Faux-culs, faucons….


Sanglot

https://youtu.be/44vzMNG2fZc

Les observateurs, s’interrogent. Sommes-nous en train d’assister, à la fin de « la Fin de l’Histoire »???. Sommes-nous en train de vivre un retournement majeur de l’opinion ??? Sommes-nous en train d’assister à une prise de conscience de la société insouciante, festive, libertaire, celle de la « jouissance sans entraves » que nous ont léguée les « révolutionnaires de Mai 1968. Une Société soudain sidérée devant la gravité des dangers qui la menacent…

Je n’en suis pas sûr. Malgré quelques symptômes tels qu’une prise de conscience identitaire soudaine, répondant à une menace qui s’en prend à « ce que nous sommes ». Des symptômes qui se traduisent, entre autres, par une propension à hurler les premiers couplets de la Marseillaise, un peu partout, dans les stades, sur les lieux où se sont déroulés des évènements tragiques, traduisant le réel besoin qui s’exprime dans la jeunesse, de retrouver un semblant d’Unité Nationale….

Ce qui me paraît certain, c’est que ceux qui étaient prêts à « brader » notre identité, à accepter de remettre en question les valeurs qui fondent notre civilisation, notre culture, nos traditions, au nom d’un « vivre ensemble » fantasmé, en fermant les yeux sur tout ce qui pouvait remettre en question leurs certitudes naïves, tous ceux-là sont ébranlés, soudain, par la brutalité des faits.

Car « les faits sont têtus »!!! (Je crois que l’on peut attribuer cette maxime à un certain Michel Rocard…)

A force d’auto-critique, de repentance, « justifiées » par notre « culpabilité post-coloniale », incitant l’homme occidental »à de lourds « sanglots » en raison de ses turpitudes supposées, nous avons perdu le sens de la mesure des dangers qui menacent une civilisation: la nôtre, dont la richesse comparée à celle du monde qui l’entoure suscite des convoitises de la part de ceux qui, profitant de notre « culture de l’excuse » justifient l’horreur et la haine qui les inspire par une sorte de légitimité victimaire, qui se nourrit de notre propre contrition….

On a soudain le sentiment de l’effondrement de tout le bloc de valeurs qui nous sont assénées par ceux dont les « convictions »obscurcissent les esprits:  le culte de la différence, du métissage, de la mixité, associé à une sorte d’altruisme dévoyé au point de valoriser « l’Autre » au détriment de nous-mêmes, comme si nous devions absolument nous rabaisser afin que l’autre ne se sente pas inférieur, a envahi nos sociétés, jusque dans son système éducatif….

Et tout aussi soudainement, une époque s’achève.

La Gauche française est contrainte à un de ces « retournements de veste » dont elle a le secret.

J’ai connu l’époque où un certain François Mitterrand proclamait que « l’Algérie c’est la France », l’époque où il envoyait l’Armée française combattre « les rebelles »et faisait guillotiner les auteurs d’attentats terroristes en Algérie, ce qui n’a jamais empêché nos socialistes de faire comme s’ils étaient, depuis toujours, à la pointe de « l’anti-colonialisme ».

Tous ceux qui dans les années 50 dénonçaient le « colonialisme » de l’Occident, en omettant d’évoquer la politique coloniale de l’Union Soviétique et vouaient un culte au Stalinisme et aux « lendemains qui chantent » du catéchisme marxiste, et leurs héritiers, sont les mêmes à nous jouer la mélodie du « vivre ensemble », avec le même aplomb …sauf que leur crédibilité en a pris un coup …..

La Gauche des « faucons » d’aujourd’hui tente de faire oublier qu’elle raillait, il n’y a pas si longtemps, la « politique sécuritaire » défendue par la Droite. Tout comme elle raillait ceux qui s’inquiétaient des angoisses identitaires des Français, Tout comme elle jugeait « irresponsable » de toucher une seule ligne du traité de Schengen : la « libre circulation » qui faisait partie des totems sacrés de l’Europe est en train de voler en éclats à la demande pressante de notre « sinistre de l’Intérieur ». L’éventualité d’un retrait de la nationalité française aux bi-nationaux impliqués dans des actes de terrorisme ou ayant choisi de combattre contre la France était considérée, il y a encore peu de temps, comme une hérésie, « contraire à nos valeurs », etc….

Déchoir

Tous ceux qui applaudissaient à ces balivernes en ont le souffle coupé !!!

La négation de l’autorité, la sacralisation de « l’interdit d’interdire », les fanatiques du « ni Dieu, ni maître », de la haine de ce que nous sommes, du rejet des traditions, le mépris envers ceux qui attachaient à la Marseillaise la valeur symbolique de l’attachement à la Nation, sont en train de sombrer. Balayés par un peuple qui dans ses profondeurs a compris que l’on s’attaquait là au socle de ce qui fait de nous des Français attachés à leur Patrie.

L’univers mental fait d’un mélange d’angélisme, de foi aveugle dans un progressisme dont nul n’est plus capable de nous dire où il nous mène, est en train de se dissoudre, emporté par la nécessité de regarder le monde en face et de l’affronter tel qu’il est et non pas tel que nous l’aurions rêvé.

J’admire l’extraordinaire capacité des Socialistes français à retourner leur veste et à changer de coquille à la manière des homards….

Plus à droite que la Gauche française, tu meurs aujourd’hui.

Même Marine Lepen en a le bec cloué. Quand à la Droite républicaine, elle se sent dépouillée de ses idées, de ses velléités de ponte d’un programme, puisqu’elle n’est déjà plus dans l’opposition: baillonnée par la mise en demeure d’adhérer à l’Union Nationale avec ceux qui ont tout fait pour diviser le pays !!!

Nous vivons une époque curieusement intéressante, si ses perspectives n’étaient tragiques….

La Cage aux « Phobes ».


