Soumission.


HouellebecqJ’ai terminé aujourd’hui, la lecture de « Soumission » ( « Islam », en Arabe ) , le roman de Houellebecq à l’origine de  polémiques dont nos médias raffolent.

Les voix de la « pensée correcte » se sont élevées pour dénoncer le message sulfureux de ce livre qui évoque le lent glissement vers une islamisation douce, d’une France écartelée entre ceux qui sont enfermés dans le confort du déni de réalité et ceux qui, désespérément, tentent de défendre une identité en voie de dissolution.

Dans cette fiction, ressentie par certains comme une provocation,  l’islam se présente, dans l’indifférence et le désenchantement des Français, comme une sorte de moindre mal face à la décomposition d’une société post-moderne qui ne sait plus où elle va, et qui, ayant renoncé à revendiquer ses racines ne sait plus d’où elle vient, car elle a passé par « pertes et profits » l’héritage des générations qui l’ont précédée.

Le « relativisme » ambiant, devenu la philosophie à la mode chez nos « zélites » intellectuelles, qui infère que « tout se vaut », toutes les cultures, toutes les religions se valent, aboutit à une sorte de déterminisme du déclin.

A la génération de « l’Homme Révolté » de Camus, a succédé la génération de « l’Homme indifférent » de Houellebecq.

Le personnage central de ce roman, en toute lucidité, assiste à cette décomposition avec une sorte d’indifférence blasée. Le déclin d’un pays gouverné par une génération de politiciens corrompus, à l’égo démesuré, incapables d’un sursaut, lui est indifférent. Il observe avec une douce ironie, et une acuité cynique la prise de pouvoir, sans combat, du Parti des Musulmans de France. Son existence, qui ressemble à celle de nombre de nos contemporains, baigne dans la banalité d’un vide quotidien, ponctuée par des moments de sexualité réveillée par la rondeur de fesses féminines , mais qui, très vite, le ramènent à une décevante réalité: « la chair est triste »….

En fait, et contrairement à ce que les critiques de la « bien-pensance » ont voulu faire croire à ceux qui ne liront jamais le livre, il n’y a aucune trace d’islamophobie dans ce livre. Bien au contraire.

l’Islam se présente à une société bobocratisée comme une religion structurée et vigoureuse capable de devenir un recours et une alternative pour des générations émasculées, qui, épuisées par la recherche éperdue du confort, du bien-être matériel, du libertinage, et par la poursuite des illusions idéologiques les plus folles, sont confrontées à une vacuité spirituelle sans précédent.

L’Islam propose une société virile où la polygamie devient la norme ce qui n’est pas sans séduire des bobos, qui ont épuisé les plaisirs du « butinage » sexuel, des annonces coquines de Libération, et des clubs échangistes parisiens.

A Droite comme à Gauche, tous les mots dont on a abusé, sont usés. Il n’y a plus aucun message crédible susceptible de « mobiliser » les énergies, car, de surcroît, il n’y a plus d’énergie au sein de cette génération de « fatigués », guettée par le « burn-out », gavée de « came » et d’anti-dépresseurs .

Les idées des « Lumières », celles héritées de la Révolution, les « valeurs » qui fondent l’Etat Républicain se sont dissoutes dans un galimatias fait de « novlangue », de mots creux et de fausses « valeurs ».

 La Gauche a accueilli le roman de Houellebecq avec un dédain froid quand elle ne l’a pas classé parmi les ouvrages imbéciles, et islamophobes.Comme d’habitude, tout ce qui ne penche pas à gauche, ne mérite qu’invective et mépris. La droite nationale, elle, s’est contentée de considérer l’accession au pouvoir d’un parti islamiste décrite dans ce livre, comme la confirmation de ses craintes et de ses avertissements sur les dangers d’une immigration incontrôlée….

En fait, ce qui est intéressant, au-delà du livre lui-même, c’est la manière dont la « classe intellectuelle » française l’a reçu.

Les rares débats de qualité aux quels ce roman a donné lieu, montrent que les « zélites » françaises ne sont plus en mesure de produire un discours idéologique cohérent s’opposant au sentiment de déclin qui a envahi la société française. 

