Bi-nationaux….


accords-france-algérie

J’avais évoqué cette question dans un précédent article:

https://berdepas.wordpress.com/2016/01/19/les-bi-nationaux-franco-algeriens/

Ce qui suit montre le gouffre qui sépare nos « généreux » parlementaires, imbibés d’humanisme à deux balles dans l’approche d’une notion qui fait partie des fondements de l’unité et de l’homogénéité de la Nation, dans la manière de traiter le délicat problème des « bi-nationaux »….

Les reculades de notre « Père de la Nation », devant ceux qui, dans notre pays tendent à devenir eux-mêmes des apatrides depuis que « le genre humain » les passionne plus que leurs compatriotes, ont quelque chose de dérisoire face à la manière dont un pays comme l’Algérie devenu, depuis qu’il est indépendant, extrêmement sourcilleux sur les questions qui touchent à son identité et à celle de ses citoyens, a réglé la question de ses « bi-nationaux ».

En effet, on pouvait lire dans le numéro de Jeune Afrique du 16/01/2016 que désormais les « bi-nationaux » algériens ne pourront plus entrer en Algérie sans Visa délivré par les représentations diplomatiques de l’Algérie à l’étranger !!!

http://www.echoroukonline.com/ara/articles/264966.html

http://www.jeuneafrique.com/293550/politique/en-algerie-lautre-debat-sur-les-binationaux/ 

On apprenait, en outre, que le président de la république algérienne Abdelaziz Bouteflika avait signé le projet de révision constitutionnelle concernant les binationaux.

Tout est dit et de façon extrêmement précise dans l’article 51 de la Constitution : « La nationalité exclusive est requise pour l’accès aux hautes responsabilités de l’État et aux fonctions publiques. » La loi établira la liste des « hautes fonctions » qui seront interdites aux binationaux. 

L’article 77 de la même Constitution se penche, lui, sur les conditions d’éligibilité au poste de président de la République. Et là c’est dur, dur. Pour être candidat il faut « ne pas avoir acquis de nationalité étrangère ». Il faut également pouvoir prouver qu’on a des parents qui n’ont qu’une seule nationalité d’origine, la bonne, la vraie, celle de souche. Les nationaux qui ont des épouses étrangères sont également visés par la même exclusion. 
Ainsi donc, un Algérien possédant la double nationalité Franco-algérienne pourra accéder aux plus hautes fonctions de l’État français, alors que le même Algérien, en Algérie, se verra rejeter par son pays d’origine !!!

Pas de mélange au sommet de l’État algérien !!!

Alors qu’au sommet de l’Etat français, nous avons désormais un « melting-pot », inconcevable dans beaucoup de pays. Et c’est toujours la France qui est montrée du doigt quand il s’agit de « racisme », de « discrimination » et de « stigmatisation », avec le consentement bienveillant d’une partie de sa classe politique…..

Après cela on s’étonnera de la colère qui gronde chez les Français patriotes furieux d’être humiliés et « ringardisés » par une bobocratie apatride, qui semble avoir « perdu la Boule »  devenue tellement imprégnée du « droit du sol » qu’elle en est devenue « Hors-sol » !!!!….