Après le doute, la chute…


Et, …. plus fort sera le doute, plus dure sera la chute….

Dans un précédent billet, j’évoquais « le doute » qui s’est emparé des Français, après les premiers cent jours de règne de notre « Grand Président ».

Le doute se transformant, peu à peu, en défiance, la côte de popularité du chef de l’État s’effondre dans le baromètre Ipsos-Le Point de cette semaine. François Hollande perd 11 points : 44 % de bonnes opinions (47 % de mauvaises).

C’est un déclin particulièrement rapide, après moins de quatre mois au pouvoir.

 Tous les signaux sont cohérents et démontrent que l’on passe insensiblement d’une perte de confiance, à un début de défiance profonde.

Car après trois mois d’anti-Sarkozysme quasi hystérique, le sondages font ressortir que chez Hollande, ce n’est pas la « personne » drapée dans une « normalitude » caricaturale ni le style rondouillard et décontracté qui sont désavoués mais bel et  bien sa politique.

Le pire, c’est qu’il entraîne avec lui, son Premier Ministre dans sa chute.

Certes Hollande est une victime de plus de la crise économique, qui n’a épargné aucun gouvernement au pouvoir en Europe, mais aussi – et surtout ? – de la crise de confiance qui touche l’ensemble du monde politique, dont on doute, partout, de la capacité à prendre les décisions douloureuses qui s’imposent, dans la plupart des pays, pour redresser la situation économique européenne.

En outre, la critique, souvent violente de l’action conduite sous l’anciènne majorité, n’a pas contribué à rehausser le prestige du personnel politique au pouvoir sous Sarkozy.

Mais surtout, elle a créée une attente démesurée chez ceux qui espéraient qu’un changement d’homme et de style à la tête de l’Etat suffirait à surmonter les énormes difficultés qui sont devant nous.

On se souvient des interventions « musclées » de Jean-Marc Ayrault, à l’Assemblée Nationale, à l’occasion des questions écrites au Gouvernement, assorties de critiques systématiques de toutes les initiatives de ceux qui étaient au pouvoir. On a envie de sourire, à l’entendre faire appel au « patriotisme » des catégories de Français qu’il a souvent fustigées, pour qu’elles participent au succès d’une politique à la quelle personne ne croit.

De ce point de vue, on peut dire que François Hollande récolte ce qu’il a semé : la confusion.

Les artifices et les faux fuyants dont Hollande a abusé pendant sa campagne, s’abritant derrière un anti-Sarkozysme virulent dont il a su entretenir la flamme jusqu’au bout, risquent maintenant de se retourner contre lui, car peu à peu, le brouillard se dissipe et le paysage est plutôt morne.

Personne n’entrevoit les perspectives nouvelles que ce changement de majorité a ouvert au pays, en dehors des recettes classiques, qui consistent à combattre le chômage en créant des « emplois bidons », à combattre le déficit budgétaire en alourdissant la dépense publique plutôt qu’en réduisant le « train de vie  » de l’Etat autrement que par des mesures symboliques et purement cosmétiques, telles que la réduction des salaires des Ministres ou en banalisant l’usage du TGV pour les voyages présidentiels.

 L’opinion de gauche commence à s’agiter car elle trouve les mesures sociales annoncées notoirement insuffisantes par rapport aux espoirs qu’avaient fait naître les promesses. En essayant de damer le pion de la Droite sur le terrain de l’insécurité, en durcissant ses positions sur les Roms condamnés comme sous Sarkozy à des expulsions, certes légalisées, mais non moins choquantes il surprend et déçoit « le peuple de Gauche »… 

 Car il faudra plus que de la rondeur pour  briser la spirale de mécontentements qui, à gauche, attend Hollande, dans les prochains mois. Il a du souci à se faire vu les mauvais résultats de la croissance, ceux du commerce extérieur, et bien entendu, ceux du chômage…..

Pour couronner le tout, ajoutons que la Presse, frustrée de n’avoir plus grand chose à se mettre sous la dent, habituée sous Sarkozy à être « nourrie » quotidiennement par la vie intime et  l’agitation de l’ancien Président, commence à se faire les dents sur la vie privée de ce nouveau Président « pas si normal que ça »….

Les articles, les livres commencent à fleurir dans le paysage médiatique et s’intéressent au trio infernal que forme notre François entre Ségolène et Valérie.

Dans La Favorite (Fayard), Laurent Greilsamer décrypte les faits et gestes de la première dame. Avec une familiarité qui rend son ironie encore plus mordante, il se livre à une critique décapante de ses premiers pas de « première dame ». ( Le Figaro ).

Dans un livre passionnant de la journaliste Anna Cabana qui va connaître un beau succès, à la rentrée, « Trierweiler-Royal, histoire secrète », on se délectera des scènes de guerre entre les deux dames, on savourera les déchirements qu’elles se sont infligés, et l’on découvrira un François Hollande, pas très glorieux, navigant, parfois piteusement, au milieu des mauvais coups échangés par ses deux égéries.

Dans la même veine, deux autres ouvrages sont à paraître aux Éditions du Moment: celui de Sylvain Courage, journaliste au Nouvel Observateur, qui s’attelle au parcours haut en couleurs de Ségolène Royal dans L’Ex. Et celui de Christophe Jakubyszyn, directeur de la rédaction de RMC, et Alix Bouilhaguet, journaliste pour France 2 qui publient Valérie Trierweiler, le cœur du pouvoir, à paraître fin octobre.

