Léonarda.


imagesPrenons un peu de recul par rapport à cette lamentable affaire.

L’expulsion d’une gamine dont la famille a épuisé toutes les voies de recours pour tenter de demeurer en France, en vivant aux crochets de la société française, sert de révélateur de l’état dans lequel ce Président, apôtre du « mi-chèvre, mi-chou »a plongé la France.

Sa tentative de « ménager la chèvre et le chou » s’est révélée sans succès, d’ailleurs, puisque la réponse de la gamine, à sa proposition de revenir, seule, en France, lui a été renvoyée sèchement dans les dents: au micro de TF1, elle précise qu’elle n’a pas envie « d’être en foyer parce que je suis bien là, avec ma mère, avec mes parents, je suis bien, j’ai pas envie de quitter ma famille, je suis bien avec eux et un jour ou l’autre je rentre en France et après c’est moi qui vais faire la loi ».

La France est désormais coupée en deux.

Il y a d’un côté, ceux pour qui le respect des Lois, et celui des décisions judiciaires font partie des fondements de la République et de l’autre, ceux qui aux noms de « valeurs » qu’ils se sont inventées ( ils en inventent une par jour !!!) sont prêts à accepter des « accommodements » avec la Loi.

Il y a d’un côté des citoyens français qui au moindre écart sont sanctionnés par la Loi et par les Tribunaux, et de l’autre, des « visiteurs »qui peuvent s’installer et vivre en France, en-dehors des Lois et en profitant de l’indulgence et des largesses d’un pays qui, bien que ruiné, continue à offrir au tout-venant, une protection sociale inaccessible aux plus « démunis » des Français.

Il y a d’un côté ceux qui pensent que tout pays a le droit de choisir ceux auxquels il est prêt à accorder son hospitalité, considérant que cela fait partie des éléments constitutifs de sa souveraineté. De l’autre, il y a ceux qui, obéissant à une « idéologie » du « sans-papiérisme » et du « sans-frontièrisme » ( pour reprendre les expressions de l’ancien Ministre socialiste Jean-Pierre Chevènement ) sont prêts à accueillir « toute la misère du Monde » ( expression d’un ancien Premier Ministre socialiste ), à condition que ce soit avec l’argent des autres….

A l’occasion de cette « affaire », les « valeurs de la République » ont été mises à toutes les sauces…..

Elles sont devenues un bouclier, un prétexte, une excuse à des actes qui, pourtant, mettent en péril l’existence même de l’ordre républicain.

Un ordre de moins en moins supporté par ceux qui ont sombré, au fil des années, dans une sorte d’anarchisme universaliste, au nom duquel les Lois et la Justice doivent être instrumentalisées pour favoriser l’émergence d’un « désordre nouveau »préalable à l’émergence d’un « ordre révolutionnaire ».

Cette dérive d’une partie de la Nation française n’est pas nouvelle. Elle réapparaît chaque fois que le pays traverse des périodes difficiles.

Nous avons toujours eu, en France des « zintellectuels » favorables à ces courants de pensée.

Leur influence ne se cantonne pas à quelques cercles étroits qui prolifèrent chez les « bobos-gauchos »épris des élucubrations de Pierre Bourdieu : elle se répand dans la Fonction Publique, et notamment parmi le monde des Enseignants, celui de la Justice, et surtout dans la nébuleuse des « Associations » qui vivent aux crochets des contribuables, et qui, au nom d’un angélisme suspect, – et d’une générosité subventionnée par ceux qui paient leurs impôts -, sont prêts à tout pour favoriser tout ce qui peut éroder le corpus sur lequel se fonde l’unité nationale.

C’est dans ce magma que l’on rencontre les chantres du « multiculturalisme », de la « diversité », les obsédés du « métissage »et pas seulement du « métissage culturel », les adversaires de toute notion d’identité française, les partisans d’une France sans frontières.

Ces courants, on les trouve en abondance à « la Gauche de la Gauche » ( car à Gauche il ne saurait être question « d’Extrême Gauche », le terme d’Extrême étant réservé à une partie de la Droite). Mais ils traversent également le Parti Socialiste.

Car au Parti Socialiste, l’opportunité d’utiliser l’immigration comme base d’appui électorale a été « théorisée », notamment au sein d’un « Think Thank »qui joue un rôle important dans l’élaboration du corpus idéologique de ce Parti.

On lira avec intérêt, pour ceux qui en ont le courage, le rapport du « Think Thank » « Terra Nova », qui préconise au Parti Socialiste, en vue de l’élection passée de 2012, de s’écarter du vote des classes populaires considérées comme « perdues » pour la Gauche, et de se rapprocher des populations immigrées parmi lesquelles se trouve « le gisement » d’électeurs le plus constant et le plus sûr pour l’avenir : Rapport Terra Nova Stratégie électorale.

On ne peut pas comprendre le pourquoi des postures laxistes, des attitudes angélistes, des concessions multiples au « multicultutalisme  » et au « communautarisme », de même que les « clins d’oeil » appuyés à la population musulmane, le parti pris du « droit de vote » aux étrangers, sans avoir lu ce rapport, qui a largement inspiré la stratégie du conquête du pouvoir par la gauche socialiste.

On comprendra mieux pourquoi les classes populaires qui se sentent de moins en moins soutenues par la Parti Socialiste se détournent de ce Parti au profit de la Droite et particulièrement du Front National.

Le désordre provoqué, au sein même de la Gauche et encore plus du Parti Socialiste par « l’affaire Léonarda »autant que le trouble qui s’est emparé de certains esprits de gauche, trouve sa source dans l’emprise de l’idéologie nouvelle promue par Terra Nova : plus il y aura « d’étrangers » en France, avec ou sans-papiers, plus la gauche trouvera les relais nécessaires à la conquête du pouvoir, et les bases militantes indispensables pour s’y maintenir.

Car la Gauche a compris que la France, dans ses profondeurs, était plutôt « de Droite », jalouse de son identité, consciente de son héritage historique, fidèle à des traditions qui ont forgé, tant bien que mal, les règles de notre « vivre ensemble ».

La Gauche a compris que les Français n’y renonceront pas facilement, même sous les coups de boutoirs d’un Islam qui cherche sa place au sein de la nation, que cet Islam soit d’origine maghrébine, africaine ou venu d’Europe centrale.