Pieds Nickelés.


FilocheCe n’est pas la première fois que j’use de cette comparaison « audacieuse », pour évoquer la clique qui gouverne la France.

Entre le Croquignol qui « trône » à l’Elysée, et les « Ribouldingues » du Parti Socialiste, il manquait le chaînon de l’inimitable « Filochard ».

Ce dernier vient de se manifester, à l’occasion des circonstances tragiques de la mort de Christophe de Margerie.

« De Margerie est mort. Famille Taittinger en deuil. Les grands féodaux sont touchés. Ils sont fragiles. Le successeur nous volera t il moins?« , s’est interrogé sur son compte Twitter Gérard Filoche. Avant d’ajouter dans un nouveau tweet: « Un hommage à l’humain? Oui! Au suceur de sang? Non ». 

Ce personnage, qui sue par tous les pores le parfum d’une Gauche haineuse et sectaire, vivant encore au XIXème siècle, et imprégnée d’un mélange de Proudhon, de Marx et Zola, ce « trotskyste » modèle d’héritier des pires « coupeurs de tête » de la Révolution Française, s’est exprimé, avec la délicatesse dont on devine qu’elle est la marque de sa personnalité.

FillocheIl porte sur son visage , la marque de ce qu’il est, au quotidien….

Il a été successivement facteur, conducteur de train, manutentionnaire, chauffeur-livreur, maître-auxiliaire, enseignant de philosophie, journaliste, un des dirigeants du quotidien Rouge du 15 mars 1975 au 29 janvier 1979, ouvrier du livre, puis contrôleur du travail à la formation professionnelle de 1982 à 1985. Ce qui s’appelle « naviguer à vue dans la Fonction Publique avec le bouclier syndicaliste »….

Nommé inspecteur du travail en 1985, il est depuis l’arrivée de la Gauche au pouvoir, Inspecteur Général du Travail. Une vraie carrière d’apparatchik « révolutionnaire »qui lui a permis de se hisser parmi l’oligarchie qui, à Gauche, prospère dans l’arrière cour de l’Etat.

En tant que « personnalité qualifiée » il a été nommé au Conseil économique et social par Lionel Jospin.

Une bonne « planque » d’où il peut exercer, à loisirs, ses activités de militant d’une gauche archaïque. Celle qui « déteste la Finance », « n’aime pas les riches », et encore moins « les patrons ».

Pour l’avoir entendu s’exprimer à la télévision sur des questions touchant au Droit du Travail, je me suis souvent dit que, patron, je n’aurais pas aimé me trouver en face d’un tel personnage: convaincu que chez tout chef d’entreprise sommeille un « buveur de sang », un « exploiteur », un « délinquant » en infraction vis à vis d’un Code du Travail, dont il s’oppose à toute perspective de refonte et de simplification. Et pour cause: dans le maquis des Lois et des règlements, il est de ceux qui trouveront toujours l’article qui permettra de vous faire condamner, par principe….

De la même veine que ceux qui verront toujours, derrière un « Colon », un « esclavagiste ».

Manuel Valls a déclaré, devant la Représentation Nationale, qu’un tel personnage n’avait plus sa place dans le Parti Socialiste.

Hélas, ce Filochard appartient à la catégorie de ceux qui tirent la France vers le bas. Aveuglés par leurs « convictions » d’un autre âge, ils participent, avec un syndicalisme obtus, au travail de sape qui mine, une à une, les Entreprises françaises et décourage les volontés d’entreprendre.

Ils sont les fossoyeurs de notre économie, et le cancer qui ronge, dans ses profondeurs, l’unité de la Nation, car ils portent en eux, des pulsions d’une violence dont on sent bien qu’il suffirait d’une étincelle pour qu’elle s’exprime, autrement que par des éructations verbales….

5 réflexions au sujet de « Pieds Nickelés. »

  1. s ‘il y a des gens qui s’expriment de cette manière, c’est justement à cause de ceux qui usent de leurs pouvoirs gauche ou droite confondues et parfois oui ils ont raison de dénoncer toutes ces magouilles financières et autres.. mais ça ces gens là ils n’aiment pas! moi si…

    J'aime

  2. Cher Berdepas,

    Je rejoins tout à fait votre description de ce personnage à la fois acrimonieux et plein de fiel.

    Comme d’habitude, il semble falloir être pauvre pour être honnête, et malheur à vous si vous avez un peu de bien, car c’est que vous avez dû exploiter un pauvre travailleur !!!

    Alors c’est sûr, rasons tout, brûlons tout, pendons tous ces buveurs de sang, et après, que nous restera-t-il ?

    Bien amicalement et merci pour vos billets.

