La France,…les Français….


République

La France traverse une crise grave.

Il ne s’agit pas ici, de crise économique ou financière. Sur ces sujets, tout a été dit, ou presque….Et même, le contraire de tout.

Il s’agit d’un mal beaucoup plus profond, qui ronge ce pays depuis quelques décennies. Un mal qui, depuis peu atteint une sorte de paroxysme.

Les symptômes, de plus en plus apparents, se multiplient et conduisent à un diagnostic inquiétant: les Français s’admirent et s’aiment individuellement, mais se détestent de plus en plus collectivement.

Bien pis, ils sont de plus en plus nombreux à détester la France !!! Ce beau pays, si souvent dénigré, par les Français eux-mêmes, est soumis, depuis cinquante ans à un feu nourri de critiques qui, de l’intérieur, affaiblissent l’autorité et le prestige de ses Institutions.

Ce pays s’ est condamné à une éternelle repentance, à l’oubli de son passé prestigieux, au renement de son Histoire, au dénigrement de ceux aux quels il offre son hospitalité et qui sont les premiers à afficher leur détestation des Français et aux gesticulations hystériques de minorités qui veulent imposer à la majorité des Français, leur conception d’une société dans laquelle ils pourraient enfin « vivre et jouir sans entrave »….

Les signes de ce « désamour » se multiplient.

Depuis Ernest Renan, nous savions qu’un Français ne peut pas se sentir heureux, tant qu’un autre Français de son entourage, proche ou lointain, lui semble être plus heureux que lui. De même qu’un Français est prêt à accepter d’affronter tous les malheurs, à condition qu’il sache qu’autour de lui, d’autres Français sont plus malheureux que lui….Depuis 1789, les exemples de cette attitude viscérale se sont multipliés.

C’est sans doute ce qui explique, aujourd’hui, que les Français, qui savent que l’heure des sacrifices est arrivée, et que plus rien ne sert de nier d’incontournables réalités, soudain, n’aiment plus « les riches ».

Ils les détestent au point de créer, autour d’eux, un climat qui les fait fuir, de plus en plus nombreux, un peu comme si « les pauvres » avaient le sentiment qu’en demeurant entre « pauvres », la pauvreté leur paraîtrait moins insupportable. Le bon sens chinois enseigne pourtant, que lorsque les riches grossissent, les pauvres ont moins faim, mais que lorsque les riches ont faim, les pauvres crêvent dans la famine.

« Les riches », de leur côté, n’aiment plus la France.

Ou du moins « cette France là »……

Car le malaise créé autour des élites,- les vraies élites, celles qui enrichissent la France de leurs découvertes, de leurs œuvres, et de leur talent , celles qui contribuent à son prestige -, ces élites là ne pensent désormais qu’à fuir ce pays qui n’attire plus que des parasites, qui, tout en profitant d’une «générosité » débridée, tirent la France vers le bas.

L’affaire Depardieu, par ses outrances, en est une illustration médiatisée. Parmi tant d’autres. Car les médias prompts à saisir une occasion de masquer le vide de leur contenu ont « sauté » sur cette lamentable affaire, en faisant mine d’ignorer qu’avant elle, il y en a eu beaucoup d’autres, moins médiatisées…..

Je partage le point de vue de Jacques Attali, exprimé sur le site de l’Express.fr: http://www.lexpress.fr/actualite/societe/gerard-depardieu-miroir-des-francais_1206825.html

 Le « cas » Depardieu ( je cite), «  est d’abord le révélateur d’un peuple mal à l’aise avec lui-même: en France, les riches sont mécontents parce qu’ils sont dénigrés, montrés du doigt. Les pauvres le sont aussi, parce qu’ils sont au chômage ou menacés de l’être. Tous sont tentés de partir et admirent Gérard, qui ose le faire. Il est celui que tous voudraient être: multiple, insaisissable, refusant toute hiérarchie, tout à la fois Gavroche et Jean Valjean. Il est aussi, comme la plupart des êtres humains, incapable de se satisfaire d’une seule vie, et tente donc dramatiquement d’en vivre plusieurs à la fois, réelles et virtuelles. Gérard Depardieu est donc aussi le nom qu’on peut donner à la tragédie de l’être humain, incapable d’échapper à son enveloppe charnelle. Et qui, malgré tous ses subterfuges, malgré le divertissement de soi et des autres, sait qu’il reste mortel. Comme presque tous ceux qui ont cette lucidité-là, Gérard se déteste de se savoir mortel. Et il accélère ce qu’il redoute, pour ne pas avoir à l’attendre.

