Printemps de Calpe.


Amandiers

Depuis quelques jours, les signes timides de l’approche du Printemps se multiplient.

Je les perçois, à travers les premiers frémissements de la Nature.

La lumière, tout d’abord: les clartés  de l’Hiver, la lumière crue des jours où le ciel bleu méditerranéen, balayé par le vent froid venu du Nord laisse place aux lueurs nuancées du Printemps.

Au coucher du soleil, les nuages moutonneux avancent en troupeaux serrés teintés d’une lumière étrange, aux couleurs irréelles où se mélangent des mauves bleutés et des taches orangées qui ressemblent à celles que l’on rencontre sur la palette de l’aquarelliste à la recherche de la nuance qui confèrera à son oeuvre sa singularité….

Les premiers bourgeons donnent aux arbres cette couleur d’un vert tendre caractéristique du renouveau printanier. Sur la côte, quelques amandiers fleurissent déjà, et d’ici peu ce sont des champs entiers  qui, dans l’arrière-pays, revêtiront leur manteau blanc.

Bientôt, ce sont les jasmins puis les bougainvillées et enfin, les lilas, qui redonneront à la nature ces couleurs qui ont inspiré tant de peintres fascinés par les paysages méditerranéens.

Les vols d’étourneaux se sont raréfiés, puis, ont disparu, comme ont presque disparu les petites bergeronnettes à longue queue et au plumage bleuté qui pendant l’hiver venaient du Nord disputer leur nourriture aux moineaux sédentaires et batailleurs. Ces derniers n’ont pas attendu pour s’accoupler et avant peu résonnera le champ aigu et désespéré des petits tombés du nid, appelant leur mère.

Les pigeons ont repris leurs roucoulades pour accompagner leur danse de séduction autour des femelles qui feignent l’indifférence. C’est l’époque où les chats, pourtant rassasiés de croquettes, retrouvent leurs instincts de félins prédateurs…..

Sur les eaux tranquilles des salines, les flamands, à leur tour, nous offrent leurs danses nuptiales dans une sorte de ballet rose sur leurs longues pattes avec la blanche élégance des ballerines, pour le grand bonheur des amateurs de photos qui passent par là….

Les oranges sont à nouveau abondantes sur les marchés et les femmes retrouvent, pour notre plaisir, les vieilles recettes surgies des traditions ancestrales pour confectionner les confitures…..

Dans la campagne le thym sauvage fleurit et embaume l’air encore frais. Les abeilles s’activent sur les premières roses dans un bourdonnement qui semble exprimer la joie de retrouver les pollens aux saveurs du printemps.

C’est le moment de s’occuper des semis, et des plantations.

Cette année, nous organiserons un jardin de plantes aromatiques: le thym, le romarin, la sauge, la lavande, le basilic, la menthe, le coriandre, le persil et le céleri ont trouvé leur place, dans un alignement géométrique rigoureux, au fond du jardin.

Les journées s’allongent et nous pourrons, sous peu, profiter de la lumière du soir dans le jardin, en respirant les parfums sauvages qui mêlent, aux essences des plantes aromatiques, l’odeur de la fleur d’oranger, du jasmin et du « galan de noche », tout en contemplant la descente du soleil derrière la montagne.

C’est le moment d’écouter l’andante du Concerto n°21-K467 pour piano de Mozart en fermant les yeux, en se laissant aller à une douce nonchalance, comme pour empêcher le temps de s’écouler, dans une sorte de défi à l’éternité……

3 réflexions au sujet de « Printemps de Calpe. »

  1. Ping : Printemps de Calpe. | Around The World | Scoop.it

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s