Les réactions provoquées par ce livre montrent, en outre, que la France s’est irrémédiablement divisée dans le domaine des idées. « Soumission » décrit un corps social français  déboussolé. Mais rien, dans les débats entendus, ne permet de penser qu’il existe, parmi nos « zélites » le moindre projet capable de remédier aux incertitudes d’un avenir plein de menaces.
L’hexagone va vers la guerre civile selon Eric Zemmour. Ceux qui contestent Zemmour prêchent en faveur de la paix civile , à condition de retrouver les joies du « vivre-ensemble » grâce à toujours « plus de professeurs dans l’Enseignement » et « plus de laïcité »….Des mots, des mots….

En refermant le livre, on est tenté de se dire qu’il se peut que la partie soit déjà jouée et que pour la France il soit d’ores et déjà trop tard. En effet, comment reconstruire une identité nationale sur un socle aussi disparate que celui de la France d’aujourd’hui, avec ses cultures, ses communautés et ses religions.

D’ailleurs le « projet » ( ??? ) européen s’oppose à la renaissance d’une fierté nationale présentée par les « zélites » comme une conception ringarde face à un avenir mondialisé. Marine Lepen l’a compris, elle qui veut tourner le dos à une Europe technocratique qui ne veut rien entendre d’une « Europe des Nations ».

Mais restent ceux qui ne croient pas nécessairement à la fatalité dans l’histoire : les « beaufs », dont je suis.

Ceux-là sont décidés à se battre. Car il va falloir se battre pour défendre ce que nous sommes et pour préserver une vraie « liberté d’expression », afin que l’on puisse continuer à débattre sans tabous, que l’on puisse, enfin, appeler un chat, un chat, sans être qualifié de nervis d’extrême droite, suspecté de racisme et accusé tantôt de « stigmatisation », tantôt d’amalgame.

Et tenir « la dragée haute » à des « zélites » qui prennent pour des brêles, tous ceux qui ne partagent pas leurs idées fumeuses, et leur attirance obscène pour l’Islam même « modéré »…..

Au moment de conclure ce billet, j’entends le débat, sur France 5, dans l’émission « C’est dans l’air ». Surréaliste. Un concours de revendications victimaires entre Juifs et Musulmans dont les Chrétiens qui ne sont pas encore minoritaires dans leur pays, sont absents….

Les Français sont désormais les victimes d’une xénophobie revendiquée, dans leur propre pays.

16 réflexions au sujet de « Soumission. »

  1. francoiscarmignola

    @chilbaric
    Vous êtes donc un grand, un très grand, pessimiste.
    Ce qui est attristant avec ce type d’attitude, c’est qu’elle n’a pas de cran. L’expérience de l’Algérie Française, elle, vraiment condamnée par l’histoire, obère tous les imaginaires. L’exode, plutôt que le combat.
    Car c’est l’impéritie des ses héritiers, qui fut responsable une deuxième fois, comme FNPS (l’algérie c’est la france oblige) du deuxième problème franco arabe non résolu.
    Il nous faudra donc encore un militaire pour nous en sortir… Et je ne parle pas d’un Salan.
    Une femme peut être, une jeune.

    J'aime

  2. Chilbaric

    @françoiscarmignola

    Hélas pour moi, j’avais bien compris votre allusion à l’exode mais vous n’avez pas compris ma mauvaise blague.
    C’est que je vois trop souvent circuler la Wunderwaffe « la valise ou le cercueil » retournée aux petits-neveux de ses inventeurs comme la monnaie de leur pièce, et qu’à chaque fois, je rétorque, comme un réflexe, que cela n’arrivera pas.
    Notre « fenêtre de tir » pour une rétromigration pacifique et négociée (donc payante) se réduit de jour en jour, mais il n’y aura pas de rétromigration du tout si jamais nos envahisseurs gagnent « par le ventre de leurs femmes ». Il y aura le Kosowo en grand, un Kosowo où personne ne viendra nous aider à survivre comme c’est le cas dans le vrai Kosowo, et les Européens les plus entreprenants et les mieux dotés en compétences diverses et vendables s’en iront au plus vite de cet enfer invivable et ignoble.
    Ainsi, ce n’est pas « la valise ou le cercueil » qui adviendra mais bien « leur valise aujourd’hui ou la notre demain »
    https://retromigration.wordpress.com/2014/08/13/le-jour-dapres/

    J'aime

  3. francoiscarmignola

    @Chilbaric
    Les Alsaciens et les Mosellans ne sont pas Français parce qu’ils le veulent, mais parce qu’ils l’on voulu et ce n’est pas tout à fait la même chose… Ainsi, il ne s’agit pas de faire ou refaire cette Nation là, mais plutôt de la conforter, car elle est faite, et depuis longtemps.
    Et puis vous n’avez pas compris mon allusion à l’exode, cela m’étonne d’ailleurs: ce sont bien les africains qui devront partir, et pour commencer, cesser d’arriver et aussi de se faire voir. Cela est nécessaire maintenant; vous le savez bien.