C’est cela qu’il faut le plus apprendre de Gérard Depardieu. Et c’est de cela qu’il faut le plus se méfier: que la fascination d’un peuple pour un homme, qui le représente si bien, ne le pousse pas à s’autodétruire. »(Fin de citation).

Cela ne me dérange pas, personnellement, que Depardieu, cet artiste au talent énorme, qui a si bien interprété Raspoutine, choisisse de devenir Russe: il y a eu tant de Russes qui, pour fuir la révolution bolchevique, sont devenus français, à une époque où la France attirait plus de talents que de parasites.

Qui oserait parmi les gens de culture, aujourd’hui, traiter les Diaghilev, les Noureev,les Nijinsky les Stravinsky de traitres à la Russie ??? Que Depardieu trouve refuge en Russie, à un moment où flotte en France un parfum révolutionnaire, ne serait-ce point une sorte de symbole ???

D’ailleurs, personne ne s’est étranglé de fureur, en France, lorsque Luc Montagnier, ce Prix Nobel français qui fut l’un des précurseurs en matière de connaissance du SIDA a dû s’exiler aux Etats Unis et prendre un passeport américain, pour poursuivre ses recherches, et échapper aux absurdités du carcan de la bureaucratie française qui l’obligeaient, à 60 ans, à prendre sa retraite de chercheur….

Vu de « l’étranger », ces soubresauts de rancoeurs des Français à l’égard de ceux qui réussissent, ont quelque chose de surprenant.

De nombreux pays sont prêts à accueillir, les bras ouverts, ceux qui, par leur goût d’entreprendre, par leur talent, par leurs succès, se sont attiré la détestation de leurs compatriotes.

Et la France, silencieusement, se saigne. Sous le regard indifférent de ceux qui restent….

La Silicon Valley accueille nos inventeurs, ceux qui dans les nouvelles technologies fabriquent les instruments de la croissance et de la prospérité de demain.  Le Canada encourage les jeunes français qui ont une qualification à rejoindre « la Belle Province ». Londres est devenue la quatrième ville française dans le monde,…bien devant Bruxelles. Cadres de la finance, mais aussi restaurateurs, pâtissiers, artistes y trouvent un cadre favorable à leurs projets, et souvent, à leur réussite.

Car « l’affaire » Depardieu n’est qu’un symptôme. Le problème n’est pas Depardieu, mais les raisons qui ont suscité sa révolte et l’ont poussé à s’expatrier.

La Gauche reprochait à Sarkozy, un discours « clivant », opposant « ceux qui se lèvent tôt le matin pour aller travailler », à ceux qui préféraient  « la condition d’assistés ».  A ce discours, la Gauche a substitué un discours non moins clivant, opposant ceux qui espèrent tout d’un Etat Providence, à ceux qui s’enrichissent en travaillant. Un discours teinté de haine…..  

Or, la racine du mal qui mine la France, c’est le comportement prédateur d’un Etat devenu boulimique, incapable de se réformer, incapable de réduire son « train de vie » autrement qu’en prenant des mesures cosmétiques, telles que la baisse (apparente) du salaire du Président de la République et de ses Ministres.

Victimes de leur déni permanent de la réalité, d’une absence de courage et d’un refus de dire, – à un peuple pourtant prêt à l’entendre -, la vérité sur le véritable état de la France, et sur les enjeux du défi qu’elle doit affronter, face à un nouvel état du monde, les Socialistes, s’ils ne se dégagent pas de l’emprise de « la Gauche de la Gauche », (cet euphémisme inventé pour éviter d’évoquer l’extrémisme de cette gauche là, celle qui par ses pulsions totalitaires fait peur à beaucoup de Français), entraîneront la France sur la pente dangereuse du déclin.

