A propos berdepas

Directeur Général de Banque, en retraite, mais toujours actif...intellectuellement!!!

Démocratie et « Populisme ».


 

Brecht

« Puisque le peuple vote contre le Gouvernement, il faut dissoudre le peuple. »

Attribué à Bertolt Brecht

Les Démocraties sont elles malades, ou sont-ce les Démocrates qui perdent la boule ???

Dans un monde devenu de plus en plus indéchiffrable, surtout pour ceux qui étaient habitués à une dichotomie simplifiée selon laquelle il n’y avait que deux grandes familles d’idées, « les bonnes », – celle de ceux qui, du haut de leur suprématie intellectuelle détenaient le Pouvoir « d’informer » – et « les mauvaises », celles des « autres » , la tentation est forte de s’en tenir à ces simplifications .

Ainsi, de même qu’il y avait précédemment, « le monde libre » d’un côté et « un autre monde »menaçant, en face, il y aurait aujourd’hui un « Parti du Bien » , le Parti de ceux qui savent tout, – mais ont déjà tout oublié -, le Parti de ceux qui ont – disent-ils – « des Valeurs », le Parti de ceux dont les « convictions » sont les plus nobles, et qui est impuissant à endiguer la montée, partout en Europe – du « Parti du mal », ce « Parti » qui, disent-ils, « pose de bonnes questions mais apporte de mauvaises réponses » (Fabius dixit !!!) et que la diabolisation n’a pas permis de  réduire au silence.

Tout cela a été finement décrypté par le talentueux Philippe Muray, avec subtilité et humour dans un ouvrage qui mérite d’être lu et relu:  » L’Empire du Bien ». J’en extrais deux citations, parmi tant d’autres qui mériteraient d’être évoquées:

« Le Bien a trimé. Il a bien bossé. D’avance, il stérilise toutes les velléités d’objections, toutes les subversions, toutes les contestations qui pourraient s’élever. »

« Le Bien a couru, il a cavalé, il s’est précipité. Il a touché son but, atteint son désir. Et il est en passe de réaliser ce qu’aucune institution, aucun pouvoir, aucun terrorisme du passé, aucune police, aucune armée n’étaient jamais parvenus à obtenir : l’adhésion spontanée de presque tous à l’intérêt général, c’est-à-dire l’oubli enthousiaste par chacun de ses intérêts particuliers, et même le sacrifice de ceux-ci. « 

( L’Empire du bien de Philippe Muray – Philippe Muray).

Sauf que, dans ce même monde le « contrôle des idées » et la manipulation de l’opinion sont devenus de plus en plus difficiles, malgré le savoir-faire de communicants experts en enfumage médiatique.

Et ce, grâce, en particulier à l’Internet et aux réseaux sociaux, où des voix, de plus en plus nombreuses et de plus en plus écoutées s’élèvent pour contester ce que l’on veut à tout prix faire accepter au Peuple, comme étant « le Bien » de tous, alors que « le Peuple »est de plus en plus convaincu qu’il n’est que le « Bien » de quelques uns.

Des réseaux sociaux que le « Parti du Bien » aimerait bien , sinon réduire au silence, mais « domestiquer » sous prétexte qu’il y circule des « fake news », comme si les fausses nouvelles et les fausses informations n’émanaient que du Parti du Mal….Car si l’on ajoute aux « fausses nouvelles » tous les mensonges par omission du côté du Bien, la balance penche significativement….

Des voix, de plus en plus puissantes en Europe, osent contester « le Parti du Bien » et prétendre que ce que l’on veut faire avaler aux peuples comme étant « le meilleur » pour eux, n’est autre que « le mal » absolu.

Curieusement, le phénomène contestataire du pouvoir des « zélites » en Europe, fait écho à ce qui se passe aux Etats-Unis, avec l’élection du Cow Boy Trump….

Le « Parti du Bien « , n’a jusqu’ici, pu trouver d’autre riposte que celle qui consiste à « diaboliser » ceux qui ne partagent pas leurs prétendues Valeurs, en leur collant l’étiquette méprisante de « Populistes ».

Ce mépris et cette agressivité ne sont autres que le signe révélateur d’une incapacité à écouter, donc à entendre les voix qui montent du peuple, et à apporter à ce dernier, les réponses qu’il attend depuis si longtemps…..

Et pourtant, pris dans son acception de « discours populaire », le Populisme ne saurait être assimilé a priori à un mouvement réactionnaire, démagogique ou fasciste. Ce vieil amalgame dont le « Parti du Bien » est coutumier a pour but depuis longtemps d’empêcher une interprétation plus fine et de jeter hors de l’Histoire, comme s’il s’agissait d’un phénomène sans racines ni causes véritables, ce « Populisme » menaçant….

Car le Populisme est considéré par les « zélites », au pire comme un non-sens et au mieux comme une sorte de « fait divers » pittoresque et accidentel.

Il a servi, – ce qui démontre son caractère abusif -,  à analyser pêle-mêle, – par d’éminents « politologues » – la victoire de M. Luiz Inácio « Lula » da Silva au Brésil, ailleurs la politique de M. Hugo Chávez au Venezuela  ou l’arrivée en tête, en Suisse, lors d’élections législatives, de l’Union démocratique du centre, de M. Christophe Blocher . Hier, c’était l’ascension de M. Bernard Tapie en France et plus loin dans le temps, le poujadisme ou le boulangisme.