Lion

« Je suis frappé depuis quelques années par l’opération de médicalisation systématique dont sont l’objet tous ceux qui ne pensent pas dans la juste ligne : on les taxe de phobie. Et personne n’ose seulement délégitimer cette expression en la problématisant (c’est-à-dire en disant ce que se devrait de dire à tout propos un intellectuel : qu’est ce que, au fait, ça signifie ?). Il y a maintenant des phobes pour tout, des homophobes, des gynophobes (encore appelés machistes ou sexistes), des europhobes, etc. Une phobie, c’est une névrose : est-ce qu’on va discuter, débattre, avec un névrosé au dernier degré ? Non, on va l’envoyer se faire soigner, on va le fourrer à l’asile, on va le mettre en cage. Dans la cage aux phobes. »

Philippe MURAY, Exorcismes spirituels III, Les Belles Lettres 2002, p. 267.

Philippe Murray, un auteur auquel je suis fidèle, hélas disparu trop tôt, – ce qui nous prive du regard goguenard qu’il portait sur une société atteinte de délire collectif -, avait eu ce mot ironique sur les travers de ceux qui vivent dans l’obsession des « phobies » qui sont devenues le « mal du siècle » qui tarode les « belles âmes »:  « Nous nous sommes enfermés dans la cage aux « phobes » : islamophobes, xénophobes, europhobes, homophobes…. » disait-il.

Les évènements de ces derniers jours, lorsque deux icônes de la gauche médiatique, Aymeric Caron et Caroline Fourest, s’entretuent autour des suites de l’effet Charlie, dans une déferlante d’injures et d’accusation, alors que l’élan de concorde nationale, la mesquinerie et le narcissisme  rétablissent leur emprise sur la France médiatique, les altercations échangées par des « zintellectuels » de la Gôche bien-pensante sur le thème de « plus islamophile que moi, tu meurs », les noms d’oiseaux dont sont parés ceux qui refusent d’adopter un « prêt-à-penser » conçu pour des gabarits intellectuels qu’une conception égalitaire de l’intelligence condamne à n’avoir que des « idées courtes », tout ce maelström aux relents de totalitarisme intellectuel, m’a plongé dans un profond malaise identitaire.

J’ai évoqué cette question douloureuse dans un billet déjà ancien:                                                 https://berdepas.wordpress.com/2013/04/21/phobies/

Aujourd’hui, j’en suis à me demander si je reste fréquentable par mes amis, et si, dans ma famille, je conserve un soupçon de considération, tant je me sens prisonnier, et enfermé dans « la Cage aux Phobes » raillée avec talent par Philippe Murray.

En effet, :

– Depuis que j’ai découvert que ma mère avait mis au monde, en ma personne, un enfant mâle, blanc, aux cheveux blonds, je n’ose plus me regarder dans une glace, car dans le climat ambiant, j’ai le sentiment d’être vu comme un « raciste présumé ».

– Ne votant pas à Gauche, et ce, depuis que j’ai une carte d’électeur, je crains d’être bientôt « fiché » dans le cadre des Lois nouvelles sur la protection de la République, et de devenir une cible pour les « écoutes » destinées à mettre sous surveillance, ceux qui sont soupçonnés d’appartenir à  un « groupuscule d’Extrême-Droite ».

– Je suis hétérosexuel, ce qui, compte tenu de mes gènes, fait de moi un mâle blanc, sexiste et homophobe, un « genre » de plus en plus déprécié…

– N’ayant jamais été syndiqué, je suis potentiellement , un « ennemi de la classe ouvrière », et le suppôt d’un Patronat rétrograde et exploiteur.

– Etant agnostique, je suis considéré par mes « frères musulmans », au mieux, comme un mécréant, au pire comme « un chien d’infidèle »…

– Etant réfractaire à toute forme de prêt-à-penser, et refusant d’accorder un crédit aveugle à l’opinion diffusée par les médias traditionnels, je suis considéré comme un dangereux « réactionnaire ».

– Etant de ceux qui n’éprouvent aucun sentiment de « repentance » pour le passé colonial de la France dont je ne me sens en rien coupable, je suis considéré comme un « nostalgique »du colonialisme doublé d’un raciste incurable.

– Bien qu’aucune goutte de sang français ne coule dans mes veines, je suis, viscéralement attaché à mon identité de Français, à ma culture, à la langue française que m’ont enseigné des « maîtres » que je vénère, et aux traditions familiales héritées de mes grand-mères et entretenues par mes parents, ce qui fait de moi, selon les critères à la mode, un « xénophobe ».

– Je suis de ceux qui considèrent que la place des voyous est en prison, et que la prison est la sanction qu’inflige la société à ceux qui en méprisent les règles, je fais donc partie de ceux qui sont atteints d’un « délire sécuritaire », et qu’il serait prudent d’enfermer.

– Je suis de ceux qui considèrent que l’effort, le travail, les sacrifices et le mérite doivent être récompensés, et que les fainéants n’ont que ce qu’ils méritent, ce qui fait de moi un être « anti-social », attaché à « l’héritage dynastique » de valeurs bourgeoises, indifférent à la condition de ceux que la société, coupable, a « défavorisés ».

– En outre, et pour aggraver mon cas, je déteste ceux qui font les généreux avec l’argent qu’ils prennent dans la poche des autres, qui, pour l’immigration, ont les yeux de Chimène , mais qui vivent dans les beaux quartiers, envoient leurs enfants dans des écoles privées pour leur éviter le contact avec ceux qui sont issus de cette immigration dont ils considèrent qu’elle est « une richesse pour la France ».

– Enfin, je déteste cette Europe de technocrates, gouvernée par tous ceux que leur propre pays, où ils ont apporté la preuve de leur incompétence, ont sournoisement « exfiltrés », pour les caser. Une Europe dépassée par les défis auxquels elle est exposée et qui est incapable de concevoir un projet cohérent pour les générations futures, ce qui fait de moi un affreux « europhobe ».

Enfermé, ainsi, dans « la Cage aux Phobes », je survis, donc, espérant conserver encore quelques amis fidèles et indulgents, ainsi que l’affection des miens, qui savent qu’hélas, compte tenu de mon âge, il y a peu d’espoir pour que je change un jour prochain.