    @souris grise, @berdepas
    Je maintiens que « Soumission » est un magnifique conte islamophobe au bon sens du terme. Il exprime magnifiquement tout le mépris que nous vouons à cette culture: elle veut institutionnaliser le refus de sa liberté pour celle de battre sa femme. Il n’y a rien de naturel là dedans, et nos femmes ne furent jamais de cette sorte, elles, et c’est pour cela qu’elles nous font de beaux enfants, elles.

    J'aime

  4. berdepas Auteur de l’article

    @souris grise : J’ai la même appréciation que vous. Il faut maintenir les Français en éveil, pour éviter de « glisser doucement dans le bain  » qui coule dans la baignoire… Cordialement.

    J'aime

  5. souris grise

    bonjour .

    je viens de finir le livre que je trouve bien écrit , et on y trouve rien de politiquement incorrect …

    l’histoire raconte la vie d’un homme qui a plutôt réussi professionnellement fréquente le milieu universitaire et ,il se fiche de la politique …mais les contacts qu’il a vont petit à petit changer sa façon de penser ….

    et c’est là que c’est prémonitoire à mon avis ,et elle est là la soumission , car comment continuer à vivre sans travail , sans argent , or si on veut les deux , il n’y a pas d ‘ autres solutions que de se convertir ….et on le voit glisser doucement dans le bain de l’is……
    c’est ce qui arriverait si nous devions être confrontés à cette situation .car personne ne voudra perdre son travail , perdre ses amis , sa famille ….tout le monde pensera avant tout à ses enfants !

    amitié ..
    Chris .

    J'aime

  6. Chilbaric

    @francoiscarmignola
    Ce n’est pas « ma » conception de la « nation » : c’est la conception traditionnelle, mais formulée avec le mot Gens, en raison de ses différents niveaux de lecture, en latin même, et de son rôle dans la définition officielle du peuple romain lui-même.. Et elle est en réalité assez neutre : ce n’est pas plus celle de Renan, franchement issue de la révolution, que celle de Bismarck, plutôt issue de Fitche (et élaborée en réaction à celle de la révolution)

    Dans la conception de Renan, et pour résumer grossièrement, les Alsaciens et Mosellans doivent être Français seulement parce qu’ils le veulent, et dans la conception Bismarko-Fitchéenne, ils sont Allemands, qu’ils le veuillent ou non ….

    Mais peu importe, car la dernière ligne de votre commentaire réintroduit la bonne question : « faire nation ». Or si l’on reprend tant ma définition que la réalité anthropologique, il s’agit bien, vu les masses et la démographie, non pas de « faire nation » mais bien de refaire une nation.

    Tout le problème là. Pour ce qui est de moi :
    1)) Je ne veux PAS refaire cette nation
    2°) Si je voulais la refaire, ça ne serait pas avec « des Sarrasins et des Nubiens ».

    Et donc, si l’histoire de l’Algérie française se finit par l’exode des Français, l’histoire de la France algérienne pourrait bien se finir exactement de la même manière, même si ce n’est pas exactement pour la même raison, et si cela ne se fera pas « en grande pompe »,mais discrètement.

    Car, pour revenir au sujet même de l’article.

    Si les envahisseurs triomphent « par le ventre de leurs femmes », et comme prévu par Boumedienne, les Européens qui fuiront le gourbi pourront toujours raconter à qui veut l’entendre que « c’est à cause de l’islam », mais cela ne sera que très partiellement vrai : c’est simplement qu’ils ne voudront pas vivre en Afrique, et pour être plus précis, en Mauritanie (ou au Tchad ….)

