La Guerre des « Trois » n’aura pas lieu….


Guerre

En un peu plus de 24 Heures on est passé d’un « retenez-nous, ou on fait un malheur » à « laissez-nous réfléchir encore » avant de faire une co…erie !!!

Nous venons d’avoir la triste révélation de la légèreté de ceux qui ont la charge du « leadership » du monde occidental : ça, c’est la mauvaise nouvelle.

La bonne, c’est que les peuples, dans nos Démocraties, sont plus prudents, plus pondérés, plus lucides que ceux qui sont sensés les « diriger »…

Leurs élus en ont administré la preuve cinglante à David Cameron : après sept heures de débat, les députés britanniques ont rejeté jeudi soir l’idée d’une opération militaire. Une claque pour le Premier Ministre britannique, qui entendait montrer qu’il est un Grand Chef de Guerre, et préparait les esprits à une intervention punitive en Syrie, dont il aurait été l’un des Chefs héroïques…

Du même coup, le Président américain ne se sent plus capable de prendre seul une décision dont peu à peu, il mesure l’étendue des conséquences : il ne prendra une décision qu’après avoir, à son tour, consulté le Congrès des représentants du peuple américain, au sein duquel s’imposera certainement le bon sens, et la crainte de voir l’Amérique embarquée dans une galère semblable à celle où Georges Bush l’ avait entraînée dans l’impasse irakienne.

Obama, s’est donc accordé quelques jours de réflexion supplémentaires, et pour prendre un peu de recul, ira dès demain …jouer au golf !!!

Et voici que « Zigounette » se retrouve seul, en première ligne, pour décider si, oui ou non la France ira au bout des intentions de son Président, et déclenchera seule, une guerre « juste » et « propre »… Un « rôle » qui dépasse ses ambitions et…ses moyens.

Le Parlement français réuni en session extraordinaire dès mercredi, influencé par les péripéties évoquées ci-dessus, qui font douter de la détermination des Etats Unis et de l’Angleterre à déclencher le feu des armes, suivra-t-il « Zigounette » dans ses velléités guerrières ???

Ou le débat, suivi ou non d’un vote, montrera-t-il les réticences, voire les oppositions des représentants du peuple français à l’égard d’une aventure dont les buts ne sont pas plus clairs que les conséquences ???

Au fond, et au-delà de « l’affaire » Syrienne, nous allons savoir, à cette occasion, si la France, qui est à la pointe de tous les combats pour la Démocratie chez les autres, est elle même une vraie « Démocratie » !!!

Toutes ces péripéties sont significatives.

Nous sommes dirigés par des gens aussi légers qu’inconséquents, pour qui la politique, tant sur le plan national qu’international, consiste à « faire des coups », dans le but d’en tirer quelques petits profits sur le plan du prestige personnel, juste pour tenter de gagner quelques petits points dans les sondages, et sans mesurer au préalable les conséquences de leurs décisions, qui, dans le cas qui nous préoccupe, pourraient avoir une ampleur incalculable.

L’affaire Syrienne n’est pas une affaire simple. Avant de s’en mêler, la France devrait clarifier ses rapports avec ceux qui soutiennent et financent des factions djihadistes qui combattent El Hassad en Syrie , et que nous affrontons par ailleurs, sur d’autres champs de bataille…..et que nous n’avons pas fini d’affronter. Nous risquons de renforcer les positions de ceux qui sont nos ennemis, dans ce conflit meurtrier.

En outre, ceux qui risquent de payer chèrement le prix d’une intervention franco-américaine « sont les communautés minoritaires en Syrie, les chiites, les communautés chrétiennes d’Orient (qui adressent une supplique unanime pour qu’on renonce à cette attaque) ; enfin le Liban, dans l’existence et l’équilibre duquel nous avons une responsabilité historique et où des forces françaises sont engagées – et exposées – dans le cadre de la Finul« .(C’est pas moi qui le dis, c’est François Bayrou, et pour une fois je ne lui donne pas tort ).

Laissons tout ces gens régler leurs comptes entre eux. Que les pays arabes, auxquels nous fournissons nos armes les plus sophistiquées, et qui entretiennent des armées d’opérette se chargent d’arbitrer cette « chicaya ». Et que le meilleur gagne !!!

Cessons, pour notre part, de mêler la Morale à la Politique, sur le plan international, où le cynisme est la règle commune.

Ne nous mêlons pas de querelles et de conflits dont la complexité nous dépasse, même si la sauvagerie de ceux qui s’affrontent nous révolte: cessons de les juger selon nos critères, car ils n’ont ni la même Morale, ni la même Culture, ni la même Histoire que nous.

Nous n’avons que des coups à prendre en « gesticulant » dans cette région du monde où tant d’intérêts s’opposent, où des luttes séculaires se déroulent et où nous n’avons plus les moyens de jouer le rôle que nous avait conféré l’Histoire, à une époque où la France était encore dirigée par des hommes visionnaires et courageux.

Quand aux guerres « justes », elles n’ont jamais existé. Les guerres ne sont justes que pour ceux qui les gagnent. « Malheur aux vaincus »….

Et quand aux guerres « propres », elles n’existent que dans l’imagination des « stratèges intellectuels » et des bureaucrates qui n’ont jamais entendu un coup de fusil…

Post-Scriptum: une fois de plus, tournons-nous vers la Presse arabe, pour mesurer l’impact des gesticulations de Hollande sur le monde arabe, et pour la grandeur de son prestige, lisez ceci:

http://www.algerie-focus.com/blog/2013/09/francois-hollande-le-nouveau-chihuahua-des-americains/

Il est toujours intéressant de savoir comment « les autres » nous voient….

