Le « Grand Mensonge ».


Caldwell

L’idée du « Grand Remplacement », est systématiquement tournée en dérision par les « beaux esprits » de la Gauche qui depuis toujours ont considéré, avec une certaine condescendance, les théories émises par des intellectuels de Droite , et d’une manière plus générale tous les auteurs qui depuis des décennies, dénoncent un processus insidieux qui bénéficie de complicités dans toute la classe politique européenne.

 Parmi les cibles favorites des « beaux esprits », l’écrivain Renaud Camus figure en bonne place.

 Dans un entretien accordé au Nouvel Observateur, au journaliste qui lui demande de développer ce qu’il entend par « Grand Remplacement », Renaud Camus répond en s’inspirant d’une boutade de Bertolt Brecht ( cf. mon précédent billet ), qu’il modifie quelque peu pour l’adapter à son discours :

« Oh, c’est très simple : vous avez un peuple et presque d’un seul coup, en une génération, vous avez à sa place un ou plusieurs autres peuples. C’est la mise en application dans la réalité de ce qui chez Brecht paraissait une boutade, changer de peuple. Le Grand Remplacement, le changement de peuple, que rend seule possible la Grande Déculturation, est le phénomène le plus considérable de l’histoire de France depuis des siècles, et probablement depuis toujours. »

Renaud Camus affirme qu’il y a « mensonge » et « silence » « sur ce qui survient » par « les deux pouvoirs, médiatique et politique ». Il parle d’ailleurs de « parti remplaciste au pouvoir ». Il estime que la France fait face à une invasion caractérisée, mais qu’aucun de ces deux pouvoirs ne veut le dire.

Inutile de souligner à quel point de telles affirmations suscitent l’indignation des « beaux-esprits » qui leur opposent la nécessité de considérer les phénomènes migratoires auxquels la France est confrontée, « avec sérénité », « avec calme et avec sang-froid ».

tribalatM-aaec9

On est, chez certains, en plein déni d’une réalité qui nous saute au visage, jour après jour, et chez d’autres, dans une posture de renoncement, ce qui les conduit à considérer  le phénomène migratoire et celui du « multiculturalisme » qui en découle comme une fatalité, une sorte de « loi historique » contre laquelle il ne sert à rien de s’élever. 

Or, l’idée d’un « Grand Remplacement » n’est pas qu’un « fantasme » d’une Droite « xénophobe »qui s’invente des peurs d’un autre âge !!!

Parmi les « beaux-esprits » certains vont beaucoup plus loin, en suggérant que le peuple français ne mérite plus les « faveurs »de la Gauche, et que le moment est venu de « changer le peuple »en retrouvant les accents du discours totalitaire d’un Berthold Brecht….

Ainsi le « think-tank » « Terra Nova », – ce laboratoire d’idées dans lequel s’élaborent les concepts, les stratégies politiques, et les éléments de langage, qui alimentent les discours « de Gauche » depuis quelques années -, préconisait, dans une recommandation au Parti Socialiste, de se détourner du « peuple de Gauche », pour, désormais, s’adresser de préférence, aux Français issus de l’immigration, appelés à jouer un rôle actif dans la vie politique française.

Ainsi, dans sa «contribution no 1» au projet 2012 du PS, sous le titre «Gauche: quelle majorité électorale pour 2012?», le think-tank socialiste Terra Nova avait préconisé la stratégie à adopter par la gauche pour capter l’électorat immigré.

Une analyse dont s’est profondément inspiré François Hollande pendant tout son quinquennat et  qui n’a pas pris une ride dans la perspective de l’échéance électorale de 2017.

Le raisonnement se veut imparable. «Les ouvriers votent de moins en moins à gauche», rappellent d’abord les auteurs de l’étude. La tentation du FN, il est vrai, est forte. Dans le même temps, «la France de la diversité est presque intégralement à gauche», écrivent-ils, soulignant «un alignement très fort des Français immigrés et de leurs enfants sur la gauche». Ils précisent même: «Le rapport de force droite-gauche y est extrême, de l’ordre de 80-20 voire 90-10».

Selon eux, «la seule exception est la première génération d’origine asiatique, qui reste polarisée à droite par anticommunisme». Je dis bien « selon eux », car si les populations d’origine asiatiques votent à droite, c’est qu’elles ont tourné le dos à « l’assistanat » et qu’elles se sont assimilées à ce qui représente dans notre pays, les classes moyennes, laborieuses, entreprenantes et discrètes, y compris dans leur pratique religieuse.

Toujours selon Terra Nova, la France de la diversité est aujourd’hui la composante la plus dynamique, tant électoralement que démographiquement,de la gauche en France

Non sans une pointe de cynisme Terra Nova poursuit : «La population des Français issus de l’immigration est en expansion et en mutation identitaire: en 2006, près de 150.000 acquisitions de nationalité française ont été accordées (…) ; dans l’hypothèse d’une continuation à l’identique, ce sont entre 500.000 et 750.000 nouveaux électeurs, naturalisés français entre 2007 et 2012, qui pourront participer au prochain scrutin présidentiel sans avoir pu participer au précédent.»

