Trotski n’est pas mort: il bouge encore.


Sources:

 Internet, Wikipédia, Le Livre Noir du Communisme, Dictionnaire Historique.Trotsky, Leon.My life :an attempt at an autobiography.Pathfinder Press , 1970.http://www.canalacademie.com/ida125-Trotsky-les-Trotskistes-et-la.html

TROTSKI, de son vrai nom Lev Davidovitch BRONSTEIN, dit Léon, est avec Lénine et Staline, une figure mythique de la Révolution d’Octobre et des débuts de l’URSS.

Comme très souvent dans l’histoire des mouvements révolutionnaires, les inspirateurs de la révolte, se séparent car ils poursuivent des objectifs divergents, puis finissent par se combattre, et enfin, à s’entre-déchirer.

Très vite, et pour faire court, Bronstein devient un opposant à Staline, auquel il reproche une dérive bureaucratique du mouvement communiste, et avec lequel il est en désaccord sur les objectifs de l’Internationale. Staline souhaitant limiter, au moins dans un premier temps, le processus révolutionnaire à l’Union Soviétique, et Bronstein étant partisan de la « révolution permanente », de donner le pouvoir au prolétariat ouvrier et non à une oligarchie d’aparatchicks, et de susciter la « révolution du prolétariat européen », puis mondial.

Arrêté, déporté en Sibérie orientale, Bronstein s’évade et gagne l’Angleterre sous le faux nom de TROTSKI.

 

De l’étranger, il mène l’opposition à Staline et poursuit son idée de révolution mondiale, qui l’oblige à mener une existence d’homme traqué, en Turquie, en France, en Norvège, puis au Mexique où il mourra assassiné d’un coup de piolet dans la tête, par un agent stalinien, Ramon Mercader.

Longtemps condamné à la clandestinité pour se protéger de la menace stalinienne, Trotski en est devenu un « spécialiste ». Dans son ouvrage « La Révolution permanente »,publié en 1930, il fait de l’action clandestine l’arme principale du projet révolutionnaire.

Sa pensée continue d’influencer, en France, certaines organisations d’extrême gauche.

Le programme de la IVe Internationale inspiré par Trotsky en 1938, est un « programme de transition » vers le socialisme. Le vrai, selon lui.

 Il s’agissait de se démarquer de la social-démocratie. En effet, La démarche de Trotsky consiste à rompre avec la propriété privée des moyens de production et la nécessité de faire des profits.

 Cela se traduit entre autres par : le contrôle ouvrier sur la production, l’échelle mobile des salaires et du temps de travail, la revendication de conseils d’usines et de quartier, la nationalisation sans remboursement ni indemnités des secteurs clés de l’économie (banques, grosses firmes, etc.).

 Ces mesures devraient favoriser le prolétariat dans son rapport de force avec la bourgeoisie et le rendre révolutionnaire : un lien serait créé entre des revendications économiques, (qui sonnent familièrement à l’oreille des Français), et l’objectif politique du socialisme.

 Confrontés à un isolement au sein même du monde du travail, à la répression étatique et patronale et à l’hostilité, parfois violente, des grands partis de la gauche, le Parti Socialiste et le Parti communiste, mais prêts à travailler, suivant des objectifs déterminés et vitaux, dans de larges alliances (fronts uniques), ou même cas plus rare,à défendre leurs options dans d’autres formations (entrisme).

 Ils affichent une culture de la dissidence, du fait de leur isolement relatif, et jouent, de tout temps, le rôle d’incubateur d’un grand nombre de groupuscules, de cénacles et de petits partis, et parfois aussi un vivier de nouveaux cadres, notamment pour le Parti Socialiste.

Selon Wikipédia « le terme « d’entrisme » a été utilisé de manière impropre (selon les trotskystes qui parlent alors de « travail syndical ») pour désigner les opérations de noyautage secret menées principalement en France par le courant lambertiste (OCI des années 1970-1980) et dont un élément célèbre en France sera Lionel Jospin (premier ministre 1997-2002) qui coupa les ponts avec l’OCI bien avant d’accéder au pouvoir.

