Tentative d’escroquerie.


JuppéLes médias français se livrent, une fois de plus, à une manipulation grossière de l’opinion.

Leur détestation de Sarkozy avait contribué à la courte défaite de celui-ci face à Hollande. On sait où cela a conduit la France. La même détestation les incite à tenter de fabriquer de toute pièce, un « candidat préféré des Français » en la personne d’Alain Juppé.

Comme si l’on s’était donné le mot, au sein de la « classe médiatique », l’éloge d’Alain Juppé fait la « Une » de quasi tous les médias, y compris ceux qui, traditionnellement consacrent leurs talents à la défense et à l’illustration de tout ce que la Gauche a fait pour la France, et même pour ce qu’elle n’a pas fait….

On serait tenté de se demander quel est le « Chef d’Orchestre » de ce concert d’éloges.

Tous ceux qui, comme moi, ont la mémoire de ce qu’est la vie politique depuis plus d’un demi-siècle, et qui n’ont pas oublié quel fut, lorsque Juppé était le Premier Ministre de Chirac, le degré de détestation de la Gauche à l’égard de celui qui, « droit dans ses bottes », tentait de faire passer quelques réformes dont le pays avait grand besoin, tous ceux-là sont stupéfaits.

Et pourtant, je ne crois pas sincèrement que la Gauche ait la mémoire courte. Je la crois plutôt aux abois. Convaincu que Hollande conduit la Gauche, et avec elle la France, droit dans le mur, le peuple de Gauche a compris que les échéances électorales à venir seront catastrophiques pour le Parti Socialiste, et qu’en 2017, le candidat de la Gauche risque de ne pas être présent au deuxième tour de l’élection Présidentielle.

Alors le TSS refait surface. Le « Tout Sauf Sarkozy » de la Gauche bénéficie au candidat Juppé. L’héritier de Chirac, ce « rad-soc » dissimulé derrière « l’homme de droite », rassure. Chirac n’a-t-il pas voté pour Hollande, c’est à dire contre son camp ???

Avec Juppé, la Gauche espère avoir pesé suffisamment sur l’élection du prochain Président pour en attendre qu’il se contente d’une politique « mi-chèvre, mi-chou ». Une politique « à la Chirac »en quelque sorte, avec quelques coups de menton par-ci par-là, pour faire illusion, mais une politique de connivences notamment avec le monde syndical qui permettrait de préserver les « privilèges » des catégories sociales bénéficiaires du modèle français. (On se souvient des relations troubles qu’entretenait Chirac avec le Syndicat Force-Ouvrière fortement implanté dans la fonction publique et son Secrétaire Général).

Les stratèges de la Gauche s’agitent autour de l’idée de « rassemblement » qui leur permettrait de « sauver quelques meubles ». Juppé, ce Haut Fonctionnaire égaré comme beaucoup d’autres dans la politique, serait pour eux un moindre mal.

Les médias sont donc, une fois de plus, « à la manoeuvre ». Priés de ne rien négliger pour faire en sorte que la candidature, à droite, d’Alain Juppé devienne « une évidence ».

Tout cela sent, une fois de plus la tentative d’escroquerie.

Et une fois de plus, les Français courent le danger d’être floués: pourtant, ils font savoir par tous les moyens qu’ils en ont assez d’élire un candidat de droite pour qu’il fasse, une fois élu, une politique matinée de socialisme honteux, et un candidat de Gauche qui leur impose une politique qu’ils considèrent comme une politique libérale de »social-traître ».

Mais ces manoeuvres montrent, une fois encore, le fossé qui sépare les « zélites » et le peuple. Elles tentent d’ignorer et de passer outre à la droitisation de l’opinion française: Sarkozy, un moment tenté d’esquiver la difficulté en tenant, devant les militants de l’UMP, un « discours rassembleur », a compris qu’il devrait tenir compte de l’évolution droitière de la société française.

Il n’est pas certain que la « récupération » de Juppé par tout ce qui, en France, grenouille autour de la Gauche, médias y compris, serve , in fine, la candidature de celui qui, à 70 ans cherche à apparaître avec la complicité de la classe médiatique, comme un homme neuf.

Cela ne remet pas en question les qualités personnelles de Juppé. Mais les électeurs seront contraints de s’interroger sur les réelles motivations, et sur la capacité du Maire de Bordeaux à répondre aux aspirations de ceux qui souhaitent en finir avec le « chiraco-hollandisme » qui n’a cessé d’abaisser la France et de la conduire au bord de la ruine.

Juppé devra également clarifier ses liens avec Bayrou, l’un des principaux artisans de la défaite de Sarkozy, que les partisans de celui ci considèrent comme un « traître » et comme le responsable de l’élection de celui qui conduit la France dans le mur.

En tout état de cause, pour Sarkozy, la bataille sera rude, car il est « seul contre tous ». Or sa stratégie lui interdit, pour le moment, de dénoncer l’escroquerie, tout comme il s’est interdit de dénoncer la manoeuvre supposée de Fillon au cours du « déjeuner de cons »…..

Bruits de bataille:

http://www.lepoint.fr/politique/juppe-hue-au-meeting-de-sarkozy-22-11-2014-1883648_20.php

3 réflexions au sujet de « Tentative d’escroquerie. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s