    J'aime

  7. francoiscarmignola

    @Chilbaric
    Votre conception de la Nation, décidément en désaccord avec Renan, peut donner lieu à d’intéressantes discussions.
    Je me permettrais de suggérer que le concept est difficile à saisir et que des explications diverses peuvent être suggérées: la race (autre concept difficile à saisir), la culture, l’histoire, la religion, la géographie, bref il existe diverses sources pour ce concept, qui de toutes façons, existe et c’est là son originalité. Comment nier la force de ce sentiment, quelque soit ce qu’on peut dire de son origine? Et puis est ce un sentiment ? Ou bien une force historique établie, par là même éternelle et à laquelle tout un chacun se rattache ?
    La question est donc de son partage, et de savoir s’il est possible entre des histoires, des géographies, des cultures ou des religions très différentes.
    L’histoire de l’Algérie Française montra que non et se traduisit par un exode, et il est possible, le thème maintenant est public, que cette question se pose à nouveau dans l’avenir.
    Le mérite du conte philosophique de Houellebecq est de poser aussi la question à l’envers: car que demande-t-on aux musulmans installés en France sinon se soumettre à une république Laïque, voire crypto communiste, avec le même aspect insupportable que nous fait ressentir le livre ? On ne fait nation qu’avec ceux qu’on aime bien et on n’aime pas tout le monde.

    J'aime

  8. francoiscarmignola

    @berdepas
    Je ne suis pas chibaric, pardon, et je ne m’inquiétais pas de vos moeurs, je l’avais précisé. Simplement que la polygamie, marque d’une culture, est manifestement ce que moque Houellebecq et qu’il est effectivement « islamophobe » au sens strict.
    Peut on revendiquer le terme tout en combattant son acception « raciste » manipulée ?
    J’avoue ne pas bien savoir, en tout cas la soumission décrite par Houellebecq fut aussi celle des mêmes envers le communisme pendant cinquante ans et j’ai toujours pensé que l’anticommunisme primaire, viscéral absolu, définitif et éternel était une opinion légitime. J’avoue éprouver le même sentiment envers l’activisme musulman qui rassemble à mes yeux tous les critères du plus beau des épouvantails: il est à la fois le parti communiste et l’église catholique avec tous les avantages et inconvénients des uns et des autres !

    J'aime

  9. berdepas Auteur de l’article

    @Chilbaric : C’est toute la force de ce roman talentueux: l’ambigüité.On peut en faire deux lectures.
    L’une: l’Islam avec sa « virilité » et la force brutale de ses pratiques religieuses, la pratique de la polygamie aura fini par séduire des « zintellectuels » ( le principal personnage est professeur d’Université ),qui mollement se soumettent entrainant derrière eux une France vidée de son énergie, fatiguée, refusant tout combat, une France que désertent les Juifs qui partent pour Israël…
    L’autre : pousse à l’interrogation. Comment un vieux pays de tradition et de culture chrétienne peut-il accepter de se soumettre devant une religion archaïque, si ce n’est à cause de la nullité de ses dirigeants politiques ( Bayrou est représenté comme un nul, mais que Ben Abbès saura utiliser en en faisant un Premier Ministre, couronnement de sa carrière )et du vote du peuple français, qui pour éviter l’arrivée du Front National au pouvoir, se jette dans les bras du Parti des Musulmans de France ??? Cela devrait faire réfléchir les Français et les inciter au sursaut et à la révolte….
    Quand à moi, je « n’assimile pas la virilité islamique avec la polygamie assumée », bien évidemment.Mais Houellebecq, poussant son ambigüité, décrit un recteur d’Université prestigieuse, – la Sorbonne -, s’étant converti à l’Islam, et qui possède deux femmes, l’une d’âge mûr devenue sa servante en quelque sorte et une jeunette de quinze ans, pour les plaisirs. Il laisse entendre ainsi que la perspective, pour une « bobocratie » sans moralité « d’accéder à la polygamie », aura compté dans le basculement de la société française où la femme doit désormais sortir voilée, et interdite de travailler….Le personnage central du roman finira lui-même par se convertir, séduit par la carrière généreusement rémunérée qui lui est offerte en échange de sa conversion, grâce à l’argent du Qatar….
    Mais ne vous inquiétez pas pour moi. Je suis un partisan résolu de la défense des valeurs familiales traditionnelles héritées de ma famille aux solides traditions chrétiennes, et un adversaire tout aussi résolu de la société islamisée, métissée, et soumise que l’on voudrait, avec la complicité d’une « bobocratie » imbécile, de nous fourguer.