Car la France n’est pas gouvernée par des gens qui se sont illustrés par leur réussite dans un monde de compétition, tel que celui de l’entreprise, mais par des fonctionnaires, parfois brillants, mais dont l’intelligence s’est mise au service de leur « ego » et de leurs ambitions arrivistes. Ils sont habiles à se mouvoir dans un univers d’apparatchiks privilégiés,  grâce au talent acquis sur les bancs de Sciences Po, ou de l’ENA, où l’on apprend à discourir sur tout, même pour ne rien dire, afin d’endormir ceux qui les écoutent, à coup de « prêchi-prêcha » sur les « valeurs républicaines »….. 

La composition de notre Parlement en témoigne de manière éloquente….

Il n’est donc pas impossible que Depardieu n’ait fait qu’entrouvrir une porte qui n’est pas prête à se refermer….

Les entreprises françaises, et tout particulièrement les PME, ont été ruinées par une fiscalité aveugle, par un syndicalisme destructeur, et par un déficit d’innovation en partie dû à la fuite des cerveaux innovants. Appauvries, souffrant d’un manque de profits qui se traduit par une insuffisance de capitaux propres, elles ont trop longtemps survécu à crédit, et se heurtent aujourd’hui à la difficulté d’emprunter auprès des Banques.

Les actionnaires individuels, les épargnants qui en souscrivant aux actions des entreprises, contribuent à leur « capitalisation », ont été ruinés par la chute vertigineuse de la bourse en dix ans. Leur nombre est passé de 6,5 millions à 4 millions en vingt ans.

Les salariés français n’ont pas encore compris, – car personne n’a le courage de le leur expliquer -, que si leurs entreprises sont engagées dans une dure compétition mondiale, ils sont eux-mêmes en compétition avec d’autres salariés aussi performants qu’eux, et moins bien protégés et surtout moins bien payés.

Aucun de ces problèmes-là ne trouvera de solution dans la « chasse aux riches ». Bien au contraire..

La France ne s’en sortira pas avec plus d’allocations à ceux qui ne travaillent pas, mais avec plus d’efforts et de sacrifices pour ceux qui travaillent.

Les Français doivent réapprendre, en outre, à aimer leurs entreprises, à être fiers des réussites individuelles ou collectives, à honorer ceux qui contribuent à la création des richesses et qui se battent avec courage, dans un environnement économique impitoyable.

Il est significatif de faire le constat navrant du classement des personnalités les plus admirées des Français: en tête viennent, des « amuseurs publics », des humoristes qui bâtissent leur notoriété et leur fortune sur le dénigrement de la société française, sous prétexte qu’ils s’y sentent mal à l’aise.

Aucun des Prix Nobel attribués à la France en 2012 ne figure parmi les Français que le peuple admire….Etonnant, non ???

Comment peut-on aimer la France quand on ne s’aime plus entre Français ????

23 réflexions au sujet de « La France,…les Français…. »

  1. berdepas Auteur de l’article

    Evidemment. Mais il a été élu au suffrage universel en tant que membre influent du Parti Socialiste. Il fait partie de « l’appareil » depuis qu’il n’est plus professeur, c’est à dire depuis longtemps….

    J'aime

  2. berdepas Auteur de l’article

    @Jacques: selon vous, donc, tout est normal ??? Normal puisque nous avons un « Président normal » qui ne peut qu’avor un Premier Ministre « normal » ???? Ceci dit 15.000 Euros de retrate pour un fonctionnaire détaché au Parti Socialiste, c’est cher payé !!!!

    J'aime

  3. Jacques

    Sauvegarde Retraites est une association loi de 1901 créée en janvier 1999

    L’association souhaite un système de retraite qui repose sur trois grands principes :

    Liberté : Liberté de partir à la retraite quand on le souhaite avec une pension en rapport avec les cotisations versées.
    Système de retraite dans lequel le montant des retraites versées est proportionnel aux cotisations payées pendant toute la carrière.

    M. Ayrault semble bien remplir les critères définis par cette Association, non ?

    jf.