D’autres figures ont été accusées, elles, de pratiquer le « Populisme » : le président du conseil italien Silvio Berlusconi, le syndicaliste José Bové, et bien entendu, le président du Front national Jean-Marie Le Pen… Sans parler plus récemment des dirigeants de Partis au pouvoir, en Europe centrale ‘ Autriche, Hongrie, Tchéquie, Slovénie, )

Le terme est donc devenu « un mot valise », et les événements qu’il désigne sont souvent inclassables si ce n’est en leur conférant une signification populaire du rejet des classes dirigeantes. Depuis ceux qui ont purement et simplement renoncé à le faire, jusqu’à ceux qui se contentent de gloser sur nos écrans, rares sont les spécialistes capables de donner une définition correcte du « Populisme ».

Car nos « belles âmes », qui vivent dans « l’entre-soi » d’une société hermétique aux voix qui montent du Peuple, ont le plus grand mal à accepter l’idée que ce qu’ils recouvrent de ce vocable qu’ils considèrent comme « dévalorisant », voire méprisant, n’est autre que la clameur d’un Peuple désabusé, floué, mais lucide, dont la colère monte silencieusement, car elle n’a trouvé jusqu’ici que l’abstention massive dans tous les scrutins démocratiques pour exprimer sa colère, en attendant de le faire massivement à la prochaine occasion.

Il se pourrait bien que la prochaine occasion soit celle des élections européennes dont l’échéance approche.

C’est ce qui explique le déferlement médiatique actuel, conçu pour tenter de décrédibiliser, les uns après les autres, tous ceux qui rejettent le projet d’une Europe gouvernée depuis Bruxelles par une oligarchie de « technos » irresponsables, une Europe ouverte à toutes les tentatives de déstabilisation, et soumise car incapable de se défendre contre  la menace de la pression démographique d’une Afrique qui, plus d’un demi-siècle après la « décolonisation » n’a jamais su prouver qu’elle était capable de générer des responsables politiques capables de mettre en œuvre une gouvernance conçue pour répondre à la détresse des peuples de ce continent aux richesses pourtant prometteuses…..

PS :Bertolt Brecht est un auteur dramatique Est-allemand, né le à Augsbourg (Bavière) et mort le à Berlin-Est. Il a été à la fois dramaturge, metteur en scène, critique théâtral, écrivain auteur de romans1, de récits en prose2 et poète. Apatride depuis que le régime nazi l’a déchu de sa nationalité allemande en 1935, il est naturalisé autrichien en 1950.

La citation reproduite en en-tête de ce billet est controversée . « Puisque le peuple vote contre le Gouvernement, il faut dissoudre le peuple. », pourrait être interprétée comme reflétant son opinion, alors qu’en réalité elle était une critique du gouvernement de la RDA : « J’apprends que le gouvernement estime que le peuple à « trahi la confiance du régime » et « devra travailler dur pour regagner la confiance des autorités ». Dans ce cas, ne serait-il pas plus simple pour le gouvernement de dissoudre le peuple et d’en élire un autre ? ». ( Wikipedia)

En fait cette phrase ne reflète donc pas l’opinion de Berthold Brecht : elle est  un reproche fait au Gouvernement de la RDA pour son mépris de l’opinion populaire.

Le « populisme » est une vieille affaire….

Les Utopies se cachent pour mourir…


utopie_21

Dans une œuvre récente, Régis Debray, sous le titre de  » Bilan de faillite » nous livre les états d’âme d’un homme parvenu au soir de sa vie, et qui dresse un bilan désabusé mais lucide de l’existence de celui qui, des maquis boliviens et des passions révolutionnaires en passant par les couloirs de l’Élysée à l’époque Mitterrandienne, s’est résigné à n’être plus qu’un observateur désabusé de la fin d’une époque.

Une époque qui fut marquée par le règne des idéologies qui, face à la puissance du réel, se sont transformées peu à peu, dans l’inconscient populaire, en utopies. 

Régis Debray sait de quoi il parle, lui qui fut de tous les combats révolutionnaires, de ceux qui croyaient pouvoir transformer l’Amérique latine en anti-modèle du capitalisme nord-américain.

Il fut de ces « zintellectuels » qui pendant longtemps, ont contemplé l’aventure cubaine avec une indulgence passionnée, emboîtant le pas de ceux qui, aveuglés par leurs certitudes voyaient dans le Communisme stalinien le chemin qui conduisait aux « lendemains qui chantent ».

Il fut également de ceux qui furent, au nom de la même idéologie, à la pointe du combat contre les puissances coloniales, refusant de voir que la Russie soviétique n’était autre qu’une puissance impériale dont l’empire s’effondra en même temps que le mur de Berlin, censé cacher à ce que l’on appelait « le monde libre » les dérives criminelles d’un « système » dévoyé…. 

En faisant le point sur sa propre existence, et s’adressant à son fils, il évoque les illusions perdues de ceux qui furent de toutes les aventures, au nom d’un marxisme élevé au rang des religions séculaires qui, elles, bon an mal an, continuent à occuper une place auprès de ceux qui considèrent que sans elles, ils auraient bien du mal à donner un sens à leur vie.

Que sont devenus les « zintellectuels » marxisants égarés dans le Trotskysme, le Léninisme, puis le Stalinisme, le Maoïsme, et même dans le Castrisme ??? Leur audience s’est effritée et même si les médias tentent parfois de leur redonner la parole, ils savent que désormais, ils prêchent dans le désert….

Dans le désert…Car c’est dans un désert idéologique que les nouvelles générations sont appelées à trouver leur propre chemin.

L’effondrement du Communisme, l’effritement de la Social-Démocratie en Europe, la crise du Capitalisme et de ses Apôtres dans le Monde, ont créé un vide dans lequel un Islamisme conquérant cherche à s’engouffrer, avec la complicité de ceux qui, ayant un compte à régler avec les vieilles utopies ou avec le judéo-christianisme, espèrent « achever la bête »et jeter la Morale judéo-chrétienne aux oubliettes. 

