Ukraine : l’angélisme a encore frappé.


UkraineUkraine: en bleu, les « russophones », en orange, « les autres », en %.

L’inquiétude monte, en Europe, en raison de l’évolution de la situation en Ukraine. Hollande et Maerkel sont à Moscou pour tenter une médiation de la dernière chance.

Ci-après l’article que je publiais il y a presque un an jour pour jour. Je n’en retire pas une seule ligne :

Les heures d’enthousiasme angélique devant la révolte « printanière » d’un peuple ukrainien exaspéré par les dérives maffieuses et par la corruption d’un pouvoir confisqué par des « oligarques », pour la plupart anciens « apparatchiks » du régime communiste défunt, « reconvertis », et qui, au moment de l’effondrement de ce régime étaient bien placés pour en ramasser les « pépites », laissant au bon peuple les « miettes »des richesses nationales, ces heures-là appartiennent déjà au passé.

De même que l’espoir démesuré suscité auprès des Ukrainiens par les clins-d’oeil de l’Europe des technocrates, qui leur faisaient miroiter la perspective d’un rattachement possible à une Communauté Européenne, dont la boulimie de croissance territoriale n’a d’égale que l’incapacité à susciter l’enthousiasme des citoyens européens, dont la déception risque fort de s’exprimer dès les prochaines élections.

Car les habituels « zozos » qui, par leurs gesticulations, masquent leur méconnaissance de l’Histoire et la superficialité de leurs analyses et qui, avec l’arrogance intellectuelle qui les caractérise, sont prompts à exercer, sur l’opinion, leur pouvoir d’influence, ont, une fois de plus, sous-estimé les pesanteurs de l’Histoire, dans cette partie de l’Europe, qui pendant la longue nuit communiste, est sortie de notre champ de connaissance et de compréhension.

Qui pouvait croire, à part « eux », que la Russie de Poutine, laisserait, sans réagir, l’Ukraine sortir de la ceinture des pays qui entourent ses immenses frontières et qui, pour la survie de l’immense Russie, doivent lui servir de bouclier ????

Car, comme le rappelle Gabriel Matzneff dans une récent article paru dans le Point, aucun de nos journalistes bavards n’a cru devoir rappeler à l’opinion française que « ce fut de Kiev que le prince Vladimir de Russie – le futur saint Vladimir – envoya ses ambassadeurs à Constantinople, voyage déterminant qui eut pour conséquence le baptême du païen peuple russe. Ce fut de Kiev que la princesse Anne de Russie partit pour Reims, où elle épousa le roi Henri Ier de France. Kiev est le berceau de la Russie, comme le Kosovo est celui de la Serbie, Soissons, où fut couronné Pépin le Bref et dont Clovis fit sa première capitale, celui de la France. »( Fin de citation ).

Gabriel Matzneff , sait de quoi il parle, car ce sont ses propres racines qui l’inspirent.  Pour lire l’intégralité de son article, cliquer sur: http://www.lepoint.fr/invites-du-point/gabriel-matzneff/matzneff-vive-la-russie-messieurs-25-02-2014-1795544_1885.php

Car « la Grande Russie » est née en Ukraine, et à Kiev, précisément.

Or le rêve de Poutine, c’est précisément de reconstituer les restes de cette « Grande Russie » qui fait également rêver les nouvelles générations de Russes.

Poutine, l’homme au regard de serpent, l’ancien du KGB – que l’Occident s’efforce de « diaboliser », sous prétexte que sa conception de la « Démocratie » ne correspond pas aux « critères européens », ce qui n’empêche pas nos diplomates d’entretenir les meilleures relations avec les « roitelets » du Golfe – .

Poutine, dont nul ne songe à rappeler, à sa décharge,  « l’héritage » historique et « culturel » qu’il assume, à la tête d’un pays qui n’a jamais connu que la « révolution communiste » qui a abattu l’Empire des Tzars, et la « démocratie dite populaire », façon stalinienne dont on sait à quoi elle a abouti, dans tous les pays où elle a été pratiquée,

Poutine, dont la « capacité de nuisance » contrarie les ambitions occidentales les plus généreuses, en Syrie,

Ce Poutine-là est bien décidé à user des mêmes ficelles diplomatiques dans l’imbroglio Ukrainien.

Le « despotisme » de Poutine contrarie évidemment,, tous ceux qui, en Europe, sont aux ordres des Etats Unis, font « ami-ami » avec l’Islam et se couchent devant les éminences du Golfe – de vrais démocrates, ceux-là – , ceux  qui, sous prétexte de « progressisme » veulent abattre les traditions nationales, les structures familiales, la conception du droit de l’enfant,et nier les racines judéo-chrétiennes de l’Europe. Poutine révolte les « homosexuels » de la terre entière car il leur refuse le droit de faire leur prosélytisme en Russie, et il aveugle nos « commentateurs »qui ne discernent plus l’essentiel.

Or, ce qui est essentiel, c’est de ne pas se méprendre, dans l’analyse de la politique étrangère de Poutine.

Il faut, en effet, ne pas se contenter d’une analyse simpliste qui fait de Vladimir Poutine une sorte de compromis entre Staline et Pierre le Grand, à la recherche de tous les motifs d’affrontement avec l’Occident.