    J'aime

  4. berdepas Auteur de l’article

    @Jacques: Vous avez dit apparatchik ???
    LE BILLET DE « SAUVEGARDE RETRAITES »
    ****************************************
    Jean-Marc Ayrault, roi du cumul… de régimes spéciaux !
    Cette fois, c’en est trop !
    Récemment, le Premier ministre a osé déclarer : « Tous les retraités ne sont pas des nantis ! « .
    Ainsi Jean-Marc Ayrault reconnaît sans ambages que tout le monde n’est pas à son niveau ! Nonobstant, nous allons voir que, pour sa part, il a su fort bien préparer sa retraite ; et, n’en déplaise à l’intéressé, infiniment plus avantageusement que la plupart de ses concitoyens authentiquement « normaux », eux.
    En 2009, Jean-Marc Ayrault a été classé deuxième au palmarès des as du cumul de mandats publié par le journal Le Monde. Et pour cause, voici un bon échantillon de son CV :
    • conseiller général de Loire Atlantique (de 1976 à 1982) ;
    • maire de Saint-Herblain (deux mandats, de 1977 à 1989) et de Nantes (presque quatre mandats, entre 1989 et 2012) ;
    • président du district de l’agglomération nantaise (de 1992 à 2001), puis de la Communauté urbaine Nantes-Métropole (de 2001 à 2012) ;
    • député de Loire-Atlantique (du 2 avril 1986 au 20 juillet 2012, soit pendant 26 ans) et président du Groupe socialiste à l’Assemblée nationale (de 1997 à 2012) ;
    Or, qui dit cumul des mandats, dit cumul des retraites. Et pas n’importe lesquelles… Que des retraites relevant de régimes spéciaux !
    S’il partait à la retraite maintenant, Jean-Marc Ayrault percevrait, chaque mois un petit paquet non négligeable comme cela va apparaître ci-après…
    L’opacité soigneusement entretenue autour des pensions des élus locaux empêche de chiffrer en toute exactitude ce que ses différents mandats lui rapporteront en définitive ; mais, selon nos calculs, il percevra au minimum 2 000 euros par mois au titre d’ancien maire de Saint-Herblain et de Nantes, et à peu près autant comme ancien président du district de l’agglomération nantaise puis de la communauté urbaine, soit, pour commencer, 4 000 euros…
    Mais n’oublions pas l’essentiel ! Le plus gros morceau, c’est bien sûr sa retraite d’ancien député : une pension « plein pot » de 6 630 euros par mois (en 2012), plus un gros bonus comme ancien président de groupe qui devrait lui rapporter, au bas mot, 2 500 euros supplémentaires.
    En comptant serré (nous n’avons pas pu réussir à obtenir le montant officiel de sa retraite de conseiller général…), on peut estimer que Jean-Marc Ayrault a déjà cumulé, à ce stade, plus de 13 000 euros de pension retraite.
    Et ce n’est pas tout !
    Car, même s’il n’a enseigné que quelques années, on lit sur sa biographie officielle (publiée par les services du Premier ministre) qu’il est « professeur d’allemand, depuis 1973 » !
    Grâce à cette « carrière », pour le moins fictive convenons-en, il peut donc prétendre à une pension de retraite d’enseignant : et voilà près de 1 800 euros par mois encore empochés…
    Faites le calcul : on flirte avec la barre des 15 000 euros par mois. De quoi se convaincre que si « tous les retraités ne sont pas des nantis », il en est cependant certains qui seraient, tout de même, un tantinet plus nantis que d’autres… D’autant mieux que, comme on l’a soigneusement rappelé, toutes ces pensions relèvent des régimes spéciaux !
    On ne sera pas loin de se laisser persuader que si nos gouvernants préfèrent saigner les retraites du privé plutôt que de toucher à ces fameux régimes spéciaux, c’est que dans ce cas comme dans beaucoup d’autres, ils défendent prioritairement leurs intérêts propres.
    A quand un « Premier ministre normal » avec une « retraite normale » ?

    J'aime

  5. Jacques

    Appparatchick, c’est MM Chirac, Juppé, Villepin, Copé etc…… Direct de l’Ena dans un parti politique !