Ils trouvent, dans les turpitudes qui dégradent l’image « sainte » de l’Église catholique, une justification à leurs désirs suicidaires de « libération », afin de pouvoir, débarrassés d’une morale culpabilisante, « jouir enfin sans entraves »…

Sans voir qu’ils ne font là, que sauter dans le vide d’une idéologie nouvelle que certains qualifient déjà de « post-moderniste ».

« La mondialisation », un concept inventé par des « marchands »et des « financiers » ivres de leur puissance, car ils ont les gouvernements à leur botte, et obsédés par « la conquête des marchés », quel qu’en soi le prix à payer, et quels qu’en soient les « dommages collatéraux »supportés par ceux qui ne montent pas dans le train, la mondialisation, donc, nous est présentée comme une perspective pleine de promesses…..

Les mêmes, sans toujours percevoir la contradiction de leurs discours, nous expliquent que pour faire face à la mondialisation, il n’y a d’autre paradigme (1) que « l’Europe », mais en restant discrets et en cultivant le flou dès lors qu’on leur pose la question : « l’Europe, oui mais quelles Europe » ??? Celle des Banques, celle des marchands ??? Celle des « technos » de Bruxelles ??? Celle des Peuples ou celle des Cultures ???

Faute d’être capables de répondre clairement à ces questions, sans doute parce qu’elles les embarrassent, les nouveaux idéologues, ceux qui depuis bientôt un demi-siècle sautent comme des cabris en criant « l’Europe, l’Europe, l’Europe »,- pour paraphraser « le Général »-, après avoir trahi le rêve des pères fondateurs de ce beau projet, s’interrogent sur l’impasse qui se dévoile à eux, au fur et à mesure que de nouveaux pays « descendent du train », refusant à s’engager dans une voie dictée par ceux qui refusent d’entendre la voix des Peuples ….

Les Peuples disent « cette Europe ne fonctionne pas » : elle a été incapable de nous épargner les effets de la crise du Capitalisme depuis 2009, elle est incapable d’assurer le respect de ses frontières, et à fortiori d’assurer la sécurité de ses habitants, elle est incapable de mobiliser les énergies autour de projets communs comme le furent le Tunnel sous la Manche ou la création d’Airbus, elle est incapable d’organiser la solidarité à l’intérieur de ses frontières , incapable d’avoir une stratégie de défense commune, et encore moins d’avoir une diplomatie efficace, ni…. J’arrête là mon réquisitoire qui, à lui seul justifierait un billet !!!

Et à cela, nos Utopistes de « l’Europe dans la mondialisation » répondent : la solution, c’est plus d’Europe !!! Mais une fois encore, plus de quelle Europe ????

Une Europe où les Nations se dissoudraient dans un ensemble géographique ressemblant à un navire sans gouvernail, balloté par les flots sur lequel triompherait le « vivre ensemble » des carpes et des lapins ???

Une Europe livrée à la concurrence sauvage de ceux qui sans vergogne méprisent les règles du commerce international alors que l’Europe impose à ses entreprises des règles draconiennes qui sont un handicap pour leur survie ????

Une Europe livrée à l’invasion d’une immigration musulmane que rien ne semble pouvoir arrêter, faute de volonté collective ????

Une Europe condamnée à renoncer à son identité pour faire place à des cultures, des mœurs, des habitudes de vie qui nous sont étrangères ????

Ainsi conçu, le projet européen se révèlerait être une Utopie de plus, et en tant que tel il se condamnerait à « se cacher pour mourir. »…

A moins qu’un réveil des Peuples européens ne vienne secouer la douce torpeur de ceux qui ont entre leurs mains le destin des générations futures….
Il serait temps que les Peuples se réveillent et renversent les certitudes des « zélites » européennes qui rêvent d’une « Démocratie sans le Peuple » !!!

Tout n’est pas perdu puisque selon un groupe de chercheurs américains, les peuples européens, sous la pression d’un Islam qui occupe selon eux, une place excessive dans la vie citoyenne des pays, redressent la tête et prennent la mesure des dangers qui menace leur identité et leur culture….

http://premium.lefigaro.fr/actualite-france/2018/06/01/01016-20180601ARTFIG00361-sondage-la-presence-de-l-islam-reveillerait-la-conscience-chretienne-de-l-europe.php

Je cite « : C’est ainsi que les chrétiens pratiquants européens seraient plus enclins à déclarer l’islam «fondamentalement incompatible avec la culture et les valeurs» de son pays. Avec des pointes particulièrement frappantes en Autriche, Finlande et Italie où ce rejet de l’islam par des chrétiens pratiquants dépasse la barre des 60 %.

La France, sur cette même question et comparée à ses voisins, apparaît plutôt comme tolérante, puisque les chrétiens pratiquants qui jugeraient l’islam «incompatible» avec la culture du pays sont 45 %.

C’est, au reste, l’un des grands enseignements de ce sondage pour l’Hexagone. Plusieurs sondages nationaux récents – de différents instituts mais tous liés à la période des attentats – avaient en effet mis en évidence la montée d’un rejet de l’islam comme culture et comme religion en France. Mais, pour la première fois, ce sondage met en perspective cette tendance vérifiée avec les autres pays européens. Et démontre que les Français – bien que plus frappés par les attentats commis au nom de l’islam que leurs voisins – demeurent en fait dans une moyenne européenne sur ce thème, alors qu’ils s’accusent volontiers d’être très intolérants. » ( Fin de citation).

Les Français qui accusent la France d’intolérance participent, par calcul ou par naïveté, à la vulgarisation de la nouvelle utopie, celle du « multiculturalisme » dont l’aboutissement naturel sera, sous couvert de l’ambigûité du « Padamalgam », « un Communautarisme »comparable à celui du Kosovo ou du Liban ???

A moins que le sursaut européen ne finisse par enterrer, dans la discrétion, cet utopie dangereuse…

L’Histoire de l’Antiquité nous enseigne que toutes les civilisations sont mortelles.

