Le doute s’empare de l’Europe….


Jean-Marc Ayrault est à Berlin pour défendre la politique économique de son Gouvernement. Pour sa première visite en Allemagne,  le premier ministre français, doit s’efforcer de convaincre Berlin de la volonté de la France de remplir ses engagements européens.

 Il pourra s’appuyer sur la publication, le jour même, dans les deux pays, d’un taux de croissance du PIB similaire, 0,2 % au troisième trimestre.

Tout au long de la journée, le premier ministre a multiplité les déclarations rassurantes à ses interlocuteurs allemands. « Nous respecterons l’objectif de 3 % » de déficit public par rapport au PIB en 2013, a affirmé M. Ayrault au cours d’un colloque devant des entrepreneurs allemands.

Ses déclarations sont reçues avec un scepticisme poli, car dans le même temps, la Commission européenne prévoit  un déficit de 3,5 %, l’an prochain pour la France, De nombreux économistes doutent que l’objectif de 3 % puisse être atteint, et pas seulement par la France, en raison du ralentissement de la croissance attendu du fait de la récession qui sévit dans les pays d’Europe du Sud.

Afin de tenter de sauver la face vis à vis des « marchés » qui guettent les premiers signes de défaillance française, J-M. Ayrault et Mme Merkel ont tenu une conférence de presse commune ce jeudi 15 novembre. La chancelière allemande, sans grande conviction, a souhaité « le plein succès » du pacte de compétitivité envisagé par le gouvernement français: « Nous souhaitons une France forte, tout comme la France souhaite une Allemagne forte pour que nous devenions une Europe forte », a-t-elle déclaré.

On ne peut pas dire que l’enthousiasme se reflète sur les visages des deux conférenciers au sortir de leur prestation devant les journalistes allemands.

Jean-Marc Ayrault et Angela Merkel à Berlin, le 15 novembre.
Jean-Marc Ayrault et Angela Merkel à Berlin, le 15 novembre. | AFP/ODD ANDERSEN

Jean-Marc Ayrault affiche son air habituel de chien battu, tandis que Madame Merkel semble perplexe, voire abattue par autant de légèreté du côté des autorités françaises, qui semblent ne pas avoir encore pris la mesure de l’ampleur et de la durée de la crise à laquelle l’Europe doit faire face.

 D’autant que si, depuis plusieurs jours, en Allemagne, plusieurs médias ont dépeint la France comme le nouvel « homme malade de l’Europe » , d’autres échos identiques ont été entendus en Angleterre ou l’hebdomadaire  The Economist consacrera sa Une du 17 novembre à la France, qu’il désigne comme la « bombe à retardement de l’Europe ».

La couverture de "The Economist" du 17 novembre.
La couverture de « The Economist » du 17 novembre.  | D.R.

Du côté français on tente de se rassurer en mettant en avant le fait que l’Allemagne a aussi des problèmes. Cette attitude, bien française, pourrait servir d’illustration au propos célèbre d’Ernest Renan, qui, en gros, prétend qu’un Français ne peut pas être parfaitement heureux, tant qu’à côté de lui, un autre est plus heureux que lui. Mais que le Français peut supporter les pires épreuves, s’il a le sentiment que d’autres sont bien plus malheureux que lui…..

Alors que « le malheur de l’Allemagne » ferait notre malheur à tous, car sans l’économie allemande qui sert de contrepartie et de garantie à la solidité de l’Euro, notre monnaie commune s’effondrerait, avec des conséquences catastrophiques pour tous les pays de la zone Euro.

Il est temps qu’à pied, à cheval, en train, ou en avion et même en « Sarko One », nos gouvernants parcourent le monde et ouvrent les yeux sur l’ampleur des défis qui nous sont lancés par des pays qui en moins de cinquante ans, en s’imposant des sacrifices douloureux, nous ont rattrapé dans tous les domaines de l’économie, et sont en train de nous dépasser, et, bien pire, sont en train de devenir nos principaux créanciers,-  avec les pays du Golfe….qui profitent de l’état de délabrement de nos finances, pour se payer « la France », « par appartements »…

On comprend mieux pourquoi, après avoir tant débiné son prédécesseur, François Hollande a reçu en catimini, ces derniers temps, le gratin des roitelets du Golfe, et a rendu visite, – en « SARKO ONE » s’il vous plaît !!! – au Roi d’Arabie saoudite, pour lui présenter ses hommages….

Illustration:

http://www.lepoint.fr/monde/france-bahrein-quand-francois-hollande-recoit-un-dictateur-06-08-2012-1493370_24.php

« Ironie du sort, c’est justement par un tweet (relayé par le Figaro.fr) qu’une journaliste politique de l’Agence France-Presse, accréditée à l’Élysée, s’est chargée de donner l’alerte, le 23 juillet à 11 heures du matin. Évoquant une « visite-surprise », en tout cas « pour les journalistes AFP », elle joint à son texte une photo montrant François Hollande aux côtés du roi Hamed ben Issa Al Khalifa, sur le perron de l’Élysée »

Ah !!! Les tweets !!! On ne peut plus rien faire en cachette….

