Les « Beaufs »se rebiffent !!!


Beauf« Le suicide français » de Zemmour a sérieusement contrarié quelques spécimens de notre intelligentsia parmi ceux qui, depuis Mai 1968 se sont lancés dans une fuite en avant éperdue, à la recherche d’une société idéale, permissive et libertine, considérant que le « progrès » se trouvait dans le reniement des racines, des traditions, de la culture au nom d’un « multiculturalisme » béat, et plus généralement dans le renoncement aux acquis sur lesquels reposaient les certitudes de ceux qui croient que regarder vers l’avenir ne signifie pas forcément tourner le dos au passé.

Ma Grand-mère, que je vénère ( mais vénère-t-on encore les Grands-mères à l’époque du « jeunisme » ???), disait souvent que « celui qui ne veut pas savoir d’où il vient, ne saura jamais où il va »….C’est un peu le cas des jeunes générations de Français d’aujourd’hui. Elles sont, nous rabâche-t-on, « en perte de repères »….

C’est précisément cette « perte de repères » que tentent de mettre à profit ceux qui, à coups de boutoirs, cherchent à ébranler les fondements de notre société, en présentant des réformes telles que le « mariage pour tous », ou la « théorie du genre » comme des progrès indépassables du genre humain….

Mais ils se heurtent aux réticences obstinées, à la résistance même, de ceux qui refusent de se plier aux injonctions de ces illuminés dont la lumière n’éclaire pas plus que le bout de leur nez et qui ne supportent pas que l’on puisse douter de leur géniale « clairvoyance »….

« Ils » sont les « inventeurs » de la « société des loisirs » et à ce titre, ils ont combattu en faveur de la réduction du temps de travail, de l’avancement de l’âge de la retraite, ils pratiquent le culte de l’assistanat, et ils sont attirés par tout ce qui est « ethnique » en prenant pour modèle des usages et coutumes de peuplades exotiques et « xénophobes », dont ils défendent, paradoxalement et avec une extase admirative, les efforts pour échapper à l’invasion des « peuples civilisés » et à l’emprise d’un « progrès » qui envahit tout, jusqu’au plus profond des forêts d’Amazonie.

Les « zélites » de cette « société avancée », incapables de saisir leurs propres contradictions, revendiquent une « modernité » qu’ils jugent, paradoxalement, préjudiciable à la conservation des espèces humaines les plus attardées. Elles sont reconnaissables grâce à des « marqueurs » physiques dont le regretté Philippe Murray a souligné les traits avec l’humour goguenard qui marque son oeuvre.

On en trouve de nombreux échantillons dans la « bobocratie » parisienne, et notamment dans « la Gauche Caviar », celle qui est censée donner le ton dans tous les domaines de la « pensée »libertaire.

On les reconnaît au port d’une barbe peu soignée, destinée à donner l’illusion d’une virilité factice, à un corps orné de tatouages qui les rapprochent des coutumes des tribus calédoniennes ce qui leur confère, du moins le croient-ils, des allures de baroudeurs de salons. Ils ne se déplacent qu’en véhicules tous terrains capables de franchissements improbables, et qui encombrent les parkings des Champs Elysées.

On en rencontre aux terrasses de ces mêmes Champs, sirotant, avec une paille, des cocktails multicolores: ils sont reconnaissables, le plus souvent, au port d’un « Cheich » saharien, dernier cri d’une mode qui connaît son épanouissement, au moment même ou le Sahara est devenu « zone interdite »au tourisme d’aventure, sauf pour les trafiquants et les Djihadistes….

Ils sont installés, depuis près d’un demi-siècle, dans l’attitude d’un mépris dédaigneux à l’égard des « beaufs ».

Ils qualifient de « beaufs » tous ceux qui ne se reconnaissent pas dans leurs frétillements émotifs et leurs gesticulations intellectuelles. Ce sont les mêmes « zélites » qui se sont fourvoyées dans toutes les impasses idéologiques du siècle écoulé: elles furent les « idiots utiles »du stalinisme, les militants d’un « maoisme » dévastateur, les adoratrices d’un « Che Guevara » symbole d’une « révolution cubaine » qui vit son dernier souffle en attendant la mort de Fidel Castro… Dans le même temps, elles ont été « tiers-mondistes » avant de devenir les adversaires hargneux de la « mondialisation ». L’un de leurs derniers combats restera dans l’Histoire comme la bourde du siècle: convaincus que la « démocratie », cette invention européenne, est le rémède à tous les maux dont souffre un monde arabe déchiré, ils ont acclamé et soutenu les « Printemps arabes », dont les conséquences, pourtant prévisibles, sont en passe de devenir la cauchemar de l’Occident….Celui qui symbolise jusqu’à la caricature ces tribus égarées dans leur siècle, ce serait Bernard-Henry Lévy, BHL pour les intimes…..