(1).- Un paradigme ( pour ceux qui ignorent ce que signifie ce mot emprunté à la « novlangue ) est — en épistémologie et dans les sciences humaines et sociales – une représentation du monde, une manière de voir les choses, un modèle ..

 

Le monde en face.


Monde

La Terre tourne. Le Monde n’est plus ce qu’il était.

Un peu partout, sur notre belle Planète, les situations se tendent.

Et ce, pendant que l’attention des peuples européens est détournée par des médias « vertueux, » occupés à « faire de l’audience » avec des sujets mineurs, mais « politiquement corrects », exploitant les moindres frémissements de l’opinion, suscités et entretenus par les convulsions parfois hystériques de minorités de tout poil, (ethniques, féministes, sexuelles et j’en passe….), qui profitent de l’apathie « bienveillante » d’une majorité silencieuse car profondément désorientée, dont une fraction croissante ronge son frein et parfois rumine une colère sourde jusqu’ici contenue.

Le silence de la Droite française, dans ce contexte, est assourdissant. Décapitée elle ne voit pas émerger un leader capable d’incarner ses « valeurs » et de redonner l’espoir aux Français de voir enfin traitées avec sérieux les questions qui les taraudent : celle de la baisse des dépenses de l’État et concomitamment, celle des impôts et de la dette publique, celle de la réorientation de la construction européenne dans un sens plus démocratique, celle de la maîtrise effective des flux migratoires, et de la sécurité face au terrorisme et à la délinquance, celle du retour de l’autorité de l’État, et de l’ amélioration du pouvoir d’achat , surtout pour les plus fragiles. 

Au moment même où j’écris ces lignes, a lieu un débat télévisé entre « politologues » et « experts » qui évoquent le désarroi dans lequel se trouvent nos « belles âmes » face à la croissance spectaculaire du nombre de candidats djihadistes vivant dans notre pays, ainsi que l’incapacité de nos dirigeants à définir une ligne de conduite claire à l’égard des familles de djihadistes parties combattre aux côtés de Daech sur les théâtres d’opération d’Irak et de Syrie.

Le cas des mères de famille risquant des condamnations à mort dans des pays où les « Droits de l’Homme » n’ont jamais eu droit de cité déchire la sensibilité de quelques intervenants dans ce débat, dont la générosité et le « droitdel’hommisme » sont mis à rude épreuve.

La tonalité de ce débat illustre le degré de naïveté de ceux qui sont censés éclairer une opinion en plein désarroi .

http://premium.lefigaro.fr/actualite-france/2018/05/24/01016-20180524ARTFIG00323-enquete-sur-le-vrai-visage-des-djihadistes-francais.php

(Un rapport du Centre d’Analyse du Terrorisme (CAT) vient de confirmer enfin notre première place dans la sinistre compétition européenne en matière de risques terroristes.

Molenbeek c’est de la gnognotte. Place à Trappes, à Bobigny, à La Courneuve, à Saint-Denis et à Roubaix…..)

Par ailleurs, tout se passe comme si le Moyen-Orient n’était pas devenu un poudrière après avoir été le terrain de jeu de dirigeants occidentaux puérils, jouant aux « apprentis sorciers » dans une partie du monde qui échappe à leur rationalité, en poursuivant le rêve fou de plaquer un modèle démocratique « à l’occidentale »,  sur des pays accoutumés depuis toujours à vivre sous la coupe de pouvoirs autocratiques, s’appuyant sur des organisations tribales, sur lesquelles se sont greffées des influences religieuses hostiles à l’Occident.

Des courants inspirés par un Islam aux velléités de conquêtes nouvelles, traversé par des rêves fantasmatiques de domination du monde, mais un Islam qui demeure paralysé dans son adaptation au monde moderne, par la multiplicité de factions suscitées par des interprétations contradictoires d’un Coran que l’on s’obstine à nous présenter comme le « Livre Sacré d’une Religion de paix. »….

Peu à peu, les Français apprennent que comprendre les sociétés islamiques n’est pas une chose simple : quelques uns parviennent, enfin, à comprendre que l’Islam de Chiites, celui des Alaouites, ne sont pas les mêmes que l’Islam de Sunnites, que le wahabisme en est une forme d’hystérie, que le « salafisme » fleurit dans les mosquées de banlieues, alors que « la Charia » reste encore pour eux un concept vaguement abstrait….

Soumis, en France, aux discours trop souvent ambigus des notables musulmans, et à ceux d’un extrémisme gauchisant qui ne voit dans la population musulmane qu’un réservoir dans lequel il puise pour composer de nouveaux bataillons destinés à remplacer un « prolétariat »qui lui échappe pour rejoindre l’extrême-droite, inhibés par le discours lénifiant de ceux qui, par calcul leur interdisent de regarder les réalités en face, les Français sont partagés entre ceux qui croient à l’avènement d’un « Islam de France » modéré, et ceux qui croient que l’Islam et le Coran sont incompatibles avec les valeurs de la République.

Il vont devoir bientôt ouvrir les yeux sur de nouvelles menaces qui, silencieusement se profilent dans un horizon qui s’assombrit.

La Syrie reste un terrain où s’affrontent les troupes « légitimistes » du pouvoir en place, celui de Bachar El-Assad toujours debout entre les mains des Russes et soutenu par l’Iran, celles de Daech en voie de décomposition, ainsi que les bataillons Kurdes soutenus par les Occidentaux et menacés par les Turcs, le tout aux portes d’Israël qui veille au grain ….Il suffirait d’un étincelle pour remettre « le feu aux poudres »….