Mais je ne me sens pas seul dans la « Cage aux Phobes » : je suis en compagnie de nombre de mes semblables, enracinés dans la Nation, ses paysages et sa culture, et qui refusent d’appartenir à la nouvelle espèce humaine, – « l’Homme Nouveau » cher à Huxley – sortie de l’imagination fantasque de quelques « zintellectuels » de Göche. Cette « utopie anthropologico-politique » dont la « théorie du Genre » , qui – comme chacun sait – « n’existe pas », est une illustration dont le but est de supprimer, en niant leur existence même, tous ceux qui sont enfermes dans la « Cage aux Phobes »……

Les « héros » sont fatigués….


Après avoir lutté sur tous les fronts, là où rode l’odeur de la poudre qui se mêle à celle de la mort, le « philosophe » préféré des médias, celui dont le portrait illustre le mieux l’omniprésence des »baroudeurs de salons »issus de la « bobocratie visionnaire » qui règne, sans partage sur la vie intellectuelle française, est de retour au bercail.

Bernard-Henry Lévy aspire, enfin, à un repos mérité. Le repos du « guerrier »en quelque sorte.

Il partage sa couche dans la posture théâtrale du séducteur, avec sa compagne de toujours, celle dont la voix de rossignol et les talents multiples se conjuguent avec une féminité ingénue et un charme inimitables.

bhl

Photo publiée par « Le Point ».

Dans le décor luxueux d’un Riad marocain BHL se détend, et médite, entre deux moments de tendresse, avant de s’envoler vers de nouvelles aventures philosophico-diplomatiques , sur les théâtres d’opérations où le sang coule au son du canon. 

La quête d’une photo aux côtés des grands et des moins grands de ce monde est devenue le moteur de ses « exploits ».

Car, doutant de la postérité de ses oeuvres littéraires et de son « message philosophique », il s’efforce d’entrer dans la postérité par une autre porte : celle que lui ouvrent complaisamment des médias en quête de « bons clients », de belles gueules, de grandes gueules surtout, capables de tout pour faire parler d’elles….

Or, BHL ose tout. Les cris de « dégage »de la piétaille qui l’a accueilli à Tunis le laissent indifférent. Non content de se prévaloir d’une influence décisive dans l’intervention française calamiteuse en Libye, il a récidivé en Ukraine, puis en Syrie, et le voici depuis peu aux côtés des Peshmergas dans leur affrontement avec Daech !!!! Des Peshmergas qui, grâce à son influence, ont été reçus récemment à l’Elysée….

Grâce à ce stratège en géopolitique de café du commerce, on entrevoit l’éventualité d’un nouveau destin pour Saint-Germain des Près : entre le Boul’Mich et le Café de Flore, émergerait l’équivalent du Pentagone, là où se préparent et se décident la guerre ou la paix, selon l’humeur philosophique de ces « beaux esprits »dont la quête désespérée d’un « Islam des Lumières » est une spécialité française que « le monde entier nous envie »…..

L’étiquette, la Cour et les Courtisans….


versailleslouisXIV« L’étiquette, c’est l’ensemble des règles qui organisaient la vie de la famille royale, des courtisans et du personnel qui les entoure, à Versailles. »

« En France, l’étiquette s’est développée à partir du règne du roi François Ier et connut son apogée et sa forme la plus codifiée et la plus rigide d’Europe sous le règne du roi Louis XIV. »(La vie à Versailles sous la Monarchie).

Sous Normal 1er, au Château de l’Elysée, l’étiquette a un sens politique. D’où la notion popularisée « d’étiquette politique » dont la couleur varie en fonction des idées qu’on lui attribue…

Hollandor« L’étiquette » participe au culte monarchique. Elle permet au monarque d’exprimer sa satisfaction ou son mécontentement vis-à-vis des courtisans à qui il procure ou retire les « Honneurs », dont l’honneur de le servir de près. Elle permet aussi aux courtisans de s’affirmer, de marquer leur place (quelquefois provisoire) face à la concurrence des autres membres de la cour. (Ibid.)

Le cérémonial de « l’étiquette » est divisé en trois parties, le « petit lever », la « première entrée » et le « grand lever ». Pour le petit déjeuner le roi est servi dans sa chambre. Les grands déjeuners sont servis dans la Grande Salle à Manger du « château ».  Les Ministres et les « Favorites » y assistent debout.

Hollande« Quand l’ordre de mettre le couvert est donné, l’huissier de salle se rend chez les gardes du corps en désigne un chargé du service du « gobelet ». Ainsi escorté, le chef du gobelet apporte la nef (pièce d’orfèvrerie refermant des serviettes et des coussins de senteurs), tandis que d’autres officiers du gobelet en font de même avec le reste du couvert. »(ibid.)

Puis l’huissier retourne chez les gardes du corps et avec une nouvelle escorte se rend à la « bouche ». Les plats de viande sont alors transportés vers la salle du repas. L’huissier de salle marche en premier, suivi par le maître d’hôtel, puis par le « Directeur de Cabinet » chargé de « goûter » les plats.(ibid.)

Chaque plat est escorté par trois gardes républicains armés. Arrivés dans la salle les plats sont reçus par le « Directeur de Cabinet » qui les goûte avant de les poser sur la table, entouré des trois gardes républicains. Il en est de même pour les autres plats.

De temps à autres, le Monarque lâche un pet de satisfaction. Et les Ministres, au signe du Premier d’entre eux, applaudissent.

Sous Normal 1er, l’étiquette a été récemment « modernisée ».

Les « Favorites » ne sont plus autorisées à assister au réveil du Monarque. Mais c’est le Monarque en personne qui leur rend visite, dans leurs appartements, situés à proximité du Château.

Dans ce cas, l’étiquette exige qu’il s’y rende casqué, en scooter à trois roues pour sa sécurité, précédé de deux motards de la Garde Républicaine. La Favorite, après avoir été « honorée », est gratifiée de deux croissants chauds.

