Le livre…


Hollande et ValérieNe comptez pas sur moi pour en rajouter une couche à propos du contenu du livre assassin de Valérie Trierweiller sur son chagrin d’amour….En temps de guerre, même civile, on ne tire pas sur les ambulances.

Je trouve que la République est tombée suffisamment bas comme ça. Nous sommes passés, en quelques jours, du « vaudeville permanent » à la farce tragique.

Je veux seulement revenir sur certaines informations qui ont été diffusées par les médias à propos de la sortie de ce livre et qui semblent être passées inaperçues.

Beaucoup de commentateurs, hollandophiles manifestement, tentent de jeter le discrédit sur Valoche, et de mettre en doute l’impartialité de certains jugements émis sur le personnage de Hollande.

 Un point semble avoir été pourtant ignoré par les commentateurs.

Valoche, qui connaît bien son ex-compagnon, sait qu’il adore espionner, voire regarder par les trous de serrure, pour tenter de savoir ce que disent, ce que préparent, ce que font ses adversaires éventuels. Les écoutes de Sarkozy en sont une illustration qui refera parler d’elles.

Valoche a jugé nécessaire et prudent, surtout, de noter les éléments à partir des quels le livre a été écrit, sur son ordinateur, en prenant soin de veiller à ce qu’il ne soit pas connecté.

Elle a préparé son coup, en silence, dans la discrétion la plus totale, pour parer aux tentatives de l’Elysée, de l’empêcher de publier ce brûlot. Elle a fait imprimer son livre en Allemagne, connaissant les complicités de la Gauche, avec le monde de l’édition, en France. Car elle sait que Hollande « écoute aux portes » et « regarde à travers les trous de serrures »….

C’est un aspect qui a été assez peu souligné dans les commentaires….

En même temps, cette affaire démontre l’inefficacité des Services de Renseignements de l’Elysée qui semblent avoir été surpris, non pas par la parution de ce livre, mais par le moment choisi pour sa diffusion.

Le pire moment: ça tout le monde l’a compris.

Rien ne lui sera épargné. Et pourtant…..Il se maintiendra jusqu’au bout, comptant sur sa « bonne étoile » pour le sortir du bourbier qu’est devenu son quinquennat.

Il n’a, c’est évident depuis longtemps, ni l’envergure ni la hauteur, ni la dignité d’un de Gaulle, qui aurait tiré depuis longtemps déjà, les conséquences de son rejet par un peuple, déçu au début, amer ensuite, et aujourd’hui écoeuré et furieux.

2 réflexions au sujet de « Le livre… »

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.