La République en danger ???


République

« La République nous appe-elle….sachons vaincre ou sachons périr »….. Couplet d’un chant que l’on apprenait autrefois à l’école, à une époque où le « patriotisme » républicain n’était pas encore devenu une valeur ringarde….

Pourquoi cette boutade ???

Parce que nous sommes entrés dans une période dangereuse dans la vie politique française.

L’approche d’échéances électorales qui risquent d’avoir de lourdes conséquences pour le gouvernement, mais aussi pour l’opposition, rend la classe politique de plus en plus nerveuse, en même temps que l’on sent monter, dans l’opinion, une tension qui risque d’être alimentée, exacerbée, par les révélations scandaleuses qui vont se succéder jusqu’au moment du scrutin.

Car des « boîtes de Pandore » que l’on s’apprête à ouvrir, semaine après semaine, risquent de sortir des démons dont nul ne sait si on pourra, ensuite, les faire rentrer à nouveau dans leur boîte.

« L’Affaire Copé », révélée par « Le Point », un hebdomadaire que je considérais jusqu’ici comme un média sérieux, est un prélude aux combats mortels qui vont diviser l’opposition au risque de compromettre la survie, à terme, de l’UMP.

Pour les observateurs « avertis », il est clair que dans cette « affaire », Le Point a été instrumentalisé par ceux qui veulent « la peau » de Copé, et que ses « révélations » – qui n’en sont d’ailleurs pas !!! – sont une sorte de missile destiné à le détruire, en plein vol,  au moment même où il se préparait à se prévaloir d’un succès aux élections communales, en guise de tremplin pour ses ambitions futures….

L’affaire Buisson explose comme un scandale révélateur d’une dégradation de l’éthique et de la morale au sein de l’Etat, et au plus haut niveau : enregistrer, « à l’ insu de son plein gré », les conversations privées, politiques et intimes, du Président de la République est un acte grave.

Quels qu’aient été les mobiles de ce Buisson – qui, probablement, engrangeait des éléments qui lui auraient permis, plus tard d’en « faire de l’argent » avec un livre à succès, comme d’autres l’ont fait dans le passé tels que Jacques Attali publiant, du vivant de Mitterrand un « Verbatim » sulfureux, ou comme Peyrefitte notant à chaque rencontre les paroles, parfois féroces du « Général »,- il y a dans cette affaire quelque chose de profondément choquant.

Mais la vague d’indignation que soulèvent ces « révélations » ne doit pas masquer que la méthode employée fait partie de pratiques journalistiques, hélas, assez courantes dont « l’extrême-droite » n’a pas le monopole : les interviews réalisés en « caméra cachée » par certains journalistes, évoqués dans de nombreux reportages sur des sujets scabreux, en sont l’illustration. La méthode consiste à extirper de la personne interrogée des propos considérés comme « off » et qui sont ensuite livrés, pour faire sensation,  au grand public.

L’affaire Bettencourt a démarré grâce à l’enregistrement pirate de conversations privées qui avaient lieu au domicile d’une vieille dame, enregistrements abondamment exploités par Médiapart et relayées par toute la presse pour en faire ses « choux-gras » et, bien entendu ensuite, par la Justice.

Ces pratiques, pour révoltantes qu’elles soient, ne sont donc pas nouvelles.

Ce qui est inquiétant c’est qu’elles se multiplient et interviennent dans un climat politique profondément dégradé, dont la persistance se confirme sondage après sondage sur l’opinion des Français. Ceux-ci ne sont pas flatteurs, tant pour la classe politique que pour la classe médiatique.

Une classe médiatique dont la mission et le devoir sont d’informer,dans une démocratie. Mais  trop de journalistes engagés font passer au second rang leur devoir d’information objective pour se livrer à des prises de position partisanes qui nuisent à la crédibilité de leurs analyses.

En moins d’un an, les Français auront subi les « révélations » surl’étrange personnalité de DSK, celles sur « l’affaire Cahuzac », celles sur les frasques sentimentales et ubuesques de Hollande, « l’affaire Copé », puis, aujourd’hui, « l’affaire Buisson ». Cela fait beaucoup. Et cela explique, sans doute, que la France soit l’un des rares pays démocratiques où une « Presse spécialisée » dans la révélation de scandales connaît un succès qui ne se dément pas depuis de longues années.

Mais si les scandales font vivre quelques journaux, ils risquent de tuer la République.

Car ils sont le miel dont se nourrissent les extrêmes.

