale, l’Islam est plus qu’une religion: c’est une idéologie, et on ne combat pas une idéologie en fermant les yeux et en s’interdisant d’en parler.

Partout, le silence des « Musulmans modérés » est assourdissant….Alors quand « ils » prennent la parole, écoutons-les….

Ouvrir le lien:

A écouter intégralement, car cela résume en quelques mots le message que je m’efforce de faire passer sur ce blog, sur un sujet que le « politiquement correct » interdit d’évoquer.

Post-scriptum: A ceux qui assimileront ce billet à de « l’Islamophobie », je rappelle que, le Haut Conseil à l’intégration fondé par Michel Rocard s’est prononcé à ce sujet dans son rapport de décembre 2005 où il a rappelé unanimement que :

  1. En République, la critique de la religion, comme de toute opinion, est libre et constitutionnellement garantie.
  2. Elle ne saurait être assimilée au racisme et à la xénophobie, que les membres du Haut Conseil à l’Intégration combattent activement.
  3. La pratique de la religion étant libre, l’islamophobie, c’est-à-dire la peur ou a détestation de la religion islamique, ne relève pas du racisme.
  4. En France, la liberté d’expression n’a de limites légales que celles basées sur la protection des libertés fondamentales et des personnes. Dans le cadre laïque de la loi, l’expression religieuse et l’expression antireligieuse sont admissibles de la même façon ; il n’existe ni délit de prosélytisme, ni délit de blasphème (sauf en Alsace-Moselle).

Dans certains cas, des personnes peuvent s’estimer blessées par des propos qu’elles considèrent comme insultants vis-à-vis de leur foi et les dénoncer comme une agression. Or, ces propos ne deviennent condamnables que lorsqu’ils appellent à la haine religieuse, ou sont de nature diffamatoire ou injurieuse. On peut en effet tenir des propos critiques, satiriques ou tourner en dérision des croyances, sans pour autant viser les croyants en tant que personnes. La loi fait la part entre le respect des croyances — dont les croyances spirituelles qui concernent en propre les religions — et le respect des croyants, qui est de l’ordre des libertés publiques.

Non à « l’Islamo-béatitude ».


djihad

Si « l’Islam modéré » existe réellement en France, on devrait entendre les hurlements de protestation de ceux qui, en France, prétendent le représenter. 

Le silence des « belles âmes » reste assourdissant. Pas un cri « d’humanistes », ceux que l’on entend fulminer dès qu’un « tag » s’inscrit sur la façade d’une mosquée et qui vitupèrent contre ce qu’ils appellent de « l’intolérance »…..

Il y aura encore des « Grandes Consciences » et des « islamo-béats » pour nous expliquer que le « Djihad » et les Djihadistes » ne sont pas l’Islam….Qui peut encore les croire ???

Car ce que l’actualité nous montre, jour après jour en terre d’Islam, ne peut que renforcer « l’islamophobie », prise au sens strict du mot. C’est à dire « la phobie », , la peur, la terreur, l’horreur qu’inspire de plus en plus cet Islam conquérant, arrogant, agressif et meurtrier.

Au silence des Arabes de France, s’oppose la voix de ceux d’Algérie, par exemple, qui ont compris le danger que représente l’éviction des Chrétiens d’Irak, …et d’ailleurs. Pour preuve, l’article publié dans Algérie-Focus, par l’excellent journaliste algérien qu’est Kamel Daoud. En voici un extrait:

« Effet de zoom, du ciel vers la terre. Noun est désormais le signe tracé sur les portes des maisons des chrétiens d’Irak. Par les djihadistes de l’armée islamique de l’Irak et de Syrie, armée du Calife el Baghdadi.

Patiemment, pendant qu’Israël trace sa frontière, que la palestinien perd la sienne, le Calife dessine son pays comme un mouton offert à son Dieu. Une partie de l’Irak, de la Syrie, de la Jordanie en attendant les autres terres de Dieu ou des régimes.

