Aldous Huxley.


Huxley

Il m’est arrivé fréquemment, sur ce blog, de citer Aldous Huxley, dont les oeuvres qui font partie de mes lectures d’été favorites, sont, à mes yeux, prémonitoires. Je le cite chaque fois que les circonstances ou le contexte de la vie politique française me semblent justifier de faire en sorte que cet auteur ne tombe pas dans l’oubli.

On ne peut s’empêcher de rapprocher l’anticipation de Huxley dans son imaginaire « Meilleur des Mondes », de la prétention de celui qui s’était promis de « ré-enchanter le rêve français »….

Je l’ai « invoqué » lorsque les Socialistes au pouvoir, en France, ont été pris d’une crise sémantique, qui selon un processus dénoncé avec talent par Aldous Huxley, se sont attaqués à la réforme de notre vocabulaire, en préconisant, par exemple, la suppression du mot race dans notre Constitution et en élevant des tabous multiples autour de certains mots jugés « discriminants » ou « stigmatisants »…..Le chantage à l’islamophobie en est une illustration. Parmi d’autres.

Il est clair que les mots étant le prolongement naturel de la pensée, si l’on veut réduire le champ de la liberté de penser, il faut s’attaquer aux mots qui sont le véhicule de cette pensée. La tentation totalitariste est incompatible avec l’acceptation du moindre espace de liberté susceptible de contrarier « le projet de société » socialiste.

On se référera à :  https://berdepas.wordpress.com/2014/01/23/novlangue-2/.

J’ai aussi invoqué Orwell, tout aussi prémonitoire, et son légendaire « Big Brother », lorsque sont apparues les tentations d’espionner le citoyen sous des prétextes « vertueux », qui se manifestent par des écoutes téléphoniques qui frôlent l’illégalité mais que l’on justifie toujours par des motifs « vertueux ». Sous Mitterrand, ces écoutes participaient à une sorte de délire de méfiance à l’égard de toute personne susceptible, par ses propos d’attenter à l’image « vertueuse » du Président. Les écoutes « à filet dérivant » dont Sarkozy et son Avocat sont l’objet, sont également habillées de la même intention vertueuse: en fait Sarkozy est devenu l’obsession d’une Gauche qui se sait en perdition et qui sait qu’il est probablement le seul, malgré tous ses défauts, à pouvoir rassembler la Droite, du centre jusqu’à la frontière des extrêmes…Il faut donc l’abattre, car il est devenu un obstacle majeur sur la route d’un « socialisme triomphant » !!!

(https://berdepas.wordpress.com/2013/06/27/big-brother/)

J’ai éprouvé le besoin, ces derniers jours de replonger dans la lecture du « Meilleur des Mondes ».

J’ai retrouvé dans le texte d’Aldous Huxley des accents, notamment dans les premières pages du livre où il évoque des « manipulations génétiques » qui rappellent les élucubrations de ceux pour qui la GPA représente une perspective incontournable dans l’évolution de notre humanité. . Rappelons que « Le Meilleur des Mondes » date de 1932…..

Huxley n’est pas le seul auteur à avoir , par ses anticipations, laissé entrevoir le monde qui nous guette, et dont rêvent tout un grouillement de « pédagogues », de « sociologues » et de politiciens prétendûment « progressistes ».

Dans un texte souvent attribué – par erreur – à Huxley, tant il exprime avec une sorte de dérision amère le fil conducteur de la philosophie de Huxley,  Serge Carfantan, aurait décrit le processus de « dépersonnalisation » de l’individu par lequel ces « progressistes » croient nécessaire de passer pour permettre à « l’Homme Nouveau » d’émerger :

« Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente. Les méthodes du genre de celles d’Hitler sont dépassées. Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l’idée même de révolte ne viendra même plus à l’esprit des hommes. L’idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées.« 

Cela ne vous rappelle rien ??? L’ABCD de l’égalité, par exemple, ça ne vous dit rien ???