 

Petite frappe ???


Ou Grosse Frappe ??? That is the question !!!

Les atermoiements des « Occidentaux », dont la France fait partie, face aux décisions à prendre, concernant une intervention en Syrie, montrent que peu à peu, le doute s’installe dans les esprits de ceux-là mêmes qui « anti-militaristes » viscéraux, n’hésitent pas quand l’opportunité s’en présente, à jouer les « va-t-en-guerre », pour tenter de redorer leur blason.

Les exemples ne manquent pas, dans notre Histoire récente, de dirigeants socialistes, qui dans leurs discours militants ne cachent pas leur défiance, pour ne pas parler de détestation, vis à vis de l’Armée, mais qui n’hésitent pas à « s’en servir » dès lors que cela peut « servir » leurs intérêts ou leur « prestige ».

La Droite de Sarkozy, elle aussi, manipulée par quelques « intellectuels » et « philosophes » auto-proclamés a cédé à la tentation de montrer ses muscles sur la scène internationale, au nom de valeurs, certes, respectables, mais au mépris des réalités complexes d’un monde arabe auquel nos « élites » ne comprennent pas grand chose.

Face à l’épouvantable drame que traverse la Syrie, la tentation est de retour, et Normal 1er, dit « Zigounette », brûle d’envie d’en découdre avec celui que l’on considère en Occident comme l’un des dictateurs les plus sanguinaires de notre époque.

Une fois de plus, l’opinion que je voudrais développer dans ce billet, s’inscrira à contre-courant des opinions « médiatiquement », donc politiquement correctes.

On pourra se reporter à mes précédents billets pour constater mes réserves, pour ne pas dire mes objections à propos de « l’enthousiasme » suscité par les « Printemps arabes », dans lesquels nos « zozos » voyaient le signe d’une évolution du monde arabe, en faveur de la Démocratie, telle que nos « intellectuels » occidentaux la conçoivent.

Car nos « penseurs », imbibés d’eurocentrisme, formés à l’école marxiste, sont convaincus que l’Histoire du Monde s’écrira sous la poussée d’une sorte de déterminisme inspiré par les révolutions européennes, – la Française et la Russe (!!!) – et qu’aucune portion de notre planète n’y échappera….Ils sont « formatés » pour raisonner, en toute circonstance, de manière « binaire » ( la bourgeoisie, le peuple, ou les riches, les pauvres, ceux qui ne sont pas pour la révolution sont des traîtres, les progressistes , les réactionnaires, etc…)

Le « déni de réalité » qui, en outre, aveugle nos « élites » contemporaines, masque l’échec de toutes les tentatives d’installer la Démocratie dans des pays habitués à une gouvernance ferme, autoritaire, souvent à l’excès, exercée par un pouvoir personnel fort s’appuyant sur une connaissance profonde et la manipulation des courants qui traversent ces pays, courants issus des différence ethniques, de leur culture tribale, et de la complexité de leur histoire religieuse, même là où existent de réelles aspirations à plus de liberté et de justice.

L’Histoire retiendra qu’en terre musulmane, toutes les interventions militaires occidentales, toutes, sans exception, se sont soldées par des échecs douloureux, que par « pudeur », on évite d’évoquer aujourd’hui.

La mise au pas de Serbes -( qui furent pendant la guerre de 1914-18, nos précieux alliés et que nous avons trahis) -, confrontés à une présence musulmane envahissante, héritée de l’occupation ottomane, vaincus après avoir été écrasés par l’aviation occidentale, a permis la naissance d’un Etat musulman, le Kosovo, qui dès que sa souveraineté a été reconnue, s’est empressé de se livrer à une épuration ethnique sans précédent destinée à éliminer les Serbes d’un territoire sur lequel ces derniers avaient des droits historiques légitimes, avant de sombrer dans une sorte d’anarchie corrompue, et de devenir un des foyers, à nos portes, de l’islamisme européen.

L’omerta médiatique sur le résultat de ce piteux exploit de nos dirigeants,- c’est « Tonton Mitterrand » qui à l’époque, était aux manettes, en France -, a été rompue, il y a déjà quelques temps, par le journaliste d’investigation Pierre Péan, qui dans un ouvrage remarquablement documenté, décrit la réalité du Kosovo, devenu un Etat maffieux,…mais « musulman » !!!

KosovoUn ouvrage assez peu commenté dans nos médias, sans doute peu motivés pour faire l’éloge d’un brûlot qui montre comment, avec de « bons sentiments », on peut faire une guerre « juste », dont le résultat est tragiquement désastreux.

Je n’aurai pas la cruauté de m’étendre sur le résultat des guerres « justes », destinées à installer la « Démocratie », en Afghanistan, en Irak, et plus récemment en Libye…..

S’agissant de la Syrie, je considère que la France a tout à perdre dans cette affaire.

En n’intervenant pas, elle encourt la condamnation des « belles âmes » au nom des valeurs de générosité, et de compassion à l’égard des souffrances réelles d’un peuple martyr. Elle subit, de surcroît la pression de pays arabes amis, qui eux n’enverront jamais un soldat ni un avion au combat, mais qui tirent, par dessous, les ficelles de ce conflit aux multiples dimensions, ethniques, religieuses, tribales, dans un affrontement dans lequel certaines minorités, dont la minorité copte, tout comme en Egypte, jouent leur survie.