Parmi ses dirigeants les plus influents ou les militants plus connus de « l’Organisation Communiste Internationale », on a compté, outre Pierre Boussel (Lambert apôtre du Lambertisme), l’historien Pierre Broué, Stéphane Just, Gérard Bloch, Jean-Christophe Cambadélis (dit « Kostas », aujourd’hui au PS), Jean-Luc Mélenchon, l’actuel maire socialiste de Bondy, Gilbert Roger, le producteur Jacques Kirsner (Charles Stobnicer dit « Berg »), le philosophe Pierre Dardot, les journalistes Gérard Desportes, Sylvain Cypel, Laurent Mauduit,[Pierre Marcelle]] le syndicaliste Jean Grosset, ou encore Jean-Jacques Marie et Gérard Filoche, Inspecteur Général du Travail, membre du Comité Directeur du PartiSocialiste, sans oublier Marc Blondel le « patron » de Force Ouvrière »….

 La cellule spectacle rassemblait les réalisateurs Alain Corneau, Bertrand Tavernier, Bernard Murat, Alex Métayer, Nadine Trintignant et Dominique Labourier.

 Appartenant aujourd’hui à l’UMP, Jean-Paul Alduy, maire de Perpignan a également été membre de cette organisation.

Dans tous les cas (secret ou ouvert), l’entrisme est une tactique ambivalente: elle peut aussi bien favoriser l’organisation trotskiste, en l’aidant à recruter des adhérents afin d’organiser, ultérieurement, une scission et la création d’un « parti révolutionnaire », que se « retourner contre elle », les infiltrés adoptant peu à peu l’idéologie et les convictions du parti infiltré, jusqu’à en devenir un cadre authentique. Pour ces raisons, l’entrisme n’est pas nécessairement reçu de façon hostile par l’organisation d’accueil: François Mitterrand connaissait parfaitement, dès 1971, le passé trotskyste de Jospin .

Daniel Bensaïd, le philosophe de la LCR, a théorisé l’entrisme dans un Essai de taupologie générale, qui fait de nombreuses allusions au marranisme, du nom des Juifs s’étant convertis au catholicisme sous les Rois catholiques mais ayant conservé en secret leur foi et leurs rites: il y a, selon lui, un point commun entre le messianisme des marranes et celui des « révolutionnaires professionnels » trotskistes . »

Les rapports entre les factions communistes et la religion sont toujours troublants.

« L’entrisme ». C’est le sujet sur lequel j’ai souhaité m’attarder dans ce billet.

L’entrisme est une stratégie qui consiste à faire entrer de manière concertée des membres d’une organisation dans une autre organisation aux idées proches, mais concurrentes. Le terme entrisme est intrinsèquement lié à l’histoire  du trotskisme, mais est aussi employé depuis lors pour décrire des pratiques du même ordre (infiltration, noyautage, etc.).

L’objectif est d’influer sur l’orientation et la puissance d’un courant d’idées au sein de l’organisation ciblée, dans le but de parvenir à infléchir la stratégie de l’ensemble de l’organisation. Il existe deux types d’entrisme :l’officiel (que Trotski appelle « à drapeaux déployés ») et le clandestin.

Le recours à l’entrisme est envisagé lorsque le mouvement trotskiste se sent trop faible et trop peu influent face aux soubresauts de l’histoire ou, au contraire, face à l’apathie des masses ouvrières qui se tournent plutôt du côté des PC nationaux ou des partis sociaux-démocrates.

Pour les trotskistes, la seule voie pour donner une efficacité concrète à leurs idées reste alors de chercher à « influer » en « entrant » discrètement, et en se donnant des apparences moins radicales, dans  les institutions, voire les entreprises et surtout depuis Mai 1968 dans les medias, dans des organisations,  qui jouent un rôle réel dans la vie politique.

Le noyautage des institutions, celui des médias, devient particulièrement actif dans les périodes troublées de la vie politique.

La Guerre d’Algérie a été un terrain particulièrement fertile pour l’action secrète (on disait alors « subversive ») dans laquelle excellent les trotskistes.

Dès la fin des hostilités et la proclamation du cessez-le-feu, sortent de l’ombre les trotskistes qui se sont engagés aux côtés du FLN dès le 1er novembre 1954, date de l’insurrection algérienne.  

 À peine effleurées dans le peu d’ouvrages parus et traitant le sujet, les activités des militants trotskistes et libertaires sont le plus souvent ignorées.