Sa vision de l’avenir géopolitique de la Russie semble devenue indéchiffrable pour l’Occident en raison de sa subtile complexité qui échappe aux analyses manichéennes qui affleurent de tous les débats entre « spécialistes », que nous propose la télévision.

Tenter de comprendre les mobiles de Poutine ne signifie pas qu’on approuve ses méthodes et ses objectifs.Mais si on a le droit de ne pas aimer Poutine, on n’a pas le droit de mépriser la Russie et encore moins, les Russes.

Poutine a compris que le monde a changé depuis la fin du communisme, et que si la Russie n’a plus la puissance militaire qui faisait trembler l’Europe occidentale, elle possède encore une « capacité de nuisance » respectable, et surtout, une diplomatie habile et rompue aux négociations dans lesquelles il n’y a pas de place pour l’angélisme…

Car jusqu’ici, il faut bien le reconnaître, la Russie est en droit de considérer que ce sont plutôt les Occidentaux qui ont poussé leurs pions dans sa zone d’influence.

Il faut se référer à l’Histoire pour se souvenir des liens très anciens entre la Géorgie et la Russie qui remontent à 1783, tout comme les liens avec l’Ukraine, unie à la Russie depuis 1654. L’ingérence de l’Europe dans les affaires de ces pays est vécue, par les Russes comme une sorte d’agression que les Occidentaux cherchent à justifier en brouillant les cartes derrière le rideau de fumée de la « diabolisation » de Poutine.

Rappelons que les trois Etats Baltes (Estonie, Lituanie, Lettonie ) ont pu intégrer l’Union Européenne, sans soulever l’opposition de Poutine, alors que la Russie avait reconnu l’indépendance de ces états lors du Traité de Versailles en 1919, et alors que ces mêmes états ont été annexés à l’URSS à la faveur du Pacte Germano-Soviétique passé entre Hitler et Staline, et soutenu, à l’époque par les Communistes français, ( rappelons-le )….

Rappelons, enfin que la Crimée russe, est un « don » récent de Kroutchev à l’Ukraine quand elle était encore « soviétique ».

Tout cela doit être pris en considération pour analyser correctement la situation créée en Ukraine par une partie du peuple Ukrainien, celle dont les racines slaves sont les moins évidentes, et qui ne fait pas l’unanimité dans ce grand pays qui aura beaucoup de mal à rompre ses amarres avec son grand voisin russe.

De même que l’on ne pouvait comprendre la position de Poutine sur la Syrie, sans prendre en compte l’Histoire des invasions Ottomanes en terre slave, et la présence sur le sol russe de plus de 50 millions de Musulmans, ainsi que l’importance des frontières que la Russie partage avec des puissances musulmanes, qui lui font redouter et combattre toute velléité de djihad dans sa sphère d’influence.

Et nul ne peut comprendre l’âme de la Russie nouvelle,sans tenir compte du poids de l’Eglise Orthodoxe, de retour, après 70 ans de joug soviétique, et qui a renoué avec le mythe de la Grande Russie des Tzars, dont Poutine s’est fait une alliée influente.

Paradoxe de l’Histoire quand elle s’entre-choque avec l’actualité: il est intéressant de noter que pour les Ukrainiens qui en Crimée s’opposent à une rupture des liens avec la grande soeur russe, les « révoltés de Kiev » sont considérés comme des « fascistes »et ils se préparent à résister au nouveau pouvoir central de Kiev, aux cris de « Le Fascisme ne passera pas »,( l’un des slogans favoris de notre Manuel Valls national !!!).

Car les Ukrainiens de l’Est n’ont pas oublié les compromissions de leurs compatriotes de l’Ouest, avec les nazis, pendant la dernière guerre mondiale….

Comme quoi la menace « fasciste » est un poulet que l’on peut accommoder à toutes les sauces….(1)

Rappelons, pour ceux qui l’auraient oublié, que la Crimée abrite le port de Sébastopol, importante base militaire maritime de la Russie, qui constitue sa porte d’accès vers la Méditerranée et les mers chaudes, un accès stratégiquement vital pour la Russie que Poutine ne peut se permettre d’abandonner sans compromettre son image de « défenseur de la Patrie » russe….

Il arrive que l’Histoire bégaie curieusement….

Il faudra sans tarder, se poser la seule question qui vaille dans cette affaire : avions nous besoin, dans l’état où se trouve l’Europe à l’heure actuelle, d’ouvrir un risque de conflit grave en Europe, pour ouvrir les bras à l’Ukraine, un pays en faillite, ruiné par la corruption et maintenu en état de survie artificielle par la Russie qui a vécu l’attitude européenne comme une provocation ???

Une Europe à 25 pays incapables de prendre la moindre décision cohérente, avait-elle besoin d’un 26ème membre pour ajouter à sa confusion ???

