Et si Trump était élu ???


Republican presidential candidate Donald Trump speaks to supporters as he takes the stage for a campaign event in Dallas, Monday, Sept. 14, 2015. (AP Photo/LM Otero)

Republican presidential candidate Donald Trump speaks to supporters as he takes the stage for a campaign event in Dallas, Monday, Sept. 14, 2015. (AP Photo/LM Otero)

L’échéance approche pour le peuple Américain. Nous saurons dans quelques jours quel sera son choix entre deux candidats qui se sont livrés une « bataille de chiffonniers » qui aura largement contribué à écorner l’image de « grande Démocratie » que véhicule l’Amérique.

« L’Establishment » a bien tenté en multipliant les coups bas, et avec l’aide d’une classe médiatique qui ne sortira pas grandie de cet affrontement, de disqualifier le candidat Trump. Ce dernier a grandement facilité le jeu de ses détracteurs en multipliant les invectives, les plaisanteries de « mauvais goût », les accusations souvent graves, à l’égard de celle qui lui était opposée.

Il n’empêche. A la veille de cette élection, le résultat n’a jamais été aussi incertain. On peut s’attendre à un taux d’abstention record, tant le nombre d’électeurs potentiels désabusés est grand: la marge du vainqueur risque d’être si étroite qu’il faut s’attendre à des contestations du résultat du vote dans certains États. Et peut-être même à une contestation du résultat final par Trump lui-même, s’il est battu par une courte marge, ce qui serait un précédent unique dans l’Histoire de la Démocratie américaine.

Mais si Trump est élu, cette élection aura un retentissement important dans toutes les Démocraties occidentales. Car ne nous y trompons pas: il y a dans le scénario de cette élection des éléments communs à toutes nos Démocraties. Et la Démocratie française n’y échappe pas.

J’ai évoqué, dans un précédent billet, le dernier livre de Christophe Guilly, « le Crépuscule de la France d’en haut »qui décrit avec une précision clinique, sous la plume de l’auteur de « La France périphérique », le processus de décomposition du tissu social, dans les Démocraties occidentales avec ses conséquences sur la fraction de la population de ces pays qui est « sortie du champ politique traditionnel » et qui, en rupture avec la société nouvelle, est devenue perméable aux idées les plus opposées à la doxa que tentent de lui imposer des « zélites » qui désormais appartiennent à un autre monde que celui du « peuple ».

 » De la France périphérique ‘ celle du NON à Maastricht et au référendum de 2005 ) , à l’Angleterre périphérique, ‘celle du Brexit ), en passant par l’Amérique périphérique ‘ celle de Trump ) ou la Suède périphérique, le modèle économique mondialisé produit partout le même phénomène. » ( Christophe Guilly).

Le spectacle affligeant offert par la Démocratie américaine , si souvent citée comme exemplaire dans le monde, n’est qu’un symptôme de la fracture qui divise la société américaine.

Les Français n’auront eu, de cette élection, que le miroir déformant de nos médias trop occupés à « se boucher le nez devant les sorties effarantes et vulgaires du clown milliardaire ». « Une façon de nous faire oublier l’essentiel: jamais une élection n’a à ce point montré de proximité entre les forces qui agitent l’Amérique et celle qui travaillent l’Europe dans son ensemble et la France en particulier ». ( Natacha Polony dans le Figaro ).

Nos médias n’ont pu s’empêcher d’évoquer, avec un brin de mépris, ces « petits blancs », personnages emblématiques de l’Amérique profonde, attachés à de vieilles valeurs qui sont celles qui ont fondé l’Amérique moderne. Nos « zélites » en ont tiré la conclusion que le suffrage universel donne un pouvoir excessif à des gens trop peu formés pour en mesurer la portée. Mais n’est-ce pas là le fondement même de la Démocratie qui donne le pouvoir de s’exprimer à tous les citoyens, sans distinction ???

Alors que nos « zélites » auraient dû s’efforcer de comprendre pourquoi des millions d’Américains, qui ne sont pas tous des demeurés, s’apprêtent à voter pour Trump, au même titre qu’elles ne se posent jamais la question de savoir quelles sont les raisons profondes de la montée puissante du Front National.

Avec le même aveuglement elles refusent de regarder en face des phénomènes que décrit fort bien Christofphe Guilly dans l’ouvrage cité plus haut : la disparition des classes populaires blanches dans les centres-villes des métropoles, le sentiment profond de déclassement des classes moyennes, qui dans toutes société moderne, contribuent à la stabilité politique, à la création de richesse, et à la modération des conflits sociaux.

Si Trump était élu, son élection sonnerait comme un dernier avertissement à nos « zélites » condamnées à en rabattre de leur suffisance, et à ouvrir enfin les yeux sur les graves menaces qui pèsent sur nos sociétés fragilisées par une mondialisation dont plus personne ne contrôle les effets….

2 réflexions au sujet de « Et si Trump était élu ??? »

  1. Ping : Un élephant, ça Trump, énormément…. | Tempus Fugit….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s