L’Algérie aussi….


Nous avons beaucoup de choses en commun avec l’Algérie…

Ainsi, l’Algérie partage avec nous le privilège d’avoir « des Jeunes », beaucoup de « Jeunes »…

Des « Jeunes » qui comme chez nous sont capables de se livrer à des « incivilités », au mépris de leurs concitoyens, en bravant la Police et en insultant les Lois….

Sans doute sont-ils, eux aussi, « victimes de discriminations » et de « stigmatisation »dans l’Algérie indépendante, ce qui, pour les « belles âmes » et vu de France, « justifierait » leur violence.

Mais je ne suis pas sûr que la « culture de l’excuse » soit aussi répandue en Algérie qu’en France….

El Watan relate le cauchemar vécu par une localité proche d’Alger, à la suite d’une attaque en règle commise par une bande de « Jeunes » en représailles à un conflit qui l’oppose à une autre bande de « Jeunes ».

http://www.elwatan.com/une/nuit-d-enfer-a-ain-el-melha-03-07-2012-177044_108.php

 Je cite:

« Les services de sécurité ne sont intervenus que deux heures plus tard.

 Scènes de «terrorisme» urbain à quelques kilomètres seulement des forteresses du pouvoir et de l’Etat. Hier matin, la cité Aïn El Melha, banlieue sordide du sud d’Alger, suintait la ruine et la dévastation.
Des débris de verre et quantité de pierraille et de ferraille jonchaient les rues et les artères. Des devantures de commerce ont été saccagées et des dizaines de véhicules vandalisés. Certains véhicules ont été renversés, sens dessus dessous, pillés.  Le spectacle des pare-brises déchiquetés plante le décor.

Les résidants du lotissement AADL 1516 logements de Aïn El Melha (Gué de Constantine) se souviendront longtemps de cette nuit de dimanche à lundi qui a vu se déverser sur eux un torrent de violences d’une amplitude inégalée. Et pour cause !
Un gang de jeunes, habitant un quartier voisin a semé, impunément, jusqu’à tard dans la nuit,  terreur et désolation. Une véritable descente punitive, racontent des témoins, pour  venger l’un des leurs, passé à tabac au cours de la même journée.

Armé de sabres, machettes, gourdins, couteaux de boucher, hachoirs et autres objets contondants, le gang en question a, en début de soirée, opéré des incursions au cœur de la cité, dévastant tout sur son passage. Les membres du gang ont tenté de s’introduire à l’intérieur même des immeubles. «On pensait vraiment qu’on allait tous y passer, nous et nos familles», dit un résidant. «Des scènes de panique qui ont duré de longues heures, raconte un autre. On entendait des cris de femmes et d’enfants apeurés, agglutinés aux balcons. Les vitres volaient en éclats, les systèmes d’alarme hurlaient. Des bagarres à l’arme blanche éclataient entre les assaillants et les jeunes qui essayaient de défendre leur cité. C’était le chaos. »

Effrayant non ???

 De plus, à mon grand étonnement, , je constate, avec une grande tristesse,  à la lecture de cet article, et en examinant la photo qui l’illustre ( voir ci-dessus ), que, si l’Algérie a des « Jeunes », elle a encore et toujours « ses » bidonvilles. Vous savez, ce sont ces concentrations scandaleuses de misère que l’on constatait pendant l’époque de la domination française, et que l’on nous présentait comme une conséquence du « système colonial », reposant selon ses détracteurs, sur l’exploitation de la misère.

Un système où, selon les « belles âmes », « les colons » habitaient les beaux quartiers, pendant que les Arabes vivaient dans les bidonvilles.

Les « colons » sont partis. Et rien n’a changé. Sauf qu’aujourd’hui, ce ne sont plus les « colons » qui habitent les « beaux-quartiers » et que « les Jeunes » font la Loi,dans des « zones de non-droit »….. ici comme « là-bas »….

7 réflexions au sujet de « L’Algérie aussi…. »

  1. @llopis et @Leila:
    Laissons les Historiens , ceux qui n’ont milité ni dans un camp ni dans l’autre, faire leur travail.
    Ils sont de plus en plus nombreux à le faire avec un regard neuf, dépouillé d’arrières pensées idéologiques. Laissons-leur le soin de faire les comptes des atrocités commises et des drames vécus dans chaque camp.
    Battons-nous pour que toutes les vérités soient mises sur la table, et pour que de part et d’autres on cesse d’instrumentaliser l’Histoire, et de caricaturer les faits en leur ôtant toute ressemblance avec nos propres souvenirs. Et assumons, de part et d’autre, les erreurs, voire les fautes et même les crimes de ceux qui nous ont précédé, même si nous n’en sommes pas individuellement responsables.
    Mais efforçons nous de regarder devant nous, et de maîtriser nos rancoeurs en pensant à l’avenir. Chacun de nous porte des blessures, mais ce n’est pas en ouvrant les plaies à chaque anniversaire qu’elles se cicatriseront.
    Personnellement, je n’en veux pas au peuple algérien. Mais j’en veux à ceux qui, après nous avoir chassé pour « libérer » le peuple algérien, ont prospéré sur ses souffrances, et ont fait de l’Algérie immense et riche que les Français leur ont laissé avec en héritage des frontières immenses, un pays de pauvres qui crie sa misère matérielle et morale.
    L’Algérie aurait pu devenir une terre prospère, et libre, car elle en a tous les atouts.
    Elle n’est prospère que pour quelques uns, et il suffit de lire la Presse algérienne pour constater, jour après jour, que ce peuple étouffe et crie son besoin de liberté:
    http://www.elwatan.com//actualite/le-5-juillet-gache-06-07-2012-177439_109.php
    Dans sa globalité, le peuple algérien ne méritait pas cela.
    @ Leila : sortons de « la nuit »( ô Leila )et tournons nous vers la lumière ( nour )…