En intervenant, elle met le doigt dans un engrenage infernal, car nul n’est capable de prévoir jusqu’où les multiples affrontements qui se produisent en Syrie, conduiront cette région du monde qui est en train de devenir un baril de poudre. Car quelques missiles et quelques « bombinettes » ne suffiront pas à abattre Bachar El Hassad.

Pour comprendre la complexité des forces qui s’affrontent dans toute cette région, il est utile de parcourir un ouvrage que viennent de publier conjointement deux auteurs dont nul ne peut nier leur profonde connaissance du monde arabe.

Deux auteurs que vous verrez rarement sur vos écrans….

Il s’agit d’Alexandre Adler et de Vladimir Fedorovski.

Le premier est un historien et politologue qui entretient des relations anciènnes avec de nombreux chefs d’Etat arabes, et avec de nombreuses personnalités du monde diplomatique international.

Le second a exercé de hautes fonctions diplomatiques sous la Russie soviétique: c’est un « arabisant » qui maîtrise non seulement la langue, mais également la culture du monde arabe. Car, ne l’oublions pas si on veut comprendre l’attitude Russe dans le conflit syrien, la Russie est un grande puissance musulmane, et elle est attentive à tout ce qui peut susciter des vagues de fond dans l’espace politique du Moyen-Orient, dont elle redoute le ressac.

La Russie redoute, pardessus tout, un affrontement dont le risque se profile, entre l’Islam Chiite et l’Islam Sunnite, un affrontement qui embraserait une vaste partie de son territoire, avec à ses portes l’Iran doté d’ici peu, avec le Pakistan, de la force nucléaire.

islam

Cet ouvrage, dans un dialogue passionnant, entre deux « vrais experts »pose la vraie question à laquelle, les générations actuelles vont devoir trouver une réponse.

L’islamisme va-t-il gagner ?

L’actualité en France et dans le monde n’en finit pas de provoquer cette question: Hamas vengeur en Palestine, tensions dangereuses en Egypte et en Libye, crise syrienne, et l’Iran en train de se doter de l’arme nucléaire.

Et peut-être aussi, demain, une nouvelle coalition, une « internationale » islamique, un « croissant » allant de l’Afghanistan et du Pakistan au Maghreb en passant par la Turquie.

Les auteurs ont enquêté auprès de tous les protagonistes, modérés ou extrémistes.
L’ouvrage n’esquive aucune question : les réfugiés du Moyen-Orient, la « rue » et les révolutions islamiques, la guerre des lobbies aux Etats-Unis, le rôle de Barack Obama, le droit international, le poids des théologies, la démographie.

A travers un échange vif et argumenté, Alexandre Adler et Vladimir Fédorovski nous donnent les quelques clefs qui nous manquent pour comprendre de fragiles équilibres actuellement menacés.

Petites frappes, ou grosse frappe en Syrie ???

La question paraît presque dérisoire, face aux enjeux que recèle l’avenir de ce petit Etat qu’est la Syrie. Un « petit » Etat exposé à un conflit qui synthétise toute la complexité d’un Moyen Orient qui ne peut surtout pas être abordé avec des idées simples.

En refermant ce livre, je me suis demandé, si ce n’est pas Poutine qui fait l’analyse la plus juste de l’évolution du monde arabe. Car la prudence, le pragmatisme, le réalisme, en l’occurrence, paraissent mieux adaptés que les rêves ambitieux mais irréalistes des « zozos »….

Baisons , baisons ,….


….Il en restera toujours quelque chose….

Parmi les baisers célèbres, il en est de tendres, et parfois émouvants. Certains ont « défrayé » la chronique, d’autres sont passés inaperçus car ils n’ont pas franchi les frontières de l’intimité….

Il en est qui sont « sulfureux », et qui suscitent toutes sortes de réactions, qui peuvent aller de la surprise, en passant par l’ironie, à bien d’autres sentiments encore, qui peuvent aller jusqu’au sentiment de répulsion.

Je n’insisterai pas sur les baisers « récupérés » par la « doxa » actuelle, qui voit des homosexuels partout, même là où il n’y a que des athlètes heureuses sur un podium…

Ce large éventail de baisers vous laisse le choix. A vous de les « interpréter » !!!

Baisergay mariage

Baiser homojack lang

Valls à mille tempsChamelle

Baiser de BrejnevBaiserHonecker

homo

Restera posée la question quasi « métaphysique », et éternelle :

le baiser est-il toujours une preuve d’Amour ???

La Plage, le soir….


P1000005

Ici, la plage ne se cache pas sous les pavés.

Elle s’étale, grouillante, joyeuse, colorée, parcourue par les odeurs marines, celle des embruns, et celle des algues échouées sur le sable aux endroits où les caprices des courants les ont déposées.

Tout un peuple est là, venu de toute l’Europe, et même de pays auxquels nous, les méditerranéens, n’aurions jamais songé autrefois, tant ils nous paraissent éloignés de notre « civilisation »: de la Grande Russie, mais aussi de Lituanie, d’Estonie ou…d’Azerbaïdjan !!!

Parmi eux, des touristes appartenant aux nouvelles classes moyennes qui ‘émergent », enfin, de ces pays débarrassés du joug communiste, dont la plupart n’avaient jamais franchi les montagnes de l’Oural, et qui découvrent la douceur de nos climats, la beauté de nos paysages, et…la mer à 25 degrés, eux qui se baignent parfois dans des lacs ou des rivières à 5 ou 6 degrés…..

Les « Oligarques », eux, ne viennent pas se baigner sur ces plages,…trop « populaires » !!!