Les maisons taguées de « Noun » sont vidées de leurs occupants qui sont chassés, ou sommés de payer la Djiziya ou convertis de force. Les monastères de plusieurs siècles sont envahis et vidés. Le drame se passe dans le dos du monde. Certains en Occident en alimentent le moulin de leurs peurs mais aussi de leurs détestations. D’autres d’indignent avec effroi de ce nouveau siècle et en appel à l’humanité, à l’aide et à la médiatisation pour stopper la rage noir. On se retrouve piégé entre propagandes et témoignages.

Le plus étonnant est surtout dans le monde dit « arabe » : silence quasi total.

Les yeux braqués sur d’autres sangs. Le monde dit « arabe » s’est dévitalisé de ses élites, de ses richesses, de ses hommes et, en dernier, de ses diversités essentielles. Les clergés, les chouyoukh, les muftis et les élites religieuses ne disent rien sur cette tragédie. Les médias locaux aussi. Pas de condamnations ni de cris ou tellement peu.

Et pourtant c’est un mal fou fait à l’universalité de leur foi. Un meurtre du sens. On ne peut pas prétendre à la fois proposer une vérité à l’humanité, parler de musulmans pourchassés et tués, d’islamophobie, de préjugés et d’exclusion, quand on se tait sur celle des autres, des siens, de des voisins et compatriotes, sous ses propres yeux. La justice est un bien indivisible.

Ce silence sur le sort des chrétiens et des autres minorités religieuses dans le monde « arabe » le décrédibilise, le frappe de suspicion et l’écarte du droit de prendre la parole ou de réclamer justice au monde. Cela sera retenu contre lui et on sen servira. C’est aussi un désastre de l’économie, du sens et de la vitalité essentielle pour son retour à la vie. Les Djihadistes tuent, mais c’est le reste des opinions « arabes » qui enterrent les corps et les faits par l’indifférence à ce drame. Le meurtre de la diversité est le meurtre de l’altérité. Et il y a donc pire que d’être arabe en ce siècle, c’est être arabe chrétien, arabe bouddhiste ou arabe païen ou arabe sans religions ou arabe musulman tolérant. »

– See more at: http://www.algerie-focus.com/blog/2014/07/noun-de-lencre-au-crime-par-kamel-daoud/?utm_source=Alg%C3%A9rie+Focus&utm_campaign=f07df28f64-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_1414bacf27-f07df28f64-28094085&ct=t(RSS_EMAIL_CAMPAIGN)#sthash.BE5XTEe9.dpuf

 Un texte qui aurait mérité d’être repris cent fois dans la Presse française, et même dans la Presse européenne. Mais « nos journaleux à nous », sont tétanisés, par la trouille de dénoncer l’inacceptable, et par la trouille tout court…Bravo à Kamel Daoud.

Pour ceux qui ignorent, ou font semblant d’ignorer, ci-dessous la traduction en français de la lettre de Sa Béatitude Louis Raphael I Sako, Patriarche de l’Église catholique chaldéenne, à propos de la situation des chrétiens à Mossoul.

Aux personnes de conscience et de bonne volonté en Irak et dans le monde,
Aux voix modérées, nos frères et sœurs en Irak et dans le monde musulman,
À tous ceux qui sont concernés par l’avenir de l’Irak en tant que nation et pour tous ses citoyens,
À tous les dirigeants, penseurs, militants des droits de l’homme,
À tous les défenseurs de la dignité de la personne humaine et de la liberté des religions,