(Quand on pense que « les révolutionnaires » ont décapité Louis XVI, le « monarque serrurier », pour en arriver là !!!)

Berbèritude…


NajatCharmante cette « berbère » !!! On aurait envie de lui demander, à la place de celui qui l’interroge, si dans la culture berbère « à laquelle elle est si profondément attachée », il y a une place pour « la théorie du genre », pour « le mariage pour tous »et pour les LGBT.

Connaissant bien le Maroc et particulièrement le Riff dont elle est issue, j’en doute...

https://www.youtube.com/watch_popup?v=wdh1kUra4TE&feature=youtu.be

Le « bi-culturalisme » associé à la « bi-nationalité », cela permet d’être berbère chez les berbères et socialiste en France.

Joyeux Noël !!!


Partout, dans le monde chrétien, on se prépare à fêter Noël.

De retour de Londres, où nous avons pu admirer la lumineuse beauté de la ville. Une promenade nocturne, en bateau sur la Tamise, nous a révélé que Londres avait ravi à Paris le titre envié de « Ville Lumière ». La City brille de tous ses feux.

LondresDans les artères principales, les arbres sont illuminés. A chaque carrefour, des arbres de Noël gigantesques, ornés de boules et d’étoiles argentées donnent le ton. Des « Pères Noël » se promènent dans les rues et suscitent la curiosité des petits enfants, et avec une bonhomie sympathique s’offrent à la photo des passants. Sur la place de Trafalgar, haut lieu de la vie Londonienne, une immense crêche a été dressée, pour le bonheur des enfants, et des touristes qui se pressent pour faire la photo. C’est la fête.

CrêcheAu retour, Bruxelles nous offre un curieux contraste. Comme si, en traversant le Channel par l’Eurostar, on changeait de planète….

 Dans ce pays qui tente, lui aussi,  de tourner le dos à ses racines chrétiennes, des conflits naissent un peu partout, suscités par des crétins, au nom d’une interprétation de la laïcité réductrice et stupide. Sur la Grand Place, lieu traditionnel de rassemblement des Bruxellois et des touristes, au moment de Noël, on a grillagé la crêche pour éviter que des crétins se livrent, comme cela a été le cas au cours de ces dernières semaines, à des dégradations stupides.

Les mêmes contestations s’élèvent, également en France, car l’existence de crêches ou d’Arbres de Noël « contrarient »certains Français d’adoption.

J’entends par là, on l’aura compris, des Français qui exigent d’être adoptés par la France, mais qui refusent d’adopter ses traditions.

La laïcité existe depuis plus d’un siècle et certains « crétins », – les mêmes -, découvrent soudain que les Arbres de Noël, et les Crêches, sont des atteintes à la « sacro-sainteté » de la Laïcité. Et ils s’en vantent, au point que l’on pourrait les entendre chanter à leur manière, ce chant de Noël : « Je suis crétin, voilà ma gloire… »

A Londres, par contre, femmes voilées et leurs enfants, Pakistanais, Chinois, et britanniques de toutes les couleurs se mêlent à la fête dans une atmosphère « bon enfant ».

Alors que, bientôt, en France, il faudra sans doute, pour ne pas froisser ces « nouveaux venus, qui sont des Français comme nous  » ( !!! ) débaptiser des villes entières.

Saint-Etienne, Saint-Malo, et bien d’autres cités feront injure à ceux pour qui « Il n’est de Dieu que Dieu », et qu’un seul Prophète est autorisé à s’exprimer en son nom. Alors, adieu Saint Germain des Près, Saint Cyprien, et que deviendront la Sainte Chapelle, et Saint Denis, tombeau des Rois de France ???? Par contre, il est peu probable qu’à Saint-Ouen, la rue « Nadia Guendouze », poseuse de bombes du FLN, soit débaptisée…..

En France, les premières nouvelles sont mauvaises. Il semble que ce pays soit sur le point de devenir la Patrie des « déséquilibrés » de la Planète : des attentats commis au nom d’Allah, viennent endeuiller la Fête. Mais il ne s’agit que de « concomitances »… pour l’instant.

Mais, s’il s’agit de déséquilibrés, qu’est-ce qu’un déséquilibré ??? Un terme bien commode , pour tenter de maquiller une sinistre réalité. Ces fous de Dieu, capables d’égorger des femmes et des enfants ou de les transformer en esclaves sexuels, ne sont-ils pas, eux aussi, des déséquilibrés ???

Ceux qui participent au  Festival des voitures brûlées qui enflamme chaque nuit de Noël depuis des années, en attendant la nuit du Nouvel An, sont-ils « des Français normaux », ou des déséquilibrés ????

Et chez beaucoup de nos « gauchistes-révolutionnaires »coupeurs de têtes, qui souffrent d’un « mal-être » dans la société qu’ils veulent renverser, n’y-a-t-il pas de la graine de déséquilibrés ????

Un peu plus tard, en ouvrant la Presse je découvre les mauvaises nouvelles : la riposte des « belles âmes » n’a pas tardé. C’était prévisible et je le laissais entendre dans de précédents billets. Il était urgent de faire taire Zemmour. La conjonction des « zozos » et des « bobos » est parvenue à ses fins. Elle a, enfin, obtenu l’éviction de Zemmour du paysage médiatique. Ainsi, en cette veille de fêtes, les Français pourront s’adonner , sans être contrariés, au déni de réalité. D’une réalité qui est cependant sur le point de leur sauter à la figure. Mais le seul fait de l’évoquer, c’est déjà attiser la haine….

Vous imaginiez que la République protège la Liberté de penser, la Liberté d’opinion, la Liberté dans la Presse ???? Détrompez-vous. Il faut faire taire les « lanceurs d’alerte ». Mais pas tous….