« Ensuite, on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l’éducation, pour la ramener à une forme d’insertion professionnelle. Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensée limité et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter. Il faut faire en sorte que l’accès au savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste. Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l’information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif. Surtout pas de philosophie. Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe : on diffusera massivement, via la télévision, des divertissements flattant toujours l’émotionnel ou l’instinctif. On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique. Il est bon, dans un bavardage et une musique incessante, d’empêcher l’esprit de penser.« 

Car il est clair que « les gens qui pensent » sont des gens dangereux.

« On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains. Comme tranquillisant social, il n’y a rien de mieux. En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l’existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d’entretenir une constante apologie de la légèreté ; de sorte que l’euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté.« 

Comment ne pas voir que la sexualité a envahi notre quotidien, à travers les médias, le cinéma, la publicité et même, … la Littérature ???

« Le conditionnement produira ainsi de lui-même une telle intégration, que la seule peur – qu’il faudra entretenir – sera celle d’être exclus du système et donc de ne plus pouvoir accéder aux conditions nécessaires au bonheur. L’homme de masse, ainsi produit, doit être traité comme ce qu’il est : un veau, et il doit être surveillé comme doit l’être un troupeau. Tout ce qui permet d’endormir sa lucidité est bon socialement, ce qui menacerait de l’éveiller doit être ridiculisé, étouffé, combattu. »

D’où le mesage, martelé sur ce blog : « Français, réveillez-vous ». Et ne tardez pas à vous réveiller, car un beau matin, il sera trop tard !!!!

« Toute doctrine mettant en cause le système doit d’abord être désignée comme subversive et terroriste et ceux qui la soutienne devront ensuite être traités comme tels. On observe cependant, qu’il est très facile de corrompre un individu subversif : il suffit de lui proposer de l’argent et du pouvoir. »

Il y a très probablement des « belles âmes » pour considérer que mes écrits, qui, sur ce blog « politiquement incorrect », » mettent en cause le système« , comme des « écrits subversifs ».

Et je sais que, dans l’ombre, veillent des « modérateurs »attentifs, et des cellules discrètes qui passent au crible tout ce qui se publie dans les « réseaux sociaux », à l’affût de tout ce qui peut contrarier les intentions de ceux qui, incapables de s’adapter au monde tel qu’il est, ne rêvent que de changer le monde pour qu’il se plie à leurs rêves….

Car « ré-enchanter le rêve français » n’est pas chose facile, dans un monde sur lequel « ils » n’ont aucune prise….

(1).- J’utilise le conditionnel car l’attribution de cette citation semble controversée : http://ab2t.blogspot.com.es/2014/01/texte-de-huxley-1931-cest-plutot.html

PS: Merci à Frederic, un lecteur qui par ses commentaires m’a permis de corriger mon texte initial qui comportait une grave erreur dans l’attribution à Huxley de la citation dont l’auteur est ??? Réponse: http://ab2t.blogspot.com.es/2014/01/texte-de-huxley-1931-cest-plutot.html

15 réflexions au sujet de « Aldous Huxley. »

  1. Frédéric

    J’ai écrit à Serge Carfantan tout simplement : le texte est de lui ; il date de 2007 (sauf erreur de ma part, voir son site : la prosopopée est clairement indiquée).

    J'aime

  2. Frédéric

    Le texte ne serait pas de Huxley mais d’Anders
    Cf.:
    Dans un commentaire récent, Volti nous invitait à relire ces lignes écrites en 1956, extraites de « L’obsolescence de l’homme » de Günther ANDERS :

    Le conditionnement collectif :

    Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente. Les méthodes du genre de celles d’Hitler sont dépassées. Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l’idée même de révolte ne viendra même plus À l’esprit des hommes.

    L’idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées. Ensuite, on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l’éducation, pour la ramener à une forme d’insertion professionnelle. Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensée limité et plus sa pensée est bornée À des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter. Il faut faire en sorte que l’accès au savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste. Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l’information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu À caractère subversif.

    Surtout pas de philosophie. Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe : on diffusera massivement, via la télévision, des divertissements flattant toujours l’émotionnel ou l’instinctif. On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique. Il est bon, dans un bavardage et une musique incessante, d’empêcher l’esprit de penser. On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains. Comme tranquillisant social, il n’y a rien de mieux.