Mais sous peu, les Balkans risquent de devenir un nouveau terrain de jeu pour des puissances qui n’ont jamais cessé de fourbir leurs armes : il est clair que la Turquie rêve de retrouver la puissance et les frontières d’un Empire Ottoman qui s’étendait autrefois, des portes de l’Asie au Maghreb et jusqu’aux aux marches de l’Occident: les Balkans en conservent la trace et les souvenirs de l’occupation ottomane sont encore vifs jusqu’en Autriche et en Hongrie ce qui éclaire les raisons de l’obstination de ces pays à refuser d’accueillir une immigration d’origine islamique quitte à s’opposer frontalement aux diktats de Bruxelles et de « l’Europe des marchands »…

Les prétentions impériales d’Erdogan devraient faire réfléchir les crétins, car il en subsiste encore, qui rêvaient de faire entre la Turquie dans la construction européenne. 

https://journal.lepoint.fr/un-calife-aux-petits-soins-pour-l-algerie-2220408

http://www.lepoint.fr/monde/les-reseaux-francais-d-erdogan-25-05-2018-2221325_24.php

http://www.atlantico.fr/rdv/geopolitico-scanner/strategie-neo-imperialiste-president-recep-tayyip-erdogan-dans-balkans-provocation-envers-europe-et-occident-alexandre-del-valle-3403588.html?utm_campaign=quotidienne&utm_medium=email&utm_source=newsletter.

Erdogan

Il y a à peine quelques semaines, la Russie était à nouveau érigée au rang de menace existentielle. On accusait Moscou de chercher à déstabiliser les démocraties occidentales et de vouloir redessiner les frontières de l’ Europe. Comment expliquer cette panique ? Était-elle réellement fondée ? De l’Ukraine à la Syrie, la menace russe était présentée comme le principal danger pour l’Europe…..

Devant toutes ces perspectives, le réalisme pragmatique de Macron devient presque rassurant et contraste avec le dogmatisme obtus de son prédécesseur.

Macron semble avoir compris que les relations internationales obéissent à des lois qui échappent à la grammaire simpliste de ceux qui croient qu’il y a d’un côté des « gentils »avec lesquels on peut parler voire se compromettre, et de l’autre des « méchants » infréquentables car il refusent d’adhérer aux « valeurs » que nous nous sommes fabriquées et qui n’appartiennent qu’à nous….

Il aurait mis fin à « la Diplomatie des états d’âme » !!! Acceptons en l’augure….

Ceci dit, le spectacle pathétique de ceux qui ont élu Macron croyant avoir élu l’héritier de Hollande va s’enrichir de celui, non moins pathétique de ceux qui nous expliquaient hier que Trump est un abruti et que Poutine est un autocrate dangereux ce qui les rendait tous deux « infréquentables ».

Nos médias vertueux vont devoir nous expliquer désormais, avec l’ assurance et la morgue de ceux qui savent tout sur tout, que nous nous étions trompés….

http://www.lepoint.fr/monde/macron-et-poutine-parlent-d-une-meme-voix-25-05-2018-2221445_24.php

Il ne reste plus au Français moyen, qu’à écouter « la voix de son Maître »….

L’Oued.


Tempus Fugit....

L'Oued

4 Mai 2018 – 4 Mai 1956.

Dans quelques jours, je rejoindrai, fidèle à un rituel qui dure depuis très longtemps, mes camarades  » survivants » de la 2ème Compagnie du 25ème Bataillon de Chasseurs Alpins, pour partager, après des retrouvailles toujours émouvantes, un moment d’exceptionnelle fraternité. Nous évoquerons, une fois de plus des souvenirs qui n’appartiennent qu’à nous, tant il est difficile de les partager avec ceux qui ne les ont pas vécus. Nous évoquerons ceux qui ont laissé leur vie là-bas, pour rien, et les autres, disparus, mais toujours présents dans nos souvenirs. Puis, nous nous séparerons, en espérant être encore en vie l’an prochain, pour nous retrouver, une fois de plus…..

Chaque année, à la même date, je me réveille, au lever du jour : Impossible de continuer à dormir. Les yeux mi-clos, la poitrine oppressée, je revois les images qui défilent dans ma mémoire. Des images semblables à…

View original post 1 807 mots de plus

Regards obliques…


L’âge ne confère plus aucun privilège dans le monde d’aujourd’hui. Il en est même un qui, parmi ceux que l’on considère comme faisant partie des plus brillants esprits de notre époque, tel Jacques Attali, estiment qu’il faudra bien un jour songer à euthanasier les vieux qui vivent trop longtemps et qui coûtent bien trop cher à la société…..

Je conçois parfaitement que pour une génération qui s’est forgée dans un culte égoïste, celui de l’individualisme, la génération des »selfies’, celle de l’autocélébration, celle qui a renoncé à savoir d’où elle vient, qui a une conscience aigüe de ses « droits » mais ne s’interroge jamais sur ses devoirs, et qui se nourrit de l’illusion d’avoir inventé un « monde nouveau », il est irritant de sentir le regard « oblique » des anciens qui observent son agitation fébrile à travers le prisme de leur propre vécu.

Il est vrai qu’un monde sépare ma génération et celles qui m’ont suivi.

Il y a celle qui a connu la pauvreté et les tickets de rationnement dans sa jeunesse,  l’armée et la guerre, la soif, la peur, la fraternité d’armes, les semaines de 48 heures de travail,,.. et il y a celle qui a reçu en héritage les richesses créées au cours des « trente glorieuses ».

Il y a celle qui a eu plus d’une fois à risquer sa peau en croyant « faire son devoir », et qui s’est élevée dans la hiérarchie sociale par les travail et les sacrifices et celle pour qui l’ascenseur social a bien fonctionné et qui est passée d’un amphi de l’ENA à un fauteuil de banque ou de préfecture, avec, au milieu, le rituel stage de « young leader » aux USA, et qui, en conséquence, s’exprime dans un anglais parfait…..

