Nouvelles d’Espagne.


Article de  « EL MUNDO » du 09/02/2012

A l’heure où la France, qui entre dans les transes d’une campagne électorale qui risque de mettre le pays sous tension, s’émeut des mesures que le Président-candidat pourrait défendre devant les Français, pour re-dynamiser un marché du travail complètement amorphe, et pour remettre au travail les chômeurs les plus récalcitrants, il est intéressant de jeter un oeil sur ce qui se passe chez les voisins de l’Hexagone.

L’exemple de l’ Espagne, qu’Aznar avait hissé au rang des champions de la croissance en Europe, avant de se faire balayer par le corps électoral espagnol pour avoir tenté, stupidement, de mettre  sur le dos de l’ETA, l’horrible attentat de Madrid revendiqué par Al Quaida, est un exemple intéressant.

Ce pays, est aujourd’hui KO debout après 8 années de socialisme bisounours, sous la conduite d’un Zapatero surnommé par les médias espagnols « Bambi », qui, en refusant de revenir devant ses électeurs, a préféré« refiler le bébé »aux conservateurs du Parti Populaire

Son successeur, Rajoy, vient d’annoncer  la suppression du « Complément salarial pour maladie» dont bénéficiaient les fonctionnaires espagnols en héritage des largesses accordées les socialistes dont ils sont le « coeur de clientèle ».

 Cette mesure fait partie des réformes fiscales en cours pour redresser la situation financière catastrophique d’un pays, dont l’endettement, a atteint des niveaux qui lui ont fait perdre la confiance des « Agences de Notation », qui l’ont fait régresser au rang des pays les plus menacés de faillite après la Grèce.

Et pourtant, Sarkozy n’y est pour rien !!!! Et on peut même considérer qu’en Espagne, « l’anti-Zapaterisme » est comparable à « l’anti-Sarkozisme »des Français…. 

Du coup, rien qu’à Madrid, la suppression du  » Complément salarial pour maladie »a, en moins de 30 jours, « remis au travail » plus de 2.450 fonctionnaires qui étaient en arrêt maladie longue durée, et qui ont miraculeusement recouvrés santé et ont repris leur poste…..

La mesure est simple…quand on  est malade plus de 3 jours le salaire baisse de 40%.

La mesure a été votée en décembre dans le cadre de la lutte contre l’absentéisme et contre la fraude…et son effet a été immédiat !

On pourra utilement se reporter à l’article du quotidien « El Mundo », qui est en Espagne l’équivalent de notre « quotidien de révérence », pour apprécier la réaction médiatique à la mise en oeuvre de cette mesure…

http://www.elmundo.es/elmundo/2012/02/09/madrid/1328805520.html

2 réflexions au sujet de « Nouvelles d’Espagne. »

  1. Certes, mais si j’en crois ce que j’ai lu par ailleurs, dans la Presse espagnole, cette mesure a été inspirée par le constat d’un taux exorbitant de fonctionnaires en longue maladie dans l’Administration madrilène.
    Si je me réfère à ce qui se passe dans la petite ville où j’habite, il est de notoriété publique que l’ancienne municipalité socialiste rémunérait plusieurs centaines d’employés communaux qui ne mettaient jamais les pieds à leur travail, de même que les deux médecins qui délivrent avec le plus de facilité des certificats médicaux sont notoirement connus.
    Alors, évidemment,il est injuste de sanctionner ceux dont les absences sont réellement justifiées, en réaction aux abus de ceux qui ont tendance à « profiter » de tout système et à en abuser.
    Car pour tout fonctionnaire, municipal ou autre, que l’on paie et qui ne travaille pas, il y a quelque part quelqu’un qui bosse et qui paie pour lui…..

    J'aime

  2. Sur cet exemple précis, je ne partage pas votre avis. Peut-être les Espagnols ont-ils une nette propension à abuser de la facilité et à tirer au flanc, ce qui reste à prouver, toutes les généralisations étant dangereuses, mais avez-vous pensé au pauvre type qui, lui, est vraiment malade au point de manquer plus de trois jours et qui perd 40% de son salaire? C’est-à-dire qu’à ses ennuis de santé vont s’ajouter des difficultés matérielles énormes. A mon avis il aura du mal à guérir. C’est peut-être même un coup à l’achever. Les fonctionnaires qui tombent malades, ça existe. La maladie ne trie pas ses victimes. Les abus éventuels seraient peut-être évités ou du moins diminués, par davantage de contrôles, ce qui donnerait du travail à des chômeurs. Encore faudrait-il les former, ce qui coûte cher, et puis, à ces salauds de chômeurs, on donne déjà de l’argent à ne rien faire, alors…! Vous voyez bien qu’on ne peut réduire à la responsabilité de quelques-uns les défaillances d’un système absurde, où l’on pousse les gens à se surendetter pour faire marcher l’économie, et où il faut ensuite venir en aide aux surendettés, qu’il s’agisse d’individus ou de banques. Je trouve beaucoup plus grave que de grandes banques spéculent avec l’argent de l’état et des contribuables, que le fait que des planqués profitent des faiblesses d’un système mal organisé et jamais pensé sur le long terme. AMM.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.