On les imagine, allongés un verre de vodka à portée de main, bronzant au bord des piscines à débordement, dans leurs somptueuses villas qui surplombent la baie, entourés de naïades blondes, silhouettes voluptueuses, loin de la foule bruyante de la plage.

Les Espagnols ne sont pas les derniers à venir, de tous les coins d’Espagne, profiter des joies de la baignade, et à exposer leurs corps aux rayons du soleil brûlant de l’été. Ils sont ici chez eux. Ils savent, depuis toujours que rien ne peut remplacer une journée à la plage, pour oublier les soucis quand les temps sont durs.

Car ici, comme partout, autour de la Méditerranée, le soleil accomplit son miracle: source de vie, il est aussi source de bonheur, surtout pour les humbles.

Sous le soleil, il n’y a plus de misère, plus de crise, et de surcroît, tous les hommes sont égaux…ou presque. Les corps à demi-nus qui bronzent avec application n’appartiennent plus à une classe sociale. Ils font partie de la même humanité .

Car sur la plage, sous le soleil de plomb, on ne distingue plus vraiment « les riches » des « pauvres ». Les chômeurs sont, comme les PéDéGés, bronzés, enduits de crème solaire, et s’ébrouent, de la même manière, sur le sable, entre deux plongeons dans la vague aux couleurs d’émeraude qui vient lécher le sable de la plage, dans un délicieux murmure….

Petits et grands, minces ou ventrus, hommes jeunes ou moins jeunes,  filles superbes ou femmes ayant renoncé à être belles, se mélangent dans la même volupté de ces instants où la brise de mer glisse sur les corps, et dans la gaité des jeux que l’on partage avec les enfants qui trouvent, sur la plage, et dans l’eau, l’espace qui sied à leur instinct de liberté, qu’ils expriment à travers leurs cris de joie, et leurs rires innocents.

Le soir, après notre promenade sur le paseo, dégustant à petites gorgées le verre de bière qui récompense notre modeste effort, j’aime contempler tout ce petit monde insouciant, qui s’attarde mollement sur le sable, alors que le soleil déclinant commence à projeter dans un ciel pur les fulgurances rougeâtres de ses derniers rayons. 

Je songe aux saisons qui passent….

Me reviennent alors à l’esprit les mots de Camus :  » L’idée que je me fais de l’innocence, c’est à des soirs semblables que je la dois ».( L’été à Alger ). 

Statistiques Wordpress.


Statistique des consultations de ce blog, pour les 7 derniers jours qui précèdent le 23/8/2013.

Country Views
France FlagFrance 648
Algeria FlagAlgeria 28
Canada FlagCanada 17
Belgium FlagBelgium 17
United States FlagUnited States 15
Switzerland FlagSwitzerland 11
Réunion FlagRéunion 9
Tunisia FlagTunisia 7
Portugal FlagPortugal 7
Spain FlagSpain 5
Israel FlagIsrael 4
Morocco FlagMorocco 4
United Kingdom FlagUnited Kingdom 3
Italy FlagItaly 3
Russian Federation FlagRussian Federation 2
Germany FlagGermany 2
Togo FlagTogo 2
Netherlands FlagNetherlands 1
Saudi Arabia FlagSaudi Arabia 1
Comoros FlagComoros 1
Thailand FlagThailand 1
Indonesia FlagIndonesia 1
Mexico FlagMexico 1
Ecuador FlagEcuador 1
Argentina FlagArgentina 1
Hungary FlagHungary 1

Islamophobie ???


Des images que vous ne verrez jamais à la Télévision française. Et vous ne trouverez personne pour vous traduire en Français les commentaires de ceux qui dirigent « la manoeuvre ».

Dommage pour les « islamophiles », dont la plupart ne comprennent pas l’Arabe: cela leur en boucherait un coin !!!

Il est peu probable que ces images aient été filmées par un « raciste islamophobe », compte tenu du contexte…

http://www.youtube.com/embed/RtgbvotqVFE?rel=0

On aimerait que ceux qui s’émeuvent, à juste titre, dès que deux ou trois tombes musulmanes sont profanées, dans nos cimetières, « répartissent » plus équitablement leurs émotions !!!

Ce qui semble rassurant pour les Chrétiens, c’est que la Croix ait pu résister aussi longtemps à ces barbares…..

Le silence des agneaux….


agneaux

La crise Égyptienne rappelle ce qu’il s’est passé en Algérie dans les années 1990, quand les militaires avaient annulé les élections et emprisonné les islamistes.

La comparaison s’impose et cela inquiète les chancelleries.

On se souvient qu’en janvier 1992, après un premier tour des législatives remportées par le Front islamique du salut (FIS), les militaires algériens avaient annulé les élections et emprisonné les islamistes.

Tout comme en Egypte.

En Algérie, le coup d’État militaire avait plongé le pays dans une terrible guerre civile qui dura dix ans et fit 150.000 morts : c’est le scénario redouté aujourd’hui en Égypte.

Les plus inquiets encore, sont, en Egypte, les membres de la communauté chrétienne copte.

Le silence des médias européens sur les violences subies par les Coptes égyptien est devenu assourdissant. Tout aussi assourdissant que le silence qui recouvre les massacres de Chrétiens au Nigeria ou au Soudan….

Les Coptes , déjà menacés par le pouvoir représenté par le Président Morsi, subissent des représailles qui font suite à l’intervention de l’armée qui a  « déposé » le Président islamiste élu.