(1).- Il est intéressant de se référer, à ce sujet, à l’article paru dans « La Voix de la Russie »qui donne un aperçu saisissant de la manière dont les Russes voient la France. http://french.ruvr.ru/2014_01_20/France-un-fascisme-inverse-mis-en-place-9394/

13 réflexions au sujet de « Ukraine : l’angélisme a encore frappé. »

  1. Totalement d’accord avec la description, le constat et la conclusion.

    Pourtant, il faut savoir (connaissant des Ukrainiens) que le contentieux avec la Russie est fort.
    Que la politique européenne hésitante sur la question est due à des ressentiments pas si anciens (plus récents en tout cas que la création de la Russie éternelle) et qui sont en gros issus de tous les pays colonisés et menacés cinquante ans par la même Russie (Pologne, Pays baltes, et aussi la Finlande, et aussi l’Allemagne…)

    Reste qu’il faut à l’Europe une direction claire, menée par ses fondateurs France et Allemagne, et que cela fait défaut depuis deux ans. Il y a une occasion d’améliorer enfin les choses.
    On verra bientôt.

    J'aime

  2. Ping : Y a d’la fumée,…parce qu’il y a l’feu !!! | Tempus Fugit….

  3. C’est dommage, vous parlez de minorité russophone… alors que tous les Ukrainiens (ou sinon une large majorité) parlent le russe (au point même de dissuader d’apprendre l’ukrainien à ceux qui s’y intéressent). S’il y a une minorité, ce ne sont pas des russophones, mais des Russes, tout simplement, des familles dont les racines sont en Russie et qui ont toujours des proches là-bas.

    J'aime

  4. @Jean-Pierre : en effet, il y a des chances que vos propos aient une bonne dose de vérité.
    L’Europe se construit une image de plus en plus négative au sein des peuples qui la constitue. J’aime bien le terme de ‘eurocrates’ utilisés par Berdepas : tout est dit dans ce mot ! A croire que tout ce qui leur importe, c’est leur poste ! On en a déjà parlé plusieurs sur ce blog : nos politiciens, trop soucieux de leurs voix, n’ont pas la carrure pour faire bouger les choses (pas de courage, pas de sens du sacrifice, pas d’audace …).
    Donc nous sommes soumis à la loi des plus forts … Ne soyons donc pas non plus étonnés des événements que nous vivons en ce moment.

    J'aime

  5. @Jean-Pierre: Il y a certainement un peu de ça, car nos « eurocrates » qui décident, sans consultation populaire des européens d’ouvrir les portes de l’Europe à tel ou tel pays, dans une sorte de fuite en avant à l’extension de cette Communauté, au lieu de travailler à son « approfondissement », sont sous influence américaine.

    J'aime

  6. Je pense que derrière tout ça il y’a les USA qui veulent installer l’OTAN aux portes de la Russie et pour cacher cette ambition ils imposent à l’Europe d’intégrer l’Ukraine. C’est la même chose avec la Turquie. Les USA continuent d’imposer au monde la stratégie de la tension.

    J'aime

  7. @Cooldpm83: On rencontre, en effet, beaucoup de propos sans intérêt sur internet, mais à condition de savoir faire un tri, on peut se documenter, aller vers des opinions différentes de celles répandues par les « médias », et se faire une opinion PERSONNELLE et INDEPENDANTE, et échapper à l’intox et à une forme subtile de propagande à sens unique.

    J'aime

  8. Tout à fait d’accord : j’entendais par « capacité intellectuelle » une certaine force de caractère et de subtilité pour contrer justement ce conformisme.
    C’est vrai qu’Internet a cette faculté de se cultiver, mais même ce média subit une mise au pas, un formattage conventionnel.
    J’ai fais partie des tous premiers connectés à internet en France et croyez-moi, lors de ses balbutiements, la grande force qui dominait, était de pouvoir communiquer et d’échanger avec des personnes savantes.
    Aujourd’hui je trouve que, par sa banalisation, ce média est devenu une espèce de chose moins attirante. Toutefois, bien que génératrice de besoins (futiles), Internet reste utile pour communiquer et échanger (avec d’illustres inconnus).

    J'aime

  9. @Cooldom: Je ne crois pas que ce soit un problème de capacité intellectuelle, mais plutôt une question de paresse et un penchant pour la facilité : aboyer avec la meute, ne pas faire d’effort de recherche, s’en tenir à un conformisme bâti sur des préjugés « politiquement corrects ». Notre Presse est totalement « formatée » et cela commence dès l’apprentissage du journalisme dans les écoles spécialisées. Internet, c’est la mort de la Presse traditionnelle,car il suffit de peu d’efforts pour obtenir toutes les informations et surtout celles que l’on ne trouvera pas dans « Le Monde »…..
    L’information, en France s’apparente de plus en plus à de la propagande. Et malheur aux journalistes qui, à l’image d’un Zemmour,s’écartent de « la ligne » et refusent de se plier au conformisme ambiant.

    J'aime

  10. Mince alors ! Si nos journaleux avaient été dans la capacité (intellectuelle) de nous faire un tel exposé, je crois que le « on omniscient de l’opinion française » verrait la situation ukrainienne sous un autre oeil… du moins il aurait des arguments pour une réflexion approfondie sur la question.

    Merci pour ce billet.

    J'aime

  11. Ping : Ukraine : l'angélisme a encore frapp&eac...

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.