On peut lire, un peu partout ceci:« Dar-al-Islam » relaye la propagande de Daech en français, exhortant les musulmans à quitter la France pour gagner les territoires de l’Etat islamique. 15 pages de propagande en couleur, en français, trouvable en deux clics sur internet. Le nouveau magazine intitulé «Dar Al-islam», qui fait l’apologie de l’Etat islamique est disponible depuis lundi soir sur le web français. Depuis juillet dernier, existait déjà «Dabiq» le magazine de l’Etat islamique en anglais, diffusé en pdf sur la toile globalisée. Ces deux «revues» sont produites par la mystérieuse agence multimédia Al-Hayat, fondée en mai dernier. Cet organe de la communication de Daech ne lésine pas sur les moyens, diffusant sans complexes sur Twitter sa propagande.

Agrémenté de photos montrant des combattants arborant le drapeau du groupe Etat islamique aux quatre coins du monde arabe (Sinaï, Lybie, Algérie), le premier numéro du magazine est titré «L’Etat islamique étend son territoire». Dans l’introduction, les auteurs se réjouissent d’être «les témoins d’une nouvelle ère», celle de la restauration du califat, qui permet enfin aux musulmans de vivre en adéquation avec la loi islamique. »

Voltaire !!! Reviens, « Ils » sont devenus fous !!!…..

Tout cela vous attriste ??? Je partage votre tristesse.

Mais, Français, consolez-vous, consolons-nous, en entonnant une dernière fois ce beau champ de Noël, qu’enfants nous avons tous chanté: « Mon beau sapin, roi des forêts, que j’aime te parure »….

SapinEt dormez tranquilles. « Les zozos » veillent sur vous….Et soyez patients : d’ici peu, dès le Nouvel An, vous recevrez une pluie de cadeaux. Ils sont déjà là, autour du « Sapin », en attendant l’heure de la distribution.

Que la Fête continue…..

Les « SarKophages ».


SarkoDessin de Plantu paru dans « Le Monde ».

« Ils » sont déjà à l’oeuvre. « Ils » ne lui ont même pas laissé le temps de savourer sa victoire. Selon « eux », c’est une « petite » victoire. Être élu avec les deux-tiers des voix, dans un scrutin dont la participation a été plus que significative, nos « démocrates » estiment que cela ne vous donne pas une légitimité suffisante pour « gouverner » un Parti. Ils ont déjà oublié que leur ancienne mascotte, n’avait obtenu qu’un peu plus de 51% des voix pour gouverner la France, et encore, grâce au soutien d’un Bayrou prêt à tout pour satisfaire une ambition personnelle démesurée, et avec un petit coup de pouce de Marine Le Pen.

Alors, dès le lendemain de son élection, Sarkozy monopolise la Une de tous les médias, qui vont pouvoir, à nouveau remplir leurs caisses, car « Sarko, c’est un bon client », comme « ils » disent.

Sarkozy, on l’aime ou on ne l’aime pas. Chacun est maître de ses sentiments.

Mais est-ce que l’affect doit prendre le dessus sur la raison quand il s’agit de choisir celui qui doit porter le lourd fardeau de conduire la France qui traverse une zone de tempête sans précédent depuis de longues années???
« On » nous a déjà fait le coup : pousser la candidature d’un « Président Normal », gentil, plutôt franchouillard, proche des Français, pas clivant du tout, qui donnerait, enfin de l’allure et du prestige à la fonction Présidentielle, qui ne se déplacerait pas dans un « Sarko One », mais prendrait le train, aurait une vie familiale exemplaire et ne mélangerait pas les avatars de sa vie personnelle avec ses responsabilités politiques, qui serait « transparent » et ne mentirait jamais au Français….
Le contraire d’un Sarkozy, quoi ! On connaît la suite. Et surtout ses conséquences pour la France et les Français.
Alors, ne nous laissons pas enfumer, une fois de plus, par une Presse déchaînée contre celui qu’elle déteste, sans doute parce qu’il « parle cash », n’hésite pas à appeler un chat un chat, et ne se plie pas à la dictature de la « pensée unique »dont nos médias sont devenus la voix officielle.

Laissons Sarkozy « faire le job ». On le jugera sur son action.

Personnellement, j’attends de voir….Car son quinquennat m’avait déçu, même si je reconnais qu’il a dépensé énormément d’énergie, notamment pendant la crise financière. En fait, je lui reproche plus ce qu’il n’a pas fait au lendemain de son élection triomphale, que ce qu’il a fait ensuite….

Mais, qu’on se le dise: rien ne lui sera épargné. Mais qu’on se le dise aussi: on se fout pas mal du nombre de Rollex qu’il possède, pas plus que de ses tics, ou de ses écarts de langage : même avec tout ce qu’il trimbale derrière lui comme casseroles, il ne pourra pas être pire que Hollande !!!

Mais, qu’il le sache aussi: si par bonheur il était réélu Président, on attend de lui qu’il nous fasse une politique de droite, sans complexe, et non un compromis « à l’eau tiède »à la Chirac, ce à quoi il faudrait s’attendre avec Juppé.

Cependant, le chemin qu’il a choisi pour revenir aux affaires, n’est pas semé de roses. On mesure déjà l’immensité de la tâche, et on aperçoit déjà les premiers obstacles à franchir. Il aura, sans doute, à faire sienne la maxime célèbre: « Protégez-moi de mes amis. Mes ennemis, je m’en charge… »

Rien ne lui sera épargné. La Presse dont on sait qu’elle est « sous contrôle »d’un Etat qui lui maintient la tête hors de l’eau à coup de subventions savamment dosées, est aux aguets. Le moindre écart, la moindre petite phrase maladroite ou imprudente sera divulguée, disséquée, interprétée dans le sens qui lui sera le plus défavorable. On l’a vu, il y a quelques jours à propos de la phrase sur Rachida Dati….