Que ne dirait-on pas , dans la Presse européenne, si des dizaines de mosquées étaient brûlées ou profanées en Europe, ou même, ailleurs !!!

Les « belles âmes »pousseraient partout des cris d’orfraies, contre ces actes impardonnables de  » stigmatisation  » et de « haine ».

Mais , pour comprendre cette indifférence, il suffit de se dire « qu’après tout, ce ne sont que des Chrétiens », et des Coptes, de surcroît !!!

Fort heureusement, des voix s’élèvent dans la Presse arabe, pour dénoncer ces violences, résultat d’une haine entretenue dans les milieux islamistes, depuis toujours, en s’appuyant sur le rôle influent joué par de nombreux chrétiens dans les rouages de l’Etat égyptien.

A titre d’exemple, citons une fois de plus le quotidien algérien « El Watan », qui s’émeut de cette situation dans un éditorial publié ce jour :
http://www.elwatan.com/edito/nouveau-martyre-des-coptes-d-egypte-19-08-2013-225068_171.php
« En représailles à un prétendu soutien aux militaires, une cinquantaine d’églises ont été incendiées ou saccagées en moins de 48 heures par les intégristes, au point où l’imam de la grande mosquée d’Al Azhar, considéré comme la plus haute autorité de l’islam sunnite dans le pays, a condamné ces actes barbares et appelé tous les Egyptiens à la réconciliation.
Victimes expiatoires de la confrontation entre les Frères musulmans et l’armée depuis la chute du régime de Hosni Moubarak, les coptes risquent de vivre un nouveau martyre, au moment où le pouvoir en place envisage sérieusement l’interdiction de la confrérie des Frères musulmans. »(Fin de citation).

Encore plus assourdissant, le silence du Pape et des autorités religieuses catholiques.

On aurait pu s’attendre après les gestes de compassion qu’a eu le nouveau Pape François à l’égard de la détresse des immigrés africains, à une parole forte à l’égard de ceux qui ne sont pas des catholiques romains, certes, mais qui sont des chrétiens martyrisés, en terre d’Islam.
Quand les loups entrent dans la bergerie, les agneaux se taisent, soudain, espérant toujours que celui qui sera mangé, ce sera « l’Autre »….

Post-Scriptum   :   http://www.youtube.com/watch?v=hnTqUrHYoxc

Je ne suis pas « islamophobe », mais quand je regarde cette vidéo, qui est un montage de séquences dont certaines ont été  diffusées sur les antennes nationales, en particulier sur France 5, dans l’émission « C dans l’air », je me demande si le suffixe « phobe »est suffisant pour exprimer les sentiments que ces images inspirent….

Et pour les « Zozos » qui considèrent l’accès des Frères Musulmans au pouvoir, grâce à la « Démocratie »comme une bénédiction du ciel, je conseille de jeter un oeil sur ce diaporama instructif !!!

http://mail.voila.fr/webmail/fr_FR/download/DOWNLOAD_READ_PPS.html?IDMSG=84138&PJRANG=2&NAME=Attacks_on_Coptic_Christians_-Egypt+%281%29.pps&FOLDER=INBOX

Jetez un oeil, mais…gardez l’autre ouvert !!!

Quand d’une seule main, Valérie prend son pied….


je-me-marre-120064523511Dans un précédent billet, je me gaussais de ceux qui, hypocritement, se plaignent de la façon dont Normal 1er, surnommé « Zigounette », était traité dans les médias, coupables, selon eux, de se livrer à un détestable « Hollande-bashing ».

Dans un autre billet, intitulé « anaphore et oxymore », je faisais le procès de ceux qui ont fait de « l’anti-sarkozysme » une arme de destruction massive de la Droite, avec des coups portés, le plus souvent « sous la ceinture »:

A relire, pour le fun: https://berdepas.wordpress.com/2012/05/04/anaphore-et-oxymore/

La Gauche a ainsi « ouvert une boîte de Pandore », et libéré les scrupules de ceux qui jusque-là, hésitaient à abaisser la fonction Présidentielle en la soumettant à des sarcasmes aussi injustes que cruels.

C’est en vertu de cela que Sarkozy a eu droit aux ricanements de toute la presse, autant pour son physique ( trop petit pour « faire Président » ), que pour ses tenues de sportif du Dimanche, pour ses « affaires de coeur » dignes de romans à deux balles, pour son sans-gêne et ses fautes de comportement dans ses fonctions présidentielles, pour son « manque de culture », pour….etc…..

Je trouve, pour ma part que la même Presse reste bien discrète et silencieuse sur les travers de Normal 1er, et sur ses énormes bourdes, lorsqu’il représente la France à l’étranger.

Qui se souvient encore qu’au cours d’un discours officiel en Tunisie, il a confondu ce pays avec la Libye ???

Ou que dans des circonstances analogues, il a confondu le peuple Chinois et celui du Japon, en présence de « l’Empereur ».

Les lacunes de « Zigounette » en géographie, valent bien celles de Sarko en littérature, et ses sottises sur « La Princesse de Clèves »….

A croire qu’on peut sortir de l’ENA, en étant nul en géographie….

En voyage officiel, il a fait mieux encore, en arrivant en Chine, après une longue nuit de vol dans le douillet « Sarko One » aux couleurs de la « République Française », si violemment critiqué par la gauche quand elle était dans l’opposition…..

Hollande en Chine

Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

La nuit a dû être chaude, et Valérie en est encore toute décoiffée….. Quand à Normal 1er, dit « Zigounette », il n’a même pas eu le temps de boutonner sa braguette.