 Publiques ou clandestines, ces actions de soutien ont été diverses.
De l’impression de tracts au transport de dirigeants du FLN en passant par la construction d’une usine d’armes au Maroc, l’engagement militant est sans faille.

Il oblige ces femmes et ces hommes à des activités inattendues (fabrication de faux papiers, voire de fausse monnaie…) et conduira certains d’entre eux en prison.

Leur solidarité avec le FLN s’accentuera au rythme de l’évolution du conflit de 1954 à 1962. Après l’indépendance, quelques-uns parmi ces militants continueront l’aventure en Algérie même, dans l’espoir que la guerre se transforme en révolution socialiste « exportable ».

Les Trotskistes et les « Pieds Rouges »…

Ils seront les  » pieds-rouges  » du nouveau régime de Ben Bella jusqu’au coup d’État de Boumediene qui les obligera en 1965 à retraverser la Méditerranée.

(Voir, sur ce blog, mon article intitulé « En marge de la polémique sur le film Hors-la-Loi »): https://berdepas.wordpress.com/2010/05/25/en-marge-de-la-polemique-sur-hors-la-loi/

Dans cette aventure peu glorieuse, on retrouvera des noms connus de la société civile française, qui sont toujours restés discrets sur leurs « exploits »: aux côtés de personnages troubles et experts en « double je », tels que Hervé Bourges, un ancien de « Témoignage Chrétien », devenu conseiller de Ben Bella et qui opta pour la nationalité algérienne, ce qui ne l’empêcha nullement, sous Mitterrand de devenir Président de Radio France International, puis de France Télévision, avant de terminer comme Président du CSA, de nombreux trotskistes ont oeuvré, dans l’ombre, à l’éclosion d’un régime inspiré des utopies révolutionnaires, en Algérie.

Michel Pablo, l’un des théoriciens de « l’entrisme » et du militantisme trotskiste et ses partisans s’engagent à plein temps dans le soutien au FLN et développent, comme on l’a vu ci-dessus,   des activités clandestines (impression de tracts, fabrication de faux papiers, faux monnayage, et même création d’une usine d’armement secrète au Maroc) qui feront d’eux, le premier parti français à prendre cause pour l’indépendance, leur activisme valant à Pablo d’être arrêté en juin 1960 (grâce à une campagne internationale en sa faveur, il est libéré en octobre 1961).

Parmi ces militants ont retrouvera la trace de Edwy Plenel, qui réussira plus tard son « entrisme » dans le monde de la Presse en devenant un « spécialiste » du journalisme d’investigation, qui le portera à la Direction de la Rédaction du « quotidien de référence » des Français, le Journal « Le Monde ».

L’actuel historien Mohamed Harbi co-auteur avec Benjamin Stora ( futur trotskiste à partir de Mai 68) d’une Histoire de la Guerre d’Algérie, est alors le contact entre le FLN et le PCI . Cette action clandestine est relayée par l’action publique d’Yvan Craipeau (qui rejoint l’Union de la gauche socialiste), Yves Rous (devenu cadre de la SFIO), Pierre Naville, le mathématicien Laurent Schwartz, l’avocat Dechézelles, Filiâtre, Gilles Martinet, etc., tandis que Lambert soutient le MNA de son ami Messali Hadj.

Les partisans de Michel Pablo créent aussi un Comité contre l’envoi des contingents en Algérie .Plus tard, Michel Fiant (pabliste) met en place le réseau Jeune Résistance contre la guerre, auquel participe le jeune Alain Krivine, et qui collabore, malgré quelques rivalités, avec le réseau Jeanson et le réseau Curiel . (Source Wikipedia).

Le projet utopique de ces « révolutionnaires en peau de lapin », c’est alors de pousser l’Algérie à devenir une sorte de Cuba aux portes de l’Europe, et d’en faire une base arrière pour d’autres actions subversives, à l’occasion d’une crise politique.

Mai 1968 sera une nouvelle occasion de résurgence de l’activisme trotskiste.

 Dans le « monde étudiant », qui n’a jamais été un fief communiste plutôt tourné vers le « monde ouvrier », les trotskistes vont démontrer leur habilité dans le noyautage des organisations étudiantes.

En conséquence, les « groupuscules » trotskistes (JCR, OCI, VO) ou maoïstes (UJC-ml…) fleurissent au profit d’une UNEF de plus en plus moribonde à cette époque, car sans courroie de transmission efficace parmi les jeunes.