Toute information susceptible de l’accabler sera largement diffusée. Par contre, celle qui pourrait être interprétée dans un sens qui lui serait favorable sera, sinon étouffée, mais réduite aux entrefilets, dans les pages intérieures de nos quotidiens: exemple, la mise en examen pour « faux témoignage » de la comptable de la milliardaire, qui est à l’origine de « l’affaire Bettencourt » qui fit pendant si longtemps la Une de tous les journaux…..

Ses « proches » seront traités de la même manière : qui a relevé que « sa plume », en la personne d’Henri Guaino contre qui une plainte avait été déposée par le Juge « Gentil », celui qui est à la manoeuvre dans les « affaires » les plus médiatisées concernant Sarkozy, a été relaxé ???

Par contre combien de « Unes » avez-vous lu au sujet de « l’affaire Kader Arif », qui ressemble comme deux gouttes d’eau à l’affaire « Bigmalion », et qui concernerait directement la campagne présidentielle du Chef de l’Etat actuel….

Je pourrais multiplier les exemples de duplicité des médias qui pourtant se réjouissent déjà : le retour de Sarkozy laisse entrevoir de nouvelles péripéties dans le marigot de la vie politique française. Il va probablement y avoir du sang. Et nos chroniqueurs aiment ça !!!!

Les « sarkophages » vont pouvoir se mettre à table.

Hollande se frotte déjà les mains. Un peu trop vite, sans doute. Il se prend à rêver d’une réélection à la faveur des divisions qui déchirent la Droite. Son entrevue récente avec le nouveau Dictateur égyptien prend une allure de symbole: une place serait déjà réservée à Sarko, dans le Temple de « Tout en Canon »…. Car Sarkophages » et « nécrophages » font bon ménage….

Le « mérite »et la « bobocratie »…


images« Femmen » symbolisant « La France ». On s’interroge : Sont-ils « timbrés » ???

Les Socialistes au pouvoir laisseront le souvenir d’un Parti ardent dans le combat contre « le mérite ». La « méritocratie » ne fait apparemment pas bon ménage avec la « bobocratie » qui tient le haut du pavé dans le Parti préféré des « fonctionnaires ».

L’abaissement du niveau des concours aux Grandes Ecoles pour les rendre accessibles aux « classes populaires » des banlieues, la suppression des « bourses au mérite », la suppression des notes à l’école et au lycée, tout cela est conçu pour laisser une chance aux « cancres » dans l’accession sociale. On est tenté de dire qu’en terre socialiste, « les sots » sont bien gardés…..

« Ils » ne sont pas encore allés jusqu’à sanctionner les bons élèves en les obligeant à aller s’asseoir au fond de la classe, près du radiateur, mais ils n’en sont pas loin, surtout lorsque ces « bons élèves » ne sont pas issus de « familles désavantagées »… Mais ça viendra peut-être, si on leur en laisse le temps.

Rien d’étonnant dans tout cela: « le mérite », « l’effort », « le travail accompli », « les résultats obtenus » ne font pas partie des qualités valorisées dans ce petit monde où ce qui compte, c’est « l’engagement », « les fidélités », « les convictions », et pourquoi ne pas ajouter, le « sectarisme », la « provocation », « l’esbroufe », et « l’entregent ».

Moscovici appartient à la « clique » de ces Socialistes: il possède, semble-t-il, les qualités requises pour occuper les plus hautes fonctions, puisque « le mérite »qui lui a été reconnu, dans son cas, c’est son « engagement », d’abord au côtés de Strauss-Kahn, puis de Hollande, ainsi que …..  ses « convictions ».

Dans son dernier numéro, Marianne ne l’a pas raté !!!

Marianne qui « fit fortune » dans « l’Anti=Sarkozysme », s’est recyclée dans le « Hollande bashing », et l’exécution publique de ceux qui se sont fourvoyés dans le « hollandisme » à deux balles fait désormais partie intégrante de son « fonds de commerce »….

Quand « la Gauche » se paie « la Gauche », ça vaut le détour. Surtout quand l’opposition de Droite , empêtrée dans ses combats de coqs, a d’autres chats à fouetter que de faire son travail d’opposition, et de crier au scandale en dénonçant les « magouilles » de la « bobocratie socialiste ».

Aussi je ne me priverai pas du plaisir de faire partager ce savoureux article à mes lecteurs.
http://www.marianne.net/Le-scandale-Moscovici-ou-la-magouille-pour-les-nuls_a242377.html?TOKEN_RETURN#

Je cite : « A priori, tout devait rouler comme sur un skate. Pour cause de fidélité à François Hollande, Pierre Moscovici était transféré du gouvernement (où il fut d’une rare nullité) (sic ) à la Commission de Bruxelles (où il sera surveillé de près). Ce fût compliqué à obtenir.

Certains – on les comprend – eurent du mal à admettre que l’échec patenté méritait promotion. D’autres se demandèrent s’il était opportun d’aller apporter la caution du PS à une Commission qui ne jure que par l’orthodoxie. Mais les obstacles furent levés les uns après les autres.

Ne restait plus qu’un problème : comment faire pour empêcher une législative partielle dans la 4ème circonscription du Doubs, celle où Pierre Moscovici fut toujours élu d’extrême justesse et où le « hollandisme récessionnaire » laisse un boulevard au candidat du FN. On imagina alors un système aux petits oignons.

Du haut de sa superbe, et au nom de l’éthique qui l’anime, François Hollande confia à Pierre Moscovici une mission au titre pompeux : « La place de la France dans l’Europe ». Le sujet importait peu. Il s’agissait juste de gagner les six mois légalement nécessaires pour que le député démissionnaire soit remplacé par son suppléant, afin de se jouer du suffrage universel, de s’asseoir sur l’avis des électeurs du Doubs et de préserver la majorité absolue des socialistes à l’Assemblée nationale (289 sièges).

On a beau se dire de gauche, on n’en reste pas moins homme de magouille. En ce domaine, d’ailleurs, entre François Hollande et Pierre Moscovici, c’est plus que l’entente cordiale : la fusion du cœur et de l’esprit.