    J'aime

  2. @llopis andré Je suis originaire de Sétif, une ville qui a perdu des milliers de ses habitants lors des massacres de mai 1945, un évènement qui a marqué la mémoire collective au point que l’on dit de quiconque est né en 1945 « il est né le 8 mai » même si en fait il est né en septembre ou en février! Pourtant, le 5 juillet 1962, aucun « européen » n’a été assassiné à Sétif, à ce que je sache!!! Tout ce dont je me souviens, c’est la joie et le soulagement exprimés par tous les « indigènes » ! Si on commence à remuer les douloureux évènements passés, il me semble que l’addition fut plus « salée » pour nous que pour vous autres, il faudra bien que vous l’admettiez un jour!En tout état de cause, personne en Algérie-mis à part une minorité de démagogues- ne parle ni de repentance ni de crimes commis par la France ou par le colonialisme, et c’est normal vu que la majorité de la population est née bien après l’indépendance! Si on se réjouit aujourd’hui c’est simplement parce qu’on aime la fête et que toutes les occasions sont bonnes pour la faire, un point c’est tout!

    J'aime

  3. @ leila, des milliers de non musulmans ont été égorgés le 5 juillet,ils avaient crus innocemment à une algérie fraternelle,pour vous c’était la joie pour d’autres c’était un jour de deuil,il y avait tellement de morts qu’ils ont été jetté au lieu dit le petit lac à oran,la france a commis des actes irréparables l’oas également,le fln n’en parlons pas,mais on a jamais vu un petit peuple de non musulmans chassé de leurs pays comme d’ailleurs cela se produit dans tout les pays,même en france dans les banlieues c’est éxactement le même processus qui continu.

    J'aime

  4. Je comprends et je partage les sentiments que vous exprimez. De nombreux amis algériens les expriment avec pudeur mais avec une inquiétude qui confine quelquefois au désespoir. Je suis triste pour ce pays que j’aime toujours, et magré tout.Et parfois, la colère prend le dessus….
    Mais il faut bien reconnaître que les « valeurs morales » sont sur le déclin. Partout et pas seulement en Algérie.Tout ce qui symbolise ou qui rapelle l’autorité, je parle de la saine autorité, de l’autorité parentale, de l’autorité des maîtres qui enseignent,l’autorité des Institutions, celles de la Justice, de la Police, etc… tout cela est bafoué, critiqué, ridiculisé, et finalement refoulé.
    La « culture de l’excuse », au nom d’une fausse tolérance a eu raison du bon sens, des principes et des traditions.
    La voie est ouverte aux pires démons de l’Humanité….

    J'aime

  5. Les indépendances ont été porteuses de grandes attentes un peu partout où on a cru qu’elles mettraient fin à l’injustice et aux inégalités inhérentes au système colonial…mais voilà elles ont été confisquées par les nouveaux pouvoirs qui ont mis en place un système encore plus injuste! La violence quotidienne vécue par les habitants des bidonvilles qui poussent partout dans les grandes métropoles africaines n’est pas comparable à celle qui agite vos banlieues: chez vous, il existe des lois et des hommes pour les faire respecter, chez nous, les lois, quand elles existent, sont bafouées par ceux-là mêmes qui sont censés les faire respecter! L’enrichissement éhonté de certaines « castes » n’est pas le fruit du travail, ce dernier n’est pas considéré comme une valeur par les hordes de jeunes désoeuvrés pour qui le seul moyen de « réussir » passe par la violence, le vol- et le crime de façon générale-étant élevé au rang de valeur suprême! Pour vous donner un exemple: alors qu’autrefois, les criminels qui faisaient de la prison étaient considérés comme des parias par leur famille et la société, aujourd’hui, quand un voleur sort de prison, on organise une fête en son honneur! C’est un bilan désespérant de cette indépendance si chèrement acquise, et il n’y a vraiment pas de quoi pavoiser! Pourtant, en ce moment-même (il est minuit) les rues d’Alger grouillent d’un monde joyeux, un concert de klaxons assourdissants de sirènes de bateaux crèvent le mur du silence et on se croirait un soir de victoire de l’équipe nationale de football!!! Mes compatriotes, si rapides à râler et à insulter le pouvoir, se défoulent bruyamment: la plupart de ces gens n’ont jamais connu le colonialisme, pourtant cette liesse rappelle étrangement celle que j’ai vécue, adolescente un 5 juillet 1962! J’en reste abasourdie!!!

    J'aime

  6. @Jean-Pierre:
    Du temps des Français, on luttait contre les bidonvilles, en leur construisant des cités…. Mais au fur et à mesure que leurs habitants étaient relogés, les bidonvilles se reconstituaient selon un processus sans fin…..Les « belles âmes », comme je les nomme, prétendaient que c’était une conséquence du système colonial. Le système colonial a vécu. Dans une Algérie riche, mais peuplée de « pauvres », les bidonvilles sont toujours là, et sont devenus des coupe-gorges…..

    J'aime

  7. Mr Berdepas, votre billet est éloquent et personne peut vous reprocher d’avoir un parti pris du à des rancoeurs. Votre billet devrait être lu par tous les Français soucieux d’objectivité.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.