La Photo a été empruntée à un quotidien chinois, qui en avait fait sa « Une », en entourant d’un cercle rouge la braguette de « Zigounette ».

Mais la Presse française n’en a pas « pipé mot », sans doute pour ne pas fâcher Valérie qui devait « tenir le manche à balai« , dans « Sarko One » au moment de l’atterrissage……

Egypte. 2.- La France: tétanisée ou Qatarisée ???


Sphinx

Les « Révolutions arabes » en sont le révélateur: la Diplomatie française est empêtrée dans le filet de ses relations vénales avec un Qatar qui, pour tenter d’échapper à des révoltes internes, joue à fond la carte des « islamistes », partout où les pays arabes sont en crise….

 La France n’a plus de réelle « politique arabe », depuis que ses prétentions de « donneuse de leçons » en matière de Démocratie et de Droits de l’Homme, ont pris le pas sur le pragmatisme et la « realt politik », dans sa stratégie diplomatique. Avec, pour conséquence, le risque de se trouver, de plus en plus souvent, dans des situations paradoxales, comme c’est le cas actuellement, en Syrie ou en Egypte.


Fidèle à « ses valeurs », la France se doit, (du moins le croit-elle), de venir en aide à ceux qui luttent contre la dictature de despotes comme le monde arabe en secrète périodiquement .

Cela l’amène à soutenir indirectement, ici, en Syrie, le « djihad » des « islamistes », qu’elle combat ailleurs, là, au Mali, où d’autres djihadistes lui ont déclaré la guerre….

Chacun de nos « commentateurs », feint d’ignorer que partout, ce sont les mêmes qataris qui tirent les ficelles de ces combattants illuminés….

En dehors de quelques pseudo-chercheurs du CNRS ou de quelques « spécialistes » qui travaillent pour des officines, la France semble ne plus avoir de vrais spécialistes du monde arabe capables de dénoncer les contradictions de ces postures…. 

On le constate à l’occasion des débats télévisés de certaines chaînes qui font toujours appel aux mêmes « experts », englués dans un discours convenu, le plus souvent « téléguidé »……….

Rares sont ceux qui, ayant longtemps vécu dans cet Orient auquel le Français moyen ne comprend rien, sont aptes à éclairer le grand public sur les mutations qui sont en train de bouleverser les équilibres et la stabilité cet « Orient compliqué ».

Rares sont ceux, parmi ces « scientifiques », qui se livrent à une analyse intelligible de la fracture sociale et culturelle qui ébranle, de l’intérieur, les sociétés arabes.

A l’évidence, ces sociétés sont déchirées par l’impossibilité d’un dialogue constructif entre les » musulmans traditionalistes » et les »modernistes » qui aspirent à une société libérée de ses tabous religieux, et à une pratique paisible de leur foi.

Un fossé de plus en plus large sépare la population éduquée, connectée à internet et aux réseaux sociaux, sur laquelle la « propagande religieuse » n’a plus beaucoup de prise, et qui aspire à de profonds changements, et une population restée d’autant plus crispée sur ses valeurs conservatrice, qu’elle sent ses traditions archaïques menacées par la modernité.

Entre ces deux fractions des sociétés arabes la rupture est consommée, et les chances d’un compromis, pourtant nécessaire à la stabilité du monde arabe, s’éloignent à vue d’oeil.

L’autre fracture, encore plus profonde, parce que plus ancienne, entre Chiites et Sunnites, remonte au VIIe siècle. Elle est fondamentale pour comprendre la complexité des forces qui s’opposent dans le conflit en cours en Syrie ou dans les événements de Bahreïn ou du Liban, et plus généralement dans la lecture des événements qui secouent de nombreux pays musulmans.

A ces paramètres s’ajoute désormais la rivalité de plus en plus ouverte qui oppose l’Arabie et le Qatar. Cette rivalité intervient en toile de fond dans de nombreuses situations, qu’il s’agisse du conflit Malien, ou de la guerre civile qui ruine la Syrie.

Cette même rivalité est entrain de produire ses ravages collatéraux en Egypte.:http://www.lepoint.fr/monde/comment-le-qatar-et-arabie-saoudite-s-affrontent-en-egypte-21-08-2013-1716008_24.php

Ajoutons que l’on ne peut comprendre la révolte des Egyptiens descendus dans la rue pour combattre l’Etat islamique que le Président déchu était entrain d’installer avec une sorte d’arrogance qu’il justifiait par sa « légitimité » démocratique, si on omet de se pencher sur le passé historique de l’Egypte.

L’Egypte n’est pas seulement une pièce maitresse de « l’oumma », ce à quoi les islamistes voulaient la réduire, en espérant y installer le Califat de leurs rêves fous, rayonnant sur tout le monde arabe.
L’Egypte existait en tant qu’Etat, 3.500 ans avant que Mohamed ne surgisse du fond des déserts d’Arabie et n’impose, par le glaive une nouvelle religion. Une religion qui a dû cohabiter pendant des siècles avec celle qui lui était antérieure, la religion des Coptes qui ont fourni à la nation égyptienne les plus brillantes de ses élites.

L’Egypte est donc une vraie nation, la plus puissante du monde arabe, riche de son Histoire et d’une culture spécifique. L’Egypte a été pharaonique, romaine, byzantine, ottomane, et elle est restée partiellement chrétienne: l’église d’Egypte a été fondée par Saint Marc, et c’est à Alexandrie que cet apôtre du Christ fur martyrisé.

