Lettre ouverte à Mr Bilger.


Cher Mr Bilger,

Vous publiez sur votre blog, que je fréquente régulièrement, car j’apprécie la qualité littéraire de vos billets, et la pertinence de certaines de vos analyses, même si, comme vous le savez,  je ne partage pas toujours les points de vue que vous exprimez, malgré votre talent.

Tous ceux qui, comme moi, vous lisent régulièrement, et depuis longtemps,  savent quelle a été votre détestation de Nicolas Sarkozy. Et aucun d’entre nous, n’ignore votre fidélité à François Hollande, dont vous aviez, ouvertement défendu la candidature.

Dans votre dernier billet, vous pourfendez le livre que Valérie T. a commis en guise de règlement pour solde de tout compte, après sa répudiation par celui qui semble avoir été, pour elle, un amour fou, mais pas totalement aveugle.

http://www.philippebilger.com/blog/2014/09/quel-g%C3%A2chis-que-ce-livre-je-ne-me-suis-pas-content%C3%A9-des-extraits-je-suis-all%C3%A9-au-bout-et-puis-je-dire-que-je-suis-%C3%A0.html

On comprend, à la fois, votre embarras et votre colère, Mr Bilger .

Votre « idole » est à terre et aux abois.

Je ne partage pas votre sévérité pour ce livre que j’ai essayé de lire, sans pouvoir, cependant, aller plus loin que la centième page….

Ce livre est un cri de douleur. Celui d’une femme meurtrie, certes, mais de surcroît trompée et répudiée face au monde entier, d’une femme confrontée au mensonge permanent, aux esquives, aux petites lâchetés quotidiennes d’un homme manifestement dépassé par sa fonction, mais qui, enfermé dans ce déni de réalité qui enferme d’ailleurs toute la gauche, refuse d’assumer ce qu’il est, ce qu’il fait, ou ne fait pas, et qui en reporte la responsabilité sur celle qui est à ses côtés, témoin silencieux de son échec, de sa chute, une chute qu’il essaie d’oublier dans les bras d’une autre…

C’est vrai qu’au bout d’un moment de lecture, on n’en peut plus, de gêne, de honte presque…

On se dit que c’est « ça » que des Français ont élu. Par pur esprit de revanche, par une sorte de haine entretenue savamment, scientifiquement presque par des médias, des Instituts de sondages, qui aujourd’hui essaient de faire bonne mine devant le désastre.
Un petit bonhomme, dans un costume trop grand pour lui.
Un petit bonhomme qui n’a rien compris à la France, et encore moins aux Français. Rien compris au monde qui l’entoure. Car pendant dix années d’opposition, il n’a rien fichu, rien travaillé, rien mûri en vue d’un vrai projet digne de la France.
Confiant dans sa « bonne étoile » il pensait sans doute qu’il serait Président, parce qu’il est meilleur que tous « les autres », plus intelligent que la moyenne des « Enarques », plus roué aussi. Il attendait que le pilonnage incessant contre celui qui focalisait tout son mépris fasse son oeuvre et l’abatte.
Alors « Lui, Président » arriverait, juste au moment qu’il fallait. En surfant sur la vague du rejet de « l’autre », avec un programme délirant de démagogie.
Elu Président, il n’a pas compris qu’au lendemain de son élection, il devenait le Président de tous les Français, en vertu des lois de la démocratie.
Il est resté le Premier secrétaire du Parti socialiste, et il n’est même pas devenu, après quelques mois, le Président de la gauche, toute la gauche.
Les mots les plus durs contre sa personne, je ne les ai pas trouvés dans le livre de Valérie T., mais dans celui de Madame Duflot : à force de jouer au plus malin avec tout le monde, y compris avec ceux qui l’ont élu, il n’est devenu « le Président de personne », alors qu’il a été élu pour être « le Président de tous les Français ».

Il est déjà entré dans l’Histoire, en scooter, casqué, et il en sortira comme le Président des « Homosexuels à marier », des « récidivistes », « des impôts confiscatoires », du chômage et des déficits, de l’affaiblissement du rayonnement de la France, de l’échec tragique d’une Gauche qui s’est trompée de siècle.

Je ne sais M. Bilger, si vous faites partie des 14% de Français qui le soutiennent encore…

Il serait intéressant qu’avec le talent d’écriture que nous vous reconnaissons, vous nous disiez ce qui justifie, encore aujourd’hui,  votre fidélité au choix que vous avez fait en 2012.

2 réflexions au sujet de « Lettre ouverte à Mr Bilger. »

  1. Ping : Lettre ouverte à Mr Bilger. | Around The...

  2. llopis

    Je suis étonné qu’un homme du telle qualité puisse encore,soutenir un président aux abois.Avec les casseroles aussi bien dans son gouvernement que dans sa vie privée étalée sans cesse,on se croirait au bon temps des rois.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s