    J'aime

  3. @Anne-Marie:

    Chère Anne-Marie,
    J’espère que vous pourrez regarder cette video, et écouter Philippe Labro.
    Vous avez parfaitement le droit de ne pas détester Filoche.Et je respecte votre opinion à son sujet.
    L’ancien « Patron » que je suis n’a pas le même regard que vous sur le « parcours » de cet homme devenu grâce à sa carrière d’apparatchik, un Membre d’une Haute Institution de la République. Les différents métiers par lesquels il a dû passer avant d’atterrir dans la Fonction Publique comme Inspecteur du Travail seraient à mes yeux un handicap pour être embauché dans une Entreprise: c’est le parcours classique d’un homme qui n’a pas fait de « vieux os »dans les différents métiers qu’il a exercé et qui s’est partout signalé par son esprit agressif et revendicateur de syndicaliste contestataire, « engagé » dans le combat extrémiste d’une gauche qui est « sortie de l’Histoire » et ne sait toujours pas qu’elle a changé de siècle. Sa vision de l’Entreprise, et celle qu’il entretient à propos des « Patrons » est totalement coupée des réalités d’aujourd’hui. Je pourrais faire à ce sujet un long développement. Mais là n’est pas le propos de mon billet.
    Ce que je reproche avant tout, dans ce billet, à Filoche, ce n’est pas tant son parcours et ses opinions. C’est sa manière: agressive, haineuse, caricaturale. Les patrons, et c’est probablement le cas de Margerie, ne sont pas tous des « buveurs de sang ». Encore moins des exploiteurs ou des esclavagistes.Les réactions et la tristesse du personnel de Total en témoignent.
    Ma caricature de ce personnage profondément antipathique, insultant et grossier répond à sa propre caricature des « Patrons ». Il y a des syndicalistes engagés dans la défense du salarié qui méritent le respect. Ils remplissent une fonction nécessaire de contre-pouvoir dans l’Entreprise.Et il y a des syndicalistes avec lesquels aucun dialogue n’est possible.Héla !!! Ce sont ceux-là qui « plombent » la France.
    De même, il y a probablement quelques « Patrons » sans scrupules qui « exploitent », et licencient ceux dont ils n’ont plus besoin. Mais il y a aussi une foule de « Patrons » qui vivent la nécessité de se séparer de tout ou partie de leur personnel comme un déchirement, un échec personnel, un drame de conscience, mais qui sont conduits à s’y résigner pour sauver ce qui peut encore, peut-être, être sauvé dans l’Entreprise.
    Le discours de Filoche, souvent entendu, dans de nombreuses émissions, m’a convaincu qu’il était aveuglé par sa haine des « Patrons » et totalement hermétique aux dures réalités de la vie économique d’aujourd’hui….
    Il fait partie de ces « égarés », dans une société qu’ils voudraient abattre, car elle ne se plie pas à leurs « fantasmes »:http://www.leparisien.fr/societe/la-famille-extraordinaire-du-cadre-du-ps-01-02-2013-2531633.php.
    Cordialement.

    J'aime

  4. Cher Berdepas,
    Malgré toute l’estime que je vous porte (vous voilà estimé d’une ex-prof de Lettres, mazette!), je ne vous suis pas dans votre caricature de Filoche. Son parcours professionnel mérite au moins un coup de chapeau, puisqu’il est parti de la condition de ceux qui mouillent la chemise pour s’élever peu à peu à une responsabilité d’autant plus respectable qu’elle se met au service des autres, et en particulier des petits, des sans grade, des humiliés perpétuels, de ceux dont on se débarrasse à coups de pompe dans le c… quand il faut réduire les coûts _ et peu importe l’humain quand la rentabilité de l’entreprise est en jeu: tous les moyens sont bons, alors, et peu importe aux dirigeants que de tels procédés ravagent des vies.
    Vous faites grief à G. Filoche de sa carrière professionnelle laborieuse et de sa nomination finale au Conseil économique et social, mais vous savez bien que nos anciens Présidents y siègent de droit. Or cela ne vous indigne pas, comme si, après une carrière brillante comme la leur, ils avaient encore besoin d’un os à ronger! Le principe de cette institution est pourtant, au-delà des partis, de faire profiter à tous du savoir et de l’expérience de ces « sages »…
    Il est donc tout à fait souhaitable que ceux que la République honore de cette fonction ne soient pas tous issus de la voie royale.
    N’accumulez pas les clichés lorsque vous mettez en cause l’action d’un Filoche. Evidemment, son ascension a dérangé pas mal de monde: on n’est plus « entre-soi »! Mais si affirmer le principe qu’un ouvrier n’est pas « jetable » quand rien ne va plus, c’est faire du « syndicalisme obtus », du « travail de sape »; si c’est du militantisme de « gauche archaïque » que de défendre les droits d’un simple employé, et plus généralement, de tous ceux qui travaillent dans des conditions souvent difficiles, sans être jamais sûrs du lendemain, pour qu’une petite « aristocratie » s’en mette plein les poches et s’offre des passe-droits en dépit des lois, eh bien je veux bien être considérée comme particulièrement « obtuse » et « archaïque ».
    Et que dites-vous de la soixantaine de députés qui seraient en délicatesse avec le fisc? Voilà qui ne surprendrait pas vraiment, n’est-ce pas? Ces gens méprisables font le lit du Front National: parions qu’ils s’y rallieront bien vite, en cas de victoire électorale!

    J'aime

  5. Ping : Pieds Nickelés. | Around The World | Sc...

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.