Règle d’or….


Pour « Courrier International », hebdomadaire appartenant au Groupe « Le Monde », et connu pour présenter à ses lecteurs une sélection d’articles de Presse parus à l’étranger, tout est dans la subtilité des choix opérés par l’éditeur de cet organe de Presse qui ne cache pas ses sympathies pour la Gauche, en général, et quel que soit son pays d’origine.

Ayant entendu, dans un commentaire télévisé qu’un quotidien conservateur britannique avait caricaturé le Parti Socialiste français en comparant ses « leaders » à des Dinosaures, je me précipite sur Courrier International, certain d’y trouver l’article cité en intégralité.

Déception. Pas la moindre allusion à cet article, dans les rubriques où « Courrier International » ne manque pas de citer chaque fois que l’occasion s’en présente, les opinions étrangères surtout lorsqu’elles sont critiques, – et souvent avec pertinence -, à l’égard du gouvernement français.

Toutefois, mes recherches me font découvrir un article du Point, qui faisant référence à celui de « The Economist », publie les passages les plus « corrosifs » de l’article de son « confrère » britannique. Cela donne ceci, je cite:

http://www.lepoint.fr/politique/the-economist-croque-les-socialistes-francais-en-dinosaures-26-08-2011-1366652_20.php

 « Pour The Economist, l’un des magazines les plus influents dans le monde des décideurs, les candidats à la primaire socialiste en France sont des dinosaures figés depuis trente ans dans les mêmes dogmes économiques.

Ségolène Royal veut interdire la spéculation sur la dette souveraine. Arnaud Montebourg veut abolir les agences de notation. « Martine Aubry et François Hollande semblent simplement figés dans le temps, autour de 1981 » lorsqu’ils proposent de revenir à la retraite à 60 ans. « Personne ne semble leur avoir dit qu’il y a une manière simple d’éviter la colère des marchés obligataires : équilibrez vos comptes et n’empruntez pas », explique The Economist. »

Pas tendre pour les Socialistes français, sauf pour Manuel Valls, identifié comme étant celui de la nouvelle génération qui s’écarte des sentiers « balisés » idéologiquement par un Parti qui n’a guère évolué depuis 1981….

Mais, en m’écartant, au hasard de mes recherches du sujet « paléontologique » évoqué par « The Economist », je tombe sur un article de « Courrier International », consacré à un autre Parti Socialiste européen, le PSOE espagnol.

Je m’attendais à un éloge de Zapatero qui, courageusement, en Espagne, fait face à une situation de crise bien plus sévère qu’en France, et s’attaque à des réforme structurelles inenvisageables même parmi les plus lucides de nos socialistes français.

Et bien, non !!!

http://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/2011/08/24/l-epidemie-de-la-regle-d-or-touche-l-espagne

Le Premier ministre socialiste José Luis Rodríguez Zapatero a annoncé le 23 août une révision constitutionnelle visant à garantir la « règle d’or » de l’équilibre budgétaire, comme l’ont prôné le 16 août la France et l’Allemagne. Cette réforme, qui doit être votée avant les législatives du 20 novembre et qui ne donnera pas lieu à référendum, vaut au chef du gouvernement d’être critiqué par l’ensemble de la presse, y compris celle de droite, pourtant favorable à cette mesure proposée dès juin 2010 par le dirigeant du Parti populaire et leader de l’opposition Mariano Rajoy.

« Ce qui a été impossible pendant sept ans – mettre d’accord les deux grands partis sur une réforme de la Constitution – a été expédié hier par surprise en dix minutes, note le quotidien de centre gauche El País.

Elle vise à imposer un carcan permanent aux dépenses publiques en Espagne. » « Il s’agit, poursuit le quotidien, de la dernière annonce de Zapatero pour calmer les marchés, la Banque centrale européenne et l’axe franco-allemand afin d’éviter à l’Espagne une intervention européenne. » C’est cela qui chiffonne El Mundo, un quotidien notoirement hostile à Zapatero : « Le problème, c’est que cette réforme constitutionnelle n’est pas volontaire, elle est imposée de l’extérieur », à savoir par Angela Merkel, en échange de son feu vert à l’achat de dette espagnole par la BCE. »

Pas de pitié pour Zapatero, coupable d’enfourcher un cheval de bataille déjà chevauché par Angela et Nicolas !!!

La règle d’or, pour « Courrier International », c’est celle qui consiste à faire un tri, subtil, et hautement sélectif entre les articles repris dans la Presse étrangère.

Une méthode éprouvée dans le « façonnage » d’une opinion française qui, en général, reste assez sensible aux opinions étrangères qui, bon an , mal an, reflètent une « certaine image de la France »…

Une réflexion au sujet de « Règle d’or…. »

  1. La Banque d’Angleterre vient en effet d’annoncer la mise en place de nouvelles mesures économiques, afin d’investir 75 milliards de livres sterling dans des achats d’obligations d’État. Elle justifie sa décision par le fait que son précédent programme d’achat d’obligation avait permis une baisse des taux d’intérêt de 1,5% et provoqué une hausse du produit intérieur brut de l’ordre de 1,5 à 2%.
    Dans le même temps, la BCE décide d’agir sur les établissements financiers européens ; elle mettra ainsi en place un programme de refinancement illimité aux mois d’octobre et de décembre 2011. Banque Centrale Européenne

    J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.