C’est à cette dernière que je m’adresse, car je sais , par ailleurs qu’il y a au sein de cette jeune génération , ceux qui souffrent, angoissés par la précarité de leur avenir.

« Cela dit, on ne peut reprocher à personne sa date de naissance, ni d’avoir jamais senti passer « le vent du boulet »….( Régis Debray ).

Ces « têtes » là, je les ai toutes connues, et vues à l’œuvre: les meilleures  comme les pires d’entre elles.

Il en manque même une qui, dans l’imaginaire de ceux qui lui ont succédé, personnifiait « le monde ancien »: c’est René Coty, dont l’épouse, qui n’avait pas encore accèdé au grade de « Première Dame », était la cible des humoristes « d’avant-garde », car elle personnifiait une gentillesse quasi maternelle, et était adorée par le peuple….

Car si certains se glorifient encore d’avoir « fait Mai 68 », moi, je fais partie de ceux qui ont vécu « Mai 58 » et le célèbre « Je vous ai compris »….Dois-je faire comprendre que ça laisse des traces ???

En creusant un peu plus, dans ma mémoire, me revient le souvenir de la Déclaration de guerre à l’Allemagne par Édouard Daladier ( l’homme des « Accords de Munich »  une lâcheté qui aura couté cher à une génération d’européens !!! ) écoutée par mon père, l’oreille collée à sa vieille radio.  Je me souviens aussi d’avoir chanté, enfant, à l’école, lors de la levée des couleurs, chaque matin, « Maréchal, nous voilà, devant toi le sauveur de la France »…..

Car il se trouve que j’ai une redoutable mémoire.

Les dures épreuves que j’ai dû affronter durant ma longue existence, m’ont appris à « relativiser » bien des situations, ce qui m’autorise, aujourd’hui, à porter un regard « distancié » sur l’ époque actuelle, en m’interrogeant sur les échecs d’une certaine génération, – la mienne –  héritière des Lumières, éduquée dans le latin-grec, convaincue qu’elle pourrait agir sur les événements par l’exercice de la raison critique et construire une société plus juste, fondée sur un ordre républicain aujourd’hui chancelant,

Mais, comme l’écrit fort bien Régis Debray, dans un article publié dans « Le Figaro Vox », »la fabrique de l’opinion a changé d’échelle, et les industries lourdes de l’image-son ont rendu cette ambition pédagogique obsolète ». Et comme le regrette le même Régis Debray,  » L’action publique a coupé les ponts avec la pensée. Place aux communicants: sondeurs, animateurs, acteurs, cameramen, photographes, spin doctors… », relayés par des « commentateurs » bavards, incultes et imbus de la fonction médiatique qu’ils remplissent, fort mal, dans une société en plein désarroi.

Je crois, comme le prétend Régis Debray dans le même article, que la mondialisation  » crée partout un déficit d’appartenance culturelle, donc un trou d’air où s’engouffre le retour à des sources identitaires plus ou moins fantasmées. La mondialisation heureuse, c’est à l’arrivée une balkanisation furieuse. « 

Je ne crois pas un seul instant à la « mondialisation heureuse » que l’on promet à nos enfants. Je pense, au contraire que la mondialisation à marche forcée est vouée à l’échec, car elle ne sert que les intérêts d’un monde de « marchands ».

La machine à broyer les identités ne tardera pas à s’enrayer. Le seul espoir que l’on puisse nourrir à son égard, c’est que son coup d’arrêt ne suscitera pas de désordre, car un vent mauvais souffle sur l’Europe ( c’est Macron qui le dit et je crois qu’il a raison ) et l’on peut craindre des soubresauts tragiques dans un futur qui n’est plus tellement éloigné.

Car jamais l’analphabétisme en Histoire de ceux qui ont entre leurs mains le destin des générations futures n’a été aussi grand. Or, jamais l’Histoire n’a été aussi présente dans l’actualité qu’aujourd’hui et aussi absente de la tête de nos décideurs.

Les énormes erreurs commises dans l’appréciation de l’état du monde et particulièrement du Moyen Orient qui est à nos portes, en témoignent. Nos stratèges  auraient dû faire un peu d’histoire et de géographie, et apprendre ce que sont le chiisme et le sunnisme et s’informer auprès des ethnologues ( ils pullulent au CNRS !!! ) avant de se lancer dans des aventures aux lendemains tragiques. Et apprendre ce que fut la menace ottomane pour les pays d’Europe Centrale et des Balkans avant de les montrer du doigt en raison de leur résistance à une politique migratoire dont nul ne sait comment tarir le flux….

Ma génération va s’éteindre. Ce qui se joue aujourd’hui, c’est le sort des générations futures qui risquent de devoir payer au prix fort la superficialité suffisante de ceux qui ont leur destin entre les mains, et qui ont « oublié que l’Histoire est tragique ».

Tiens, curieusement, c’est le reproche que faisait Raymond Aron, un philosophe qui a marqué son époque, – la mienne-  à Valéry Giscard d’Estaing, auquel on compare souvent Emmanuel Macron pour « sa classe », « son intelligence brillante » et l’ardeur de son « extrême-centrisme »…..

 

« Et moi, je vis toujours »….


J’achève la lecture simultanée de deux ouvrages dont les auteurs font partie des « monuments » de notre littérature, tant par la richesse de leur œuvre que par la qualité littéraire de leur écriture.

Le premier, notre contemporain, vient de nous quitter, en créant un grand vide et en nous laissant le souvenir de son immense culture, servie par un style d’une grande pureté qui fait irrésistiblement penser à celui du second, auquel de nombreux critiques l’ont souvent comparé….

