Génocides


Je suis de ceux qui sont opposés à l’entrée de la Turquie, cheval de Troie d’un Islam ambigu et faussement modéré, dans l’Union Européenne.

Et pourtant, je n’approuve pas la nouvelle « loi mémorielle » votée par le Parlement français, sous la pression d’un lobby arménien, certes sympathique, actif et efficace, une loi qui punit de peines sévères le délit de « négation du génocide arménien ».

Pas plus que je n’approuve les Lois Gayssot ou Taubira votées pour complaire à des minorités souvent hystériques, engagées dans une compétition victimaire, dont les mobiles sont quelques fois suspects.

Pas plus que je n’approuve les atteintes, de plus en plus nombreuses, à la liberté d’expression pour laquelle, avant nous, des générations de démocrates se sont battues,  ainsi que les tentatives de nous imposer un « prêt à penser », sous peine d’être couverts d’anathèmes et d’encourir toutes sortes d’excommunications intellectuelles.

Voltairien, je suis. Depuis toujours.

 https://berdepas.wordpress.com/2009/03/18/voltairien-je-suis/

https://berdepas.wordpress.com/wp-admin/post.php?post=6847&action=edit

On attribue parfois à ce penseur  une phrase devenue célèbre « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire. »,(une phrase dont je n’ai jamais pu trouver les sources).

Mais Voltaire a aussi écrit: «  Le droit de dire et d’imprimer ce que nous pensons est le droit de tout homme libre, dont on ne saurait le priver sans exercer la tyrannie la plus odieuse. » Source : Questions sur les miracles.

Marat, journaliste, et révolutionnaire, qui mourut assassiné dans sa baignoire par une certaine Charlotte Corday disait: » La liberté de tout dire n’a d’ennemis que ceux qui veulent se réserver la liberté de tout faire. Quand il est permis de tout dire, la vérité parle d’elle-même et son triomphe est assuré. »| Source : Les Chaînes de l’esclavage.

La vérité finit toujours par « parler d’elle même », et il appartient aux Historiens, et non aux politiciens, de faire émerger la vérité historique.

Car celle ci ne se décrète pas.

Un Historien, parmi les meilleurs de sa génération, Pierre Nora, exprime dans « Le Monde » un point de vue que je partage:

« La loi Gayssot avait sanctuarisé une catégorie de la population, les juifs ; la loi Taubira une autre catégorie, les descendants d’esclaves et déportés africains ; la loi actuelle en fait autant pour les Arméniens. La France est de toutes les démocraties la seule qui pratique ce sport législatif. Et le plus tragique est de voir l’invocation à la défense des droits de l’homme et au message universel de la France servir, chez les auteurs, de cache-misère à la soviétisation de l’histoire. Les responsables élus de la communauté nationale croient-ils préserver la mémoire collective en donnant à chacun des groupes qui pourraient avoir de bonnes raisons de la revendiquer la satisfaction d’une loi ? Faut-il leur rappeler que c’est l’histoire qu’il faut d’abord protéger, parce que c’est elle qui rassemble, quand la mémoire divise ? » ( http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/12/27/lois-memorielles-pour-en-finir-avec-ce-sport-legislatif-purement-francais_1623091_3232.html#ens_id=1620748 )

 Malheureusement, les Historiens de notre époque souffrent d’une « suspicion légitime », car un grand nombre d’entre eux se sont prêtés, au cours du siècle dernier, à des « manipulations » de faits historiques, à des fins purement idéologiques, en tournant ostensiblement le dos à la recherche de la vérité dans le but de cacher à la connaissance du peuple, tout ce qui pourrait contrarier leur message sectaire.

C’est ce qui les prive aujourd’hui de la crédibilité nécessaire pour faire oeuvre de référence.

Jean Sévilla, dans son Livre  » Historiquement incorrect » ( Fayard ), le souligne avec force: « Si la manipulation de l’histoire a toujours existé, le phénomène a pris un tour aigu et particulier au cours des dernières décennies. »

Il reproche aux Historiens de focaliser le regard contemporain sur certains faits ou certains épisodes pour alimenter les « indignations sélectives » de ceux qui font profession d’instruire le procès permanent du passé occidental, et tout particulièrement celui de la France.

Mais pour revenir à la Loi que vient de voter le Parlement français, je partage l’avis de ceux qui considèrent que les représentants du peuple français n’ont pas à s’immiscer dans l’Histoire d’un pays quel qu’il soit.

Que la France, fidèle à ses valeurs fasse preuve de compassion, et de solidarité envers ceux qui ont souffert de persécutions, soit. Mais sans aller jusqu’à « revisiter » l’Histoire des autres. Nous avons déjà assez à faire, avec la nôtre……

Car jusqu’où, et jusqu’à quand, ira-t-on poursuivre ceux qui dans l’Histoire récente de l’Humanité se sont prêtés à la négation de « génocides » ???

Tout d’abord, où commence et où finit un « génocide » ??? A partir de mille, dix mille, cent mille, un million, dix millions de morts ???

Et jusqu’où est-on fondé à remonter dans le temps, pour qualifier un génocide ??? Un an, dix ans, cent ans, mille ans ???

Ainsi, doit-on poursuivre, et condamner, ceux qui- à tort ou à raison – contesteraient le génocide des aborigènes d’Australie ??? Ou ceux qui, dans des dizaines de films à la gloire des « cow-boys », au siècle dernier, ont fait l’apologie de ces « héros » qui ont exterminé les indiens d’Amérique, en détruisant toute une culture et une vraie civilisation ???