    Tiens, à propos de Juppé, juste un petit rappel:

    Le Point 24/01/03
    Une retraite mal à propos

    Alain Juppé, ou l’art de se tirer une balle dans le pied… Au moment où il s’engage dans le débat sur les retraites, l’ancien Premier ministre, qui milite depuis des années pour l’allongement de la durée de cotisation des fonctionnaires, au moins à quarante ans, vient de faire valoir ses droits à la retraite d’inspecteur des finances après… trente-huit ans et trois mois ! Le Président de l’UMP se défend en affirmant qu’il ne fait qu’appliquer la loi. Et c’est exact : bien qu’il ait peu fréquenté l’Inspection des finances, Alain Juppé a pu cotiser en tant qu’élu détaché de son corps d’origine. Les cotisations sont calculées sur la base du traitement qu’il aurait touché s’il était resté à l’Inspection des finances, en tenant compte de l’avancement à l’ancienneté. Théoriquement, la retraite ne peut être prise qu’à 60 ans, mais il existe une dérogation pour les élus en cours de mandat, qui ramène la barre à 50 ans ! A 57 ans et demi, Alain Juppé n’est donc pas le plus jeune élu-fonctionnaire à la retraite. Laurent Fabius, par exemple, a pris en 2001 sa retraite du Conseil d’Etat à 55 ans… Lorsque la procédure de liquidation sera achevée, la retraite d’Alain Juppé devrait atteindre 3 654 euros par mois. A cela s’ajoutent ses indemnités de maire (1 261 euros), de président de la communauté urbaine (1 219 euros) et de député (5 522 euros) de Bordeaux. Toutefois, ces trois indemnités sont plafonnées par la procédure d’ « écrêtement » à une fois et demie l’indemnité de base de député, c’est-à-dire 7 775 euros. La retraite de fonctionnaire, en revanche, est pleinement cumulable. Le revenu global de Juppé atteindra donc 11 429 euros mensuels

    jf.

    J'aime

  6. berdepas Auteur de l’article

    @Jacques : Et alors ??? Qu’est-ce que vous voulez prouver par là ???? Qu’il faut avoir un CAP de mécanique pour faire un bon Préfet Hors-Classe ??? Ou qu’il suffit d’être un bon apparatchik au P.S. ???

    J'aime

  7. Jacques

    Claude Bartolone poursuit ses études au collège Anatole-France et, alors qu’il devait s’inscrire en CAP de mécanique, décide de continuer sa formation au lycée Turgot à Paris sur les conseils de sa professeur de français5 qui convainc ses parents, en 1965, des capacités de leur enfant. Après avoir réussi son baccalauréat, Claude Bartolone s’inscrit à l’université Pierre-et-Marie-Curie, à Paris, où il obtient une licence de mathématiques.
    Il n’entre au PS qu’en 1974.

    jf.

    J'aime

  8. Jean Pierre

    Merci pour ces informations, c’est de la confrontation que jaillit la lumière. Je m’empresse de diffuser ces infos aux amis.

    Au début du quinquénat de n. Sarkosy j’avais écrit à F. Hollande sur son blog, pour lui reprocher son travail de sape à l’encontre du Président et de son gouvernement. D’après la réponse je pense qu’il s’était adressé à moi et à d’autres probablement, et il nous avait traités à tort de « militant grincheux ». À tort parce que je ne suis ni militant ni grincheux mais raisonnable au sens républicain. Il nous faut un chef, un vrai qui rentre dans le lard des profiteurs de tous bords et surtout à la tête du pays. C’est ce que j’avais cru en 1958 lorsque l’on avait fait appel au général De Gaulle par rapport à ce que l’on subissait sous la quatrième république.
    Je m’adresse à vous parce que vous me le permettait, mais je pourrais de même écrire au Point qui n’accepte pas ma collaboration malgré mon abonnement. Je suis par nature mortifié par le défaitisme.

    J'aime

  9. Jean Pierre

    Merci pour ces informations, c’est de la confrontation que jaillit la lumière. Je m’empresse de diffuser ces infos aux amis.
    Au début du quinquénat de n. Sarkosy j’avais écrit à F. Hollande sur son blog, pour lui reprocher son travail de sape à l’encontre du Président et de son gouvernement. D’après la réponse je pense qu’il s’était adressé à moi et à d’autres probablement, et il nous avait traités à tort de « militant grincheux ». À tort parce que je ne suis ni militant ni grincheux mais raisonnable au sens républicain. Il nous faut un chef, un vrai qui rentre dans le lard des profiteurs de tous bords et surtout à la tête du pays. C’est ce que j’avais cru en 1958 lorsque l’on avait fait appel au général De Gaulle par rapport à ce que l’on subbissaitt sous la quatrième république.
    Je m’adresse à vous parce que vous me le permettait, mais je pourrais de même écrire au Point qui n’accepte pas ma collaboration malgré mon abonnement. Je suis par nature mortifié par le défaitisme.