 Sentant les effets de l’influence grandissante des trotskistes au sein de l’UNEF, le Parti Communiste Français s’attaquera – parfois physiquement – aux « groupuscules ». Durant le seul mois de décembre 1967 :
• A Rouen, des militants du PCF empêchèrent physiquement la tenue d’une réunion de la JCR.
• A Brive, un tract PCF accusa Voix Ouvrière (ancêtre de Lutte Ouvrière) d’être financée « par les flics et les monopoles » et attaqua physiquement les vendeurs de Voix Ouvrière dans la rue.
• A Lyon, le PCF attaqua une réunion de l’OCI et de Révoltes (le journal du CLER).
• A l’usine Alsthom Saint-Ouen les diffuseurs du bulletin de VO furent attaqués par les militants de la CGT.

Ces « arguments » physiques montrent que les staliniens craignaient de perdre leur influence auprès des jeunes, jusque dans les usines.

Et le réflexe bureaucratique prima chez les staliniens. De plus en plus, le mensonge et l’amalgame deviennent leurs armes favorites, tandis qu’ils retrouvent l’esprit des « procès de Moscou ». Par exemple, en mars 1968, les lambertistes furent qualifiés de « fascistes de gauche » dans un tract du PCF diffusé sur la faculté d’Orsay.( source « http://www.pouvoir-ouvrier.org/histoire/1968.html).

 Les « étudiants » trotskistes n’ont jamais pardonné à la CGT et au PC d’avoir préféré négocier, à l’occasion du célèbre « Grenelle » entre Pompidou et Seguy,  des avancées sociales plutôt que d’abattre la république bourgeoise qu’ils détestaient. Les trotskistes, maoistes et autre révolutionnaires de l’extrême gauche de l’époque, se rabattront plus tard sur la conquête, grâce à « l’entrisme », de postes clé dans les institutions qu’ils n’ont pas pu renverser.

 On a vu la suite avec ce que sont devenus des Cohn Bendit, des Kessler, des Geismar, Serge July, Sauvageot, Benjamin Stora et bien d’autres.

 Leur détestation de l’état bourgeois les a conduits à faire cause commune avec la frange la plus réactionnaire du capital et de la finance pour tenter d’abattre enfin cet état tant détesté…

Les héritiers de cette longue aventure idéologique sont toujours là.

Ainsi, à titre d’exemple, les Edwy Plenel, les Benjamin Stora,  ce dernier devenu, grâce aux réseaux trotskistes présents dans les medias, une sorte d’historien officiel de la Guerre d’Algérie, s’exprimant le plus souvent, sans contradicteur, comme un « porte-parole » du FLN chez qui il a conservé de fortes amitiés, à l’exemple de Mohamed Harbi, cité ci-dessus, accusateur sans nuances de la présence française dans les anciens départements français, et apôtre d’une repentance à sens unique.

 Certes, la mouvance révolutionnaire gauchiste est devenue assez habile pour ne laisser au premier plan que des personnages vaguement folkloriques tels que Arlette Laguillier, ou le facteur Besancenot, mais les vrais, les purs, les durs, ceux qui mènent le combat souterrain, celui qui consiste à saper méthodiquement et silencieusement, les fondements de la « République bourgeoise » qu’ils exècrent, ceux là sont un peu partout et forment au sein de la société française des réseaux actifs et redoutables.

Derrière chaque scandale qui affaiblit un peu plus les institutions, et la représentation politique nationale, il suffit de gratter un peu pour les trouver, tapis dans l’ombre, ou tirant des ficelles, prêts à exploiter la situation, pour faire progresser leur projet silencieux.

PS: Pour ceux de mes lecteurs qui en auront la curiosité, ou qui souhaitent en savoir plus sur le personnage « romantico-révolutionnaire » de Trotski, et qui seraient intéressés par la présence, les objectifs et l’action des trotskistes en France, je recommande l’écoute ou la lecture du texte de la remarquable communication de l’Historien  et Politologue André Lazar, devant l’Académie des Sciences Morales et Politiques, au cours d’une séance présidée par l’Historien Leroy-Ladurie.

http://www.canalacademie.com/ida125-Trotsky-les-Trotskistes-et-la.html

Passionnant !!!

