Otages. L’omission ???


-

Lu dans la Presse algérienne, ce que les médias français ne vous diront pas, ou du moins, s’efforceront de masquer dans un flot d’informations contradictoires:

Je cite :

« Les Français ne sont pas les seuls à avoir libéré leurs otages du Nord du Niger. Les tractations se sont déroulées avec l’appui des Qataris et, même, de l’Algérie.

Le journal El Watan a annoncé, sur son site Internet, que les services Algériens ont été mis à contribution lors des négociations pour la libération des otages français. Les journalistes d’El Watan écrivant en effet qu’«il y a deux mois, les Qataris, qui entretiennent de bonnes relations avec les mouvements salafistes en Syrie et en Libye, sont intervenus à la demande des Français, et sont entrés en contact avec des cadres d’Ansar Eddine, affirme une source sécuritaire algérienne. Pour montrer leur bonne volonté, les autorités maliennes ont arrêté leurs recherches contre 20 combattants d’Ansar Eddine.» Cette décision a été interprétée comme un premier pas pour le chef du mouvement, Iyad Ag Ghaly, ancien leader de la rébellion touareg, qui a donc mobilisé ses réseaux, très importants dans tout le nord du Mali.

Pendant ce temps, ajoute la même source, les Algériens, qui voient toujours d’un mauvais œil l’intrusion du Qatar dans les affaires maghrébines, ont aussi mené une opération parallèle. «Il y a quelques jours, Mustapha Ould Chafii, s’est rendu à Alger», assure un cadre des renseignements. Ce Mauritanien, conseiller du président burkinabé Blaise Compaoré, est aussi un homme d’affaires, «déjà sollicité lors des pourparlers précédents pour la libération d’otages au Mali».

Toujours d’après les services de renseignements algériens, le chef terroriste Abou Zeid, responsable de l’enlèvement des otages français, a été tué en mars dernier lors d’une opération pour libérer les otages, qui visait précisément son groupe, la katiba Tariq Ibn Zyad. Les négociations ont été menées par son successeur, l’Algérien Saïd Abou Moughatil, et le Tunisien Abou Mohamed, un cadre du groupe, qui maîtrise plusieurs langues et auquel Abou Zeid avait souvent recours lors des négociations.

La source du journal précise enfin que les quatre otages français ont été libérés en contrepartie de prisonniers islamistes au Mali. Le journal français Le Monde a révélé, lui, que la France a payé une rançon de 20 millions d’Euros. »( Fin de citation ).
– See more at: http://www.algerie-focus.com/blog/2013/10/le-role-de-lalgerie-dans-la-liberation-des-otages-francais/#sthash.f6cyGkTU.dpuf

Qui dit vrai ??? Qui dit faux ??? Ou…à moitié juste ???

Quoi qu’il en soit l’important n’est pas de savoir si « Zigounette » doit tirer un bénéfice quelconque de cette libération. L’important c’est qu’ils soient libres, car en trente sept mois de captivité dans un désert que je connais bien, ils ont dû en baver, comme on dit dans l’armée.

Les Français ne sont pas les seuls à avoir libéré leurs otages du Nord du Niger. Les tractations se sont déroulées avec l’appui des Qataris et, même, de l’Algérie.

Le journal El Watan a annoncé, sur son site Internet, que les services Algériens ont été mis à contribution lors des négociations pour la libération des otages français. Les journalistes d’El Watan écrivant en effet qu’«il y a deux mois, les Qataris, qui entretiennent de bonnes relations avec les mouvements salafistes en Syrie et en Libye, sont intervenus à la demande des Français, et sont entrés en contact avec des cadres d’Ansar Eddine, affirme une source sécuritaire algérienne. Pour montrer leur bonne volonté, les autorités maliennes ont arrêté leurs recherches contre 20 combattants d’Ansar Eddine.» Cette décision a été interprétée comme un premier pas pour le chef du mouvement, Iyad Ag Ghaly, ancien leader de la rébellion touareg, qui a donc mobilisé ses réseaux, très importants dans tout le nord du Mali.