14 réflexions au sujet de « Le doute s’empare de l’Europe…. »

  1. Jacques

    Pour Laurence Parisot, The Economist «a un temps de retard»
    Par Les Echos | 16/11

    S’exprimant sur la couverture de l’hebdomadaire consacrée à la France, la patronne du Medef estime que le dossier « a été conçu avant le rapport Gallois ».

    jf.

    J'aime

  2. Jacques

    Bien sûr que non, ça ne me rassure pas !
    Mais qu’on arrête de toujours nous vanter l’Allemagne, alors que celle-ci ne se porte pas mieux que la France, malgré les « décisions courageuses de Schröder »…..

    jf.

    J'aime

  3. Jacques

    Je viens de découvrir ceci:
    Le mois dernier, le chômage a progressé en Allemagne pour le septième mois consécutifs. La hausse du nombre de chômeurs a même été deux fois plus forte que ce qu’attendaient les principaux économistes.
    L’Allemagne rencontre des difficultés sur les marchés financiers. Le 5 septembre dernier, l’Etat allemand a cherché à placer 5 milliards d’euros de titres de dette. A longue échéance : septembre 2022.
    Il n’a pas trouvé preneur pour la totalité. Il n’a reçu des offres qu’à hauteur de 3,93 milliards d’euros. Ainsi donc à horizon de dix ans, l’Allemagne inquiète les financiers !

    jf.

    J'aime

  4. Jacques

    Allons, allons…..
    Enfin….. si vous le rencontrez avant nous, vous ne manquerez pas de nous faire un beau billet pour nous dire quelle tête il a et si le Prophète est bien son voisin de palier.

    jf.

    J'aime

  5. Jacques

    @ Berdepas,

    Je n’aime ni ne déteste Mme Merkel.
    D’autres que moi se chargent, en Allemagne même, de lui dire son fait, comme le célèbre sociologue et philosophe Ulrich Beck….
    En fait, je n’aime pas trop la façon dont d’aucuns la portent aux nues.
    Je m’amuse même des rappels incessants du genre: « c’est Schröder qui a fait les réformes ».
    Ce qui tendrait à dire que Mme Merkel n’a donc pas fait grand chose…..

    Quant à la visite de Premier Ministre Français à Berlin, le journal d’ARTE, ce jeudi soir à 19h45, a expliqué exactement l’inverse de vos « conclusions » ci-dessus.
    Le Représentant du FDP, Parti de coalition avec la CDU/CSU de Mme Merkel, le Directeur du journal ayant organisé un colloque avec M. Ayrault, le Président de la Confédération des Syndicats allemands ont tous exprimé leur satisfaction après les propos tenus par le Premier Ministre Français…..

    jf.

    J'aime

  6. berdepas Auteur de l’article

    @ Nadock:
    Merci pour cette information. Mon allemand étant très approximatif, je n’aurais apas relevé le lapsus !!! Etonnant pour un prof d’Allemand, non ????

    J'aime

  7. Nadock

    Madame Merkel semble perplexe, voire abattue ,sans doute suite au lapsus d’Ayrault

    A cause de l’extrême proximité de deux mots allemands aux sens totalement contraires, le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault a commis jeudi un énorme lapsus qui lui a fait qualifier le dialogue franco-allemand d' »effroyable » au lieu de « fructueux ».

    Dans la partie de son discours prononcé en allemand dans un colloque à Berlin, le Premier ministre qui voulait parler d’un « fruchtbaren Austausch » (dialogue fructueux) a dit qu’il souhaitait un « furchtbaren Austausch » (dialogue effroyable). La simple inversion du « u » et du « r » a induit un sens radicalement différent.

    En tant qu’ancien professeur d’allemand, Jean-Marc Ayrault doit parfaitement connaître la différence.
    Source : Sipa sur http://www.romandie.com/news/archives.asp#

    J'aime

  8. Jacques

    « Madame Merkel semble perplexe, voire abattue par autant de légèreté du côté des autorités françaises, qui semblent ne pas avoir encore pris la mesure de l’ampleur et de la durée de la crise à laquelle l’Europe doit faire face »

    Vous êtes devenu devin ou…mieux encore, le porte-parole de Mme Merkel ????

    Vous ignorez peut-être qu’elle s’est faite huer et conspuer dans toutes les capitales d’Europe, hier 14 novembre.
    Y compris dans son propre Pays où les manifestants se sont rassemblés sous ses propres fenêtre à Berlin mais également à Francfort et d’autres villes….
    Peut-être était-elle alors, sur votre photo, encore « abattue » par les slogans hostiles qui lui ont sifflé aux oreilles hier après-midi….

    jf.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s