Centre-Afrique: le piège ???


Charb-Centrafrique3D’après Charb de Charlie Hebdo.

Notre « Grand Président », tout auréolé de la gloire du résultat de l’intervention de nos Forces Armées au Mali, a cru pouvoir vivre un second « plus beau jour de sa vie » à Bangui.

L’affaire, hélas, se présente mal.

Résumons les faits.

Au Centre-Afrique, vivaient, en bonne intelligence, Chrétiens, majoritaires et Musulmans minoritaires, et ce depuis toujours.

Les Musulmans, des commerçants pour la plupart, vivaient paisiblement leur religion, dans la modération et la communauté chrétienne respectait la pratique de leur foi. Et réciproquement.

Jusqu’au moment où, activés puis renforcés en armement depuis l’étranger,- en l’occurrence le Tchad et la Libye, et comme ailleurs, en Afrique, l’Arabie Saoudite et le Qatar – des groupes armés d’inspiration djihadiste, les « Séléka », décident de renverser le pouvoir en place et d’installer, par la force, un Président fantoche, mais Musulman.

Ce coup d’Etat donne le signal du déclenchement d’une violence inouïe, comme on en voit dans d’autres pays d’Afrique, le Nigeria avec Boko Haram, par exemple, qui se manifeste par le massacre de populations chrétiennes, accompagnés de viols de destruction de villages entiers, d’incendies d’églises, d’écoles, et autres bâtiments symbolisant la présence chrétienne.(1)

On est incapable d’évaluer le nombre de morts chrétiens à l’intérieur du pays en raison de l’isolement des villages détruits et des difficultés de communication.

Les Chrétiens survivants, terrorisés, fuient leurs villages et viennent se réfugier autour de la Capitale, Bangui. Mais celle-ci n’est pas épargnée par la violence des groupes armés de musulmans , en majorité constitués de Tchadiens et de Libyens qui tuent, volent, violent en pleine ville, sous les yeux d’une communauté internationale, tétanisée comme toujours dans ces situations-là.

Alors, les Chrétiens de Bangui, se sentant abandonnés, décident de réagir et de se défendre. Ils se constituent en milices, armés de machettes, face à ceux qui disposent d’armes automatiques. Pour ces Chrétiens, c’est devenu une question de vie ou de mort.

Et à leur tour, ils massacrent, le plus souvent des djihadistes mais aussi des musulmans innocents, Ils pillent, brûlent, violent à leur tour.

Et c’est alors que la situation, qui jusque là ne provoquait qu’une émotion de principe, devient insupportable pour les plus « belles âmes » occidentales.

Parmi elles, celle de notre « grand Président ». Normal non ???

Son sang de socialiste ne fait qu’un tour. Il décide, seul, d’envoyer nos troupes « rétablir l’ordre ».C’est à dire s’interposer entre les deux camps, ce que les Chrétiens ne comprennent pas, car, disent-ils, personne ne s’est « interposé » lorsque c’est nous qui étions les victimes des violences.

Rétablir l’ordre, dites-vous : ça ne vous rappelle rien ???

La violence et la terreur, comme toujours dans ces cas-là, ont fait leur oeuvre. Le fossé entre les deux communautés est devenu un gouffre. Ce n’est pas 1.500 hommes qu’il faudrait pour mener une action efficace, mais une armée, dans un pays grand comme deux fois la France.Quelques Généraux courageux l’ont fait savoir publiquement.

Or, la France n’a plus les moyens de se payer une nouvelle guerre « post-coloniale ».

Difficile, en outre, pour la France, vassalisée et dont la Diplomatie est de plus en plus « sous influence », de demander à L’Arabie Saoudite et au Qatar, – au moment même où l’on s’agenouille devant ces Majestés du Golfe dans l’espoir de leur vendre des « Rafales » – de cesser d’aider les djihadistes qui sont à la manoeuvre dans les Etats d’Afrique les plus faiblement structurés, et dont les Gouvernements sont empêtrés dans le tribalisme, la corruption et l’immobilisme.

Alors la France, – qui attend toujours l’aide promise par ses « alliés »européens -, devenue à la satisfaction des Américains désormais tournés vers l’Asie -, le « Gendarme de l’Afrique », alors même que ses « grandes consciences » lui enjoignaient de mettre fin au système de la « Françafrique », la France, donc, se sent piégée.

Partir, c’est laisser libre cours à des massacres sans fin, et laisser s’instaurer la « Loi de la Machette ». Rester, sans avoir les forces nécessaires au « maintien de l’ordre », c’est assister impuissants à un nouveau génocide. Un de plus en Afrique. Au risque d’être accusée, comme au Rwanda, de complicité de « nettoyage ethnique »….

Car pour l’heure, au Centre-Afrique, les musulmans, qui n’avaient jamais envisagé de quitter la terre où ils sont nés, sont placés devant une perspective tragique: pour eux c’est « La Valise ou le Cercueil »….

La « Valise ou le Cercueil », ça ne vous rappelle rien ???

(1) http://www.lepoint.fr/monde/nigeria-29-lyceens-tues-dans-une-attaque-perpetree-par-boko-haram-25-02-2014-1795569_24.php

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/nigeria-une-attaque-de-boko-haram-fait-43-morts-dans-un-lycee_1495131.html

PS: A ce propos, est-ce que les Anglais, ancienne puissance coloniale au Nigeria se sentent responsables de ce qui s’y passe actuellement ???

Une réflexion au sujet de « Centre-Afrique: le piège ??? »

  1. llopis andré

    et dire que l’arabie saoudite et le quatar sont nos amis,il faut me faire des chatouilles il n’y a aps d’exemple de coéxistence pacifique entre l’islam et le sautre religions d’autant que ces 2 pays mettent en plus de l’huile sur le feu.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s