Printemps arabes…


Vous voulez passer des « vacances culturelles », dans un pays chaleureux et sympathique ??? Vous vous intéressez aux ruines romaines, ou aux traces laissées par Hannibal, à moins que l’Histoire des Phéniciens vous passionne ????

Alors allez passer vos vacances en Tunisie, où le « Printemps » n’en finit pas de refleurir….

Citation:

« Les salafistes tunisiens sont repassés à l’offensive contre des évènements culturels, bloquant des spectacles jugés contraires à l’islam sous les yeux de la police, si bien que des artistes dénoncent la « complicité » du gouvernement, dominé par les islamistes.
Dans la nuit de jeudi à vendredi à Bizerte (nord), quelque 200 militants radicaux, armés de bâtons et de sabres, ont attaqué un évènement organisé dans le cadre de la « Journée al-Aqsa », faisant cinq blessés.
Selon des organisateurs, les policiers ont attendu une heure avant de disperser les assaillants. Quatre salafistes ont été arrêtés, a indiqué le ministère de l’Intérieur.
La manifestation de Bizerte a été marquée par la présence de de Samir Kantar, un militant du Front de libération de Palestine (FLP) qui a passé près de trente ans dans les prisons israéliennes avant d’être libéré en 2008 dans la cadre d’un échange avec le mouvement libanais chiite Hezbollah. Selon les organisateurs, Kantar a affiché des positions favorable au régime du président syrien Bachar al-Assad lors de ses interventions.
Il s’agissait du troisième spectacle en trois jours a avoir été pris pour cible par des fondamentalistes. Les deux fois précédentes aucun acte de violence n’avait été signalé.
Ainsi, mardi soir, des islamistes radicaux ont bloqué la scène sur laquelle devait se produire le célèbre comique Lofti Abdelli, accusé d’offense à l’islam.
Le lendemain, le groupe iranien Mehrab était empêché de se produire au Festival international de musique sacrée et soufie. Leur méfait: être chiites, une atteinte au sacré selon des fondamentalistes sunnites.
Par ailleurs, deux festivals ont dû être annulés cet été, les organisateurs disant avoir reçu des menaces de la mouvance salafiste.
Ces actions, en pleine saison de festivals et de jeûne du ramadan, interviennent après une période d’accalmie relative depuis mi-juin et le saccage par des fondamentalistes d’une exposition d’art près de Tunis qui avait été suivi de violences dans plusieurs régions.
Aucun mouvement n’a diffusé de revendications, et le principal, Ansar Al Charia (les partisans de la charia), refuse tout contact avec les médias étrangers.
Artistes et organisations de la société civile se disent d’autant plus inquiets que les forces de l’ordre se montrent discrètes, excepté à Bizerte où elle est intervenue fermement quoique tardivement.
Des médias partagent ces inquiétudes.
Dès lors, certains soupçonnent de complicité les islamistes du parti au pouvoir, Ennahda. « On laisse faire les salafistes », s’emporte Leïla Toubel, célèbre dramaturge tunisienne.
« Comment croire que ce gouvernement et Ennahda ne sont pas impliqués? Je voudrais bien croire qu’ils n’y sont pour rien mais ces gens (les salafistes, ndlr) sont restés impunis », poursuit-elle, dénonçant une « complicité au moins par le silence ».
« Ce qui est grave dans cette affaire, en plus de l’activisme des extrémistes religieux qui prend chaque jour plus d’ampleur, c’est le laxisme des autorités qui capitulent à chaque fois devant les diktats de quelques énergumènes barbus », estime le journal en ligne Kapitalis, très critique du pouvoir.
Le ministère de l’Intérieur, contacté par l’AFP, n’a pas commenté ces accusations.
Le ministère de la Culture a vu dans l’annulation forcée du spectacle de Lofti Abdelli une « atteinte à la liberté d’expression », sans expliquer la passivité des policiers.
Ennahda était déjà dans la ligne de mire de défenseurs des droits de l’Homme pour avoir déposé un projet de loi punissant de prison ferme l’atteinte au sacré. L’opposition et la société civile ont aussi a maintes reprises critiqué le manque d’empressement des autorités à sévir contre les salafistes.
Le chef d’Ennahda, Rached Ghannouchi avait expliqué en juillet chercher le dialogue avec cette mouvance afin de ne pas retomber dans « l’oppression, la torture, l’emprisonnement » qui caractérisaient le régime du président tunisien déchu Zine el Abidine Ben Ali.
« Les chasser et les pourchasser ne fera qu’augmenter leur exclusion et radicaliser leur engagement », jugeait-il. »

Vous pensez que j’ai prélevé cette information sur un site islamophobe, peut-être ???

