Repentance ??? Rebelotte !!!


C’est avec une surprise étonnée que j’écoute, à la radio, depuis ce matin, les réactions aux récentes déclarations de « Normal 1er », à propos d’un anniversaire tragique que les Algériens de France ont pu célébrer, dans un pays qui leur permet de s’exprimer en toute liberté.

Imaginez la comémorations en Algérie, par des pieds-noirs restés là-bas, des assassinats commis par l’armée ou la police algérienne, après l’indépendance……..

Pour tout dire je m’attendais à ce genre de déclaration, surtout de la part d’un Socialiste qui se sent toujours plus léger pour dénoncer les actes attribués « aux autres », que pour assumer ceux commis par les siens….

Mais « La France » a bon dos, et les épaules larges. Elle peut donc « assumer ». Sans doute nous accordera-t-on le droit de penser que l’Algérie n’a pas encore les épaules assez larges pour assumer les actes abominables commis par les siens.

Je sais que l’on m’objectera que ces actes ont été commis par des Algériens qui luttaient pour « leur dignité » et pour « leur liberté ».

A cela, je réponds que l’on n’accède pas à une vraie dignité en commettant des actes indignes. Car pour moi, l’usage de la terreur quand il est théorisé en tant que stratégie, l’usage de  l’attentat aveugle, de l’assassinat par égorgement, par éventration des femmes enceintes, par émasculation des hommes,…et j’en passe, fait partie des actes indignes, que l’Algérie s’est toujours refusée à reconnaître.

Ceci dit, je me suis suffisamment exprimé sur l’Algérie, la Colonisation, l’Histoire « revisitée », occultée ou falsifiée de ce pays, telle qu’ont réussi à l’imposer à l’opinion, de pseudos-historiens comme Benjamin Stora , ce trotskiste impénitent, ou un Claude Manceron présenté par l’intelligentsia marxisante de la Rive Gauche comme « la référence »en matière historique sur l’Algérie, et qui finit sa « carrière » comme membre de la Ligue Arabe ( El Watan dixit ).

Je me suis suffisamment exprimé sur la duplicité de ces « historiens de pacotille », et sur le fait qu’on ne peut avoir une perception objective de l’Histoire, lorsqu’on en fait un accessoire idéologique, et un instrument de propagande. On pourra se référer à certains de mes billets antérieurs:

https://berdepas.wordpress.com/2008/05/04/repentance/

https://berdepas.wordpress.com/2008/05/24/156/

https://berdepas.wordpress.com/2012/02/19/negationisme/

https://berdepas.wordpress.com/2012/06/29/lagerie-et-la-france/

Mon commentaire d’aujourd’hui se résumera à la seule évocation de la manière dont certains historiens, relayés par les médias complaisants,  jugent les responsabilités de la France dans la répression de manifestations aux quelles elle a été confrontée, au cours de ce conflit tragique.

Je me réfère d’abord au commentaire de Daniel Scheidermann qui, chaque matin sur Arrêt sur images, publie une chronique à succès, sur les dominantes médiatiques du jour: aujourd’hui, la reconnaissance par la France de la « tuerie » du 17 Octobre 1961.

Ce chroniqueur dont les opinions de Gauche sont clairement affichées, nous dit ceci, ce matin. Je le cite:

 » Cinquante et un ans ! De Gaulle est mort, Papon est mort, et la droite française n’est toujours pas mûre pour regarder en face l’histoire de la guerre d’Algérie. »

 J’ai envie de lui répondre,

« Mais que dire des responsabilités de la Gauche, dans cette conquête puis dans cette colonisation entreprise au nom de « la Mission Civilisatrice de la France », dans le déclenchement de la Guerre d’Algérie, sous un Guy Mollet, puis un Mitterrand, pour qui « l’Algérie c’était la France », un Mitterrand qui fit décapiter des dizaines d’Algériens (ce qui , par remord lui a inspiré l’idée fermement défendue par Badinter de supprimer la peine de mort en France )???

Que dire de la responsabilité des Gouverneurs Généraux, tous Socialistes,  qui se sont succédés au cours des 40 dernières années de présence française, véritables pro-consuls de la République, qui ont fermé les yeux sur « le bourrage des urnes » et qui se sont prêtés aux exigences des  vrais Colons ( qui pour la plupart finançaient le Pari Radical, ou les Partis Socialistes, n’est-ce pas Mr Daniel Mayer, Sénateur de Constantine ??? ) opposés à toute évolution du statut des Algériens ???

Que dire de la Responsabilités des Communistes membres du Gouvernement Provisoire de la République présidé par de Gaulle, qui n’ont jamais desavoué les tueries de Mai 1945 , que beaucoup considèrent comme ayant été à l’origine de la révolte de 1954 ???

Pourtant, les recherches historiques n’ont jamais cessé, nous dit hypocritement Scheidermann et « la note Wikipédia en donne un bon aperçu. Comme toujours, d’ailleurs, il apparaît que la vérité n’est pas manichéenne ».

Pour comprendre le déchaînement policier du 17 octobre, il faut aussi se souvenir des attentats perpétrés par le FLN, les jours précédents, contre de nombreux policiers en uniforme et en civil. Quant aux mécanismes de l’occultation, aux obstacles à la lucidité mémorielle, ils sont aussi plus complexes qu’on ne pourrait l’imaginer.

Wikipédia exhume opportunément l’éditorial du Monde du 19 octobre, qui imputait au seul FLN la responsabilité du massacre » .( Fin de citation ).

Scheidermann cite par ailleurs l’historien  « Jean-Luc Einaudi qui explique le silence ultérieur, du côté algérien : il s’agissait, pour le jeune Etat, de minimiser l’action des Algériens de France, pour mieux glorifier celle des combattants d’Algérie.

