La crise. Quelle crise ???


crise

La France fait face à l’une des crises les plus graves de toutes celles qu’elle a dû affronter depuis la fin de la dernière guerre.

Evidemment, cette affirmation renvoie, à première vue, et c’est normal, à la sévère crise mondiale, qui a frappé les économies de la plupart des nations occidentales.

Et pourtant, ce n’est pas l’objet de mon propos.

La crise à laquelle je me réfère, n’est pas la crise profonde, structurelle, qui sanctionne le déclin de l’économie française.

Cette crise là devient, en fait, jour après jour, le révélateur d’une crise bien plus grave qui génère un handicap redoutable pour affronter l’avenir, et construire le futur de nos enfants.

La vraie crise, celle qui empêche la France de faire face à l’autre crise, est une crise morale engendrée par l’affaiblissement des valeurs sur lesquelles un peuple peut se rassembler, et qui ronge une société française dont la plupart des repères traditionnels ont été érodés, et pour certains, détruits à jamais.

Les causes en sont multiples.

Tout se passe comme si les transformations en profondeur que subit la société française depuis la fin de la dernière guerre avaient entamé la solidité de ce vieux peuple qui en a tant vu, et dont l’Histoire, si riche mais également si souvent marquée par des moments tragiques a été faite de périodes de déclin, puis de rebondissements.

Les défaites que la France a connues, sous Napoléon Bonaparte, puis en 1870 sous Napoléon III, puis les batailles sanglantes qu’elle a dû affronter entre 1914 et 1918, la défaite de 1940, même si elle a été suivie d’un rebond et d’une participation à la victoire en 1945, les guerres « post-coloniales », tous ces évènements ont provoqué des saignées dans ce peuple réputé batailleur, qui a perdu sur les champs de bataille, les meilleurs des siens.

Son moral en a sans doute été profondément affecté.

Car la France n’a plus de « héros », de « gagneurs », de symboles, dans les quels elle peut encore se reconnaître, auxquels elle peut s’identifier, et dans l’exemple desquels elle peut se ressourcer. Elle est ébranlée dans ses certitudes passées par le martèlement d’un discours culpabilisateur, et dévalorisant.

L’Histoire de France, qui dès l’école primaire, fabriquait dans l’imaginaire national une sorte de « légende » que dès l’enfance, chaque Français pouvait s’approprier est devenue un élément de discorde entre ceux qui, – récemment devenus Français – , considèrent que cette Histoire n’est pas la leur, et ceux, parmi les Français – même parmi les enfants et petits enfants d’immigrés – qui restent attaché à cet « imaginaire »qui alimentait jusqu’ici un ferment de « patriotisme ».

Le succès de la Bande Dessinée d’Astérix sorti récemment en témoigne.

Mais les polémiques, parfois virulentes, qui ont accompagné la sortie récente d’un nouvel ouvrage de Lorant Deutsch, -« Hexagone »-, en témoignent aussi.

Parmi les nombreux articles critiques de cet auteur qui raconte, avec un indéniable talent une Histoire factuelle et romancée de quelques hauts-lieux de notre pays, a donné lieu, on peut lire celui-ci sur le site de « Médiapart« :

« Après une première éditoriale remarquée (Métronome et ses déclinaisons ont été vendus à plus de 2 millions d’exemplaires ; France 5 en a fait une adaptation télévisée), Lorànt Deutsch revient avec un nouvel ouvrage à prétention historique, cette fois à l’échelle nationale, intitulé Hexagone. Des historiens ont déjà souligné que cette nouvelle publication pose globalement les mêmes questions que celles relevées dans Métronome : outre d’importantes erreurs factuelles, Lorànt Deutsch s’inscrit pleinement dans un courant qui réhabilite un « roman national », que l’on peut définir comme un récit à la gloire de la nation, identifiée à travers des dates-clés et des « grands hommes », et dont le but est de susciter l’adhésion d’une population. »( Extrait ).

On aurait envie de répondre : «  un « roman national », que l’on peut définir comme un récit à la gloire de la nation », et pourquoi pas ???

Cette appréciation critique de « Médiapart » doit tenir compte, certes, du fait qu’il s’agit d’ un média inspiré par un groupuscule de vieux « trotskystes », dont Edwy Plenel représente le chef de file et le stéréotype.

Fortement marqué par les idées d’une extrême gauche française qui puise son inspiration dans des auteurs qui prêchent sans désemparer, la « révolution permanente », (« trotskyste un jour, trotskyste toujours »), et qui s’opposent, au nom d’une forme d’anarchisme universaliste, à tout éloge de la Nation….