Voilà donc nos deux hommes se tapant sur le ventre, contents de leur bon coup : l’un parce qu’il sauve les meubles à l’Assemblée (c’est à ça qu’on reconnaît un grand dirigeant) ; l’autre parce qu’il va bien gagner sa vie dans un poste où il pourra être ce qu’il est vraiment (un technocrate converti au dogme néolibéral). Seulement voilà. Les socialistes de gouvernement sont tellement nuls que même quand ils mettent au point un stratagème de gamins, ils réussissent à se prendre les pieds dans le tapis.

En l’occurrence, ils ont fait une erreur de calendrier. Pierre Moscovici n’est entré en « mission » que le 5 mai dernier. Pour que le plan échafaudé fonctionne, il fallait donc que la Commission de Bruxelles n’entre en fonction que le 6 novembre, six mois et un jour après la date fatidique. Or, la Commission Juncker a respecté son propre agenda. En vertu de celui-ci, elle devrait être opérationnelle dès le 1er novembre. Dans ce cas, tout tomberait à l’eau. Le suppléant de Mosco devrait aller devant les électeurs, perspective qu’il vit avec l’enthousiasme de la chèvre de Monsieur Seguin.

Pierre Moscovici, lui, s’en moque comme de la première veste qu’il a retournée. Il est déjà recasé. Pour lui, c’est la seule chose qui compte. Grand seigneur, il s’est même permis de lancer, avec le courage de celui qui bat sa coulpe sur la poitrine d’autrui : « Le PS peut très bien conserver mon siège s’il y a une élection partielle ».

Ben voyons. Son bilan est si flatteur, son aura si grande, son talent si reconnu, son dévouement à la cause populaire si ancrée, que c’est gagné d’avance. Et si, par hypothèse funeste, c’était perdu, cela ne pourrait s’expliquer que par l’incapacité du successeur désigné à s’élever à la hauteur de ce personnage historique. En attendant, les socialistes brûlent un cierge chaque matin pour que Jean-Claude Juncker retarde de quelques jours la mise en place de sa Commission.

C’est à ce genre d’histoire que l’on apprécie la grandeur de l’engagement en politique, qui tient parfois de la mission sacrificielle. Montherlant disait : « La plupart des hommes recèlent en eux-mêmes leur propre caricature. Et cette caricature ressort un jour, à l’improviste, sous le coup de l’événement ». ( Fin de citation ).

Ces Socialistes là sont tous plus vrais que leur caricature !!!

Malheureusement pour nous, le ridicule ne tue pas, en politique. Dommage, car cela ferait un peu de ménage dans les allées du pouvoir, et nous débarrasserait de quelques uns de ces « nuls » pour qui « le mérite » est une tare.

Je demande pardon à tous ceux à qui trouveront à cet article un goût « un peu rance »……

Synthèse….priez pour la France !!!


Hollande bideHollande en vacances, préparant ses dossiers pour la rentrée…

Synthèse : Opération intellectuelle par laquelle on réunit en un tout cohérent, structuré et homogène divers éléments disparates de connaissance, concernant un domaine particulier.( Larousse ).

François Hollande, qui, on en est certain aujourd’hui, est déjà entré dans l’Histoire, en scooter et casqué, se demande, jour après jour comment ne pas « rater sa sortie »….

Dans sa solitude élyséenne, on l’imagine priant, une fois de plus, et sollicitant la protection de celle qui, depuis toujours l’a accompagné dans son ascension : la Synthèse…

Ce virtuose de la « Synthèse », qui, au prix de mille combinaisons, d’alliances temporaires et de retournements d’alliances, de fidélités calculées et souvent suspectes, de trahisons sournoises, de gros et petits mensonges a pu pendant des années, se maintenir à la tête de son Parti, le voici confronté à une situation qui lui échappe et qui échappe à toute tentative de compromis.

Son sens inouï de la « Sainte Synthèse », et la « foi » confiante qu’il a placé en cette protection divine, lui avait pourtant permis de supplanter ses « camarades » à l’occasion de « primaires » dont les affrontements contenaient, en germe, les éléments d’une situation politique dramatique à laquelle la France est aujourd’hui confrontée.

Car, les uns après les autres, les masques sont tombés. Après deux ans et demi de présidence socialiste, la France n’a plus d’illusions.

Ont déjà sombré dans l’oubli, les engagements, les promesses, et les espoirs puérils suscités par ce Président, pendant une campagne électorale où il a bénéficié de facteurs multiples et contradictoires :                                                                                                                                                -L’acharnement des médias à abattre son prédécesseur, la trahison du Centre de Bayrou et celle d’une partie de la Droite, le « dérapage » de son concurrent le plus sérieux dans une chambre d’hôtel de New-York…                                                                                                                                

– La constitution d’un agrégat politique constitué d’un Parti Socialiste issu de la « Synthèse » entre un courant social démocrate tendance libérale, et un courant socialiste tendance Guy Mollet, renforcé par les « forces supplétives » des Verts d’Europe-Ecologie ralliés à sa bannière en vertu d’un pacte léonin arraché pour de pures raisons électoralistes à Martine Aubry,  et complété par une extrême gauche agitée par Mélenchon.

-La peur noire de la « France molle » devant les perspectives du retour au pouvoir d’une Droite, enfin« décomplexée »,

– Tous ces éléments lui ont ouvert une porte étroite qui, grâce à une anaphore célèbre et de folles promesses de dernière minute, lui ont permis de devenir le « Président Normal » que la France attendait.

Et pourtant !!! Comment a-t-on pu nourrir autant d’illusions sur le personnage de Hollande avant qu’il ne soit élu ???

Je ne reprendrai pas ici la longue litanie des jugements féroces portés sur sa personne, par ses proches, par ses « amis », par ses « camarades » du Parti, et par ceux qui ont soutenu, par pur calcul sa candidature aux plus hautes fonctions de l’Etat.

La « Synthèse », entre tous ces éléments contradictoires est peu à peu devenue impossible.