    En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l’existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d’entretenir une constante apologie de la légèreté ; de sorte que l’euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté. Le conditionnement produira ainsi de lui-même une telle intégration, que la seule peur – qu’il faudra entretenir – sera celle d’être exclus du système et donc de ne plus pouvoir accéder aux conditions nécessaires au bonheur.

    L’homme de masse, ainsi produit, doit être traité comme ce qu’il est : un veau, et il doit être surveillé comme doit l’être un troupeau. Tout ce qui permet d’endormir sa lucidité est bon socialement, ce qui menacerait de l’éveiller doit être ridiculisé, étouffé, combattu. Toute doctrine mettant en cause le système doit d’abord être désignée comme subversive et terroriste et ceux qui la soutienne devront ensuite être traités comme tels. On observe cependant, qu’il est très facile de corrompre un individu subversif : il suffit de lui proposer de l’argent et du pouvoir.
    SOURCE : http://lesmoutonsenrages.fr/2014/08/31/empoisonnement-des-consciences-et-des-corps-monsanto-en-ukraine-et-autre-considerations/

    J'aime

  3. Frédéric

    Le Meilleur des mondes n’est pas de 1939 mais de 1932. Quant à la citation, est-elle dans ce roman ? Je l’ai relu intégralement et ne l’a trouvée nulle part. Aucun site qui la mentionne n’indique de référence précise. N’est-elle pas un fake ?

    J'aime

  4. Ping : Le Meilleur des Mondes reproduit

  5. Ping : Le Meilleur des Mondes…. | Tempus Fugit….

  6. berdepas Auteur de l’article

    @Jean-pierre: Salut Jean-Pierre !!! Ravi de retrouver ta trace, après tant d’années !!! Que deviens-tu ???Donnes-moi de tes nouvelles !!! Bien d’accord avec toi. Tocqueville voyait loin !!! De tels penseurs nous font défaut, aujourd’hui !!!

    J'aime

  7. Medina Jean-Pierre

    En matière de vision du futur, et donc de notre présent, je remettrais bien volontiers la palme d’or à monsieur de Tocqueville et sa description sociétale détaillée de ce qu’il nomme  » le despotisme démocratique ». Il dit lui même: » Que les anciens mots de despotisme et de tyrannie, ne conviennent pas pour nommer cette chose nouvelle qui se dessine devant lui ». Aussi ne peut-il que la décrire. Et avec une perspicacité qui nous renvoie cruellement à notre état actuel ( Carnets de L’Herne . Le despotisme démocratique). En conclusion du volume 1 de : » De la démocratie en Amérique » il annonce, aussi les deux futur maîtres du monde que seront les Etats-Unis et la Russie. Quant on connait la situation interne de ses deux pays dans les années 1830, je ne peux que lui tirer mon chapeau!
    Bien à vous mon cher oncle.

    J'aime

  8. berdepas Auteur de l’article

    Exact,ça s’est mélangé. Mais le lien qui suit suffit à dissiper la confusion, puisqu’il est bien question d’Orwell et de Big Brother.Mais, Merci pour la remarque, justifiée.

    J'aime

  9. realitedeguisee1

    Bonsoir d’une ville superbe, Lille.

    Aldous Huxley? Je dois vous dire que vous touchez a un des auteurs favoris….avec tout ce qu’il a dit dans l’années 1930. Autre chose qui me fascine est Fahrenheit 456, film sorti en 1966 je crois qui interdisait la lecteur, les livres, ou l’héro principal se fait dennoncé par sa propre femme et finit dans un parc ou il existe des gens qui récite des livres entiers en attendent de pouvoir remettre ces ecrits sur papier. on voit un veillard qui meurt et son petit-fils qui est en train de réciter Tolstoi.
    Je vais relire votre billet une fois rentré pour l’etudier serieusement.
    Entre-temps, je vous souhaite un excellent weekend.
    Jacques

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s