    J'aime

  10. berdepas Auteur de l’article

    @Jean-Pierre: Exact. Mais avec la mondialisation, les entreprises de taille mondiale sont mieux armées que les PME pour se battre sur le terrain de la concurrence impitoyable que les pays émergents vont nous imposer.Les entreprises de taille mondiale s’enrichissent plus vite que les autres: certaines d’entre elles sont devenues plus puissantes que les Etats.C’est le cas de MITTAL.
    Quand aux Pieds Noirs, ont peut dire qu’aucune communauté n’a été autant stigmatisée que la nôtre. Cela ne nous a pas empêché de relever la tête, et comme vous le dites si bien, d ‘ccéder à des responsabilités aux quelles nous n’aurions jamais pu accéder en Algérie….
    Sur « les copains », lisez ceci:
    l’INCROYABLE RETRAITE PREFECTORALE DE BARTELONE
    > > > (transmis par un journaliste du parisien)
    > > > – Par la grâce du Président, Monsieur Claude Bartolone est un homme heureux. (Né le 29 juillet 1951 à Tunis sous le Protectorat français de Tunisie.)
    > > > (sources vérifiées ! : http://www.monsieur-biographie.com/celebrite/biographie/claude_bartolone-14522.php )
    > > > – Par décret, le Président de la République, son ami François Hollande, l’a réintégré dans le corps préfectoral où il ne figurait plus depuis 25 ans.
    > > > Un mois plus tard, il pouvait en conséquence prendre sa retraite de préfet honoraire hors cadre et hors classe !
    > > > Ces infos sont exactes et vérifiées !
    > > > Cliquer, ci-joint, sur le site officiel gouvernemental :
    > > > http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006061224&dateTexte=20091002
    > > > Résumons la situation financière du camarade :
    > > > – Depuis août 2012 : retraité du corps préfectoral.
    > > > – Depuis le 10 mars 2008 : conseiller général du canton de Pantin- (source vérifiée ! : http://fr.wikipedia.org/wiki/Canton_de_Pantin-Est )
    > > > – Depuis le 20 mars 2008 : Président du conseil général de la Seine-Saint-Denis.- (source vérifiée ! : http://www.seine-saint-denis.fr/Claude-BARTOLONE.html )
    > > >
    > > > – Depuis le 17 juin 2012 : député de la neuvième circonscription de la Seine-Saint-Denis—– (source vérifiée ! : http://petitsmatinsetgrandsoir.wordpress.com/2012/06/26/bartolone-haut-perche-un-jour-rentier-de-la-politique-toujours/ )
    > > > (à savoir, il est député depuis 1981)
    > > >
    > > > – Depuis le 26 juin 2012 : Président de l’Assemblée nationale.-(source vérifiée ! : http://www.assemblee-nationale.fr/14/cri/2011-2012/20120148.asp )
    > > > Même en appliquant les plafonds de cumul, on arrive à plus de trente mille euros par mois, cela peut aller.
    > > > Plus l’incroyable logement de fonction en qualité de Président de l’Assemblée Nationale.
    > > > Plus le « petit » logement de fonction en qualité de Président du Conseil Général du 93.
    > > > Avec la gauche, la magouille institutionnelle d’Etat est possible !
    > > > Ses élus qui montrent l’exemple à suivre en temps de crise aux français : Yes they can … et sans état d’âme.
    > > > Sarko et sa clique, c’étaient des amateurs, à côté de cette formidable démonstration de savoir-faire !
    > > > Pour votre parfaite information, dans le but « d’améliorer » l’homme et l’humanité et les pratiques institutionnelles de la République, ce mail doit être diffusé largement, seule la lumière dérange et peut faire reculer l’ombre.
    > > > Les journalistes sont tous MUETS ?????
    > > >
    > > > Sauf le Canard enchainé et le Parisien pour dénoncer Taubira qui est logée depuis 13 ans dans un HLM avec son salaire de député de 5.987 E nets par mois ( que d’argent de poche comme tous )!!!