Pendant ce temps, ajoute la même source, les Algériens, qui voient toujours d’un mauvais œil l’intrusion du Qatar dans les affaires maghrébines, ont aussi mené une opération parallèle. «Il y a quelques jours, Mustapha Ould Chafii, s’est rendu à Alger», assure un cadre des renseignements. Ce Mauritanien, conseiller du président burkinabé Blaise Compaoré, est aussi un homme d’affaires, «déjà sollicité lors des pourparlers précédents pour la libération d’otages au Mali».

Toujours d’après les services de renseignements algériens, le chef terroriste Abou Zeid, responsable de l’enlèvement des otages français, a été tué en mars dernier lors d’une opération pour libérer les otages, qui visait précisément son groupe, la katiba Tariq Ibn Zyad. Les négociations ont été menées par son successeur, l’Algérien Saïd Abou Moughatil, et le Tunisien Abou Mohamed, un cadre du groupe, qui maîtrise plusieurs langues et auquel Abou Zeid avait souvent recours lors des négociations.

La source du journal précise enfin que les quatre otages français ont été libérés en contrepartie de prisonniers islamistes au Mali. Le journal français Le Monde a révélé, lui, que la France a payé une rançon de 20 millions d’Euros.

– See more at: http://www.algerie-focus.com/blog/2013/10/le-role-de-lalgerie-dans-la-liberation-des-otages-francais/#sthash.f6cyGkTU.dpuf

Les Français ne sont pas les seuls à avoir libéré leurs otages du Nord du Niger. Les tractations se sont déroulées avec l’appui des Qataris et, même, de l’Algérie.

Le journal El Watan a annoncé, sur son site Internet, que les services Algériens ont été mis à contribution lors des négociations pour la libération des otages français. Les journalistes d’El Watan écrivant en effet qu’«il y a deux mois, les Qataris, qui entretiennent de bonnes relations avec les mouvements salafistes en Syrie et en Libye, sont intervenus à la demande des Français, et sont entrés en contact avec des cadres d’Ansar Eddine, affirme une source sécuritaire algérienne. Pour montrer leur bonne volonté, les autorités maliennes ont arrêté leurs recherches contre 20 combattants d’Ansar Eddine.» Cette décision a été interprétée comme un premier pas pour le chef du mouvement, Iyad Ag Ghaly, ancien leader de la rébellion touareg, qui a donc mobilisé ses réseaux, très importants dans tout le nord du Mali.

Pendant ce temps, ajoute la même source, les Algériens, qui voient toujours d’un mauvais œil l’intrusion du Qatar dans les affaires maghrébines, ont aussi mené une opération parallèle. «Il y a quelques jours, Mustapha Ould Chafii, s’est rendu à Alger», assure un cadre des renseignements. Ce Mauritanien, conseiller du président burkinabé Blaise Compaoré, est aussi un homme d’affaires, «déjà sollicité lors des pourparlers précédents pour la libération d’otages au Mali».

Toujours d’après les services de renseignements algériens, le chef terroriste Abou Zeid, responsable de l’enlèvement des otages français, a été tué en mars dernier lors d’une opération pour libérer les otages, qui visait précisément son groupe, la katiba Tariq Ibn Zyad. Les négociations ont été menées par son successeur, l’Algérien Saïd Abou Moughatil, et le Tunisien Abou Mohamed, un cadre du groupe, qui maîtrise plusieurs langues et auquel Abou Zeid avait souvent recours lors des négociations.

La source du journal précise enfin que les quatre otages français ont été libérés en contrepartie de prisonniers islamistes au Mali. Le journal français Le Monde a révélé, lui, que la France a payé une rançon de 20 millions d’Euros.

– See more at: http://www.algerie-focus.com/blog/2013/10/le-role-de-lalgerie-dans-la-liberation-des-otages-francais/?utm_source=Alg%C3%A9rie+Focus&utm_campaign=3282bfb8dd-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_1414bacf27-3282bfb8dd-28094085&ct=t(RSS_EMAIL_CAMPAIGN)&goal=0_1414bacf27-3282bfb8dd-28094085#sthash.ADhzO7WL.dpuf

Les Français ne sont pas les seuls à avoir libéré leurs otages du Nord du Niger. Les tractations se sont déroulées avec l’appui des Qataris et, même, de l’Algérie.