Les Frères Musulmans ont cru pouvoir réduire, en très peu de temps, l’identité égyptienne à une version étriquée et sectaire de l’Islam, et ils ont sous-estimé la capacité de révolte de ce vieux peuple devant l’emprise croissante sur la société égyptienne, d’une conception rétrograde d’un Islam qui peine, – comme d’autres religions d’ailleurs -, à s’adapter aux évolutions accélérées du monde moderne.

Sans tenir compte de toutes ces réalités, malheureusement peu évoquées par les commentateurs, il est difficile de définir et d’adopter un ligne de conduite politique cohérente.

C’est sans doute tout cela qui explique les atermoiements et les ambigüités des attitudes occidentales face à ces nouveaux conflits dont la violence surprend les « belles âmes »qui dominent la pensée politique contemporaine dans nos pays.

La perte d’influence de l’Amérique d’Obama est évidente dans l’ensemble du Moyen Orient. Ne parlons pas de celle de la France de plus en plus absente d’une aire géographique dans laquelle son influence politique n’avait d’égal, au siècle dernier, que son influence culturelle.    Aujourd’hui, les États du Golfe, ainsi que l’Arabie saoudite et le Koweït, envoient plus d’argent  à l’Égypte que les États-Unis, et le Qatar est devenu l’un des principaux soutiens financiers des Frères musulmans, et des djihadistes qui prolifèrent en Afrique sur le terreau de la misère….. 

On comprend mieux, à la lumière de ce qui précède, l’embarras de la diplomatie française, car soutenir les révolutions arabes revient progressivement à soutenir les mouvements les plus radicaux, les plus actifs, les mieux organisés et les mieux dotés financièrement, c’est-à-dire les mouvements islamistes soutenus par notre « grand ami », le Qatar….

Ne pas les soutenir revient à aider les dictatures, – que la culture traditionnelle et « tribale »du monde arabe génère un peu partout -, à se maintenir en place….

La France est donc en train de perdre influence et crédibilité dans la jeunesse du monde arabe émergent qui aspire à un accès à la modernité et qui rejettent un islamisme sectaire, fut-il issu d’un vote « démocratique »….

Tout ça pour les quelques poignées de dollars que le Qatar investit dans nos meilleures entreprises industrielles.

Une « amitié » qui nous coûtera cher….et dont il faudra, un jour ou l’autre, payer le prix.

Egypte.1.- Le Festival des Borgnes….


Obama

« Au Royaume des aveugles, les borgnes sont Rois », disait ma Grand-mère.

La tragique issue du Printemps arabe, qui fit tant rêver les « zozos », l’affrontement sanglant auquel se sont livrés les Egyptiens au Caire et dans de nombreuses villes égyptiennes, donnent lieu, depuis deux jours, à un véritable festival d’hypocrisies, de propos convenus et médiatiquement corrects, qui donnent la mesure de l’ampleur des lâchetés qui caractérisent l’attitude des commentateurs, et le désarroi des grands dirigeants internationaux, face au défi que la menace islamiste fait peser sur l’Occident.

Je cite l’un des quotidiens du jour:« Le Printemps arabe, qui avait soulevé un immense espoir en 2011, va-t-il finir par enfanter un monstre ? Les Frères musulmans portent leur part de responsabilité dans le désastre, en ayant cherché à accaparer le pouvoir quand ils étaient au gouvernement. Les libéraux aussi, qui ont osé nouer une alliance contre-nature avec les militaires pour renverser les islamistes et qui n’ont plus que leurs yeux pour pleurer. » ( L’Opinion ).(Fin de citation).

 On peut difficilement faire mieux, dans l’art de « ménager la chèvre et le chou »….

Ceci-dit, le réflexe de frilosité paré de bons sentiments pousse la plupart des commentateurs, en condamnant l’Armée égyptienne, à considérer, un peu trop vite, les victimes islamistes comme des « martyrs » de la Démocratie.

Chacun s’interroge: n’y avait-il pas d’autres solutions que celle de ce « coup d’état »militaire brutal,- car c’est un réel « coup d’état » – pour parvenir à concilier les positions antagonistes des Frères Musulmans, d’un côté, et d’une opposition dite « laïque » et « libérale » de l’autre ???
Ces « états d’âme » cachent, chez ceux qui s’interrogent, le refus de prendre en considération une réalité tout aussi brutale.

Certes, les Frères Musulmans ont conquis le pouvoir par les urnes. Cela fait partie d’une stratégie muette chez la plupart des islamistes.

Parfaitement convaincus de l’incapacité des démocraties à se défendre contre ceux qui utilisent leurs Institutions et leurs Lois, pour les détourner à leur profit, ils savent, que, « avec le temps, va, tout s’en va », et ils attendent, patiemment, que la volonté de lutter, en Occident, contre l’emprise d’une religion totalitaire telle qu’ils la conçoivent, sur les consciences d’abord, puis sur les Etats, s’effrite, et ouvre des brèches de plus en plus nombreuses, qui favorisent la pénétration de « leur » Islam dans toutes les couches de la société…..

L’Egypte était sur le point, après l’Iran, de faire une nouvelle démonstration de l’incapacité des « Islamistes » à concevoir un quelconque partage du pouvoir. La brutalité de leurs méthodes est destinée à convaincre les réticents que lorsque le moteur de « l’Etat Islamique » se met en marche, il n’y a plus de marche arrière possible…..

