« Le temps des cerises ».


Il n’est pas nécessaire d’être un fin politologue pour percevoir les ressorts profonds de la crise qui est devant nous. Cette crise est avant tout celle des illusions et de la confiance perdues, un peu partout, en Occident.

Le malaise de l’Occident se nourrit de la vacuité des discours politiciens, de la perception par les peuples angoissés, de l’absurdité des idéologies, de leur impuissance à imposer un « prêt-à-penser » universel. Ce malaise est exacerbé par le sentiment désormais ancré dans la conviction populaire, que la réalité se dresse comme un mur auquel viennent se heurter des mots vidés de leur contenu.

Les mots en « isme », souvent moqués sur ce ce blog, en raison du « systématisme »qu’ils introduisent dans le domaine de la pensée, ont perdu leur crédit.

Les XVIII et XIX èmes siècles ont vu s’effondrer le « catholicisme »et le modèle de société qu’il véhiculait. Le XXème siècle aura été celui de l’écroulement du « national socialisme », puis du  « communisme » et de la révélation des horreurs dans lesquelles ils s’étaient fourvoyés pour tenter de durer.

 Avec eux, le « socialisme » et l’idéologie sociale-démocrate ont été ébranlés. Après avoir renoncé  aux références marxistes et aux aspirations révolutionnaires  la « social-démocratie » se cherche des « repaires » nouveaux entre la gauche dite « révolutionnaire », le centre-gauche réformiste et  l’économie de marché. Sa vocation à remplir la fonction de « redistribution des richesses »est vidée de l’essentiel de son contenu en période de récession où s’impose la necessité de « créer des richesses » avant d’en distribuer…..

Quand au « libéralisme », traversé par de nombreux courants qui rendent parfois sa doctrine illisible, il subit, en ce XXIème siècle, le choc en retour des crises financières puis de la crise économique engendrée par celle de la « dette souveraine » des nations occidentales, dans les quelles j’inclus, par commodité, le Japon et les Etats Unis. Entraîné par une nouvelle génération d’idéologues « ultra-libéraux » dans des excès ravageurs, il prête le flanc aux attaques de ceux qui voient dans sa doctrine, la fin des valeurs de « solidarité ».

Nous sommes au milieu du gué.

Et les Français sont devenus sceptiques et allérgiques à tout nouveau « cathéchisme ».

Ils ne croient plus aux grandes envolées lyriques autour des thèmes favoris de ceux qui nous auront amenés dans l’impasse par quarante ans de discours fumeux, de finasseries sémantiques pour chasser du vocabulaire, pourtant nécessaire à toute saine pédagogie, les mots qui fâchent, tels que « la rigueur », « le courage », l »effort », « le travail », « la compétition », qui sont pourtant » les mots clés » de la réussite des pays qui sont en train de nous réduire à ce que nous sommes.

Devenus dépendants d’un Etat impuissant, dont les Caisses sont vides, les Français font mine de croire qu’ils peuvent continuer à tout espérer d’un pays écrasé par le poids de son endettement, un pays qui sous peu, sera devenu le premier emprunteur de la zone Euro.

Ce pays qui glisse imperceptiblement vers le mal qui ronge ses habitants, celui de « l’assistanat », rêve de se faire soutenir par l’Allemagne, qui a eu la chance d’avoir été gouvernée par des Socialistes lucides et courageux et qui ont su prendre en temps opportun les décisions qui l’ont remise sur le chemin de la vertu, au risque de perdre leur électorat. 

C’est tout le sens du combat peu glorieux mené par la Gauche française, François Hollande en tête: celui de la « mutualisation des dettes » des pays du « Vieux Continent ». Ce qui reviendrait à faire payer par ceux qui ont géré leurs affaires « en bons pères de familles », les dérives laxistes, la philanthropie d’un Etat qui n’a pas encore compris qu’il ne pouvait plus continuer à « faire le riche » et « faire le généreux » avec l’argent qu’il n’a pas.

Hollande s’est trouvé des alliés, dans ce combat, auprès des pays qui sont en piteux état, ceux du « Club Med », dont l’effondrement de la croissance mondiale a mis à nu l’état catastrophique des finances  engendré par une gestion calamiteuse, faite d’imprévoyance, de gabegies, de corruption, d’incivisme et de légereté.

 » L’Allemagne paiera » !!! Cette petite musique illusoire ne tient aucun compte d’un phénomène qui a peu à peu, gagné toute l’Europe: ceux qui travaillent, qui acceptent des sacrifices, ceux qui mobilisent leur intelligence dans la création de richesses, plutôt que dans des proclamations incantatoires, ne veulent plus payer pour ceux qui ont pris l’habitude de se « faire raser gratis »….. 

Pour arroser ce bouquet d’illusions, les champions du « poker-menteur » font mine de croire au retour d’une croissance qui permettrait de reprendre la « fuite en avant ».

Comme si, même dans le cas peu probable d’une proche reprise mondiale, la France qui a gâché toutes ses chances en matière de compétitivité, était en mesure de profiter de cette reprise, comme a pu le faire le Gouvernement de Lionel Jospin, en son temps,…pour réduire le temps de travail hebdomadaire à 35 heures, ce qu’aucun pays, sur la planète n’avait jamais osé faire jusqu’ici !!!

Il y a désormais, en France, ceux qui attendent et espèrent en chantant,  » quand reviendra le temps des cerises », alors qu’il n’y a plus de cerisiers, et ceux qui vont « planter leur choux ailleurs », là où leur récolte ne sera pas confisquée par ceux qui ont faim, et qui devront, au moins pour un temps, se contenter de queues de cerises….