Le journal El Watan a annoncé, sur son site Internet, que les services Algériens ont été mis à contribution lors des négociations pour la libération des otages français. Les journalistes d’El Watan écrivant en effet qu’«il y a deux mois, les Qataris, qui entretiennent de bonnes relations avec les mouvements salafistes en Syrie et en Libye, sont intervenus à la demande des Français, et sont entrés en contact avec des cadres d’Ansar Eddine, affirme une source sécuritaire algérienne. Pour montrer leur bonne volonté, les autorités maliennes ont arrêté leurs recherches contre 20 combattants d’Ansar Eddine.» Cette décision a été interprétée comme un premier pas pour le chef du mouvement, Iyad Ag Ghaly, ancien leader de la rébellion touareg, qui a donc mobilisé ses réseaux, très importants dans tout le nord du Mali.

Pendant ce temps, ajoute la même source, les Algériens, qui voient toujours d’un mauvais œil l’intrusion du Qatar dans les affaires maghrébines, ont aussi mené une opération parallèle. «Il y a quelques jours, Mustapha Ould Chafii, s’est rendu à Alger», assure un cadre des renseignements. Ce Mauritanien, conseiller du président burkinabé Blaise Compaoré, est aussi un homme d’affaires, «déjà sollicité lors des pourparlers précédents pour la libération d’otages au Mali».

Toujours d’après les services de renseignements algériens, le chef terroriste Abou Zeid, responsable de l’enlèvement des otages français, a été tué en mars dernier lors d’une opération pour libérer les otages, qui visait précisément son groupe, la katiba Tariq Ibn Zyad. Les négociations ont été menées par son successeur, l’Algérien Saïd Abou Moughatil, et le Tunisien Abou Mohamed, un cadre du groupe, qui maîtrise plusieurs langues et auquel Abou Zeid avait souvent recours lors des négociations.

La source du journal précise enfin que les quatre otages français ont été libérés en contrepartie de prisonniers islamistes au Mali. Le journal français Le Monde a révélé, lui, que la France a payé une rançon de 20 millions d’Euros.

– See more at: http://www.algerie-focus.com/blog/2013/10/le-role-de-lalgerie-dans-la-liberation-des-otages-francais/?utm_source=Alg%C3%A9rie+Focus&utm_campaign=3282bfb8dd-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_1414bacf27-3282bfb8dd-28094085&ct=t(RSS_EMAIL_CAMPAIGN)&goal=0_1414bacf27-3282bfb8dd-28094085#sthash.ADhzO7WL.dpuf

Les Français ne sont pas les seuls à avoir libéré leurs otages du Nord du Niger. Les tractations se sont déroulées avec l’appui des Qataris et, même, de l’Algérie.

Le journal El Watan a annoncé, sur son site Internet, que les services Algériens ont été mis à contribution lors des négociations pour la libération des otages français. Les journalistes d’El Watan écrivant en effet qu’«il y a deux mois, les Qataris, qui entretiennent de bonnes relations avec les mouvements salafistes en Syrie et en Libye, sont intervenus à la demande des Français, et sont entrés en contact avec des cadres d’Ansar Eddine, affirme une source sécuritaire algérienne. Pour montrer leur bonne volonté, les autorités maliennes ont arrêté leurs recherches contre 20 combattants d’Ansar Eddine.» Cette décision a été interprétée comme un premier pas pour le chef du mouvement, Iyad Ag Ghaly, ancien leader de la rébellion touareg, qui a donc mobilisé ses réseaux, très importants dans tout le nord du Mali.