Mais la critique citée ci-dessus, à titre d’exemple, reflète assez bien ce courant d’opinion qui alimente une conception « sans-frontièriste » de la France, pour reprendre l’expression d’un Jean-Pierre Chevènement, pour qui le « sans-papièrisme »est une idéologie soutenue par de nombreux relais, qui tendent à développer l’idée que « La France n’appartient plus aux Français »puisqu’elle n’appartient qu’à ceux qui ont décider de s’y établir, et que  l’Histoire même de cette France « ouverte à tous », doit s’expurger et renoncer à sa « légende »pour ne pas « déranger » la mémoire de ceux qu’elle a accueilli….

Ce discrédit qui affecte désormais ce que des historiens ont mis des siècles à tricoter pour en faire ce « roman national » aujourd’hui si contesté, est aggravé par les réactions d’une immigration toute récente, d’essence totalement différente de celle que la France a si bien su assimiler, au point que des enfants ou petits enfant d’immigrés soient devenus « plus Français que des Français ».

« Jusqu’ici, les immigrants espagnols, portugais, italiens ou polonais s’adaptaient sinon spontanément aux coutumes du pays d’accueil, mais du moins étaient invités à le faire ; désormais, c’est aux Français pourtant attachés à une tradition culturelle séculaire, de modifier leurs habitudes pour permettre aux personnes accueillies de maintenir leurs traditions exogènes. »

Les « nouveaux arrivants », non contents de contester l’Histoire même de notre pays, en rejettent la culture, les traditions et même la langue, si belle qu’elle a conquis des intelligences de toutes origines, et qu’elle remplace peu à peu par un « charabia »vulgaire devant lequel se pâment les nouveaux « zintellectuels »….

Ce sont ces manifestations qui provoquent et alimentent le malaise identitaire, qui se manifeste de plus en plus, et qui est aggravé par le fait que le personnel politique a jusqu’ici refusé de prendre en compte ce malaise, en l’attribuant à des « fantasmes » ou à un « désir de repli sur soi », ce qui permet d’éviter d’en analyser les causes.

A cet élément de décomposition de ce qui fondait jusqu’ici l’unité nationale, s’ajoutent les fractures provoquées par l’affrontement idéologique, entre ceux qui se comportent comme les héritiers du mouvement libertaire issu de l’agitation de Mai 1968, et qui veulent imposer à ceux qui ont toujours conservé quelque distance avec l’idéologie laxiste qui s’est répandue depuis,  des bouleversements inimaginables, il y a encore peu de temps, sur le plan sociétal et sur le plan des moeurs.

Ceux qui pensaient pouvoir imposer des modifications profondes dans ce qui régissait jusqu’ici notre mode de « vivre ensemble », ont été surpris par la profondeur du mouvement, et parfois la violence de ceux qui refusent de sacrifier sur l’autel d’une prétendue « modernité », des valeurs auxquels ils sont intimement attachés.

Du coup, le peuple français, – ou du moins une fraction de moins en moins négligeable de ce peuple -, soumis à un matraquage permanent qui porte atteinte, non seulement à l’image qu’il a acquis de la France et à laquelle il reste attaché, mais à des éléments constitutifs de son identité propre, se rebiffe ; on le dit au bord d’une révolte dont les signes précurseurs se multiplient.

Ainsi, la crise économique, avec ses gravissimes conséquences sociales, devient le révélateur d’un fossé grandissant qui sépare en deux le peuple français.

Le malaise est aggravé par le sentiment qui s’est répandu, dans une partie du peuple, que ses dirigeants ne sont plus capables de relayer, ni de remédier à ses angoisses.

L’autisme qui semble caractériser l’attitude de ces dirigeants, est considéré comme une forme de lâcheté, une démission par faiblesse,ou par carriérisme.

En outre, ce manque de courage favorise le discours des « extrêmes », qui non seulement dénoncent cet aveuglement, mais pointent, jour après jour, les conséquences du « déni de réalité » qui s’est emparé d’une partie d’une classe politique qui rechigne de plus en plus à « appeler un chat, un chat », car elle redoute les anathèmes de quelques ayatollahs tout puissants sur l’opinion…..

La crise, évoquée ici, est la conséquence du manque de courage, de la lâcheté d’une génération de politiciens, en majorité issue de la « génération 68 ».

Elle suscite la défiance du peuple vis à vis de ses dirigeants, et alimente une forme de désespérance, qui est devenue la caractéristique du peuple français qui pourtant mérite mieux que cela.

Mais le pire à craindre, dans tout cela, c’est que les Français finissent par aimer de moins en moins une France où ils ne se sentent plus chez eux….Certains s’accrochent encore à l’idée qu’ils pourront résister à la tentation de tout plaquer. On les entend, ici où là, chanter « on est chez nous !!! on est chez nous !!! », un chant qui ressemble à un cri désespéré.

