Les larmes d’Obama


J’ai ressenti le même malaise en voyant celui qui dirige la Première Puissance Mondiale pleurer. Je sais que la mode est aux anti-machos, et qu’il est de bon ton, quand on est un homme d’aujourd’hui, d’étaler sa « sensibilité ». Certes !!! Mais pas quand on est Chef d’Etat, et que l’on porte les plus lourdes responsabilités mondiales….
Affligeant.

Maxime Tandonnet - Mon blog personnel

134104328_B977497712Z.1_20160105204058_000_GJO5TVP55.5-0Il est des larmes qui font pitié, celles des enfants ou des hommes ou des femmes qui ont tout perdu et sont en deuil. Il en est d’autre qui mettent mal à l’aise, agacent, inquiètent… Celles de M. Obama, qui ont ému le monde entier, me laissent de marbre. Pleurer est un signe de faiblesse. Bien sûr que le président des Etats-Unis est un homme comme un autre. En privé, seul, dans son jardin de camp David,  il a le droit de s’effondrer. Mais devant les médias, sa démonstration lacrymale prend une connotation emblématique. Il pleure en pensant aux victimes d’une tuerie dans un lycée américain. Ses larmes ont une signification immédiate. Elle soulignent l’impuissance de son gouvernement face à une tragédie. Face à un problème insoluble, les pleurs servent de contre-feu à la colère. Ils visent à susciter la pitié, l’émotion. Les larmes d’Obama ont en outre une signification planétaire. Elles nous montrent l’homme le plus puissant du monde…

Voir l’article original 68 mots de plus