Les Juges intègres…


Daumier

La mise en examen de Nicolas Sarkozy soulève une tempête de réactions dans la classe politique, à droite comme à gauche.

Dans cette affaire, je n’ai aucune opinion personnelle sur la culpabilité ou l’innocence de l’ancien Président par rapport aux faits qui lui sont reprochés par le Juge d’Instruction Gentil.

Mais je veux réagir ici, en citoyen libre de ses opinions, et en Républicain soucieux de la préservation des principes et des valeurs de la République.

On ne peut qu’être d’accord avec ceux qui, à gauche, protestent contre ceux qui, par leurs attitudes ou par leurs propos, portent atteinte à « l’indépendance de la Justice ».

Car qui peut contester que le respect de cette indépendance constitue l’un des fondements de nos Institutions, et que celles-ci reposent sur un équilibre des pouvoirs entre le législatif, l’exécutif et le judiciaire???  

Les pays dans lesquels cet équilibre est compromis, sombrent assez rapidement dans un désordre institutionnel qui conduit à l’anarchie ou à la dictature, que ce soit celle du prolétariat ou celle d’un despote.

Mon propos, concerne une confusion qui émerge des discours tenus par tous ceux qui s’estiment autorisés à commenter la décision du Juge Gentil. Il est indifféremment question, chez les uns ou les autres, d’indépendance, ou d’impartialité des juges, ces deux notions paraissant se confondre dans l’esprit de certains. 

Or, ces deux notions ne se confondent pas: chacune d’elles est nécessaire à l’autre, ce qui les rend non seulement complémentaires, mais indissociables.

Et c’est là que « le bât blesse »: l’indépendance de la Justice ne se conçoit que dans le cadre d’une insoupçonnable impartialité.

Car ce qui suscite aujourd’hui, une perte de confiance des citoyens dans l’Institution Judiciaire, c’est le constat d’une dérive chez certains Juges, qui les conduit à exprimer à travers l’exercice de leur noble fonction, des convictions idéologiques, voire des engagements politiques, les rendant suspects de partialité alors que l’indépendance de l’Institution qu’ils représentent les place au-dessus de toute critique sur la manière dont ils jugent.

Certes les Juges sont des citoyens comme les autres et ils ont le droit d’avoir des opinions, comme tous citoyens. Mais ont-ils le droit de les exprimer, en dehors du cadre privé, et particulièrement quand ils ont à juger un citoyen qui ne partage pas leurs convictions ???

L’actualité récente a montré, à la stupéfaction des citoyens confiants dans leurs Institutions, qu’il y avait, dans notre magistrature, des Juges de droite ou des Juges de Gauche. Et même, que certains de ces Juges étaient « proches » de telle ou telle éminence politique, ce qui les situait dans un camp, ou dans l’autre.

Une anecdote. Je cite souvent ici Philippe Bilger, cet ancien Magistrat, qui s’est reconverti dans un Cabinet d’Avocats, et qui tient un blog de qualité sur le site de l’hebdomadaire Marianne. Cet ancien Magistrat est souvent sollicité pour participer à des débats, à la radio ou à la télévision. Il s’exprime, en général, avec mesure, avec du recul, et avec un réel souci d’équité dans ses jugements.

Or, je regardais récemment l’émission « C dans l’Air », animée par un journaliste de talent, qui veille avec une certaine autorité à l’impartialité des débats. Le sujet était évidemment, la mise en examen de Sarkozy. Et notre ancien Magistrat a tenu de tels propos sur l’ancien Président qu’il était difficile de ne pas le classer parmi ceux qui cultivent encore aujourd’hui, la détestation de « l’homme Sarkozy ». Au point que certains télespectateurs,- qui peuvent intervenir en direct dans l’émission, via internet -, s’en sont étonnés et ont mis en doute « l’impartialité » du Magistrat Philippe Bilger, lequel, rougissant (!!!), en a été affecté au point de revenir sur certains de ses propos pour les modérer.

Cette anecdote est significative. Les Juges, pour être des Magistrats n’en sont pas moins des hommes….

Il est clair qu’un contentieux a opposé l’ancien Président à la Magistrature. Emporté dans son désir de réformes en rupture avec ses prédécesseurs, il a voulu, après avoir bouleversé la carte judiciaire, s’attaquer aux Juges d’Instruction, qui, au cours du quinquennat précédent, avaient été accusés, dans certaines affaires, d’abus de pouvoir.

Les méthodes expéditives de l’ancien Président, ont manifestement « indisposé » des Juges habitués à être traités avec beaucoup plus de componction.

Les Juges se sont « rebiffés », oubliant parfois qu’ils sont nommés et non élus, et qu’ils ne sont pas fondés à contester, en dehors des cadres institutionnels, les lois issues d’un vote démocratique.

Ils sont encore moins fondés à s’opposer frontalement à un Président élu au suffrage universel sur la base d’un programme soumis aux électeurs.

Si la question de savoir dans quelle mesure l’ancien Président n’a pas pêché, parfois, par abus de ses pouvoirs est légitime, on est également en droit de s’interroger sur l’attitude de certains Juges, qui soulève la question des limites au-delà desquelles il existe le risque d’un conflit de pouvoirs entre « le Judiciaire » et « l’Exécutif ».

Car, l’indépendance de la Justice, a pour corollaire et pour contrepartie, son impartialité et sa neutralité politique.

La France est, sur ce terrain également, sur une pente qui la rapproche de plus en plus des démocraties italiennes ou espagnoles, où des Juges  aux engagements proclamés sont devenus des électrons libres de l’appareil judiciaire: les « affaires  » se sont mal terminées pour certains juges comme le Juge Garson en Espagne ou d’autres en Italie….

Il ne faudrait pas qu’en France, les dérives, voire les dévoiements du personnel politique, conduisent insensiblement à « la République des Juges », qui au nom d’une Justice « engagée » conduirait aux pires excès.

PS: Selon Wikipedia,  « Les Juges intègres » est le panneau inférieur du retable de L’Adoration de l’agneau mystique, commencé par Hubert van Eyck et achevé par son frère cadet Jan van Eyck. Il est volé le 10 ou 11 avril 1934 et porté manquant depuis ».

Il n’y aurait donc plus de « Juges Intègres » même dans ce célèbre retable ???

Juges

Une réflexion au sujet de « Les Juges intègres… »

  1. J’ai lu votre billet, frappé au coin du bon sens, sur le blog de monsieur Bilger, ce qui me permet de découvrir votre propre blog. Bravo pour votre intervention. J’épouse entièrement votre approche de cet épineux problème.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.