L’Algérie au bord du gouffre.


 

Beaucoup d’entre nous se souviennent de la phrase prémonitoire attribuée à Boumediene, au lendemain de l’Indépendance de ce beau pays.

 » La colonisation nous a placés au bord du gouffre. L’Indépendance nous a permis de faire un grand pas en avant…. »

L’Algérie de « Boutef », est bloquée par l’immobilisme d’un pouvoir corrompu, confisqué par ceux qui se sont approprié les richesses dont elle a hérité. Les « libérateurs » du pays ne lui ont pas permis d’accéder aux joies de la liberté, et quelques aparatchiks du Parti Unique en ont accaparé les richesses.

 L’Algérie est confrontée à une expansion démographique et à la jeunesse d’une population qui vit « pauvre, dans un pays riche », dont le seul espoir se trouve dans la fuite et l’émigration pour retrouver un peu de liberté et de joie de vivre. 

L’analyse éclairée de la situation algérienne par Abdelaziz Rahabi, Journaliste au quotidien « El Watan », suite aux « évènements » tunisiens, montre que ces « évènements » ont un retentissement profond dans l’opinion algérienne et rend l’évolution de la situation politique du pays, imprévisible.

Je cite:

« La tyrannie empêche les prières de monter vers le ciel et les bénédictions du ciel de descendre sur la terre.» Cette citation de Zamakhchari, un des esprits les plus libres de la pensée musulmane du XIIe siècle, résume, à elle seule, le drame du monde arabo-musulman.

Les Tunisiens viennent pourtant d’accélérer inéluctablement le rythme de l’histoire des peuples opprimés.

Ils sont servis par ce qui fait défaut à l’Algérie : un syndicat revendicatif qui est resté fidèle aux idéaux du mouvement national dont il était le socle principal ; une élite engagée qui tire sa légitimité exclusivement du savoir ; une classe moyenne prospère et formée et enfin la prise de conscience que la liberté est avant tout une demande interne.

C’est donc un processus historique construit dans la douleur, l’intelligence et la persévérance qui a favorisé la formation d’une opposition qui se distingue, dans notre région, pour avoir réussi à transcender les clivages idéologiques et former une sorte de sainte alliance contre le système Ben Ali.

 L’Algérie officielle, au mépris de sa propre doctrine en matière d’émancipation des peuples et en décalage avec ses propres citoyens qui projettent chez le voisin tunisien la frustration des révoltes avortées chez nous, a manqué de solidarité avec un peuple qui a pourtant partagé avec les Algériens les épreuves de la guerre de Libération et qui nous a ouvert les bras tout au long de ces vingt dernières années d‘isolement.

Alors, l’on se demande encore aujourd’hui quelle sera la réponse interne de l’Algérie officielle à l’onde de choc qui nous vient de Tunisie. Si nous excluons des mesures de nature cosmétique comme le changement de gouvernement, un aménagement de l’agenda électoral et un intermède distractif dans l’audiovisuel public, il est à craindre que les choses restent en l’état jusqu’à la prochaine grande crise. Pourquoi ?

La première raison est que nos décideurs n’ont presque pas de rapports avec le temps réel. Ils sont murés dans la logique de leurs certitudes, s’appuient sur une légitimité d’un passé révolutionnaire souvent recomposé pour une partie d’entre eux, ne traitent qu’avec ceux qui développent des capacités de nuisance et pensent que la paix sociale s’achète en faisant des Algériens des assistés pour mieux prolonger leur adolescence.

 La seconde est une conséquence de la première. Ils ne réalisent pas encore que leurs recettes ne constituent plus des stratégies porteuses et ne mobilisent que leurs propres concepteurs. C’est pourquoi ils continuent à recourir à l’antinomie supposée entre Islam et démocratie, à monter les régions les unes contre les autres, à instrumentaliser «le Berbère contre le non-Berbère» et à expérimenter d’autres survivances de l’anthropologie coloniale.

Il en résulte qu’ils ne peuvent pas percevoir la déroutante accélération de l’histoire du monde, ces vingt dernières années, ni mesurer la qualitative évolution dans la culture politique des Algériens. Enfin, paradoxalement, ce sont ces politiques-là qui vont produire le contraire de l’effet escompté par le pouvoir politique. En effet, les deux dernières décades ont été marquées pour la première par une violence terroriste d’un autre âge, et l’autre, par l’institutionnalisation de la corruption à tous les niveaux de l’Etat vont probablement clôturer le cycle d’un parcours fait de crises, de ruptures violentes et d’espoirs déçus.

Les enseignements tirés ont nourri les premières convergences des Algériens, toutes tendances confondues, sur les questions des libertés, de la gouvernance et de la justice sociale. C’est le grand acquis depuis la libération du pays qui aura apporté l’indépendance sans garantir toutes les libertés. On aura mis plus de temps et de sacrifices que nos voisins tunisiens pour le comprendre. A. R.( Fin de citation ).

8 réflexions au sujet de « L’Algérie au bord du gouffre. »

  1. En effet, gros problème. Et pourtant, cette Algérie qui nous a chassés, mais que nous aimons quand même, peut-être plus que beaucoup d’Algériens, cette Algérie méritait bien mieux que ça !!!

    J'aime

  2. Problème. Grosse proublime. Il y a les généraux qui n’aiment plus les services secrets, des services secrets qui n’aiment plus les généraux, un frère présidentiel qui copréside, un président au regard hagard, des tensions ethniques, des sous partis politiques, des menaces terroristes, des relans de séparatisme, des ennemis imaginaires, des blogs racistes, des frontières fermées… Ouf, Grosse grosse proublime.

    J'aime

  3. le gouvernement algerien a peur de la revolte de la rue mais si jamais elle se manifeste se sera octobre 1988 multiplié par mille je souhaite me tromper

    J'aime

  4. tant que la justice en algerie est injuste, c’est plutot un ministere de l’injustice dirigé par BELAIZ. L’injustice se pratique au su et au vu de tout le monde, le maitre mot de la justice Algerienne est la Hogra, le pass-droit, à leur tete le procureur pricipal BELHADJ abdelmadjid, depuis 2008 il dirige le tribunal d’alger dans un climat de mafia ou les citoyens sont malmenés par ce corrompu et sans oublier celui qui faisait les sales besognes c’est le procureur SAIH nourredine (qui n’est plus depuis plusieurs depot de plaintes contre cette vermine) aidé pour les sentances par la juge HALOUANE moutahadjina qui craint ses maitre que le dieu. Malgrè de multiple requette contre ce mafieu de BELHAD aupre du ministere rien n’a bougé à croire maintenat que BEALIZ c’est son protecteur.

    J'aime

  5. L’ALGERIE NE RESISTERA PAS ENCORE LONGTEMPS AUX CONSEQUENCES DU PRINTEMPS
    ARABE,LES PEUPLES ONT PRIS CONSCIENCE DU POUVOIR QU’ILS PEUVENT EXERCER
    POUR FAIRE CHANGER LES CHOSES,ET SOYONS CERTAINS QUE L’AVENIR AURA UN GOUT TRES FADE POUR LES DIRIGEANTS QUI PENSENT LE CONTRAIRE……….

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.