La paix et la miséricorde de Dieu

À la suite de la prise de contrôle par des djihadistes islamistes de Mossoul et leur annonce d’un État islamique, après plusieurs jours de calme et d’attente, la situation s’est dégradée pour les chrétiens de la ville et des environs. Les premiers signes de ce retournement ont été les enlèvements de deux religieuses et trois orphelins qui ont été libérés après 17 jours. Nous avons été encouragés par cette issue et nous y avons vu une lueur d’espoir et une ouverture. Mais nous avons été surpris par les dernières évolutions. L’État islamique a publié une déclaration appelant les chrétiens à se convertir publiquement à l’Islam et à défaut, soit de payer la jizya sans préciser un plafond, soit de quitter leur ville et leur maison, avec seulement leurs vêtements, sans bagages ; et il a émis une «fatwa» indiquant que leurs maisons devenaient la propriété de l’État islamique. Ils ont marqué la lettre « N » sur les maisons des chrétiens pour « Nazaréens »! De même, ils ont marqué les maisons des chiites avec la lettre (R) pour « Rejectors ». Qui sait ce qui arrivera dans les prochains jours, car les lois de l’État islamique sont basées sur ce qu’ils prétendent être la loi de la charia, y compris la redéfinition des identités sur la base de la religion et le sectarisme.

Ces exigences offensent les musulmans et la réputation de l’Islam qui dit « vous avez votre religion et nous avons la nôtre» et «Il n’y a pas de contrainte en religion », et c’est en contradiction avec mille quatre cents ans d’histoire, avec la vie du monde islamique et la coexistence des différentes religions et des différents peuples, est et ouest, avec le respect de leurs croyances et la vie dans la fraternité. Les chrétiens et en particulier dans notre Orient, et ce depuis l’avènement de l’Islam, ont partagé les souvenirs doux et amers, leurs sangs ont été mêlés dans la défense de leurs droits et de leurs terres, et ensemble ils ont construit des villes, la civilisation et le patrimoine. Il est honteux que les chrétiens soient rejetés, expulsés et discriminés. Il est évident que ce rejet aurait des conséquences désastreuses sur la coexistence entre la majorité et les minorités, parmi les musulmans eux-mêmes, dans le court et long terme. À partir de là, l’Irak se dirigerait vers une catastrophe humanitaire, culturelle et historique.

C’est pourquoi nous lançons vers ces hommes un cri chaleureux, fraternel, urgent et sérieux et nous adressons à nos compagnons Irakiens qui les soutiennent un appel à reconsidérer leur stratégie, à respecter les innocents non armés, de toutes les ethnies, de toutes les religions et de toutes les sectes. Le Coran impose le respect de l’innocent, et n’appelle pas à saisir de force les biens des personnes. Il appelle à aider la veuve, l’orphelin, l’indigent et à les défendre et recommande même d’aider le septième voisin. Nous appelons aussi les chrétiens de la région à faire preuve de rationalité et de perspicacité pour réfléchir au mieux leurs choix, à comprendre ce qui est prévu pour la région, à avancer ensemble dans l’amour, à penser ensemble dans la solidarité pour renforcer la confiance en eux-mêmes et en leurs voisins, à se rassembler autour de leur Église, à être patient, endurant et prier jusqu’à ce que la tempête passe.

+ Louis Raphael I Sako
Patriarche de l’Église catholique chaldéenne

17/07/2014

Sans commentaire.

PS: Pour ceux qui ont encore quelques doutes:  » Al-Qaida en France, révélations sur ces réseaux prêts à frapper, éditions du Seuil. « . Et pour ceux que la lecture rebute se reporter à l’article paru (discrètement ) dans « Le Point ».

Et s’il vous reste encore un petit doute, regardez cette vidéo, et vous comprendrez comment on peut convaincre des esprits faibles que, grâce au Djihad, le Paradis est à leur portée: rendez-vous sur « Algérie-Focus » .

Les « zintellectuels »…..


IntellectuelsNous sommes dotés, en France, d’une espèce particulière d’intellectuels, qui vit dans un milieu fermé, le milieu de ceux qui savent tout sur tout, et qui de surcroît, ont la prétention de façonner l’opinion des Français.

On les rencontre dans tout ce qui, dans les émissions télévisées ou dans la Presse écrite, contribue à élaborer la « doctrine » du « politiquement correct »… Pascal Boniface les connaît bien, pour les avoir affrontés sur les plateaux à l’occasion de débats où ils viennent étaler leur science.

