Collaborateurs….et « collabos ».


Alleg

Henry Alleg de son vrai nom Harry Salem…

Depuis la dernière guerre, depuis Laval et depuis « l’occupation allemande », les « collaborateurs » n’ont pas bonne presse, en France. Cette étiquette continue, 70 ans après à affliger celui qui la porte, d’une image pour le moins….dévalorisante.

On se souvient de la désinvolture avec laquelle Sarkozy qualifiait  de « collaborateur » son Premier Ministre, François Fillon,  qui n’a pas du tout apprécié….

Plus près de nous, Aurélie Filippeti, Ministre de la Culture, et « écrivain », dans le « civil », à ses heures perdues, nous gratifiait d’un « tweet » ne comportant pas moins de cinq fautes de français ( orthographe et ponctuation ) en trois lignes !!!

Devant l’énorme Buzz suscité par cette insulte à la culture française de la part d’une Ministre chargée de la défendre, notre Aurélie, pour esquiver l’opprobre, se fend, ce matin d’un nouveau « tweet », dans lequel elle suggère qu’elle n’est pas l’auteur de la bourde, mais que les « coupables » sont ses « collaborateurs ». Je la cite:

« Filippetti Aurélie @aurelifil

« Merci à tous les amoureux de la Langue Française de leur vigilance vis-à-vis de mes collaborateurs

Bravo l’Artiste !!!

Le terme de « collaborateur » illustre ainsi, une fois n’est pas coutume, l’ambivalence, et parfois l’ambiguité des mots qui font de la langue française, une des langues les plus difficiles du monde.

En effet le Petit Robert donne , de ce terme, une double définition. L’une plutôt positive, bien que réductrice pour certains, celle d’une « personne qui travaille avec une ou plusieurs autres personnes à une oeuvre commune ».

l’autre définition moins valorisante, est celle d’une personne acceptant de « collaborer » avec l’ennemi. Une manière « élégante » de désigner « un traître », en somme.Dans ce cas l’usage veut que l’on abrège le qualificatif, en le réduisant au terme de « collabo »…..

L’actualité récente m’a donné l’occasion de vérifier une fois de plus, avec une ironie amère, que les mots n’ont pas le même sens, pour tous les Français, selon que leurs opinions se situent à Gauche, ou à Droite.

Ainsi, les médias nous apprenaient ces derniers jours, avec une sorte de componction quasi unanime, le décès de Henri Alleg.

Je cite « lemonde.fr »:

« Connu sous le nom d’Henri Alleg, qu’il avait pris lors de son passage dans la clandestinité pendant la guerre d’Algérie, Harry Salem est mort le 17 juillet à Paris trois jours avant son quatre-vingt-douzième anniversaire. Dans son livre La Question qui reste un document majeur sur la torture, il avait témoigné sur les sévices qu’il avait subis, en 1957, entre les mains des parachutistes français« .( Fin de citation).

Le « passage dans la clandestinité pendant la guerre d’Algérie », signifie, en langage clair – pour  ceux qui ne connaissent de l’Histoire de cette guerre atroce que ce que les médias veulent bien leur raconter aujourd’hui -, que ce journaliste, « collaborateur » du journal communiste  « Alger Républicain », dont il fut un éditorialiste « engagé », – pour ne pas dire « enragé » -, était passé dans le camp du FLN.

Cela veut dire, pour ceux qui ont vécu cette époque, qu’il était passé dans le camp de ceux qui luttaient contre la France pour l’indépendance de leur pays ( une lutte dont, avec le recul, on peut comprendre la légitimité), mais qui étaient aussi, dans le contexte de cette époque tragique, ceux qui égorgeaient des civils innocents, posaient des bombes meurtrières dans les autobus, ou aux terrasses des brasseries, aux heures d’affluence.

D’autres communistes, avant lui, avaient déjà pris les armes contre des soldats français, sans parler de ces « héroïnnes » du Parti, qui se sont illustrées comme « poseuses de bombes »destinées à massacrer des civils innocents…..

Mais cela ne posait aucun problème de conscience à Henri Alleg, puisque, en bon communiste, il choisissait son camp au nom de « valeurs universelles », celles en vigueur dans la Russie soviétique de l’époque, et qui servaient de référence aux précurseurs de certains de nos actuels « aboyeurs », au nom de la »Défense des Droits de l’Homme »….