    J'aime

  10. francoiscarmignola

    Houellebecq est décidément très fort: sans y toucher, et c’est là tout son art, il a donc réussi à n’être pas islamophobe, même chez ceux qui en auraient eu envie, et en plus c’est là le triomphe, des deux cotés de la barrière. Il n’est pas menacé par l’Etat Islamique, qui n’ont tout simplement pas compris ce qu’il voulait dire.
    Je me permettrais de vous demander de prendre position et pour vous stimuler, de reprendre vos propres discours: vous assimilez donc la « virilité islamique » avec la polygamie assumée, du moins c’est que brièvement vous décrivez de la situation décrite par Houellebecq, en tant qu’elle s’applique aux bobos émasculés qui ne croient plus en rien. C’est ainsi, en vertu de cela, que vous semblez vouloir dire que cette attitude -n’est pas- islamophobe.
    Permettez moi de penser l’exact contraire. Le libre de Houellebecq est en fait, et ce de manière redoutablement cachée, une longue suite d’insultes méprisantes et surtout réjouissantes envers les moeurs, la culture, les croyances et les pratiques des « musulmans ». Et oui.
    Vous avez abordé vous même le thème de la polygamie. Je ne sais rien de vos moeurs, permettez moi de ne rien dire des miens, sinon que père de famille, j’ai toujours éprouvé le plus intense mépris pour les « polygames » en général et particulièrement pour ceux qui le revendiquent au nom d’un usage, d’une religion ou d’une nécessité biologique ou raciale.
    Un vieux fond chrétien sans doute, à moins que ce ne soit une sexualité honteusement faible. En tout cas, permettez moi de vous rappeler qu’en occident, la polygamie, c’est à dire l’institutionnalisation de l’adultère, est considéré comme une bassesse, pour ne pas dire plus. C’est aussi simple que cela, et Houellebecq est parfaitement, et il a tout à fait raison, islamophobe.

    J'aime

  11. Medina Jean-Pierre

    Pitoyable spectacle que de voir des journalistes se faire plus islamiste que les islamistes en lançant un peu trop vite une fatwa sur Houellebecq , alors qu’il s’agit bien d’un ouvrage sagement pro-islam, dénué de toutes provocations. La soumission est déjà en mouvement.
    J’invite chacun à lire Christopher Caldwell: Une révolution sous nos yeux, ou comment l’islam va transformer la France et l’Europe.

    J'aime

  12. berdepas Auteur de l’article

    @Chilbaric:je retiens votre expression: « froidement objectif avec un espoir raisonnable et le sentiment d’une juste cause « . Je peux y adhérer. Sur le reste de votre propos, je crois que nous aurions bien plus besoin d’un Charles Martel que d’une Jeanne d’Arc…..

    J'aime

  13. Chilbaric

    @berdepas

    Entre ceux qui pensent que « la France » n’a jamais existé et ceux qui s’imaginent qu’elle est éternelle, il y a ceux qui savent que toutes les nations sont choses temporelles par excellence, qui n’existent que dans le temps et pour un temps ….
    ,… et que c’est aussi valable pour la France.

    Tel est la raison de mon pessimisme exagéré. Car, en réalité, même l’épopée miraculeuse de Jeanne d’Arc n’est pas objectivement analysable dans le sens d’une France éternelle, et, d’ailleurs, la situation n’était absolument pas la même d’un point de vue anthropologique.

    Si les Plantagenêts avaient gagné, la « magie de la royauté » en aurait pris un sacré coup, mais la nation n’aurait pas disparu par ce fait même. Ce n’était d’ailleurs pas l’intention des susdits et la différence des masses était telle que la francisation de l’Angleterre se serait poursuivie plutôt que l’Anglicisation de la france, tant culturellement qu’ethniquement.

    En fait, la guerre des cent ans, au delà du sauvetage extraordinaire de la dynastie capétienne, a plus fait, finalement, pour radicaliser la conscience nationale anglaise dans sa position insulaire. Typiquement, quand cette guerre a commencé, les rois d’Angleterre parlaient couramment français, mais à la fin, ce n’était plus le cas.