Lire, en parallèle « Et moi, je vis toujours », l’une des dernières œuvres de Jean d’Ormesson, et « l’Itinéraire de Paris à Jérusalem » de Chateaubriand, c’est vivre une merveilleuse aventure littéraire, dans le Temps, avec Jean d’Ormesson et dans l’espace, avec Chateaubriand, en partant à la découverte de cet Orient qui fascina tant d’artistes et tant d’écrivains au XIXème siècle….

D’Ormesson nous entraîne dans un voyage à travers le Temps, et, nous prenant par la main, nous entraîne dans un vertigineux parcours à travers l’Histoire des Hommes, de leurs Civilisations, de leurs découvertes, de leurs Mythes, dans le but de nous convaincre de ce que l’Homme n’est qu’UN, que l’on soit à Jérusalem, à Byzance, à Venise, …ou à New York.

La capacité d’émerveillement de Jean d’Ormesson devient contagieuse et ses incursions dans les mondes africains, sumériens, ou troyens excitent notre imaginaire.  Sa proximité avec Homère , grâce à son talent de conteur nous rendent Ulysse familier.      « Je suis Ibn Batouta sur le point de quitter Tanger pour la Perse et le Niger, et l’oncle de Marco Polo sur la route de la soie, et Patrick Leigh Fermor en chemin vers la Grèce, et Huiang-tsang dans les sables du désert et sous la neige de l’Hindou Kouch, et je suis « le Juif errant ». « 

« L’Itinéraire de Paris à Jérusalem » ressemble plus à un carnet de voyage, sur lequel Chateaubriand note ses observations et ses impressions. Cela nous vaut de superbes descriptions de couchers de soleil sur l’Acropole, des observations subtiles sur les mœurs des pays traversés, des portraits de personnages hauts en couleur reflétant toute la complexité des peuples de cet Orient à la fois si proche et si lointain, et toujours aussi mystérieux….

Ayant parcouru moi-même, certaines des régions qu’il a dû traverser, je mesure la justesse de ses impressions personnelles, La conflictualité des rapports entre Grecs et Turcs transparaît dans son récit.

Au moment de quitter Constantinople, il note :  » Les sentiments qu’on éprouve malgré soi dans cette ville gâtent sa beauté: quand on songe que ces campagnes n’ont été habitées autrefois que par des Grecs du Bas-Empire, et qu’elle sont aujourd’hui occupées par des Turcs, on est choqué du contraste entre les peuples de ces lieux: il semble que des esclaves aussi vils et des tyrans aussi cruels n’auraient jamais dû déshonorer un séjour aussi magnifique ».

A Jaffa il rencontre le Curé de la ville qui fort de sa connaissance des mœurs de l’endroit, dit à Chateaubriand,  » Vous ne connaissez pas ces gens-ci: ce que vous prenez pour une politesse est un espionnage. On n’est venu vous saluer que pour savoir qui vous êtes, si vous êtes riche, si on peut vous dépouiller. Voulez-vous voir l’Aga ? Il faudra d’abord lui apporter des présents ????Les Arabes persuadés qu’un riche Franc va en pèlerinage au Saint-Sépulcre, augmenteront les droits de Caffaro, ou vous attaqueront »…..

Qui connaît cet Orient lointain, méconnu et mystérieux, n’en sera pas surpris. Déjà à cette époque nos « valeurs » sont si éloignées des leurs que tout rapprochement nécessite un effort sur soi, pour s’accommoder de situations auxquelles nous sommes tellement étrangers…

Je doute que la « mondialisation » dont on nous rabat les oreilles ait changé grand chose dans cet état des lieux…. 

Ce qui n’a probablement pas changé depuis l’époque du voyage de Chateaubriand, c’est la beauté du site de Jérusalem, vue du Mont des Oliviers, lorsque la lumière du soleil couchant laisse flotter sur cette ville, un hâle de sainteté qui bouleverse même celui qui n’est pas habité par la foi.

Au moment de refermer ces deux ouvrages je me prends à rêver et dans ma mémoire se bousculent toutes sortes de souvenirs de mes incursions passées, en Grèce, bien sûr, mais aussi en Turquie, en Israël, en Jordanie, à Pétra, à Alep, à Damas et et dans toute cette malheureuse Syrie déchirée par de multiples affrontements dont le moindre n’est pas l’affrontement entre Chiites et Sunnites qui, à travers les siècle n’a jamais cessé et continuera longtemps encore…..

Et je ne puis m’empêcher de lire et relire la page 271 du livre d’Ormesson, qui, compte tenu de mon âge , trouve en moi, une résonance intime particulière:

 » Et moi, je vis toujours « . Toujours ? ….. Y a-t-il une fin de l’histoire ???Chacun de nous naît, vit et meurt: comme les trois personnes de la Trinité pour les Chrétiens – les savant disent : les trois hypostases – les trois occurrences n’en font qu’une . Naître, pour vous, c’est déjà mourir: mourir c’est avoir vécu. Moi je ne meurs pas. Je continue. »

J’envie Jean d’Ormesson. Il est vrai que grâce à son talent, il était devenu « Immortel »…..

Immortel, je ne le suis pas. Et je le sais : je suis condamné à regarder La Mort en face….

Et je n’ai pas, hélas,son art, – à nul autre semblable -, de traiter les choses graves, – comme le sujet de la Mort -, ni cette légèreté pour évoquer ces choses graves, ni ce talent pour aborder avec sérieux les choses légères , ni même ce clin d’œil malicieux lorsqu’il évoque la Tragédie. Et ce sourire qui revêt son visage d’un masque , pour exprimer tantôt  l’insouciance, tantôt la douleur…

 

« Macron sceptique »….


Macron

Un de mes lecteurs s’interroge sur les raisons qui m’interdisent d’être un partisan chaleureux de Macron, dont les décisions courageuses, – selon lui -, vont dans le sens d’une conception de l’Etat que je semble partager, (toujours selon lui …).