 

Ainsi, ceux qui prêtent une oreille complaisante aux revendications victimaires des « zozos » qui accusent la France de « génocide », en Algérie, ont ils pris le temps de compulser leurs livres d’Histoire contemporaine, pour y relever un constat ignoré :  la France s’est embarquée,  en Algérie, pour punir, au départ, un repaire de brigands esclavagistes, dans une guerre de conquête qui a abouti à 132 ans de colonisation, de malentendus, d’erreurs, de victimes inutiles, certes, mais pas seulement. Car la période de colonisation ne peut être réduite à ses moments douloureux et n’a pas toujours été une période d’affrontements.

Ceci dit, pendant ces 132 ans, la population des territoires conquis est passée de quelques centaines de milliers en 1830 à 10 millions en 1962 !!! Est-ce cela qu’on appelle un « génocide » ???? 

Pendant la même période, des populations entières étaient effacées de la planète sur d’autres continents. Mais les chroniqueurs et « historiens »de café du commerce n’en parlent jamais…..

 Toutes les époques ont été concernées par la falsification historique. 

Les « manipulations » de l’Histoire ont varié en fonction des dominantes idéologiques. Ainsi, l’Histoire est instrumentalisée, en Occident, depuis les Lumières : encyclopédistes et philosophes inspirés par la Franc- Maçonnerie diffusent une légende noire de l’Église, dont ils combattent le pouvoir.

Au XIXe siècle, le « roman national », tel que l’enseigne l’école jusqu’aux années 1950, s’inscrit dans une veine républicaine qui glorifie la Révolution et caricature l’“Ancien Régime”.

Mais puisqu’il est question, dans cet article d’une Loi qui vise à punir la négation de tous les génocides, ira-t-on jusqu’à poursuivre ceux qui, en bons « républicains », continuent à nier le génocide des populations vendéennes, à l’heure de la Terreur révolutionnaire de 1793 ????

http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_de_Vend%C3%A9e

 L’après-guerre est dominée, jusqu’à une époque récente, par les Historiens marxistes, qui bénéficient de  l’hégémonie culturelle du Parti communiste à partir de la fin des la deuxième guerre mondiale. 

Il en subsiste des séquelles aujourd’hui, et l’on voit encore quelques spécimens de ces « historiens » qui n’ont jamais renié leurs convictions trotskystes, parader sur nos écrans de télévision, continuer à populariser des contre-vérités historiques, et à culpabiliser les générations actuelles en raison de faits – sortis de leur contexte – attribués aux générations antérieures, et présentés sous un angle partisan qui offense la vérité historique.

Mais combien sont les historiens qui ont eu le courage de s’associer à la dénonciation  des génocides commis sous l’époque stalinienne, dont « Le Livre Noir du Communisme »( Edition Robert Laffont ), rédigé par un collectif d’historiens dirigés par un ancien communiste en la personne de François Furet, dresse un tableau terrifiant ???

Et faudra-t-il, demain, poursuivre nos folkloriques « maoistes », pour délit de négation des 20 millions de morts attribués au Grand Timonier ???? 

Néanmoins et malgré tout , il faut faire confiance à l’Histoire et aux historiens du futur, qui, au fur et à mesure de l’affaiblissement des idéologies jusqu’ici dominantes, redécouvrent des aspects de la vérité historique, occultés par leurs prédécesseurs…..

Et pour conclure, il faut se rendre à l’évidence: il y a des génocides qui ont disparu de la mémoire collective, au profit d’autre génocides qui s’inscrivent mieux dans « l’air du temps ». 

Vérité absolue hier, peut devenir mensonge aujourd’hui, tout comme vérité d’aujourd’hui peut être habillée en mensonge de demain.

Alors,….PRUDENCE !!!!

A lire : « Historiquement incorrect », de Jean Sévillia, Fayard, 370 pages, 20 euros.

 

2 réflexions au sujet de « Génocides »

  1. Je vous répondrai ce que me répond l’Express, chaque fois que je commente un article de cet hebdomadiare « Zozo-bobo-gaucho », en des termes qui ne plaisent pas à son rédacteur en chef !!!:
    « Article 1 (et unique): « La première de ces règles est que nous sommes seuls juges des messages que nous mettons en ligne, ou non » (dixit M. Mettout, rédacteur en chef à l’Express).
    J’ajoute, pour votre gouverne, que si mes articles vous déplaisent à certains je vous invite à ne pas revenir sur mon blog . Car, mes articles ne vous agressent en aucun cas puisque je traite de sujets le plus souvent liés au regard personnel que je porte sur l’actualité . Alors que le plus souvent vos commentaires consistent en attaques personnelles, le plus souvent hors sujet.

    Seuls les commentaires traitant du sujet des articles et non ceux incriminant directement l’auteur seront mis en ligne. Le but reste et restera d’échanger sur l’actualité et non de juger ou de condamner une opinion personnelle. Ce blog n’est pas un défouloir, pour quelques hystériques de l’anti-Sarkozysme….

    J'aime

  2. “ Le droit de dire et d’imprimer ce que nous pensons est le droit de tout homme libre, dont on ne saurait le priver sans exercer la tyrannie la plus odieuse.”

    ” La liberté de tout dire n’a d’ennemis que ceux qui veulent se réserver la liberté de tout faire. Quand il est permis de tout dire, la vérité parle d’elle-même et son triomphe est assuré.”

    ce doit être pour ça que vous me censurez pour la nième fois…..

    jf.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.