8 réflexions au sujet de « Trotski n’est pas mort: il bouge encore. »

  1. Ping : Trotsky trotte encore… | Tempus Fugit….

  2. Ping : "Kostas" graves soupçons ??? | Tempus Fugit….

  3. Ping : Marc Blondel est mort, mais…. | Tempus Fugit….

  4. De rien , les recherches sont vraiment très large , et partent dans tous les sens , pour des soutiens a la palestine , avec leurs amis islamistes radicaux , leur maître Lambert , s’est tourné vers le mouvement Hachomer Hatzaïr ( http://www.hachomer.net/index.html ) dont le principal fondateur est Poalei Zion .
    Je te laisse avec cette nouvelle piste ….. bonne route .

    J'aime

  5. Très intéressante, votre contribution !!! Elle me confirme dans le caractère souterrain et permanent de l’action des trotskistes. J’ai appris beaucoup sur le site dont vous m’avez communiqué l’adresse. MERCI.

    J'aime

  6. Les trotskistes sont partout , dans tout , ils ont placé leurs hommes dans tout les lieux de pouvoirs qui leur semble stratégiques .Ils abusent de la crédulité des uns et de l’ignorance des autres en créant des réseaux souterrains qui vous manipules et vous n’y voyez rien .

    Ils se sont régénérés dans l’ombre de l’ancien vichyste Mitterand , au creux de la vague gauchiste . Aujourd’hui , ils n’ambitionnent plus de conquérir le pouvoir , ils ont décidé d’utiliser leur savoir faire pour d’autres ambitions plus obscures , incompréhensibles – au mieux irrationnelles , au pire dangereuses.

    Leurs méthodes ? opération terre brûlée , en tirant les ficelles de la gauche , dans l’ombre de l’appareil d’état , au cœur des syndicats , des partis , des médias , ils gangrènent les mouvements sociaux , grèves , associations – A défaut de triompher , ils neutralisent , ce qu’ils ciblent .

    Seul les simples d’esprit les démocratouillards et autres haïssables petits bourgeois ignorent que la violence est et restera toujours le moteur de l’histoire , c’est pour cela que les trotskistes refusent la lutte de classe , haïssent les Communistes car ils s’attaquent a leur obscure pouvoir , leur compromission .

    La souffrance et la victimisation sont les piliers de la culture trotskiste – Le martyre y est une valeur cardinale , la preuve absolue de  » justesse » de l’engagement  » les vilains Communistes  » et leur pique a glace !
    Depuis la chute du mur … virage a 180° – Le temps ne compte plus , si ce n’est pas cette génération , ce sera la suivante , ou encore celle d’après , le charognard n’est pas pressé, l’essentiel est que la « flamme » ne s’éteigne jamais –
    Les trotskistes sont les nouveaux chrétiens , la nouvelle religion , tant qu’il y aura des injustices sur la terre , il y aura ce culte , cette secte pour recueillir la misère , sans la soigner , donc tant que le capitalisme existera l’avenir appartiendra a son parasite !

    Combien de milliers d’année entre les grottes de Lascaux et la Commune de paris ? combien de milliers d’années entre les guerres de religions des croisés et les massacres de prolétaires de Fourmies , des canuts …. Le trotskiste est réduit au chainon manquant , leur destin n’est pas la prise de pouvoir , mais la transmission de la foi !

    Le trotskiste est une taupe , animal de représentation par excellence … un totem …… comme les scouts ont leur louve, la taupe passe son temps a creuser des galeries souterraines , si on ne fait rien , tôt ou tard , le terrain s’effondrera pour cette petite bourgeoisie , travail de sape , de minage s’incruster partout ou , le jour J on pourra influer sur les décisions et là mieux encore donner des ordres . Voila pourquoi cette taupe creuse discrètement , inlassablement dans le tissu social et politique et attendre les ordres , ils viendront bien …… un jour !
    La taupe trotskiste est aveugle , aveuglée , elle ne supporte pas la lumière , elle creusera dans le vide , plutôt que d’ouvrir les yeux , elle ne sait pas pourquoi , elle creuse , son code génétique petit bourgeois lui dicte , elle ne sait rien faire d’autre

    Les temps sont incertains , en attendant que souffle a nouveau le vent Rouge sur les plaines , la hyene trotskiste attend tapie dans l’ombre pour , une fois encore , voler la Révolution prolétarienne .