Vous vous trompez. Elle figure en première page du quotidien algérien de langue française, « El Watan ».

http://www.elwatan.com//une/les-salafistes-tunisiens-repassent-a-l-offensive-contre-la-culture-17-08-2012-182455_108.php

Il y a sans doute, en France, quelques « zozos » « islamophiles » qui pensent que l’on ne devrait pas diffuser de telles informations, car elle portent atteinte à l’image d’un « Islam modéré »….. comme celui qui s’implante, en douceur, en Tunisie.

13 réflexions au sujet de « Printemps arabes… »

  1. Ping : Un petit enfant est mort…. | Tempus Fugit….

  2. Ping : Choc de Civilisation ??? | Tempus Fugit….

  3. martinepages

    Pensée du jour, pour aller dans le sens de ce billet:
    L’islam actuel est un système politico-religieux totalitaire basé sur le principe de l’esclavage.

    Le but unique de l’idéologie islamique décrit dans ses textes fondamentaux est d’imposer de gré ou de force la Charia à l’humanité.

    La Charia contient l’obligation au Jihad, d’y participer ou de soutenir ceux qui le mènent, militairement, politiquement, culturellement, sociologiquement ou financièrement.

    La Charia viole les droits de l’Homme, les principes démocratiques et abolit les droits à la vie, à l’intégrité physique et à la propriété de ceux qui refusent de s’y soumettre.

    Guerres de conquête, esclavage, innombrables persécutions et meurtres, génocides comme celui des Arméniens et les tentatives actuelles de destruction systématique des minorités religieuses, 14 siècles d’efforts pour imposer la Charia à l’humanité ont creusé une cicatrice sanglante dans l’Histoire humaine.

    Toute promotion ou propagation, directe ou indirecte, de la Charia rend celui ou ceux qui s’en rendent coupables, complices d’une incitation à la haine et à la violence religieuse à l’échelle du monde entier et donc de crime contre l‘humanité.

    Cela doit être su, cela doit être dit.

    J'aime

  4. berdepas Auteur de l’article

    Les Français qui ont franchi la frontière avec leurs valises pleines d’Euros, risquent de la repasser, dans l’autre sens, avec des cacahuètes…

    J'aime

  5. llopis andré

    Pourquoi pas le printemps arabe en France,des atteintes de plus en plus nombreuses,envers les policiers les habitants des quartiers et la fuite des non musulmans dans des villes comme roubaix,seine st denis ,maseille etc..La France va être découpée en morceaux et notre descendance  » les souchiens » ne pourrons qu’être le dos à la mer;en effet dans quelques années lorsque nous ne pourrons plus assister une certaine population,il en sera fini de notre pays..

    J'aime

  6. Jean Pierre

    Pour compléter votre billet je vous communique ce que je viens de trouver sur le portail d’Orange.
    Pas mal non!!

    «-Les insolites du week-end
    Dans cette chronique bi-hebdomadaire, notre rédaction a décidé de vous faire régulièrement partager ses informations, rumeurs et autres anecdotes les plus croustillantes entourant nos sportif(ves) préféré(e)s. Focus ce lundi sur Oussama Mellouli, champion olympique à Londres pris à partie par un groupe d’islamistes radicaux.

    Oussama Mellouli ou le héros devenu zéro pour une frange de la population tunisienne. (Reuters) Diapo – Les images fortes du week-endLes insolites de la semaineMellouli, « hérétique infidèle »?
    « L’impossible n’est pas tunisien ni arabe », avait souligné Oussama Mellouli après avoir remporté la médaille d’or olympique sur 10 km en eau libre. Depuis ce succès, de l’eau a coulé sous les ponts et le nageur tunisien a été noyé sous un flot de critiques et de menaces de mort. La raison ? Il n’aurait pas respecté le ramadan en se ravitaillant pendant la course. « Un groupe d’islamistes radicaux m’a pris comme cible, après m’avoir vu faire des ravitaillements pendant le 10 km, a expliqué Mellouli à nos confrères de RMC. J’ai dû boire de l’eau et des boissons énergisantes pour être sur le même pied d’égalité que mes concurrents. C’est une chose normale ». Pas pour ce groupe d’extrémistes qui a considéré cette rupture publique du jeûne comme une insulte au mois du ramadan et à la religion islamique. Le revers de la médaille, dira t-on…»

    J'aime

  7. llopis andré

    Maintenant dans les aéroports tunisiens, la police islamique veille a la tenue des touristes et menace ceux-ci,aussi on assiste devant la gravité des faits à un durcissement des touristes Français qui demande à repartir immédiatement en FRANCE,en remerçiant les tunisiens qui habitent leur pays d’avoir voté pour le parti ehnada.Nous ne sommes pas au bout de nos surprises,il ne faut surtout pas traumatisé les musulmans.Ils peuvent faire ce qu’ils veulent dans un pays qui les a acceuillis.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s