Ce n’est pas un hasard si l’Espagne, qui après une sévère période d’austérité, perçoit les premiers signes d’une sortie de crise, voit arriver autant de Français qui viennent ici pour investir avec le désir de s’y établir pour fuir le double sentiment d’oppression et dépossession qui s’étend sur une France déboussolée.Ce ne sont pas des exilés fiscaux, mais des Français en situation de rupture avec le pays auquel ils sont pourtant viscéralement attachés.

10 réflexions au sujet de « La crise. Quelle crise ??? »

  1. berdepas Auteur de l’article

    @Jean-Pierre: Rien à ajouter à votre commentaire, si ce n’est qu’il est triste de constater que ceux qui étaient prêts à brader l’Algérie, sont aujourd’hui, au nom des mêmes fantasmes idéologiques, prêt à « brader la France »…..

    J'aime

  2. Jean Pierre

    Mr Berdepas,
    Je partage une fois de plus votre argumentation. J’avoue également que les commentaires de « Cooldom83 » ne m’ont pas laissés indifférents. J’ajoute à tout cela que ce qui nuit en France c’est la politique ou plutôt la manière d’en faire. Si faire de la politique c’est avant tout de diviser les citoyens pour en faire une clientèle électorale je trouve que c’est néfaste. Entre autres les conseils que livre le think thank Terra Nova que vous citiez récemment dans l’un vos billet reflète mes propos. J’ai été outré de constater à partir de la page 28
    https://berdepas.files.wordpress.com/2013/10/rapport-terra-nova-stratc3a9gie-c3a9lectorale.pdf
    du rapport les conseils qui sont prodigués à notre clique politique actuelle. Ce n’est pas étonnant que l’on rencontre par la suite des défaitistes niant l’histoire de France et des optimistes, résistants déboussolés par ce matraquage. Que l’on soit de droite ou de gauche nous n’avons pas avoir honte du pays qui nous a accueilli en 1962. .

    J'aime

  3. Cooldom83

    @Berdepas : j’espère que la digestion du petit-déjeuner a été bonne malgré mon réquisitoire ! 😉
    Je n’ai rien à rajouter mis à part qu’il est encore heureux que des français bossent et ont encore la foi en leur pays sinon nous serions plus bas que terre.
    Voyez-vous, j’ai un projet de création d’entreprise et je valide vos propos : qu’il est compliqué d’être entrepreneur en France et le plus fort, c’est qu’avant même d’avoir encaissé le moindre cents d’€ de chiffre d’affaire, d’ailleurs même avant d’avoir démarré l’activité : il faut payer ! Heureusement que mon ambition est plus forte que ma motivation …
    Et le jour où j’aurai les moyens financiers et qu’il sera l’heure d’embaucher, ce sera un stress énorme pour moi : entre la masse de fainéants qui rêvent d’un boulot payé à « glander », les syndiqués et la difficulté de licencier, comment voulez-vous que le pays redémarre une croissance ? C’est à se demander si le meilleur choix stratégique n’est pas de se limiter à créer son emploi et sa rémunération pour dire aux autres : « tu veux gagner du pognon ? ben bosse ! tu veux gagner beaucoup d’argent ? ben bosse en acceptant les responsabilités et surtout les réprimandes ! »
    Sévère ? moi ? à peine, un peu ! 🙂
    J’ai hâte de commenter votre prochain article … hé hé hé …

    J'aime

  4. berdepas Auteur de l’article

    Ouaaahh !!! Quel réquisitoire !!! Je venais juste de prendre mon « petit »-déjeuner !!!
    Mais je plaisante. C’est hélas vrai ce que vous écrivez. Ce qui caractérise le comportement de beaucoup de nos compatriotes, c’est « l’irresponsabilité », la légèreté, le goût pour le « bien-vivre » mais en évitant d’avoir à fournir les efforts nécessaires pour le mériter. Il ne faut certes pas généraliser. Mais à leur décharge, ils ont sous les yeux ce qui se passe à la tête du pays: l’irresponsabilité est devenue la règle. Tout est de la faute » des autres »: la faute de Sarkozy, de l’Europe, de l’Allemagne, de la mondialisation,etc…Des décisions gouvernementales prises à la légère, sans réflexion, sans tenter de mesurer les conséquences avant de les mettre en oeuvre, des décisions inspirées par de pures motivations idéologiques. Des Ministres qui s’accrochent à leur ministère, juste pour profiter des avantages de leur fonction: palais de la République, Majordomes, voitures avec chauffeurs, appartements de fonction, comme au temps des « privilèges » prétendument abolis par la Révolution.
    L’exemple de l’irresponsabilité vient d’en haut.
    Tout cela est démotivant, pour ceux des Français, car il y en a, qui bossent toute leur vie, et qui se sentent frustrés du fruit de leur travail par un Etat prédateur.
    Le moral des Français n’a jamais été aussi bas. Et nous ne sortirons pas de « la crise », sans surmonter la vraie crise qui plombe la France: la crise morale.