Quand nous chanterons le temps des cerises
Et gai rossignol et merle moqueur
Seront tous en fête.
Les belles auront la folie en tête
Et les amoureux du soleil au cœur.
Quand nous chanterons le temps des cerises
Sifflera bien mieux le merle moqueur.

 

11 réflexions au sujet de « « Le temps des cerises ». »

  1. @Jacques: C’est bien !!! Bravo , la France !!!. Je croyais que la Gauche avait hérité de la pire des situations en Europe ??? Le rapport de la Cour des Comptes demandé par Hollande ne racontait donc pas que des sottises ???
    Alors qu’est-ce qu’on veut de plus de la part des Allemands ??? Laissons-les rembourser leurs dettes en paix !!! Mais remboursons les nôtres….avant qu’il ne soit trop tard .

    J'aime

  2. Le pourcentage du PIB est pourtant une manière de comparaison fort utile.
    Ainsi la dette de la Grèce se ponte à 158% de son PIB. Celle de l’Allemagne, la « vertueuse » à 185%……

    La France qui « fait la manche », emprunte depuis juillet dernier à des taux « négatifs » !!!

    Quant à l’Allemagne la « vertueuse », elle aussi a largement recours aux emprunts « sur le marché ».

    Elle fait donc « autant la manche » que la France !

    jf.

    J'aime

  3. @ Jacques: Ce n’est pas le niveau d’endettement qui compte. C’est la confiance que ceux qui vous prêtent le produit de leurs économies, ont dans votre crédibilité et votre capacité de les rembourser. Nous sommes un « Grand Pys » ( Hollande dixit ) qui est obligé de faire la manche. Heureusement pour nous, nous avons un « Grand Président »….

    J'aime

  4. Les 5 phrases qui suivent sont possiblement les meilleures conclusions sortant de cette expérience :

    1. Vous ne pouvez pas ordonner aux pauvres d’obtenir le succès en ordonnant aux riches de ne plus en avoir.

    2. Ce qu’une personne reçoit sans avoir à travailler, une autre personne doit travailler sans en recevoir la récompense.

    3. Le gouvernement ne peut donner quelque chose à quelqu’un sans l’avoir enlevé à quelqu’un d’autre auparavant.

    4. Vous ne pouvez pas multiplier la richesse en la divisant !

    5. Lorsque la moitié du peuple perçoit l’idée qu’ils n’ont pas besoin de travailler car l’autre partie va s’occuper d’eux et
    lorsque l’autre moitié comprend que ça ne vaut pas la peine de travailler car quelqu’un d’autre récoltera
    ce qu’ils méritent par leur efforts, cela est le début de la fin de toute une nation.

    J'aime

  5. homme est vraiment un génie?

    Un professeur d’économie dans un collège a annoncé qu’il n’avait jamais eu un étudiant qui avait failli son cours mais il s’est retrouvé à faillir
    une classe entière récemment.

    La classe entière avait insisté pour dire que le socialisme fonctionne et que, par conséquent, personne ne serait ni pauvre ni riche.
    Un égaliseur extraordinaire.

    Alors, le professeur annonça : « D’ACCORD ! nous allons tenter une petite expérience en classe ».
    Je prendrai la moyenne de toutes vos notes.

    Vous aurez alors tous la même note, personne ne faillira ni n’aura un A….
    (en remplaçant les dollars par des notes, on aura un résultat plus concret et mieux compris par tous).

    Après le premier examen, les notes furent moyennées et tout le monde obtint un B.
    Ceux qui avaient étudié fort étaient déçus et ceux qui avaient étudié peu étaient ravis.

    Lors du deuxième examen, ceux qui avaient étudié peu, étudièrent moins
    et ceux qui avaient étudié fort décidèrent de prendre la route du peuple libre et étudièrent peu.

    La moyenne du deuxième examen fut un D ! Personne n’était content. Lors du troisième examen, la moyenne fut un F.

    Pendant les examens ultérieurs, les notes ne montèrent jamais, les pointages de doigts commencèrent, les jugements dominaient les conversations
    et tout le monde se sentait mal. Personne ne voulut étudier pour le bénéfice de l’autre.

    À la grande surprise de tout le monde, ils faillirent tous.
    C’est alors que le professeur déclara que le socialisme était pour faillir ultimement car lorsque la récompense est grande, l’effort pour réussir
    est grand aussi.
    Mais lorsque le gouvernement enlève toutes les récompenses, personne ne fournira l’effort ni voudra réussir.

    Cela ne pourrait être plus simple.

    Les 5 phrases qui suivent sont possi

    J'aime

  6. En effet, il aura bien de quoi siffler, cet oiseau pourtant si sympathique! Les Allemands, qui se sont tus longtemps (culpabilité oblige, et l’on sait à quel point tous les pays qui ont participé aux deux conflits mondiaux du XXe siècle les ont mis à (juste?) contribution), commencent à roumionner. D’ici à ce qu’ils disent « nein! », il n’y a pas loin. Il ne nous restera plus qu’à siffler, avec les merles. AMM.

    J'aime

  7. Bien dit. C’est ce que j’appelle une excellente synthèse de la situation, exercice dans lequel je ne suis pas très douée…Je vais donc transférer ce lien au plus grand nombre. Merci et bonne journée!

    J'aime

  8. « Lapsus » volontaire !!! Les « prédateurs » son toujours à la recherche de « repaires »…..Quand aux dettes respectives de la France et de l’Allemagne, je ne sais quels sont les bons chiffres. Mais ce que je sais, c’est que c’est la France qui tend sa sibille ….

    J'aime

  9. la « social-démocratie » se cherche des repaires nouveaux …
    Lapsus révélateur ?????

    D’autre part, il me semble avoir entendu dire:
    – La dette de l’Allemagne représente 185% de son PIB.
    – La dette de la France représente 85% de son PIB.

    jf.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.