Tout cela nous promet de beaux débats à la Télé, dans des « émissions littéraires » où les faux-culs rivaliseront avec les faux-cons.

Pour notre divertissement….

9 réflexions au sujet de « Après le doute, la chute… »

  1. berdepas Auteur de l’article

    @rocknlaw: Je partage votre point de vue. La solution des problèmes qui sont devant nous et que nous devons solutionner pour ne pas avoir la lâcheté de les laisser à nos enfants n’est ni « de droite » ni « de gauche ». L’Espagne en sait quelques chose, tout comme la Grèce qui sortent tous deux d’une longue période de gouvernance socialiste. Hollande hérite de Sarkozy, certes, mais Rajoy a hérité de Zappatero. La situation est la même, et les solutions, incontournables. Car comme disait Rocard « les faits son têtus ». Alors, un peu de courage, Messieurs les politiques….

    J'aime

  2. rocknlaw

    Excellent article.

    J’ajouterais une chose sur le fait que droite ou gauche, le résultat est le même, l’Etat a besoin d’argent.

    Les français ne peuvent rien espérer de sa politique en terme économique.. On est trop rêveur.

    J'aime

  3. berdepas Auteur de l’article

    @Anne-Marie:Je respecte votre « sensibilité » aux difficultés de ceux qui sont confrontés aux conséquences de la dureté des temps. Qui n’a pas parmi ses proches une victime de la crise actuelle ??? Mais vous connaissez sans doute mon point de vue. On ne sortira pas de cette crise par une « fuite en avant ». Un peu de rigueur ( même si le mot écorche les lèvres de certains ) ne fera pas de mal à une société qui s’est habituée à vivre au dessus de ses moyens, et qui a fait de la « générosité à crédit » un modèle que plus personne ne nous envie….
    Quand aux « frasques » de nos hommes politiques qui font la fortune de quelques « journaleux »,ils ne m’intéressent que pour souligner la légerté et l’inconsistance de ceux qui sont censés nous « gouverner » c’est à dire nous « montrer le bon chemin »…

    J'aime

  4. MELLE Anne-Marie

    « Pour notre divertissement, » dites-vous? Je ne suis pas naïve au point d’avoir cru qu’un président de gauche aplanirait toutes nos difficultés, mais le jeu politique ne me divertit plus, ou du moins de plus en plus rarement. Je pense, en particulier, aux ouvriers qui travaillent depuis l’âge de 16 ans et à qui on a supprimé, sous le gouvernement précédent (sauf erreur de ma part?) 25% de leur retraite (de 75% des revenus en activité, on est passé à 50%). Pour tous ces gens qui ont travaillé toute leur vie, et durement, dans la métallurgie par exemple (pendant que l’UIMM leur bouffait la laine sur le dos), c’est vraiment l’expression du mépris le plus profond. Je pense aussi à tous les jeunes qui ont « fait des études » qui ne mènent à rien, qui ont un niveau de culture élevé, mais à qui on n’a pas donné la moindre formation professionnelle efficace… et payante.A 28 ou 29 ans, certains n’ont jamais eu une seule proposition d’emploi stable, seulement des contrats aidés, précaires, ou même du bénévolat, auprès de SDF par exemple, parce qu’il paraît que dans un CV « ça fait bien ». Alors, les histoires de fesses des zhommes politiques, moi, je m’assois dessus, si j’ose dire, et je trouve scandaleuse la complaisance des journalistes à s’y vautrer, pour ne pas dire leur complicité. N’en faites pas autant, mon cher Berdepas, vous qui avez le mérite, bien souvent, de tirer les choses au clair. AMM.

    J'aime

  5. berdepas Auteur de l’article

    Ayrault faisait peine à voir, devant les « patrons » du Medef. Il était plié en deux , le regard fuyant la salle qui n’a pas applaudi une seule fois son discours, sauf à la fin, par politesse envers un Premier Ministre.
    Cet homme qui n’a derrière lui qu’une carrière d’enseignant qui n’a pratiquement jamais enseigné ou presque, mais qui est avant tout un « apparatchik », politicien professionnel, et qui n’a aucune idée de ce qu’est une entreprise, en dehors des poncifs et des caricatures qui ont cours au sein de son Parti, pour qui un « entrepreneur » n’est pas un créateur de richesses, mais une « pompe à fric » pour l’Etat.

    J'aime

  6. Jean Pierre

    Ce dont ont nous avons besoin c’est d l’UNITE, et faire preuve de « patriotisme » pour nous en sortir. Ce n’est pas le chemin qui est pris. Comme vous l’expliquez très bien, après avoir fustigé toutes les mesures prisent par l’ancien gouvernement durant son mandat J M Ayrault et ses amis se retrouvent dans la même situation. Si ce n’était pas mon pays j’aurais envi de rire. Cette situation était prévisible. Ce n’est pas parce que l’on sort de l’ENA même brillamment qu’on est forcément un phénix.

    J'aime

  7. martinepages

    « Cosmétiques »! Oui, c’est exactement le terme! Quoique, chacun son mauvais goût:). Là, on est tout de même dans « le vulgaire », tel que Voltaire l’entendait. Un autre monde…^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s