Un éléphant, ça Trump, énormément….


elephant

Il y a quelques mois, je formulais dans un billet, une hypothèse qui dans le contexte médiatique du moment paraissait totalement farfelue….

https://berdepas.com/2016/11/05/et-si-trump-etait-elu/

Et Trump a été élu !!!

Contre toutes les prévisions: celles des faiseurs d’opinion, des Instituts de sondage, de la Presse, et de toute la basse-cour de la « bien-pensance ». En un mot de tous ceux qui aveuglés par leurs « certitudes », bouffis de « convictions », imbibés de prétendues « valeurs », ne comprennent plus rien au monde dans lequel ils vivent, car ils s’en sont fabriqué un, un tout petit monde à eux, protégé par les frontières de leurs préjugés, un monde « hors-sol » pour reprendre une expression médiatisée, oubliant qu’à côté de ce monde-la, il en existe un autre, plusieurs autres même, qui n’obéissent plus à leurs Lois, et encore moins à leur logique de pensée….

L’élection de Trump à la tête de la Première puissance mondiale, c’est l’arrivée au pouvoir d’un éléphant dans un magasin de porcelaine….

( Pour ceux qui l’ignorent, rappelons que l’éléphant est l’emblème du Parti Républicain, alors que celui des Démocrates est un âne …..). Tout un symbole ???

Car, avec son style de cow-boy mal embouché, son apparente vulgarité, son parler « cash », sa manière d’appeler un chat un chat, avec « l’absence de filtre » dans ses discours, il brise le tissu de tabous patiemment tressé par des années d’illusions « mondialistes », enveloppées de tout ce magma de pensée, conçu par les penseurs de la « société libérale libertaire », puis diffusé au sein des Universités américaines, enfin répandu dans le monde occidental par une élite drapée dans le manteau blanc du « politiquement correct ».

Avec l’élection de Trump à la Maison-Blanche, c’est tout un monde qui s’écroule :  celui des bons sentiments, des fausses compassions, de la bienveillance affectée devenue l’alibi des grandes lâchetés.

La vulgarité du cow-boy mégalomane et ses manières brutales ne suffisent pas à le disqualifier. Car il sera jugé sur ses actes et non sur ses déclarations plus ou moins provocatrices….

Ses procureurs le savent. Ils comptent déjà, cyniquement, sur « le Système »de Washington pour le « neutraliser » et le « faire rentrer dans le rang »… On va bien voir !!!

Le « Parti du Bien » déteste, partout, les personnages « clivants ».

En France, le sarkozisme, en a fait les frais. Hollande dont le quinquennat s’achève dans l’insignifiance, et qui n’a jamais réussi en cinq ans à quitter ses habits de Premier Secrétaire du Parti Socialiste et à devenir le Président de tous les Français aura le temps de méditer sur la dureté de notre époque qui a fait de lui l’un des Présidents français les plus « clivants »…. 

En attendant, la gifle est douloureuse pour ceux qui n’ont jamais pu se résigner à croire qu’un personnage tel que Trump puisse accéder à la tête de la Première Puissance mondiale : on dit que « l’autre milliardaire », connu pour ses engagements mondialistes,  George Soros, l’homme qui finance les groupes de « no-borders » à travers le monde, qui avait parié sur la frayeur des marchés, aurait perdu près d’un milliard de dollars, en spéculant sur l’effondrement des Bourses mondiales, au lendemain de l’élection de Trump….

En réponse, Trump a réussi, en quelques tweets, à obtenir que Ford annule un projet d’usine au Mexique au profit d’un investissement dans le Michigan, et que Fiat-Chrystler rapatrie une production de véhicules, pendant que General Motors a promis d’investir un milliard de dollars aux Etats Unis. De même,  Carrier producteur mondial de climatiseurs promet de sauver 1000 postes, pendant que  Amazon annonce 100.000 emplois et Walmart 10.000.Juste un début …..

L’effet Trump s’est mis en branle : l’éléphant va casser de la porcelaine !!!

Déjà, les médias traditionnels fourbissent leurs armes, car Trump les méprise et entend passer pardessus leurs antennes en communiquant avec son peuple, à coups de « tweets », accentuant leur décrédibilisation bien avancée partout, en Occident.

Nos technocrates bruxellois tremblent déjà, car détestés eux-mêmes, à travers une Europe dont ils ignorent tout de la désespérance des peuples, ils savent qu’ils sont « au pied du mur ».

Ils doivent d’urgence revoir leur copie….

Les tombereaux de mauvaise foi déversés par les adversaires de Trump, leurs pleurnicheries et leurs manifestations de dépit n’y changeront rien.

Nous sommes entrés dans un nouveau moment de l’Histoire du Monde…..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s