Leur haine de tout ce qui peut se référer à la Morale, – un « gros mot » qu’ils détestent tout comme ils détestent le mot de rigueur -, ( que dire de la « rigueur morale » qui les exaspère !!! ) les incite à renier les racines judèo-chrétiennes de la France, au nom d’une « laïcité », – dont plus personne ne sait quelles sont ses règles et ses limites -, qu’ils sont prêts à sacrifier au bénéfice d’une « Charia douce », semblable à celle que Houellebecq, dans un roman talentueux et prémonitoire nous décrit  en anticipant sur le « désir de soumission » qui s’empare d’une fraction de cette société française ramollie par le « bien-être »….

La « morale » les insupporte, et pour compenser le vide spirituel de leur pensée, ils se sont inventé « des valeurs ». Car ces gens « ont des valeurs » !!!! qu’on se le dise !!!! et une « éthique » à géométrie variable qui leur permet d’entretenir des indignations sélectives: violente dès qu’une mosquée est « profanée » par un graffiti , mais mesurée s’il s’agir d’une église dévastée, car dans ce cas, il s’agit de « jouer l’apaisement », l’un des petits « jeux » favoris qui n’appartient qu’à cette élite.

Par détestation sectaire de la morale chrétienne, ils sont donc prêts, comme par le passé, à jouer les « idiots utiles » d’un islam conquérant dont ils se refusent à voir la menace et qui, avec une habileté redoutable  se sert de toutes leurs contradictions et de tous les espaces que lui ouvre leur « humanisme » à la fois angélique et pervers.

Leur naïveté les empêche de pressentir que la « morale » de la Charia serait infiniment plus rigide et rétrograde que celle qui est prêchée dans les Eglises. Car il est probable que la Charia interdira les sites de « Rencontres extra-conjugales », et que le « mariage gay » deviendra un délit passible de lapidation……

Ces mêmes « zozos » sont depuis un demi-siècle, les défenseurs acharnés d’une « repentance »qui ne contribue pas à rehausser la fierté d’être français ni l’amour de leur pays, auprès d’une jeunesse formée -ou plus exactement formatée – par la « culture de l’excuse » qui lui a été inculquée depuis son plus jeune âge. 

Largement répandue parmi ces beaux esprits, – partisans d’une mixité consistant à installer des voyous dans les beaux quartiers, et des bourgeois là où ne subsistent plus que des boucherie hallal, des épiceries maghrébines, et des cafés maures – , la « culture de l’excuse », a ouvert la voie à une « victimisation » à outrance de la jeunesse des banlieues qui se considère comme la victime d’une discrimination massive. Et, autre paradoxe, cette jeunesse-là se « ressource » en puisant aux racines culturelles et religieuses que même leurs parents maghrébins avaient fini par oublier.

Ces « zozos » qui pullulent au sein de ce qu’on a coutume de nommer « la Gauche Caviar » ont inspiré à la gauche l’idée de lâcher les ouvriers pour les immigrés, les pauvres pour les étrangers. Leur « Think Thank » Terra Nova en a théorisé la doctrine: autrefois, dans le discours de gauche, c’était le prolétaire qui avait raison, par définition, face au capitaliste et au bourgeois, maintenant c’est l’immigré d’un pays décolonisé et de culture musulmane qui a raison par définition face au colonisateur qui refuse toute idée de « repentance ».

Comment renvoyer chacun à ses responsabilités, y compris le français d’origine africaine et maghrébine quand il est devenu impossible, car impensable, de mettre en cause ceux qui sont des victimes par essence et pour toujours, sous peine d’être traité de « raciste », d’islamophobe, et accusé de « faire le jeu du Front National » ???

La Droite dite « républicaine » elle-même, s’est laissée enfermer dans ce paradigme infernal (1). Car la « bobocratie » est, hélas, représentée également dans cette « famille » politique, exposée, elle aussi, à tous les déchirements.

Les efforts de Sarkozy, pour tenter de la sortir de la nasse dans laquelle elle s’est laissé enfermer, sont à la fois méritoires et pathétiques.

Mais, attention : « les beaufs » n’ont pas dit leur dernier mot !!! Ils envoient, chaque fois que l’occasion s’en présente, des signaux révélateurs d’une exaspération qui pourrait bien se révéler dévastatrice pour ceux qui croient que tout est déjà joué….

(1).- Un paradigme est une représentation du monde, une manière de voir les choses, un modèle cohérent de vision du monde qui repose sur une base définie.