Le « Beur », l’argent du beurre et le….


 Liberté_Egalité_&_Fraternité_ou_la_mort

Notre classe politique, sans doute la plus médiocre de toute l’Histoire de la Vème République, se déchire autour du projet, en forme de « piège à cons »que François Hollande avait élaboré, dans le but de piéger la Droite, et qui se transforme en « piège à cons », autant pour la Gauche que pour la Droite.

Il s’agit, évidemment du projet de réforme constitutionnelle visant à graver dans le marbre de notre Constitution, la déchéance de la nationalité française pour tout bi-national condamné pour des actes de terrorisme

Que tout malentendu soit immédiatement dissipé concernant mon point de vue personnel sur cette question. Les textes actuels, moyennant quelques retouches mineures permettent sans avoir recours à une modification constitutionnelle, de déchoir de la nationalité française tout citoyen français qui aurait pris les armes contre la France. Il suffit, donc, d’une volonté politique et d’un peu de courage pour appliquer ce textes.

Et surtout, pour éviter de « bricoler » la Constitution dans un but purement politicien.

Mais là n’est pas le propos de ce billet.

Je voudrais tout simplement, ici, attirer une nouvelle fois l’attention de mes lecteurs sur une situation au sujet de laquelle nos médias, avec le courage et l’honnêteté intellectuelle qui les caractérise, continuent à rester curieusement discrets…

Alors que s’étale dans nos journaux, et sur nos petits écrans, toute la compassion de nos « zélites » à l’égard de ces bi-nationaux qui se sentent menacés par cette réforme constitutionnelle, – qui pour la plupart sont d’origine maghrébine, et majoritairement Franco-Algériens – , l’Algérie, qui, on le sait, est un pays « ami », se prépare, elle à modifier sa Constitution dans un sens qui tire un trait définitif sur la citoyenneté des Algériens qui bénéficient de la nationalité française.

En effet, est combattu car considéré comme « anti-constitutionnel » par les Algériens vivant en France et bénéficiant de la double nationalité, quel que soit leur mode d’acquisition de la nationalité française, l’article 51 du projet de Constitution algérienne qui énonce que ‘‘l’égalité aux fonctions et emplois au sein de l’Etat est garantie à tous les citoyens, sans autres conditions que celles fixées par la loi’’ et que ‘‘la nationalité algérienne exclusive est requise pour l’accès aux hautes responsabilités de l’Etat et aux fonctions politiques’’.

http://www.elwatan.com//une/nouvelle-constitution-la-derniere-ligne-droite-avant-la-fatalite-05-02-2016-313667_108.php

Ces Algériens qui s’élèvent contre cette disposition constitutionnelle algérienne ( dont on peut parfaitement comprendre la logique du point de vue gouvernemental algérien ), se battent donc sur deux fronts.

D’un côté,- avec le complaisant soutien d’une gauche française aveuglée par ses lubies mondialistes, et obsédée par la conquête du « vote des étrangers » et particulièrement par celle des voix des Français « issus de l’immigration », auquel s’ajoute le soutien des médias, inféodés à tout ce qui peut nuire à notre cohésion nationale, et peu soucieux de la défense de notre identité -, ces Algériens combattent le projet constitutionnel du Gouvernement français, pour préserver leurs droits en tant que citoyens français.

De l’autre côté, ils se mobilisent pour la défense de leurs droits, en tant que citoyens algériens….

Au fond, ils aimeraient bien avoir « l’argent du Beur et le C.. de la fermière », c’est-à-dire »la France », qui jusqu’ici ne voyait, elle, aucun inconvénient dans le fait que notre Sénat ait pu compter parmi ses Vice-Présidents, une Sénatrice Franco-Algérienne, ou quelques Parlementaires Franco-Algériens….

Nous comptons bien, parmi nos nombreux parlementaires bi-nationaux, une sénatrice disposant de la nationalité Française, Israélienne…et Turque !!!

Pour qui nous prend-on ??? Surtout lorsque l’on avance comme argument contre la déchéance éventuelle de bi-nationaux condamnés pour actes de terrorisme contre la France, celui d’une « discrimination » ( Ah !!! comme ce mot est utile dans certaines situations ) et surtout celui d’une rupture d’égalité entre les Français !!!

Car chacun sait qu’en France , en vertu de notre « bric à brac » de « valeurs », tous les citoyens sont égaux, mais qu’il en est « qui sont plus égaux que d’autres »comme dirait l’illustre Coluche….

C’est ce qui permet à certains Français de disposer de plusieurs passeports avec tous les petits « avantages » qui peuvent en résulter, alors que le « Français moyen » n’en dispose que d’un seul….