Et je ne parle pas seulement du Front National, assez discret sur les affaires récentes, dans le souci d’apparaître comme un Parti respectable, mais dont les troupes ne manquent pas de ricaner sur tout ce qui affaiblit « le système ».

Le Front National, dans sa démarche de conquête d’une respectabilité républicaine rencontre, en son sein, mais aussi à sa périphérie, une opposition de plus en plus structurée chez ceux qui ne voient pas d’un bon oeil, une « normalisation » qui est en train de lui faire perdre son mordant.

L’Express publie ces jours-ci un numéro fort documenté, consacré à la montée de « l’Ultra-Droite », révélée par les manifestations contre « le mariage pour tous », qui est en train de se fédérer en dehors des Partis traditionnels, dans une mouvance qui échappe au contrôle des Partis, qui va des catholiques intégristes à l’Action française, et qui met en accusation, non seulement le « système », ses Institutions, mais également le modèle de société proposé par les Partis politiques au pouvoir.

A ces catégories de révoltés risquent de plus en plus de s’agréger un extrémisme religieux musulman qui rejette déjà notre modèle de société qu’il juge laxiste, voire dépravé et attentatoire aux valeurs véhiculées par le Coran. Pour en savoir plus, lisez ces deux articles de l’Express. Edifiants !!!

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/ultra-droite-des-musulmans-a-la-rescousse_1497226.html

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/le-plan-secret-de-l-ultra-droite_1497206.html#ZEiYOX0i8xDPA9SB.99.

Tout cela est inquiétant, dans le climat délétère que nous décrivions ci-dessus.

Dans un numéro récent, le Journal de l’Action française faisait sa « Une » sous le titre: « Le Pays légal, on en veut plus ». On ne peut être plus clair. Et la Presse traditionaliste catholique n’hésite plus à évoquer la perspective d’une « révolution »populaire , car elle n’accepte plus aucune concession à ceux qui veulent lui imposer un « changement de société » et une négation des valeurs qu’elle considère comme consubstantielles à nos règles du « vivre ensemble ».

Il est inutile de rappeler ici les « ambitions » d’une Ultra-Gauche, où un ramassis de « trotskyste » ne rêve que de « révolution prolétarienne », des rêves nourris par une fantasmagorie idéologique et un sectarisme d’un autre âge…..

Les prochaines élections risquent donc fort de voir se manifester de différentes manières, sous la forme de votes protestataires, la colère de ceux qui ont « décroché » et entendent divorcer avec notre modèle républicain, abaissé, sali, par des pratiques qui révoltent l’opinion.

Tous ceux qui, comme moi, sont attachés au respect d’une « République laïque, pure et dure », et qui s’élèvent en permanence contre le non-respect des Lois, contre l’angélisme, le laxisme, et l’affaiblissement des valeurs, celles pour lesquelles des générations entières se sont battues, s’opposent au reniement des fortes traditions héritées de nos pères. 

Ils contestent la volonté de déstabiliser notre société, pour obéir à des lobbies de minorités activistes, au nom d’un relativisme et d’un progressisme dont l’arrogance provocatrice divise de plus en plus la société française.

Ils refusent une société dans laquelle des enfants auront deux pères et ne sauront jamais qui est leur mère et s’opposent à un « changement de civilisation » qu’on voudrait leur imposer sans les avoir consultés, pour complaire à des minorités dont on comprend la difficulté à vivre dans un monde attaché à ses traditions et à ses moeurs mais qui ne sauraient imposer leur Loi à l’ensemble des Français,, et ce, avec la complicité de politiciens n’obéissant qu’à des objectifs électoralistes.

Ces Français là, qui ne sont en rien des extrémistes sont inquiets car ils sentent que l’on approche d’un seuil de rupture qui pourrait mettre la République en danger.

Ce billet est un cri d’alerte.

PS: Quand la République n’est plus capable de se faire respecter, les voyous font la Loi:  www.youtube.com/embed/D3pf1NsW3UI

2 réflexions au sujet de « La République en danger ??? »

  1. Ping : La République en danger ??? | Around The...

  2. Jacqeus de Guise

    Bonsoir,
    L’élite, l’immoralité et le mensonge ont as encore frappés et Bravo.
    Comment le citoyen quidam comme moi peut avoir une confiance dans les dirigeants?
    Cela devient impossible et quand cet état de faite existe pendant trop longtemps, il est nécessaire de changer le système..mais avant de la e faire..question…avec les mêmes huberlus?
    Merci de votre billet.
    JdG

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s