    « It is as it is », comme disait Edouard III. « C’est la vie », comme on peut toujours dire en français, dans le monde entier …

    Ainsi; je ne suis pas tant « exagérément pessimiste » que « froidement objectif avec un espoir raisonnable et le sentiment d’une juste cause »

    Si je devais rappeler une sentence de la Sainte de Lorraine, appliqué au cas présent , ce serait « les gens d’arme combattront et Dieu donnera la victoire », ce qui signifie simplement pour moi, :
    1°) que notre cause de libération temporelle reste parfaitement juste devant l’Éternel,
    2°) mais qu’il nous revient de nous bouger les fesses sans l’importuner avec nos jérémiades où en invoquant des promesses qu’il ne nous a jamais faites.

    On peut dire aussi : pour sacrer le roi à Reims, il faut d’abord délivrer Orléans. Cela se passe dans ce sens et pas dans l’autre. Il n’y aura pas de Restauration spirituelle de quelque niveau quoi que ce soit, sans la Libération temporelle préalable.

    J'aime

  14. berdepas Auteur de l’article

    @Chilbaric : Je vous trouve exagérément pessimiste. Certes la France n’est plus ce qu’elle a été. Sans doute parce que les Français ne sont plus ce qu’ils ont été.Ce peuple vieilli, qui ne génère que des « fatigués de naissance »,n’est plus à la hauteur de l’héritage qu’il a reçu.Il est prêt à « vendre les bijoux de famille » pour continuer à vivre au-dessus de ses moyens, en dilapidant plus de richesses qu’il n’en produit: les générations actuelles qui n’ont connu ni la guerre,et son cortèges de sacrifices de sa jeunesse, ni les privations se comportent comme les enfants gâtés, pleurnicheurs, et jamais rassasiés…
    Mais la France est éternelle. Elle existait avant Hollande, avant Sarko, avant Chirac et Mitterrand, avant Mai 1968, avant 1789, avant….
    Je crois, j’espère encore un sursaut qui viendra peut-être de la génération suivante. Peut-être ….

    J'aime

  15. Chilbaric

    Pour ce qui est de moi, la fierté nationale, dont vous parlez, est légèrement entamée.

    Comment pourrait dont être fier d’une nation qui agit exactement comme si elle voulait se dissoudre ! ?

    Car une nation, ce n’est pas un « projet », une « âme », un « principe spirituel », ou d’autres conneries à la Ernest Renan. ……

    https://retromigration.wordpress.com/2013/12/25/la-souche-est-dans-le-coin/#P6

    …. une nation est faite de Gens,,au sens fort (romain) du terme, et si vous remplacez ces Gens par d’autres, vous changez la nation au sens fort : vous la remplacer par une autre nation.

    Je devrais être fier d’une nation qui était la première d’Europe et qui ne l’est plus depuis le longtemps, parce qu’elle a justement inversé toutes ses valeurs à la révolution ?

    Je devrais être fier d’une nation qui, pour achever le tableau « républicain », ne sera même plus européenne ? – mais certes,la première d’Europe à basculer dans le néant, vraisemblablement, quelle « Gloire » !

    Et bien, je serais fier d’elle, quoique modérément, lorsqu’elle se libérera de son occupation temporelle, ce qui est la moindre des choses. Et si elle le fait bien, il se pourrait même que la réussite de ce projet difficile lui redonne l’élan spirituel perdu …

    ————
    « Un concours de revendications victimaires entre Juifs et Musulmans dont les Chrétiens qui ne sont pas encore minoritaires dans leur pays, sont absents…. »

    Tu m’étonnes …. « L’Afrance qui vient » est en proie aux Franc-macs – les inventeurs du concept-, aux Hache-que-nazes, aux Sarrasins et aux Nubiens, qui s’y disputent la domination, et les Européens et Chrétiens y sont promis à la disparition silencieuse (comme les Tibétains), ou à servir de Shabat Goy (plutôt Ramadan Boy, d’ailleurs, parce que les Juifs perdront cette partie auxquels nombre de leurs « intellectuels » ont contribué …)

    https://retromigration.wordpress.com/2013/05/29/les-dominants-de-lafrance-qui-vient/

    … à moins que nous réglions leur compte à chacune de ces quatre Tribus, en « bonne et due forme », en en « tout bien tout honneur »

    Et c’est pas gagné, hein ….

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s