Faire la lumière, la faire toute, prendra encore du temps. »( Fin de citation ).

Ô Combien  !!!

 On dit, très souvent que « c’est au plus grand de faire le premier pas ».

Pour la France, Il est fait.

La balle est maintenant chez le gouvernement Algérien et ses responsables, toujours très discrets sur la période post-indépendance.

Seule une réciprocité équilibrée des deux côtés de la méditerranée permettra de clore les amertumes et d’instaurer une véritable paix entre égaux. « La France fait un pas vers l’établissement de la vérité sur cette période. Si les Algériens acceptent d’en faire autant sur les atrocités qui ont eu lieu aussi chez eux, le temps des mea culpa pourra venir ensuite. La priorité, c’est d’ouvrir les archives. Des deux côtés de la Méditerranée ». C’est le sentiment exprimé par Hervé Gattegno dans « Le Point », et que je partage.

Mais puisque nous sommes sur le terrain de la repentance, ne le quittons pas.

Si la République a le devoir d’assumer la responsabilité des actes commis par sa Police, ne doit-elle pas, pour les mêmes raisons assumer les actes commis, – contre des Français -, par son Armée aux ordres du Général de Gaulle ???

Ainsi, le 26 mars 1962, avait lieu la fusillade de la rue d’Isly, à Alger.

Il s’agissait comme pour la tuerie du 17 Octobre, de réprimer une « manifestation interdite ». L’armée française, encadrée par des Officiers français, obéissant aux ordres formels qu’ils avaient reçus, ouvre le feu dans le tas.

Parmi la soixantaine de morts figuraient des femmes et de tout jeunes enfants français qui ont été tués par les tirs de l’armée française.

La plupart de ces Français désespérés, qui allaient devoir quitter leur maison, leur métier, une ville où ils étaient nés et avaient toujours vécu, n’avaient strictement aucun rapport avec l’OAS ni aucune organisation d’extrême droite contrairement à la légende.

Mais leur tragédie a sombré dans l’oubli.

Alors, « deux poids, deux mesures ? » .

Si on ne doit rien occulter, et c’est mon point de vue personnel, il faut tout mettre sur la table. Je dis bien TOUT. Et ne pas laisser le champ libre à quelques historiens de pacotille, pour faire une sélection dans les évènements de cette histoire tragique, et ne retenir que ceux qui vont « dans le sens de l’Histoire ». De « leur » Histoire.

Ouvrons toutes les archives, des deux côtés de la Méditerranée, sans restriction, en levant tout « secret défense », et laissons opérer les nouvelles générations d’historiens des deux côtés de la Méditerranée, débarrassés des séquelles d’un marxisme qui empoisonne la vie intellectuelle française,et contamine les intellectuels algériens, depuis plus d’un siècle.

Je cite, comme très souvent, El Watan d’aujourd’hui:  » Olivier Le Cour Grandmaison, universitaire et président de l’association 17 Octobre 1961, et Gilles Manceron, historien et membre de la Ligue arabe ( !!!), ont fait valoir qu’il reste la question des archives et leur ouverture aux historiens « . (http://www.elwatan.com/hebdo/france/hollande-reconnait-la-repression-sanglante-18-10-2012-189303_155.php )

Je ne le leur fait pas dire….Mais j’ose espérer qu’en disant cela, ils ne pensent pas qu’à l’ouverture des archives française, et qu’ils souhaite que l’Algérie également, permette aux « vrais historiens » de faire leur travail.

4 réflexions au sujet de « Repentance ??? Rebelotte !!! »

  1. Jean Pierre

    Le drame avec l’histoire que veut imposer je ne sais qui ne prend en compte que des faîts relativement récents qui sont matière à discussion et donc faire de l’argent. L’histoire ancienne si elle n’est pas controversée est relatée sous forme de roman. Le magazine Historia dont je suis abonné a pendant un an au moins dénoncé l’abandon de l’histoire au lycée.

    J'aime

  2. Jean Pierre

    Bien vu votre analyse, j’ajoute que les fameux combattants du FLN en France étaient des planqués qui avaient abandonnés le vrai combat en Algérie. Ils ont été oubliés par les dirigeants de l’algérie indépendante. Ceux sont eux pour la plus part proxénétes, souteneurs, malfrats qui ont harcelés en fin de manifestation les Harkis venus défiler pour le 14 Juillet à Paris. Et aucun d’eux n’est resté longtemps en Algérie d’ailleur, pour aider le pays. Ils ont fuits comme de la vermine. Reconnaitre leur massacre est une honte qui salie la ville de Paris. Le nombre de morts est contestables (lire sur Atlantico l’analyse d’un historien http://www.atlantico.fr/pepites/drame-17-octobre-1961-combien-morts-reellement-516333.html )

    J'aime

  3. berdepas Auteur de l’article

    @Anne-Marie:
    La vérité est qu’on n’enseigne plus l’Histoire, qui est devenue un instrument de pure propagande politiques, utilisée , dans chaque camp à des fins qui n’ont rien àvoir avec la réalité. Nos politiciens d’aujourd’hui font avant tout des « la com », et la vérité tout comme l’objectivité sont des notions qui leur sont étrangères…

    J'aime

  4. MELLE Anne-Marie

    Cher Berdepas,
    En 62, j’étais enfant, mais je savais ce qui se passait. J’entendais les adultes parler. Un peu plus tard, j’ai commencé à réfléchir par moi-même, et j’ai toujours eu le même point de vue que vous sur la tragédie des pieds-noirs en général et en particulier sur le massacre de la rue d’Isly. Décidément, on enseigne l’histoire d’une drôle de façon, dans notre beau pays! AMM.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s