    J'aime

  5. Cooldom83

    @Berdepas :
    Je suis tout à fait d’accord avec vous.
    En France, on profite (pour ne pas dire « abuser ») des bienfaits tant que le gouvernement ne décide de mettre des freins : on a abusé des excès de vitesse pendant des années, maintenant nous avons des radars de partout, par exemple ! et des exemples, on en trouve dans la vie de tous les jours … Nous refusons de payer pour la Sécu, alors nous devons nous attendre à subir des mesures radicales comme en Allemagne : déremboursement d’un très grand nombre de médicament et forte réduction de la part Sécu … Là aussi, il suffirait que les français n’abusent pas du système de santé pour se rendre chez le médecin pour le moindre petit bobo … Je vais être critique et méchant : je trouve que les français sont des « petits kikis » car dés qu’ils en ont l’opportunité, ils rejettent la responsabilité sur l’Autre ! C’est une mentalité puérile et digne de fainéants du cerveau. De toute façon, en France, nous sommes incapables d’une auto-discipline et d’une réflexion basée sur la Raison ! Alors, pas de raison d’être surpris …
    Et alors, ne parlons pas de l’ambition des français … bouuuuuh … on pourrait aussi en écrire des lignes à ce sujet. Il y a quelques temps, j’ai suivi l’interview d’un multi-milliardaire à la télé et ce monsieur (je ne me souviens pas de son nom), m’a mis une claque ! il a dit : « je n’aime pas les français, je n’aime pas travailler avec eux car ils voient tout en tout petit … par exemple, regardez leurs expressions : « on se fait un p’tit resto ? » ou « je t’offre un p’tit café ? » … pourquoi « petit » ? »
    Croyez-moi, depuis ce jour, le mot « petit » est quasiment rayé de mon vocabulaire. 🙂
    Bonne journée.

    J'aime

  6. berdepas Auteur de l’article

    @Coldom: Merci pour ce commentaire.
    Petit-fils d’immigré, moi-même, élevé dans le respect et l’amour de la France,de son Histoire, de sa culture, je constate, avec tristesse que les Français n’aiment plus leur pays, parce qu’ils sentent qu’à force de « faire la cour » à la diversité et au « multiculturalimse », il est en train de perdre son âme.
    Ce pays est tiré vers le bas par des immigrés qui n’ont d’autre attirance envers la France que pour son hospitalité et pour les libertés qu’elle leur assure et dont ils abusent trop souvent, et pour son « modèle d’assistance sociale » qui est en train de la ruiner.
    La lâcheté coupable de ceux qui au nom d’une tolérance de plus en plus comparable à de la faiblesse et à du manque de courage, a fragilisé ce beau pays au point de le rendre vulnérable et de menacer son avenir.
    Quand au Front National, je suis très loin d’approuver son programme, notamment sur ses aspects économiques. Mais je comprends les motivations de ceux qui voient dans ce Parti un recours contre le manque de courage d’une classe politique arriviste et médiocre.

    J'aime

  7. Cooldom83

    Bonjour,
    Je suis d’autant plus d’accord avec vous qu’étant fils d’immigré, je me retrouve dans vos propos.
    Mes parents nous ont appris (à mon frère et mes soeurs) que nous devons vivre en respectant la culture, l’histoire et les lois du pays qui nous a accueilli. A aucun moment, ils nous ont dit de renier nos origines ! je tiens à le préciser. Aujourd’hui encore, mes parents vieillissent mal car ils voient la France décliner exponentiellement et craignent pour l’avenir de leurs enfants et petits-enfants : la France n’est plus ce beau pays qu’ils ont connu en 1974 et qui leur a tant plu.
    Notre pays a réellement besoin de se poser la question de l’identité nationale et ne pas accepter que les immigrés imposent leurs lois, cultures et histoires respectives et ce, quelque soit leurs origines. Attention, qu’on soit bien clair, je n’appelle pas au vote extrême droite, très très très loin de moi cette idée … Je pense seulement qu’il devient urgent de trouver une solution et j’aimerais tant que les français en soient conscients et réagissent vite, très vite !
    Merci de m’avoir lu.
    Cordialement.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s