Sainte Providence, aidez-nous….


ProvidenceJacques Bénigne Bossuet (Dijon 1627-Paris 1704)
« Peut-être que vous trouverez que ce qui semble confusion est un art caché, et si vous savez rencontrer le point par où il faut regarder les choses, toutes les inégalités se rectifieront, et vous ne verrez que sagesse où vous n’imaginiez que désordre. »
(Sermon sur la providence)

Tous les sondages de ces dernières semaines le confirment: notre « classe politique » a perdu le respect et la considération du peuple, de plus en plus convaincu que ceux qu’il a élus sont corrompus par le « système » lui-même.

Ce qui ne signifie pas qu’ils soient tous coupables de vénalité et de détournement des richesses produites par la Nation.

Le reproche que l’on entend le plus souvent – sauf dans les cas extrêmes comme celui de « l’affaire Cahuzac »- c’est que les représentants du peuple, une fois élus, n’entendent plus le peuple dont ils s’éloignent de plus en plus, car « ils » ne l’écoutent plus.

Nos élites sont acquises à l’idée que, en Démocratie, les élus ne doivent surtout pas suivre le peuple. Les élus doivent le « conduire », un peu comme la bergère conduit son troupeau,,- car elle seul sait où se trouve la bergerie – en envoyant les chiens aboyer et mordre, s’il le faut, pour ramener dans le troupeau les brebis égarées….

L’abstentionnisme c’est en quelque sorte, » la réponse du berger à la bergère »….

Cette « classe politique », enfermée dans un corpus d’idées formatées et répandues grâce à la « consanguinité » de ses représentants, obéit à la force obscure de lobbies représentant de toutes puissantes minorités, qui  imposent aux élus, un comportement qui doit se conformer à leurs stéréotypes déjantés, pendant que la « majorité silencieuse » rumine sa colère…..

Malheur à celui qui, par esprit d’indépendance ou par conviction intime, s’en écarterait. « La meute » se chargerait de le faire rentrer dans le rang.

Et si par malheur le politique décidait de se conformer aux volontés du peuple qui l’a élu, en défendant les idées, voire les intérêts de ceux dont procèdent ses pouvoirs, alors il se verrait traiter de l’insulte suprême au sein de la classe politique, celle qui fait de l’élu une sorte de paria avec lequel aucun débat, aucune discussion n’est possible: ce malheureux élu serait définitivement rangé dans le tiroir de « populistes ».

Cet état des lieux, aggravé par la pauvreté du débat politique entretenue par la médiocrité de la « classe médiatique », fait que peu à peu, l’invective a remplacé le débat. Quand on ne veut plus débattre avec celui-ou celle – qui ne partage pas vos analyses ou vos idées, même ci celles-ci sont suffisamment représentées au sein du peuple pour devenir significatives, alors on a recours à la technique de la « diabolisation ».

La technique de la « diabolisation » repose sur la conjugaison de deux méthodes.

La première consiste à décrédibiliser l’adversaire à coups d’attaques personnelles visant tous les points faibles de sa cuirasse: son physique, son apparence, sa vie privée, ses origines sociales, sa fortune, son histoire personnelle, ses déclarations passées,et si possible ses écarts de comportement vis à vis de la Loi….

La seconde qui résulte du refus de débattre avec le « populisme », consiste à en ignorer les arguments, ce qui évite d’avoir à argumenter pour les réfuter.

Le climat qui résulte de l’état du débat politique est la cause principale du désenchantement du peuple qui manifeste, sondage après sondage, sa mauvaise humeur et la sourde colère que lui inspirent ceux qui le représentent.

La Gauche française est parvenue, après dix-huit mois de gouvernance à l’heure de vérité.

Les vieilles « lunes » inspirées par des résidus de marxisme et de stéréotypes populaires hérités du dix-neuvième siècle ne fonctionnent plus.

Le « prolétaires de tous les Pays unissez-vous » n’a plus aucun sens, dès lors que ce sont les « prolétaires » des pays autrefois les plus pauvres qui sont devenus une menace pour les prolétaires des pays les plus riches.

« L’universalité des valeurs » socialistes qui faisaient partie du crédo inspiré par une « Internationale Socialiste »sur le déclin, est battue en brèche par une mondialisation dont le « libéralisme » économique est devenu le moteur puissant . La mondialisation libérale, quoi qu’en pense la Gauche, a ouvert l’accès à un début de prospérité à des peuples qui, jusqu’ici, comptaient sur la générosité de l’Occident pour survivre. Cette mondialisation a réussi, en Asie et même en Afrique, là où le Communisme et ses « lendemains qui chantent » a échoué.

Ceux-là mêmes qui, à gauche, rêvaient d’un monde sans frontières songent aujourd’hui à fermer les nôtres pour se protéger d’une vague qui menace de submerger notre appareil industriel et de condamner des générations entières au chômage….

Le « Président Normal » dont s’est dotée la France, pour échapper aux prétendues menaces d’une politique libérale pure et dure, se résigne à changer de discours, et tente d’enclencher le mouvement d’une politique « sociale-libérale »qui prend son propre électorat à contre-pied.

L’opposition de Droite désorientée par ce changement de pied n’a pas tardé à comprendre qu’entre le « libéralisme social » défendu par son aile la plus « molle », et le « social-libéralisme » prôné par Hollande, il n’y a plus que l’épaisseur d’une feuille de cigarette…

Elle n’a pas encore réussi à trouver une riposte crédible, pour démontrer qu’en matière d’économie tout comme dans d’autres domaines, »l’original vaut mieux que la copie »….

La « Droite molle » est donc contrainte de livrer combat sur le terrain qui lui est le plus défavorable, celui des « réformes sociétales » en chaîne que le Pouvoir multiplie pour masquer ses échecs économiques, au risque d’aggraver les divisions qui menacent la société française.

Car cette Droite-là est terrorisée par le risque d’être accusée de complicité avec les « forces réactionnaires » qui, venues du fond du peuple, s’élèvent contre ce qu’elles considèrent comme des attaques en règle contre ses valeurs traditionnelles et son mode de vie.

Ainsi quelle attitude adopter, à droite, lorsque près de six Français sur dix souhaitent la mise en oeuvre d’une politique de quotas en matière d’immigration, emboîtant le pas au peuple suisse ????
Tout cela ne peut que renforcer l’emprise des extrêmes, pour qui ceux qui appartiennent au « système », – à « l’Establishment » comme disent les anglo-saxons -, sont responsables de tous les échecs qui conduisent la France au bord du gouffre…

Notre société a horreur des « prédictions auto-réalisatrices », tout comme elle a horreur des « cassandres » et de ceux qui continuent, imperturbablement, à « appeler un chat, un chat »….

Le peuple attend désespérément l’émergence,du fond d’une classe politique à bout de souffle, de « l’homme providentiel » capable d’avoir la lucidité, le courage, la volonté d’annoncer aux Français la fin définitive de l’Etat Providence, quitte à sacrifier son destin politique et à renoncer à sa « prochaine élection »….. 

Une réflexion au sujet de « Sainte Providence, aidez-nous…. »

  1. Ping : Sainte Providence, aidez-nous.... | Around The ...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s