Novlangue.


dico novlangue

La relecture d’Orwell dans « 1984 » et celle d’Aldous Huxley dans « Le meilleur des Mondes » m’avaient inspiré une série de billets dont celui qui se rapproche le plus du thème que je souhaitais évoquer aujourd’hui, sous le titre de « Big Brother is watching you » peut être consulté sous:

https://berdepas.wordpress.com/2013/06/27/big-brother/.

En effet, je comparais, dans un parallèle surprenant, certaines dérives des sociétés totalitaires décrites dans ces ouvrages qui mériteraient d’être remis au goût du jour et la propension de la gauche française, dès lors qu’elle accède au pouvoir, à glisser vers la forme perverse de totalitarisme décrite, avec humour, dans ces mêmes ouvrages.

Les Socialistes qui nous gouvernent ont été saisis de plusieurs crises successives de réformisme verbal, en s’attaquant à une gamme étendue de mots faisant partie de notre vocabulaire usuel….

Nos députés dignes représentants de la pensée dominante se sont forgé une certitude : quand les maux persistent, quand on mesure son impuissance à lutter contre les maux, alors le temps est venu de changer les mots pour apaiser les souffrances.

Ainsi, il y a belle lurette que les chômeurs se sentent moins désemparés depuis qu’ils sont considérés comme des « sans-emploi », ce qui restaure leur dignité, tout comme et les aveugles qui depuis qu’ils ont accédé à la dignité de « non-voyants »sont bien plus heureux du regard que porte sur eux une société de « mal-entendants »….

La novlangue ne recule devant aucun barbarisme et sa fièvre de renouveau s’exprime, dans toute son imagination créative dans un rapport que j’ai évoqué dans un précédent billet, un rapport dont on ne sait s’il faut en rire ou en pleurer et qui traite, dans un charabia grotesque, de la nécessité de « refonder notre politique d’intégration ».

https://berdepas.wordpress.com/2013/12/14/fantasmes-ou-folie/

Ce texte lénifiant déploie des trésors d’ingéniosité pour ne pas employer les mots France ou Français, qui semblent être devenus insultants aux yeux de ses rédacteurs.

Dans leur jargon de pédants ignares, il n’est plus question d’évoquer « la société française », qui n’existe plus, à leurs yeux, qu’ils envisagent de remplacer par un « Nous inclusif et solidaire« ….Leur but est de parvenir grâce à « la conception et à la gestion des espaces publics », à la construction d’ un « en-commun. »  » Un « en-commun » dans lequel, grâce au « mariage pour tous » et à la faculté d’adoption, les homosexuels ne seront plus atteints « d’infertilité sociale »….

Charabia de sociologue gauchiste hérité de la « révolution soixante-huitarde« …..

Plus récemment, la Gauche nous offre un nouvel échantillon de sa verve réformiste, en même temps qu’une démonstration nouvelle de son attachement au célèbre « Familles, je vous hais »directement inspiré par le Gide des « Nourritures terrestres »…..Après le « mariage pour tous », après la Loi banalisant l’IVG, après les coupes sombres dans le financement de la politique familiale voici que l’on s’attaque, dans les mots, à une notion qui, depuis toujours, symbolise le bons sens, la prudence, la gestion économe, tous ce dont les Socialistes semblent dépourvus: l’expression « en bon père de famille »doit disparaître de notre vocabulaire juridique !!!

« Ils » agissent comme tous les fondamentalistes sectaires, en Afghanistan ou ailleurs, qui brûlent et détruisent les symboles qui se dressent sur leur chemin, dans le but rageur d’en effacer toute trace, et afin que ne subsiste que « la leur »….

On peut raisonnablement se demander si le seul objectif poursuivi n’est pas de multiplier les provocations médiatisées, sur des thèmes clivants,destinés à pousser les Français à la révolte. Des thèmes sur lesquels le pouvoir socialiste conserve encore quelque marge de manoeuvre, afin de masquer une impuissance évidente devant les difficultés de mise en oeuvre des réformes nécessaires au redressement de notre pays.

Car les Socialistes sont confrontés à des réalités qui contredisent toutes leurs croyances idéologiques: l’une d’entre elles étant la plus redoutable.

Enfermés, en effet, dans leur catéchisme socialo-marxiste, ils n’avaient pas mesuré les conséquences de l’incompatibilité absolue qui existe entre le « socialisme » et la « mondialisation ».

Le monde sans frontières auquel, dans leurs délires « mondialistes » et leurs passions « universalistes » ils rêvaient, ce monde là leur est devenu hostile.

D’autant plus hostile qu’ils n’ont aucune prise sur lui….

2 réflexions au sujet de « Novlangue. »

  1. @ Jean-Pierre Quignard: bien évidemment ce blog peut-être un lieu d’échange, les avis contraires aux opinion qui y sont émises sont acceptés, au nom d’une « Liberté d’expression » revendiquée par l’auteur lui-même.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.