C’est dire, par conséquent, que dans la terminologie évoquée ci-dessus, Henri Alleg, n’était pas seulement un « collaborateur » du journal communiste, mais un « collabo », tout court, c’est-à-dire, en d’autres termes, qu’à une autre époque on l’aurait appelé un « traître », pour appeler « un chat, un chat »….

Un « traître », coupable « d’intelligence » avec « l’ennemi ».

Le « mérite » qui lui est reconnu, à Gauche, c’est d’avoir été le premier à dénoncer « la torture » pratiquée par l’armée française dans sa chasse aux « terroristes ».

On aurait préféré, à Droite, pour la paix de sa mémoire, qu’il fusse le premier à avoir dénoncé les atrocités du terrorisme aveugle, dont étaient victimes ses compatriotes…

Alleg procèsAlleg fut jugé et condamné. Mais il ne fut pas fusillé, comme c’est le cas, en temps de guerre où les traîtres condamnés comme tels, finissent devant un peloton d’exécution….

Mais c’est une propension nouvelle de notre époque que celle qui consiste, dans les médias, à considérer ceux qui trahissent leur pays au nom d’un « idéal supérieur »qui légitimerait leur trahison, comme des « héros ».

C’est le cas pour Julian Assange, le « héros » de Wikileaks qui semble avoir fait des émules….tel le soldat américain Bradley Manning qui s’est illustré en Irak en rendant publics des documents protégés par le secret. Cf: http://www.lexpress.fr/actualite/monde/wikileaks-bradley-manning-traitre-ou-heros_941567.html.

C’est le cas pour cet autre américain, Edward Snowden, qui vient de trouver refuge en Russie, où l’on considère comme une aubaine ce transfuge tombé du ciel, grâce auquel les services secrets russes connaîtront bientôt les dessous de l’organisation américaine en matière d’espionnage électronique.

Il semblerait que l’attirance à l’égard des « félons » se répande en Occident, en même temps que le sentiment de culpabilité à l’égard de toute la planète qui imprègne les esprits occidentaux, et que cultivent certains « intellectuels »de Gauche appréciés des médias.

Un conseil : si vous voulez être honoré comme un vrai héros qui mérite la reconnaissance de la Nation, ne lui sacrifiez pas votre vie. Ce serait bien inutile, car cela passerait inaperçu.

Contentez-vous de CO-LLA-BO-RER avec ceux qui menacent votre pays. Et il n’est pas nécessaire d’aller loin pour en trouver : ils sont parmi nous….

Vous aurez de meilleures chances d’être considéré comme un héros national et vous aurez peut-être droit, un jour, à une nécrologie élogieuse dans « Le Monde » le quotidien de « révérence » de ceux pour qui « mourir pour la Patrie » n’a aucun sens…..

La reprise….


Hollande repriseNormal 1er, s’agite beaucoup en cette période estivale. Au point de saturer les médias, qui jour après jour nous rendent compte, dans le détail, de ses activités, au point de raviver nos souvenirs et de nous rappeler l’hyper-Président déchu….

Jour après jour, Normal 1er, visite la France profonde, en tentant de donner l’impression qu’il oeuvre à « l’inversion de la courbe du chômage »….. Il rencontre des chefs d’entreprises, en sélectionnant les plus optimistes d’entre eux, une catégorie de citoyens qui lui est devenue, depuis peu, si sympathique…..

C’est l’occasion, pour lui et pour ses communicants, de nous susurrer un message subliminal: grâce à lui, plus que grâce à son gouvernement de « nuls », le redressement de la France est en marche.

Car Normal 1er, quoi qu’en pensent les mauvais esprits, travaille, patiemment, en secret, à la « reprise ». Grâce à lui, « la reprise est là »,toute proche, et notre Président tient, en toute « normalitude », le bon bout du fil…..

D’ici peu, il l’annoncera au journal de 20 heures: chaque chômeur aura droit à une paire de chaussettes gratuites, reprisée par Normal 1er lui-même.

De quoi affronter l’hiver prochain, les pieds au chaud.