Je m’en suis pourtant expliqué dans un de mes précédents billets, intitulé « Macron, des racines et du zèle ».

https://berdepas.com/2018/03/29/macron-des-racines-et-du-zele/

Outre mes réserves personnelles à l’égard du parcours du personnage de Macron – ( j’en ai connu d’autres construits sur le même modèle …), des raisons plus profondes m’incitent à ne pas m’associer à l’engouement que suscite ce Président, jeune et beau, cultivé, anglophone, et jupitérien.

Je n’ai jamais été attiré par les thèses de ceux qui défendent l’idée que « la France veut être gouvernée au Centre ».

Le centrisme, sous le prétexte d’effacer les clivages entre la Droite et la Gauche, outre le fait qu’il ne s’inscrit pas dans la logique des Institutions de la Vème République, m’apparaît comme une sorte de « compromis » ambigü entre une « Droite molle » et une « Gauche édulcorée ». Ce faisant, le « ni Droite, ni Gauche » qui tente de mettre hors du jeu politique les autres partis, recèle un danger mortel pour nos Institutions: celui, en cas d’échec, d’ouvrir la voie, sans obstacle, au Partis les plus extrémistes.

Le «ni droite ni gauche» appauvrit, en effet, le débat politique et ouvre la voie à une dangereuse alternance entre le centre et les extrêmes.

Or, si les Partis extrémistes peuvent être réduits au silence, leurs idées continuent à vivre et à se diffuser dans l’électorat en attendant l’occasion d’émerger.

Cela ne veut pas dire que je souhaite l’échec de Macron, car son échec serait celui de la France et de ses chances de réussite dans des réformes indispensables pour le pays.

Mais l’euphorie ambiante entretenue par une « macromania médiatique » ne doit pas dissimuler les obstacles auxquels Macron va se heurter: l’actualité nous montre que le déferlement des réformes se heurte à une opposition de plus en plus musclée, en attendant d’être organisée, dans l’espoir auquel l’extrême gauche ne renonce jamais, celui d’une « coagulation » favorisant une « convergence des luttes »…..

Autant dire que, dans le domaine des réformes intérieures, Macron est « entré dans le dur »…..

Sur le plan européen, ses velléités de réformes vont très vite se heurter au scepticisme et aux résistance de nombre de nos « partenaires ».

Je doute que l’Allemagne puisse, dans le nouveau contexte auquel Merkel doit se soumettre, le suivre. Et je ne parle pas de la résistance des pays de l’Est européen, et de la Pologne, où, sur fond de crise migratoire, se développent de nombreux mouvements eurosceptiques et souverainistes.

Les idées de Macron et sa conception jupitérienne d’un « mondialisme libéral » se heurtera au scepticisme de nombreux « partenaires européens »,  auxquels ses propositions sur l’Europe paraissent à la fois discutables et peu crédibles . Je ne parle même pas de l’idée saugrenue de vouloir élargir encore l’Europe aux pays des Balkans qui n’y sont pas encore, au lieu de chercher à répondre aux inquiétudes et aux hostilités que suscite l’Europe des technocrates bruxellois.

Car le problème n’est pas tant celui du « Frexit ou pas Frexit », du fédéralisme à tous crins ou d’un souverainisme à la mode ‘méchenchono-lepéniste’, mais celui de savoir vers  quelle Europe les peuples européens veulent-ils aller? Celle de l’élargissement sans fin voulue par Macron ou une Europe respectant les souverainetés nationales et resserrée autour de quelques projets cruciaux et dotée enfin des normes fiscales et sociales communes?

Or ce débat est pour le moment occulté, les partis de gouvernement étant encore sous le choc de leur défaite.

Je souhaite donc ardemment le retour d’une droite « décomplexée », s’appuyant sur le solide argumentaire européen d’un Philippe Seguin, qui reste, à mes yeux, l’un des rares hommes d’Etat honnête, visionnaire et plus ambitieux pour la France que pour lui-même, que la Vème République ait connus.

On a encore le droit de rêver, non ????

Dans un discours d’anthologie, dont tout a été fait pour qu’il sombre dans l’oubli, Philippe Seguin assénait son message devant un parterre de Députés subjugués. Ce message conserve toute son actualité, et la Droite française serait bien inspirée de s’y référer !!!

« Voilà trente-cinq ans que le Traité de Rome a été signé. Voilà trente-cinq ans que, contrairement à son esprit, une oligarchie d’experts, de juges, de fonctionnaires, de gouvernants, prend des décisions au nom des peuples, sans en avoir reçu mandat. L’Europe conçue par ces technocrates et consacrée à Maastricht n’est ni libre ni juste. Elle enterre la conception de la souveraineté nationale et les grands principes issus de la Révolution. La citoyenneté ne se décrète pas, ne relève ni de la loi, ni du traité. Pour qu’il y ait une citoyenneté européenne, il faudrait qu’il y ait une Nation européenne. Mais on ne peut pas décréter une nation, fût-elle européenne, par traité. »

Ce texte, qui n’a pas pris une ride, est extrait du discours prononcé par Philippe Séguin, à l’Assemblée Nationale dans la nuit du 5 au 6 mai 1992, dans le cadre du débat consacré au projet de loi de révision constitutionnelle préalable à la ratification des accords de Maastricht.

 

Post-Scriptum :

http://premium.lefigaro.fr/vox/politique/2015/01/06/31001-20150106ARTFIG00364-philippe-seguin-pourquoi-les-politiques-devraient-lire-le-discours-de-maastricht.php.

http://www2.assemblee-nationale.fr/decouvrir-l-assemblee/histoire/grands-moments-d-eloquence/philippe-seguin-5-mai-1992