    J'aime

  11. Jean Pierre

    Vous avez raison quelque part, favoriser les copains, se faire des amis par intérêt c’est le propre des gens qui disposent d’un certain pouvoir. Mais dans la situation actuelle j’ ai le sentiment quelle peut devenir explosive. Quand aux maladresses les médias ne devraient pas annoncer par exemple que les plus riches de la planète sont encore plus riche, y compris Mital. Ou comme disait
    Warren Buffet  » la lutte des classes existe, les riches sont toujours plus riche et le pauvres de plus en plus pauvre »
    Ce ne sont pas à mon avis les maladresses verbales qui font fuire les gens c’est l’avarice. Les maladresses comises à l’encontre de notre communauté (Pied noir) n’ont pas empécher la majorité d’entre nous de trouver une situation meilleur que si nous étions resté en Algérie.

    J'aime

  12. llopis andré

    Actuellement nous n’avons pas de personnage susceptible de faire les réformes nécessaires, d’une part ce serait la révolution dans les millieux politiques,d’autre part quand on voit ces fous imposer à 75% les revenus qui avec les impôts locaux,l’impôt idiot sur la fortune qui rapporte 4 milliards d’euros alors que le manque à gagner pour l’état est de 8 milliards à cause de la fuite des riches nous avons dans certains cas une imposition à plus de 100 pour 100 c’est une aberration,on n’est plus en 1789.J’entends maintenant mes enfants préparé mes petits enfants au départ pour leur préparer un avenir plus serein ailleurs,je ne peux que les comprendre.

    J'aime

  13. berdepas Auteur de l’article

    Je pense qu’avec un peu plus de discernement, un peu moins de maladresses et d’agressions verbales inutiles, le gouvernement n’aurait rencontré aucune difficulté à convaincre « les riches »de participer à l’effort national en proportion de leurs ressources.Mais « les riches » n’ont pas oublié que Hollande, alors Premier Secrétaire du Parti Socialiste, ne ratait pas une occason de déclarer « qu’il n’aimait pas les riches »….On n’attrape pas les mouches avec du vinaigre.
    J’ajoute qu’il aurait eu encore moins de difficulté à convaincre ceux qui doivent se serrer la ceinture, s’il avait montré son intention de réduire le train de vie de l’Etat, de faire cesser des libéralités dont l’Etat n’a plus les moyens, de pourchasser le fraudeurs en tous genres, d’ouvrir les Caisses de l’Etat aux sans-papiers, de contrôler l’usage frauduleux de millions de cartes « Vital », etc…etc…
    N’oublions jamais que plus de 50% des Français sont dispensés de l’impôt sur le Revenu, et que 1% des Français paient 46% de ce même impôt sur le revenu ( source INSEE) !!!

    J'aime

  14. Jean Pierre

    La situation que vous décrivez est effrayante. Je pense même que nous risquons la révolution, car pourquoi demander toujours aux mêmes de se serrer la ceinture. Je veux parler de ceux qui produisent les richesses, entre autres les ouvriers, les employés, en somme les productifs. Ceux et celles qui sont minés par l’anxiété de devoir perdre leur emploi. Je pense que ceux que l’ont appele les riches qui sont riches souvent parce que issus de familles déjà aisées financièrement et intellectuellement et qu’ont sus placer leurs enfants dans des écoles de classe devraient faire preuve de plus de compréhension. À ces gens-là les différents gouvernements ont toujours déroulé le tapis rouge. Comme disait F. Hollande au début de son mandat  » Il est normal que ceux qui ont profité du système à un moment donné payent des impôts ». Et quand je dis ont profité du système j’inclus les retraités (dont je fais partie d’ailleurs). Dénoncer les gens qui entreprennent c’est souvent de la jalousie mais ceux qui fuient le pays je les appèle des égoïstes.

    J'aime

  15. berdepas Auteur de l’article

    Cela semble vouloir dire que 8% d’entre eux ne sont pas si contents que ça…. C’est beaucoup: si je ne me trompe pas, sur la base du dernier recensement, cela ferait autour de 5 millions !!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s