Pendant ce temps, ajoute la même source, les Algériens, qui voient toujours d’un mauvais œil l’intrusion du Qatar dans les affaires maghrébines, ont aussi mené une opération parallèle. «Il y a quelques jours, Mustapha Ould Chafii, s’est rendu à Alger», assure un cadre des renseignements. Ce Mauritanien, conseiller du président burkinabé Blaise Compaoré, est aussi un homme d’affaires, «déjà sollicité lors des pourparlers précédents pour la libération d’otages au Mali».

Toujours d’après les services de renseignements algériens, le chef terroriste Abou Zeid, responsable de l’enlèvement des otages français, a été tué en mars dernier lors d’une opération pour libérer les otages, qui visait précisément son groupe, la katiba Tariq Ibn Zyad. Les négociations ont été menées par son successeur, l’Algérien Saïd Abou Moughatil, et le Tunisien Abou Mohamed, un cadre du groupe, qui maîtrise plusieurs langues et auquel Abou Zeid avait souvent recours lors des négociations.

La source du journal précise enfin que les quatre otages français ont été libérés en contrepartie de prisonniers islamistes au Mali. Le journal français Le Monde a révélé, lui, que la France a payé une rançon de 20 millions d’Euros.

– See more at: http://www.algerie-focus.com/blog/2013/10/le-role-de-lalgerie-dans-la-liberation-des-otages-francais/?utm_source=Alg%C3%A9rie+Focus&utm_campaign=3282bfb8dd-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_1414bacf27-3282bfb8dd-28094085&ct=t(RSS_EMAIL_CAMPAIGN)&goal=0_1414bacf27-3282bfb8dd-28094085#sthash.ADhzO7WL.dpuf

Les Français ne sont pas les seuls à avoir libéré leurs otages du Nord du Niger. Les tractations se sont déroulées avec l’appui des Qataris et, même, de l’Algérie.

Le journal El Watan a annoncé, sur son site Internet, que les services Algériens ont été mis à contribution lors des négociations pour la libération des otages français. Les journalistes d’El Watan écrivant en effet qu’«il y a deux mois, les Qataris, qui entretiennent de bonnes relations avec les mouvements salafistes en Syrie et en Libye, sont intervenus à la demande des Français, et sont entrés en contact avec des cadres d’Ansar Eddine, affirme une source sécuritaire algérienne. Pour montrer leur bonne volonté, les autorités maliennes ont arrêté leurs recherches contre 20 combattants d’Ansar Eddine.» Cette décision a été interprétée comme un premier pas pour le chef du mouvement, Iyad Ag Ghaly, ancien leader de la rébellion touareg, qui a donc mobilisé ses réseaux, très importants dans tout le nord du Mali.

Pendant ce temps, ajoute la même source, les Algériens, qui voient toujours d’un mauvais œil l’intrusion du Qatar dans les affaires maghrébines, ont aussi mené une opération parallèle. «Il y a quelques jours, Mustapha Ould Chafii, s’est rendu à Alger», assure un cadre des renseignements. Ce Mauritanien, conseiller du président burkinabé Blaise Compaoré, est aussi un homme d’affaires, «déjà sollicité lors des pourparlers précédents pour la libération d’otages au Mali».

Toujours d’après les services de renseignements algériens, le chef terroriste Abou Zeid, responsable de l’enlèvement des otages français, a été tué en mars dernier lors d’une opération pour libérer les otages, qui visait précisément son groupe, la katiba Tariq Ibn Zyad. Les négociations ont été menées par son successeur, l’Algérien Saïd Abou Moughatil, et le Tunisien Abou Mohamed, un cadre du groupe, qui maîtrise plusieurs langues et auquel Abou Zeid avait souvent recours lors des négociations.

La source du journal précise enfin que les quatre otages français ont été libérés en contrepartie de prisonniers islamistes au Mali. Le journal français Le Monde a révélé, lui, que la France a payé une rançon de 20 millions d’Euros.

– See more at: http://www.algerie-focus.com/blog/2013/10/le-role-de-lalgerie-dans-la-liberation-des-otages-francais/?utm_source=Alg%C3%A9rie+Focus&utm_campaign=3282bfb8dd-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_1414bacf27-3282bfb8dd-28094085&ct=t(RSS_EMAIL_CAMPAIGN)&goal=0_1414bacf27-3282bfb8dd-28094085#sthash.ADhzO7WL.dpuf

Les Français ne sont pas les seuls à avoir libéré leurs otages du Nord du Niger. Les tractations se sont déroulées avec l’appui des Qataris et, même, de l’Algérie.

