L’étiquette, la Cour et les Courtisans….


versailleslouisXIV« L’étiquette, c’est l’ensemble des règles qui organisaient la vie de la famille royale, des courtisans et du personnel qui les entoure, à Versailles. »

« En France, l’étiquette s’est développée à partir du règne du roi François Ier et connut son apogée et sa forme la plus codifiée et la plus rigide d’Europe sous le règne du roi Louis XIV. »(La vie à Versailles sous la Monarchie).

Sous Normal 1er, au Château de l’Elysée, l’étiquette a un sens politique. D’où la notion popularisée « d’étiquette politique » dont la couleur varie en fonction des idées qu’on lui attribue…

Hollandor« L’étiquette » participe au culte monarchique. Elle permet au monarque d’exprimer sa satisfaction ou son mécontentement vis-à-vis des courtisans à qui il procure ou retire les « Honneurs », dont l’honneur de le servir de près. Elle permet aussi aux courtisans de s’affirmer, de marquer leur place (quelquefois provisoire) face à la concurrence des autres membres de la cour. (Ibid.)

Le cérémonial de « l’étiquette » est divisé en trois parties, le « petit lever », la « première entrée » et le « grand lever ». Pour le petit déjeuner le roi est servi dans sa chambre. Les grands déjeuners sont servis dans la Grande Salle à Manger du « château ».  Les Ministres et les « Favorites » y assistent debout.

Hollande« Quand l’ordre de mettre le couvert est donné, l’huissier de salle se rend chez les gardes du corps en désigne un chargé du service du « gobelet ». Ainsi escorté, le chef du gobelet apporte la nef (pièce d’orfèvrerie refermant des serviettes et des coussins de senteurs), tandis que d’autres officiers du gobelet en font de même avec le reste du couvert. »(ibid.)

Puis l’huissier retourne chez les gardes du corps et avec une nouvelle escorte se rend à la « bouche ». Les plats de viande sont alors transportés vers la salle du repas. L’huissier de salle marche en premier, suivi par le maître d’hôtel, puis par le « Directeur de Cabinet » chargé de « goûter » les plats.(ibid.)

Chaque plat est escorté par trois gardes républicains armés. Arrivés dans la salle les plats sont reçus par le « Directeur de Cabinet » qui les goûte avant de les poser sur la table, entouré des trois gardes républicains. Il en est de même pour les autres plats.

De temps à autres, le Monarque lâche un pet de satisfaction. Et les Ministres, au signe du Premier d’entre eux, applaudissent.

Sous Normal 1er, l’étiquette a été récemment « modernisée ».

Les « Favorites » ne sont plus autorisées à assister au réveil du Monarque. Mais c’est le Monarque en personne qui leur rend visite, dans leurs appartements, situés à proximité du Château.

Dans ce cas, l’étiquette exige qu’il s’y rende casqué, en scooter à trois roues pour sa sécurité, précédé de deux motards de la Garde Républicaine. La Favorite, après avoir été « honorée », est gratifiée de deux croissants chauds.

(Quand on pense que « les révolutionnaires » ont décapité Louis XVI, le « monarque serrurier », pour en arriver là !!!)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s