Dès son accession au pouvoir, le Président Morsi s’est appliqué à « décapiter » l’Armée ( cela ne semble pas lui avoir réussi…), à supprimer les Institutions qui pouvaient entraver sa démarche de conquête d’un pouvoir absolu, à placer à tous les postes stratégiques de l’Etat égyptien, des Frères Musulmans ou des salafistes, proches de cette organisation, qui a eu le temps, pendant les années de clandestinité, de préparer son plan, de noyauter toutes les couches sociales du pays en commençant par les plus misérables, les illettrés, et les « laissés pour compte » de l’accès aux richesses du pays.

Le Président Morsi, avec un entêtement aveugle, n’a pas voulu entendre les voix de ceux qui se sentant frustrés d’une révolution dans laquelle ils avaient placé tous leurs espoirs, refusaient le glissement vers un Etat religieux, « à l’iranienne », précurseur du « Caïdat » universel dont rêvent les plus illuminés des islamistes…..

Les pétitions signées par des millions d’Egyptiens, les manifestations monstres rappelant celles qui ont précédé la chute de Moubarak, n’ayant eu aucun effet, si ce n’est un durcissement de l’attitude des Islamistes au pouvoir, pas plus que les avertissements des Chefs Militaires préoccupés par la gravité des divisions du pays, et par la menace d’une guerre civile, rien n’a fait changer l’attitude du « Président élu », mais mal élu, si on tient compte du nombre des abstentions et des irrégularités aux quelles les Islamistes se sont livrés, lors du scrutin.

Alors certes, on peut condamner l’Armée pour la brutalité de son intervention.

Mais cette brutalité ne répond-elle pas à une autre brutalité ????

Le nombre des morts militaires, peu souvent évoqué par nos médias, démontre que ceux qui leur faisaient face était armés eux aussi…. Le réflexe d’un soldat, quand on lui tire dessus à balles réelles, c’est de répondre avec les mêmes armes. La « légitime défense » n’est pas interdite aux militaires.

La crise égyptienne risque donc d’apparaître comme un nouveau révélateur du désarroi de l’Occident face à la menace grandissante d’un affrontement recherché par une véritable « Internationale islamiste ».

L’Europe, tentée , par la voix inaudible de sa « Ministre des Affaires étrangères »d’apporter son appui et sa caution au Président déchu, condamne à minima le « coup d’Etat’ des militaires, au nom du respect des règles de la démocratie, feignant d’oublier qu’elles avaient été piétinées par l’entêtement de Morsi.

Quand à l’Amérique d’Obama, elle reste paralysée par les hésitations d’un Président qui n’inspire plus aucun enthousiasme, sauf en Afrique noire dont il revendique ses origines. Son inaction aura constitué le pendant de l’activisme de son prédécésseur.

Le déni de réalité qui est devenue la plaie d’un Occident qui voudrait continuer à vivre dans le doux rêve d’une cohabitation pacifique avec un monde Musulman en pleine crise ( j’y reviendrai ), est à la hauteur de la lucidité qui s’exprime, à ce sujet , dans de nombreux pays arabes.(1)

Comme toujours, devant la difficulté de discerner, dans les analyses de nos médias, la lueur de lucidité qui nous permettrait de mieux comprendre les défis auxquel nous sommes confrontés, il vaut mieux se tourner vers la Presse du monde Arabe, souvent plus libre dans ses prises de position que la nôtre ficelée dans les filets du « politiquement correct » et tétanisée par la crainte permanente de se voir accuser « d’islamophobie »….

C’est dans la Presse arabe que l’on trouve le plus souvent le rappel de la devise des Frères Musulmans, que les Occidentaux feignent d’ignorer: » Allah est notre Dieu, Mohamed est notre chef, le Coran est notre Loi, le Djihad est notre but, et le martyr notre espérance pour accéder au Paradis « ….

« Allah est notre but, le prophète notre chef, le Coran notre constitution, le djihad notre voie, le martyre notre plus grande espérance »
Read more at http://www.atlantico.fr/pepites/egypte-plus-80-morts-mosquee-assiegee-police-817442.html#8Mfj4v1TKMv6Xrut.99
« Allah est notre but, le prophète notre chef, le Coran notre constitution, le djihad notre voie, le martyre notre plus grande espérance »
Read more at http://www.atlantico.fr/pepites/egypte-plus-80-morts-mosquee-assiegee-police-817442.html#gqKjLq7beH2FT8mO.99
« Allah est notre but, le prophète notre chef, le Coran notre constitution, le djihad notre voie, le martyre notre plus grande espérance »
Read more at http://www.atlantico.fr/pepites/egypte-plus-80-morts-mosquee-assiegee-police-817442.html#gqKjLq7beH2FT8mO.99
« Allah est notre but, le prophète notre chef, le Coran notre constitution, le djihad notre voie, le martyre notre plus grande espérance »
Read more at http://www.atlantico.fr/pepites/egypte-plus-80-morts-mosquee-assiegee-police-817442.html#gqKjLq7beH2FT8mO.99

Pour prendre la mesure de la menace que fait peser la nouvelle « Internationale Islamique », il faut lire l’article remarquable paru dans le quotidien algérien « El Watan »:

http://www.elwatan.com/contributions/algerie-egypte-tunisie-face-au-progres-l-internationale-islamiste-13-08-2013-224443_120.php

Lire, pour ouvrir les yeux sur d’autres analyses que celles qui nous sont proposées dans nos médias tétanisés par cet Islam auquel ils ne comprennent rien….

Et réfléchir à la « désoccidentalisation » d’un Monde en pleine mutation!!!

(1) Lire la suite :  » EGYPTE. 2.- La France tétanisée ou Qatarisée ??? »