Le journal El Watan a annoncé, sur son site Internet, que les services Algériens ont été mis à contribution lors des négociations pour la libération des otages français. Les journalistes d’El Watan écrivant en effet qu’«il y a deux mois, les Qataris, qui entretiennent de bonnes relations avec les mouvements salafistes en Syrie et en Libye, sont intervenus à la demande des Français, et sont entrés en contact avec des cadres d’Ansar Eddine, affirme une source sécuritaire algérienne. Pour montrer leur bonne volonté, les autorités maliennes ont arrêté leurs recherches contre 20 combattants d’Ansar Eddine.» Cette décision a été interprétée comme un premier pas pour le chef du mouvement, Iyad Ag Ghaly, ancien leader de la rébellion touareg, qui a donc mobilisé ses réseaux, très importants dans tout le nord du Mali.

Pendant ce temps, ajoute la même source, les Algériens, qui voient toujours d’un mauvais œil l’intrusion du Qatar dans les affaires maghrébines, ont aussi mené une opération parallèle. «Il y a quelques jours, Mustapha Ould Chafii, s’est rendu à Alger», assure un cadre des renseignements. Ce Mauritanien, conseiller du président burkinabé Blaise Compaoré, est aussi un homme d’affaires, «déjà sollicité lors des pourparlers précédents pour la libération d’otages au Mali».

Toujours d’après les services de renseignements algériens, le chef terroriste Abou Zeid, responsable de l’enlèvement des otages français, a été tué en mars dernier lors d’une opération pour libérer les otages, qui visait précisément son groupe, la katiba Tariq Ibn Zyad. Les négociations ont été menées par son successeur, l’Algérien Saïd Abou Moughatil, et le Tunisien Abou Mohamed, un cadre du groupe, qui maîtrise plusieurs langues et auquel Abou Zeid avait souvent recours lors des négociations.

La source du journal précise enfin que les quatre otages français ont été libérés en contrepartie de prisonniers islamistes au Mali. Le journal français Le Monde a révélé, lui, que la France a payé une rançon de 20 millions d’Euros.

– See more at: http://www.algerie-focus.com/blog/2013/10/le-role-de-lalgerie-dans-la-liberation-des-otages-francais/?utm_source=Alg%C3%A9rie+Focus&utm_campaign=3282bfb8dd-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_1414bacf27-3282bfb8dd-28094085&ct=t(RSS_EMAIL_CAMPAIGN)&goal=0_1414bacf27-3282bfb8dd-28094085#sthash.ADhzO7WL.dpuf

4 réflexions au sujet de « Otages. L’omission ??? »

  1. @Cooldom : une fois de plus d’accord avec vous. Mais l’important n’est pas de savoir comment les Services Secrets français s’y sont pris pour libérer ces malheureux otages, ni de savoir quel bénéfice politique Hollande peut en retirer juste pour permettre à quelques journaleux de vendre leur papier… L’important c’est qu’ils soient libres, qu’ils puissent malgré cette dure épreuve, retrouver rapidement une vie normale, entourés de leurs familles.

    J'aime

  2. Bonjour,
    Voyez-vous, en ce qui me concerne, je me doutais bien que les « petits » français que nous sommes, n’ont pas pu libérer seuls des otages de 37 mois ! Maintenant que les algériens et/ou les qataris y ont participé, cela ne m’intéresse pas du tout, car comme vous l’avez dit si justement, 37 mois de captivité dans un désert (certes, que je ne connais pas) n’ont pas dû de tout repos ! Je suis content qu’ils soient libres et qu’ils aient pu ENFIN retrouver leurs familles respectives. Noel aura une saveur toute particulière pour eux… loin de toutes les considérations commerciales dont on nous matraque dés le mois d’octobre. 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.