Le think-tank enfonce le clou: «C’est un fait politique important: la France de la diversité est aujourd’hui la composante la plus dynamique, tant électoralement que démographiquement, de la gauche en France.»

Ainsi s’élabore, lentement, discrètement, dans les laboratoires de la pensée de Gauche une théorie qui porte les marque de la pensée brechtienne, et qui consiste à « remplacer »le peuple de Gauche, en France, par celui de « la diversité », dans un but purement électoraliste et de conquête du pouvoir !!! Au risque d’entrainer la France sur une pente dangereuse….

On comprend la fureur que déchaînent des voix comme celle de Renaud Camus qui dénoncent un processus en cours que la Gauche voudrait insidieux, discret et silencieux…..

Ce sujet fait partie des « sujets tabous » sur lesquels il est interdit de débattre.

Il n’existe pas, pour certaines « zélites », de qualificatifs assez méprisants, voire insultants pour montrer d’un doigts accusateur, et décrédibiliser tous ceux qui, d’aventure, s’avisent de dénoncer une évidence que la Gauche a de la peine à nier….

Comme si l’intelligence n’avait jamais dépassé les frontières de la Gauche…..

PS : Si vous n’avez pas le courage de lire l’intégralité du « Rapport Terra Nova », vous pouvez vous contenter de parcourir l’intéressant article paru dans l’hebdomadaire « Le Point », sous :http://www.lepoint.fr/editos-du-point/sebastien-le-fol/l-histoire-d-une-note-qui-a-mis-le-feu-a-la-gauche-10-10-2016-2074774_1913.php

Certain de mes lecteurs n’ayant pu accéder à cet article édifiant, j’en reproduis ici le texte. Citation :

« Plus qu’une note, un symbole. Un aveu. Le « révélateur », selon Jacques Julliard, Alain Finkielkraut, Michel Onfray et bien d’autres, d’un abandon historique : celui de la classe ouvrière par la gauche au profit de populations urbaines, issues des centres-villes et des banlieues défavorisées. Alliance du gentrificateur et du gentrifié, du diplômé et de l’allocataire, de l’insider et du stigmatisé.

On savait cette rupture, si bien analysée, dès 2004, par Eric Conan dans La gauche sans le peuple (Fayard). On la devinait, on la discernait au gré des élections depuis 1983, jusqu’au jour où la fondation Terra Nova, dans un rapport rendu public en mai 2011, a théorisé cette mutation de la sociologie électorale de la gauche. Emoi. Ce n’était pas qu’une photographie ; le rapport ressemblait, par moments, à un document de stratégie interne, qui invitait la gauche à revoir ses vieux schémas électoraux. Depuis sa publication, voulue par Olivier Ferrand, alors président de Terra Nova – décédé en 2012 -, elle est devenue une pièce à conviction majeure dans le procès intenté à la gauche socialiste autant par d’anciens compagnons de route, intellectuels, sociologues et historiens que par la droite.

5 réflexions au sujet de « Le « Grand Mensonge ». »

  1. François Carmignola

    De quel bilan parlez vous ? Tous les candidats à la primaire ont gouverné en même temps ! Le futur donné gagnant eut quoi comme bilan ? Non, ils sont à égalité, et on peut comparer les programmes, les déterminations à les appliquer, et les attitudes adoptées. Sur cette question, il est indubitable que quelque chose a changé dans l’opinion. Qui a droite en tient vraiment compte ?

    J'aime

  2. François Carmignola

    Oui mais cette évidence n’est pas si bien caractérisée que cela. D’abord, on n’a toujours pas de « statistiques d’origines » permettant de mettre en évidence quantitativement la part de l’origine africaine de la population française. Michelle Tribalat elle même n’est pas bien sure et parle « en grandes masses » sans mettre vraiment les points sur les « i ». Car il n’y a pas véritablement de « grand remplacement » du moins pas encore, et l’enthousiasme masochiste de Renaud Camus est extrêmement déplaisant.
    D’autre part, une majorité de français se prépare à élire Alain Juppé, le moins à droite selon certains, le plus sérieux selon d’autres.
    La foule de ceux qui s’apprètent à mettre, alors qu’on les a prévenu, Sarkozy au second tour de la primaire auront ce qu’ils voudront. C’est la même chose qui est arrivé aux électeurs du Front National: à force de proner le plus hystérique, on n’a jamais que le plus mou.

    Seul François Fillon est capable de mener une politique raisonnable donc possible et donc efficace: statistiques d’origine, quotas, traitement spécifique des ennemis de la France.
    Le reste balance entre hystérie et folie absurde et donc Juppé, qui ne fera rien en aura le pouvoir. C’est vous qui voyez.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s