Bienvenue Place Beauvau (suite)


Livre Hollande

Une large part est faite, dans ce livre, à l’intensité de la lutte sourde qui – pendant le temps où il a exercé les fonctions de Premier Ministre – a opposé Valls au Président de la République. Ce dernier donne, dans cet affrontement, toute la mesure de sa perversité : il tisse autour de Valls un réseau d’informateurs qui guettent la moindre faiblesse et la moindre défaillance du Prmier Ministre.

On lit page 48,  » En quittant la place Beauvau pour Matignon, Manuel Valls s’est mis paradoxalement en danger, raconte un de ses amis parlementaires/ Il n’a pas su résister à la botte que lui proposait François Hollande. On lui avait conseillé de rester à l’Intérieur jusqu’aux Régionales de 2015″. Car être à l’Intérieur vous protège mieux qu’être aux commandes du Gouvernement.

 » En octobre 2016, alors que Manuel Valls caresse l’idée de se présenter aux Présidentielles, sort un livre qui déstabilise un de ses amis. Dans Nos très chers émirs consacré aux liens entre la France et les Monarchies du Golfe, le Secrétaire d’Etat chargé des Relations avec le Parlement Jean-Marie Le Guen est accusé d’avoir reçu des pots de vins de l’Ambassade du Qatar. Le jour même de la publication, le chef du Gouvernement  dénonce sur les ondes de France-Inter une « campagne de déstabilisation » à son encontre. Dans sa tête les munitions contre Le Guen ont été, en partie fournies par le « Château » avec l’aide d’un dévoué artificier, Bernard Bajolet, le Directeur de la DGSE » ( page 49). Coup de semonce !!!

 » Privé de ses réseaux de Police, Manuel Valls qui se voyait déjà marcher sur les pas de Clemenceau, son modèle historique, n’es plus qu’un tigre de papier. La source de renseignements dont il profitait s’est asséchée. »

Or le renseignement, dans la guerre sourde qui se livre dans les allées du pouvoir est une arme absolue, dont Hollande est passé maître dans l’art de la manipuler pour détruire ses ennemis, en utilisant des complicités médiatiques dont il tire les ficelles.

« Troublante coïncidence, ce jour là, Jean Daubigny l’ancien Directeur de cabinet de Valls à Beauvau est placé en garde à vue pour fraude fiscale. Pourquoi donc le parquet de Paris, qui avait ouvert en Août une enquête préliminaire déclenche-t-il une garde à vue du Préfet au moment où Valls se prépare à se déclarer également candidat »( Page 52 ). 

Valls finira par nourrir une véritable paranoïa, se sachant dans le collimateur de Hollande. Une paranoïa qui finira de dégrader complètement les relations de confiance qu’avaient pu entretenir les deux hommes.

De la même manière, Laurent Fabius, considéré également comme un rival potentiel, et surtout comme l’auteur d’un qualificatif ( Fraise des Bois) qui a longtemps collé à Hollande comme un sparadrap fera à son tour les frais de la perversité de Hollande et de son art dans la manipulation des « affaires ».  » Tant que Laurent Fabius était utile à Hollande au Quai d’Orsay, les dossiers judiciaires du fils ont étrangement mijoté à feux doux, puis quand il a été sur le départ, après avoir bouclé la COP21, tout s’est accéléré…. » ( Page 53 ).

A la Place Beauvau, Alain Bauer sera pour son ami Valls, un discret et efficace ouvreur de portes. Il faut dire qu’il dispose à son trousseau la clefs trois points véritable passe partout dans ce ministère. Les policiers sont attirés par les lumières des temples franc-maçons tels des lucioles par des lanternes. De tous les Ministères, c’est la Place Beauvau qui compte le plus de « frères ». A tous les étages, dans tous les bureaux, et d’autant plus qu’on grimpe dans la hiérarchie. Près de dix pour cent des commisaires seraient maçons ». ( Page 58 ).

Outre la franc-maçonerie, Bauer et Valls ont en commun d’avoir effectué leurs classes politiques près de Michel Rocard. Cette amitié vaudra à Alain Bauer, d’être à son tour l’objet d’une surveillance constante de Hollande qui soupçonne  également Bauer d’avoir été, à une certaine époque, grâce à sa fortune personnelle, un des financiers des campagnes de…Sarkozy ( Page 63 ).

Il faut arriver à la page 111 pour découvrir un fait anecdotique, occulté par les médias, mais qui dénote la dose de puérilité de ce Président pourtant capable d’une perversité hors-pair.

 » Ce 6 Avril 2014, jour du Marathon de Paris, la voiture du Président de la République est bloquée porte d’Auteuil? Un des gardes du corps appelle en catastrophe la Préfecture de police. Dans la salle de commandement de la Direction de l’ordre public et de la circulation le permanencier comprend tout de suite que la demande est prioritaire. A peine a-t-il répercuté l’information à son chef  que dans la salle où une vingtaine de fonctionnaires veillent en permanence sur les 000 caméras vidéo de la Police parisienne, c’est le branle-bas de combat. Ordre est donné de zoomer avec l’une des caméras de la porte d’Auteuil. Sur le mur vidéo apparaît alors en grand format le cortège présidentiel ) l’arrêt, et soudain, …. sortant d’un buisson, François Hollande et…. une jeune femme que le Président va ensuite prendre en photo avec son iPhone. Ce dimanche François Hollande et Julie Gayet se rendent  à la Lanterne, l’ancien pavillon de chasse du Château de Versailles devenu résidence secondaire des Présidents…. ». ( Page 111 ).

J’aurais pu allonger la liste des anecdotes dont fourmille ce livre passionnant qui nous en apprend plus sur la personnalité de ce ‘Président Normal » que tous les propos de commentateurs dont il est décrit. On découvre avec quelle habileté, il manipule tout ce qui paraît sur lui dans les médias.

On referme ce livre avec un sentiment de tristesse, car il soulève le coin d’un voile qui jusqu’ici, pour moi du moins, masquait la véritable situation de décrépitude de notre démocratie.

Après cela, on n’est plus du tout surpris de ce qui est advenu à un François Fillon, sans doute trop naïf et qui est tombé dans les filets de la « petite entreprise » élyséenne qui agit « en bande organisée ». Et, sans aucun doute, fort bien organisée.

5 réflexions au sujet de « Bienvenue Place Beauvau (suite) »

  1. Annick

    Bonjour Berdepas,

    Nous sommes dirigés -et donc à la merci- de parvenus, de cloportes, qui n’ont ni dignité ni sens du bien commun pour la conduite du pays. Seul compte leur maintien au pouvoir, et bien sûr leur évolution de carrière (comme s’ils avaient été capables de créer la moindre entreprise, le moindre emploi). Dès lors, tous les coups sont permis, tels que, seuls, les gens sans courage peuvent les imaginer, afin d’aplanir tout obstacle, sans aucun effort.

    Quand on referme ce livre, on se dit qu’il ne nous reste plus que la révolte pour nous débarrasser de ces m***** qui nous salissent et nous perdent. D’autant qu’à Bruxelles,
    s’ébattent les mêmes… C’est désespérant.

    Amicalement,

    Aimé par 1 personne

  2. PhilZ

    a écouter de toute urgence

    rapporté au livre « Place Beauveau » une pierre de plus pour comprendre combien le pouvoir de ces dernières années a été douteux

    Aimé par 2 people

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s