Buonaparte.


Bonaparte

Je suis plongé depuis plusieurs jours dans la lecture passionnante d’une volumineuse biographie ( 683 pages ) de « Bonaparte » de Patrice Gueniffey ( nrf Gallimard ). Une de plus. Car les biographies de ce personnage de légende n’ont pas manqué depuis la fin du règne de Napoléon….

Ce livre retrace l’histoire du jeune Bonaparte, avant qu’il ne devienne L’Empereur Napoléon. Une histoire qui partant de la période peu connue, car rarement évoquée, des années d’enfance corse, jusqu’à la proclamation du Consulat à vie, en 1802, où, avant de s’arroger le titre d’Empereur, il rétablit à son profit une forme nouvelle de monarchie héréditaire.

Toute la trame du Livre repose sur la recherche, par l’auteur, des ressorts profonds de la mutation du personnage de Bonaparte, avant qu’il ne devienne Napoléon.

On est frappé, tout au long de cet ouvrage, par la vulnérabilité sentimentale de ce personnage, amoureux fou de celle qui va accompagner son ascension, et la servir. Et l’ascension de Bonaparte a été bien plus laborieuse que ne nous l’ont enseigné nos professeurs d’Histoire !!!Il a dû affronter les railleries de ceux qui, à Paris, trouvaient son accent corse ridicule, se moquaient de sa petite taille, de son manque d’élégance vestimentaire, et pardessus tout lui reprochaient ses origines corses, venant d’une île fraîchement rattachée à la France, après s’être battue pour son indépendance.

Il a dû ruser, intriguer, se servant de ses amitiés parmi lesquelles, Robespierre, puis négocier avec les membres du Directoire, éliminer des concurrents en jouant des coudes pour obtenir le commandement des Armées pendant la campagne d’Italie où il révélera au Directoire, impressionné par ses victoires, ses qualités de stratège hors-pair, mais aussi son art de gouverner, tel un élève de Machiavel, qui faisait merveille dans les Etats nouvellement conquis sur le front italien.

En fait cet ouvrage s’attarde plus sur l’aventure du Bonaparte Premier Consul que sur le chef de guerre.

Devenu Premier Consul, il s’appliquera à relever les ruines héritées de la Révolution, » avec une intelligence, une énergie et une efficacité incomparables ».

Car au passage, l’auteur évoque le terreau sur lequel l’arbre napoléonien va planter ses racines. La terreur, l’hystérie des révolutionnaires, les batailles livrées contre les monarchies européennes horrifiées par ce qui se passe en France, ont laissé une France exsangue, épuisée, privée d’une partie de ses élites qui ont dû émigrer pour fuir la guillotine.

La France est surtout un pays divisé, car il est faux de laisser croire, selon la Légende répandue depuis la IIIème République, que l’euphorie révolutionnaire est partagée par tout le pays.

Dans le tréfond de l’âme populaire subsiste une réticence à l’égard de ceux qui ont tué, volé, pillé partout où se trouvaient des richesses accumulées au cours des siècles par la grande et la petite noblesse. De même que le peuple perçoit, confusément que, à l’arbitraire de la Justice royale, se substitue une Justice révolutionnaire tout aussi suspecte par son sectarisme. De même, également, que la volonté de quelques illuminés de supprimer,- au nom des Lumières (!!!!)- toute trace du culte catholique consacré à l’amour du Christ, au nom d’un Dieu tout Puissant, pour le remplacer par le culte fumeux de « l’Etre Suprême » se heurte à un scepticisme répandu….

C’est sans doute de cette époque que datent les symptômes d’une profonde division des Français, en deux camps, le camp vainqueur, celui des insurgés, ne concevant l’achèvement de son oeuvre qu’après avoir détruit l’autre camp, le tout au nom de valeurs et d’un discours qui tranchent avec la réalité historique. Combien d’innocents auront péri, sous la Terreur, pour avoir été dénoncés par des libelles circulant en sous-main, pour des crimes qu’ils n’avaient pas commis…..

C’est de cette époque que date la difficulté, pour les Français, d’accéder à un dialogue social apaisé: la « Révolution » a profondément marqué la culture de ce pays, éternellement partagé en deux camps s’affrontant dans un rapport de force qui doit nécessairement faire plier l’autre ou le détruire, ce qui exclue toute perspective de compromis, le terme de « compromis » lui même étant entaché de suspicion de trahison….

Bonaparte a parfaitement analysé la situation du pays. Il sait que pour accomplir son destin de conquérant, il a besoin d’un France rassemblée, car la France n’est jamais aussi forte que quand elle est rassemblée. Pour cela, la France a besoin de transcender ses divisions dans une sorte de fuite en avant, à la recherche de la gloire,et du prestige de la Victoire. Les Français, pour rester unis, ont besoin d’un ciment, et ce ciment, c’est la fierté que leur inspire leur pays au quel ils attribuent une vocation à servir d’exemple Universel.

Il a compris également que la Révolution n’avait pas réussi à anéantir l’attachement des Français au prestige monarchique ; c’est cela qui le conduira sur la pente du pouvoir personnel. Et c’est sur cet attachement que Bonaparte s’appuiera pour légitimer son couronnement.

L’éditeur nous annonce que ce « Bonaparte » sera suivi d’un « Napoléon » du même auteur.

Je dois à la franchise de dire que j’ai toujours trouvé le personnage de Bonaparte intéressant, sinon attachant, alors que celui de Napoléon, Empereur des Français m’est apparu, au fil du temps, beaucoup moins sympathique. Je le rends responsable, à son tour de l’affaiblissement de la France qui, pour servir ses ambitions et son orgueil, a sacrifié les meilleurs et les plus courageux,  de ses hommes.

Mais Bonaparte reste, dans l’imaginaire des Français, comme le modèle de « l’homme providentiel », qui surgit à un moment de leur Histoire, pour accomplir un destin d’exception, et empêcher le pays de sombrer dans l’irrémédiable déclin où l’entraînent des « illuminés », qui, après s’être emparés du « message des Lumières » pour en détourner le sens à leur profit, ont l’étrange conviction d’être, seuls, au service du Bien….

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.