On les reconnaît à leur manière un tantinet hautaine de traiter le peuple et surtout les courants d’idées qui traversent l’opinion publique sur les sujets « sensibles » auxquels notre société en voie de décomposition se trouve confrontée.

Ils contribuent à l’enfumage généralisé de l’opinion, en répandant des points de vues lénifiants, et en popularisant des analyses qui sont à l’opposé de ce que le peuple ressent, mais n’ose pas exprimer pour ne pas se sentir dévalorisé intellectuellement, par rapport à ses « zélites »….

Le revue de Presse à laquelle je me livre quotidiennement m’en fait découvrir quasiment un par jour.

Ma dernière trouvaille, je l’ai faite dans le quotidien « Libération », un quotidien dont les colonnes sont largement ouvertes à cette catégorie de penseurs, aux opinions catégoriques, de Gauche, bien évidemment, dégoulinantes, comme de coutume, de « générosité », d’humanisme à deux balles, et de tolérance à tous les excès dont souffre ce pays, venant de « communautés » minoritaires, mais bruyantes et promptes à manifester.

Ce zèbre se nomme Thomas Guénolé, et ceux qui suivent l’émission quotidienne ( excellente ) de Valérie Expert sur LCI, « Choisissez votre camp », ont pu l’apercevoir, et apprécier son point de vue cassant, émis avec juste ce qu’il faut d’arrogance pour énerver ses interlocuteurs.

Hier, il signait une tribune dans « Libération », dans laquelle il apportait de l’eau au moulin de ceux qui ont cherché à minimiser l’importance et la portée des manifestations en faveur des Palestiniens, qui ont donné lieu à quelques « débordements » accompagnés « d’incivilités », qui ont surpris, pour ne pas dire écoeuré de nombreux Français…. Je le cite:

Soixante-dix ans plus tard, Matignon estime à quelque huit cents individus, très jeunes, les «djihadistes français» partis se battre en Syrie et en Irak aux côtés de groupes armés qui se revendiquent d’un islam dégénéré, obscurantiste et barbare.

Evidemment, ils sont bien trop peu nombreux pour que l’on puisse en déduire quoi que ce soit sur la jeunesse française en général, ou celle de nos banlieues en particulier.( Evidemment, 800 Djihadistes français, il en faut plus que ça pour émouvoir notre animal à sang froid !!!).

Dès lors, pourquoi tant de commentateurs, d’analystes et d’éditorialistes s’obstinent-ils à fantasmer sur «l’islam-des-banlieues» endoctrinant nos «jeunes-de-banlieue», modernes croque-mitaines auxquels leur imaginaire semble coller d’office un cocktail Molotov dans une main et un AK-47 dans l’autre ? (Il n’y a vraiment pas matière à émouvoir les Français: il faut garder son sang-froid !!!).

Sur quels constats précis, documentés, se basent-ils pour faire un lien de cause à effet entre l’islam de France et le djihadisme ? Sur quels faits concrets se fondent-ils pour dépeindre ou sous-entendre le portrait de banlieues tenant plus de Gaza que de La Courneuve ? Où peut-on rencontrer ces terribles hordes de prêcheurs de banlieue d’un islam djihadiste, et ces foules de ‘‘jeunes-de-banlieue’’ qui les écouteraient pieusement ? ( Où donc, je vous le demande ???).

Bis repetita en ce qui concerne la manifestation pro palestinienne du 19 juillet. Les images des affrontements entre émeutiers et policiers sont spectaculaires et saisissantes. Que des casseurs y arborent des symboles pro palestiniens leur donne une allure de propagation du conflit israélo-palestinien sur le territoire français.

Cependant, là encore les faits sont têtus : ces casseurs qui ont attaqué les CRS et les gendarmes mobiles étaient à peine une centaine. ( à peine !!! ).

Il n’y a donc en aucun cas matière à fantasmer sur une violence pro palestinienne qui se répandrait dans telle partie de la jeunesse de France. En d’autres termes, avant de stigmatiser des pans entiers de la population de notre pays à grands renforts de fantasmes délirants, il convient d’apprendre à quantifier les problèmes. ( Scientifiquement, bien sûr ???)

