Progressisme: en marche arrière ???


Dans le sillage de la crise financière de 2008, nous avons assisté à une véritable explosion du nombre de mouvements contestataires dans plus de soixante-dix pays à travers le monde.

Leurs points communs sont la perte de crédibilité des partis politiques, la défiance envers les médias traditionnels, le refus de désigner des leaders et le rejet de toute forme d’organisation formelle pour, au contraire, utiliser les réseaux sociaux comme vecteur de mobilisation.

Le mouvement des «gilets jaunes», qui se caractérise par son absence de leader, s’inscrit parfaitement dans ce paysage.. Bénéficiant de la sympathie de la grande majorité des Français il pourrait tout à fait revêtir une importance cruciale  lors des prochaines élections européennes.

Ce mouvement, comme nous l’avons souligné dans de précédents billets trouve son origine dans les villes et les villages de province. Ses rangs se composent surtout de membres de la classe moyenne inférieure.

Dans les rues, les manifestants sont plus âgés et beaucoup sont des femmes seules élevant difficilement leurs enfants,ou des travailleurs indépendants C’est « la France profonde », celle qui travaille dur et vit pauvrement. On ne voit que très peu de chômeurs sur les « ronds-points » !!!!

Cette France est assez hermétique aux idées « progressistes. » promues par les « zélites » mondialisées. Aujourd’hui, pour de nombreux Européens, le libéralisme est devenu synonyme de mondialisation et les gens sont frustrés de voir leurs gouvernement, contre l’opinion populaire, prétendre pour justifier leur fatalisme, que, dans un environnement mondialisé, que personne ne peut réellement contrôler le marché ou l’immigration.

Rares sont ceux qui , en dehors des « zélites », considèrent que le libre-échange et l’ouverture des frontières profite à tous.

Nous sommes également en présence d’un changement d’optique : ceux qui considèrent que les droits des minorités doivent prendre le pas sur les droits de la majorité se raréfient., Les peuples veulent rester maîtres du droit de décider qui peut intégrer la communauté nationale et sous quelles conditions.

La révolte des « gilets jaunes » marque un tournant décisif dans le fonctionnement de notre démocratie: le peuple veut conserver le contrôle de son destin et se méfie de ces « zélites » qui signent sans bruit, dans son dos, des accords tels que ceux du « Pacte de Marrakech »…..

L’idéologie « progressiste risque de connaître, en France comme en Europe, un sérieux coup d’arrêt. Et Macron va devoir réviser à la baisse, ses ambitions d’être le Guide d’une Europe « progressiste » qui se ferait contre la volonté des peuples et qui ne serait conçue que pour répondre aux rêves de puissance d’une minorité de privilégiés…..

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.