Le navire France (« fluctuat nec mergitur ») flotte encore. Mais il s’enfonce lentement, et déjà, les premiers rats ont quitté le navire, menaçant la courte majorité dont Hollande dispose au Parlement: après les « frondeurs » du Parti Socialiste, après les « Radicaux de Gauche », après les « Verts » de Mme Duflot, on prend ses distances avec ce « bateau ivre » qu’est devenue la majorité présidentielle.

Un Président humilié par les sondages, contesté dans les rangs de sa « majorité », combattu par ses propres Ministres dans sa politique économique, un Président qui n’a plus aucun crédit en Europe et dont le dialogue avec notre principal partenaire, l’Allemagne, est rompu, un Président aux abois qui, de commémoration en commémoration lance des appels désespérés au rassemblement des Français après les avoir divisés comme jamais avec des « réformes sociétales » destinées à satisfaire l’agitation de minorités, un Président qui prend l’eau, sous une pluie battante, les lunettes embuées, sans même la protection du parapluie d’un entourage d’incapables, prononce un discours insignifiant à l’Ile de Sein, alors qu’à Paris, la France, qui n’est plus gouvernée depuis longtemps, se cherche un « Gouvernement de Synthèse ».

Alors, pieusement, les mains jointes on implore. « Sainte Thèse »priez pour lui. Et surtout priez pour la France…..

Car, voyez-vous, ce qui est grave, ce n’est pas tant que la France n’a plus de Gouvernement. Parmi nos voisins, il y a des pays qui vivent fort bien sans gouvernement, depuis des mois…

Non, ce qui est grave, c’est que la France n’a plus de politique, plus aucun cap, et de moins en moins d’espoir de trouver un chemin de sortie de crise.

Le Meilleur des Mondes….


 MarcelGauchet.Marcel Gauchet

Il m’est arrivé, fréquemment de citer sur ce blog deux auteurs , Orwell et Huxley, dont j’affectionne les oeuvres, prémonitoires  ( ??? ), qui m’ont souvent servi de « lectures d’été ».

A chaque fois que je me suis replongé dans ces lectures passionnantes, j’ai éprouvé le même sentiment : un sentiment étrange qui s’est, chaque fois, renforcé, confirmé par les évènements de la rentrée qui succède à l’été :

https://berdepas.wordpress.com/2014/07/18/aldous-huxley/

Mais l’été est aussi une occasion de errer sur internet, à la recherche de « Buzz » croustillants, ou de sites surprenants, sur lesquels on peut faire des découvertes intéressantes.

Je me préparais à écrire un billet qui m’était inspiré par un article lu dans le Figaro et repris dans Le Point, au sujet d’une polémique dont les « zintellectuels français » ont la spécialité. A lire:

http://www.lepoint.fr/societe/edouard-louis-marcel-gauchet-la-polemique-de-l-ete-13-08-2014-1853518_23.php

Nos « zintellectuels de Gôche », habitués à exercer, depuis près d’un demi-siècle, un magistère intellectuel sur tout ce qui est censé penser en France, n’ont jamais supporté que l’on ne se plie pas à la « discipline intellectuelle » qu’ils ont vainement tenté d’imposer dans ce pays.

Une vraie « police de la pensée » s’est développée, au fil du temps, dans les milieux où se forment, s’expriment, puis se diffusent les idées: c’est elle qui décide de ce que l’on doit penser, de ce que l’on a le droit de dire ou d’écrire.

http://www.lefigaro.fr/vox/culture/2014/08/12/31006-20140812ARTFIG00275-marcel-gauchet-retour-sur-un-proces-en-sorcellerie.php

Ces gens sont incapables d’opposer calmement leurs idées à celles de ceux qui ne pensent pas comme eux. Ceux-là sont traités avec mépris et l’invective ou l’insulte sont les seules méthodes utilisées dans la controverse.

BloisJ’ai longuement évoqué ce sujet dans des billets évoquant la manière dont avait été traité Albert Camus, au lendemain de la dernière guerre, car il refusait de se plier à la doxa ambiante, dont Jean-Paul Sartre était, à l’époque, le porte-voix, et qui exigeait que l’on ne traite les sujets touchant au Communisme et à l’Union Soviétique, qu’avec la déférence que l’on doit manifester à l’égard de ceux qui oeuvraient à l’épanouissement d’un « Homme Nouveau », dans le un « Monde meilleur ». On connaît la suite….

Mais, revenons à cette polémique imbécile ( j’utilise ici, volontairement les mêmes méthodes que nos « zintellectuels » ) qui oppose un quarteron de scibouillards, à l’un de nos plus brillants penseurs d’aujourd’hui.

Le ridicule étant la meilleure manière de combattre l’imbécillité, j’ai trouvé dans une vidéo passée inaperçue dans nos médias, qui, à mon sens méritait réellement de faire « le Buzz », en réponse à ceux qui ont stupidement ostracisé Marcel Gauchet, avec comme argument principal: « il n’a pas approuvé la Loi sur « le Mariage pour Tous »……

http://captiongenerator.com/20569/La-chute-de-la-Maison-Rebelle 

Un peu excessif, me direz-vous ??? Mais, aujourd’hui, avec la Gauche au pouvoir, nous ne sommes plus très loin du « Meilleur des Mondes » évoqué ci-dessus.

 » Môssieur Gôchet, nous ssaffons encôre les moyens de ffous embêcher de barler « ….

Addendum : Vous pouvez décliner cette phrase, aussi savoureuse qu’évocatrice…, hélas !!!

 » Môssieur Zemmour, nous saffons encôre les moyens de ffous embêcher de barler »,

 » Môssieur Feinkelkraut, nous saffons encôre les moyens de ffous embêcher de barler »,

« Madame Elisabeth Levy, nous saffons encôre les moyens de ffous embêcher de barler »,

« Môssieur Rioufol, nous affons encôre les moyens de ffous embêcher de barler »,

Môssieur Renaud Camus, nous affons encôre les moyens de ffous embêcher de barler,…..

etc, etc, etc…..