Sept mille SS Français ne font pas une jeunesse française collabo. Huit cents djihadistes français ne font pas une jeunesse de banlieue ‘‘islamo’’-terroriste. Cent casseurs ne font pas des pro palestiniens violents. Quant aux millions de musulmans de France, des gens sans histoires qui ne demandent rien à personne, il s’agirait une fois pour toutes de les laisser vivre en paix. ( J’ajouterai, qu’on leur demande, en outre de ne pas cautionner, par leur silence assourdissant, les actes insupportables d’une minorité des leurs…).

On imagine l’impact d’un tel « papier » sur la communauté juive française, légitimement inquiète et déboussolée….

Désolant, navrant, pour ne pas dire hallucinant d’aveuglement.

On pourrait se contenter de déplorer, si ce personnage n’était considéré comme un « Politologue », – une « espèce en voie de prolifération, avec les « sociologues », les « sondeurs » et les « chercheurs du CNRS » -.  Un politoligue qui occupe, en outre, des fonctions de « Maître de Conférences » à Sciences-Po !!!

Ce sont des « zintellectuels » de cet acabit qui forment les futurs candidats à l’ENA et ceux qui demain gouverneront la France. Leur « science » est purement livresque, mais du haut de leur « expertise », ils regardent, avec dédain, ce peuple auquel ils ne comprendront jamais rien, et transmettent leur « savoir » aux générations futures auxquelles ils enseignent l’art de parler pour ne rien dire, de brasser du vent, mais surtout celui de faire, de la fumée, un moyen de cacher les braises….

PS: Ce que Thomas Guénolé n’a pas lu est ne lira jamais, car ça ne l’intéresse pas, puisque, par définition, il a la « science infuse »…..:

« Ce que révèlent les comptes-rendus de la police sur ce qui s’est réellement passé à Barbès et à Sarcelles: Atlantico a pu lire en exclusivité les compte-rendus des compagnies de CRS présentes sur le terrain les 19 et 20 juillet. Récit, heure par heure, de ce qui s’est passé le week-end dernier. »Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/manifestations-pro-palestiniennes-qui-derapent-que-revelent-compte-rendu-police-qui-est-reellement-passe-barbes-et-sarcelles-1674894.html#48J72wBFVlvfWR8m.99

Est-ce cela, la France de demain ???


Pingouines

Demain, les plages françaises ???

Ce diaporama de photos prises par un ami, sur les plages de Marseille est sidérant.

Il montre une France en devenir ……

329678_jclaude44 -1-

(Ouvrir avec Microsoft Power-Point)

Ces images nous interrogent: est-ce bien ça la France que veulent les Français pour leurs enfants ??? Qui peut croire qu’une cohabitation aussi explosive puisse perdurer ??? Et qui peut croire que c’est cela, l’avenir de la France ???

En regardant ces images, j’ai été pris d’une sentiment d’angoisse pour l’avenir de nos petits-enfants.

Et un sentiment de colère à l’égard des inconscients qui ont conduit notre pays sur cette voie, malgré les mises en gardes, et les alertes,…..qui se multiplient.

Des inconscients qui ne voient pas, aveuglés par leurs « convictions » pseudo-humanistes que deux peuples, deux cultures, deux mondes vivent côte à côte, en attendant de s’affronter demain. Lorsque le germe des « fous de Dieu », la violence des djihadistes de retour, après leurs sanglantes aventures en Syrie, aura rompu une cohabitation jusque là « paisible »….

Car, le ver est dans le fruit….

Et tout cela se paiera un jour.

http://www.lepoint.fr/monde/syrie-selon-cazeneuve-il-y-a-285-francais-engages-dans-le-djihad-30-04-2014-1818030_24.php

285 Français ??? Seulement ??? J’ai cru entendre à la Radio qu’ils étaient entre 7 et 800, rien qu’en Irak ??? Mais je doois me tromper….

%d blogueurs aiment cette page :