    Ils manipulent les masses , de Laguillier (LO) a Besancenot ( LCR/NPA) en passant par Schivardi ( POI , PT ) les chefs de files , les « gueules » médiatiques pour tromper les masses ….

    Laguillier , élue européenne et sa Mercedes , ça ne la gène pas , mais … inavouable .Ou encore son appel a voter Royal en 2007 , pour « faire barrage » a sarkozy , mais pas de barrage a le pen en 2002 ? vous comprendrez pour quoi un peu plus loin dans la démonstration ou encore pour cette autre raison .

    Besancenot le facteur a temps partiel de Neuilly , secrétaire européen de Krivine ou encore Cet appartement de 55 m2 a été acheté 204 500 euros (via, pour Besancenot, qui en a 50 %, un prêt à tarif très avantageux offert par son employeur : La Poste), mais dans sa déclaration de fortune de candidat, il indique ne détenir « un patrimoine (que) de 37 000 euros. Entre-temps, il avait vendu son premier studio dans le XVIIIe arrondissement, acheté 34 447 euros en 1999 et revendu, en 2004, 100 000 euros (Le Point, 25 janvier 2007) .

    Schivardi et le POI le pire , si cela est possible chez les trotskistes ….. l’alliance personnifiée avec l’idéologie d’extrême droite et capitaliste avec son ami Miguet

    Je n’entrerais pas dans le détail de l’entrisme par les lambertistes ou les pablistes qui est bien résumé sur ce site
    Ce qui est certain et les trotskistes le revendiquent :  » trotskiste un jour …… trotskiste toujours !  »

    La secte trotskiste , révisionniste , diffuse sa foi dans la quasi totalité des appareils , voici ci- après une liste non exhaustive :

    http://union-activistes.over-blog.com/
    le graphique n’entre pas dans la page

    Quels sont les rôles et places des lambertistes a F O ? Historiquement la Haine des Staliniens , suscite l’amour entre réformistes et trotskistes – Pas de problème donc – Ils vont main dans la main – A FO , ils sont biens venus , comme disait André Bergeron : « Le caractere cosmopolite de FO , des gaullistes aux anarchistes » . D’ailleurs les trotskistes offrent une réelle caution morale – Ils sont antiStalinien – Label garantie !

    Ce qui est rassurant c’est que les crabes ne sont pas tous dans le même panier , en effet , les autres viennent d’une autre religion , les catho-chretiens : On compte ainsi parmi les anciens jécistes de nombreux résistants ainsi que de grandes figures du monde politique, syndical médiatique, universitaire ou associatif, parmi lesquelles :Pascal Lamy, Joseph Fontanet, Gilbert Dru (mort en 1944), Maurice-René Simonnet , Louis Althusser, Francois Mitterrand, René Dosière, Pierre Alviset, René Rémond, Patrick Viveret, Pierre Rosanvallon, Geneviève Latreille, Antoine Spire, Jean-Pierre Sueur, Georges Montaron, Christophe Hondelatte, Claude-François Jullien, Roger-Henri Guerrand, Renaud Sainsaulieu, Jean-Yves Le Drian, Jacques Bugnicourt, Jacques Duquesne ou Philippe Séguin et Cécile Duflot.
    Il est vrai que d’un cadre royaliste a un autre le monarchie n’a pas perdue la tête puisqu’elle est aidée soit pas les trotskistes , soit par les catho-chrétiens , la seule chose dont on peut etre sur c’est que l’ensemble contient le peuple pour eviter tout soulevement de la classe proletarienne , car le peuple doit reprendre sa LIBERTE .
    Aucun syndicat , parti , association …. N’est pas noyauté par l’entrisme !

    J'aime

  7. très intéressant ton article qui vient compléter et étayer nos recherches , je t’invite a te renseigner sur le POI également , tu arriveras sur le NAR puis sur ceci :

    http://allianceroyale.fr/presse-et-medias/editoriaux/article/1er-forum-politique-de-plessis

    je peux également t’inviter a lire « les trotskistes  » de christophe Nick :

    http://www.tilsafe.com/libfr/004-LSC-CB/Les+Trotskistes.html

    Si tu fais le tour des associations , syndicats …. tu verras que TOUS sont sous l’emprise des trotskistes qui ne veulent pas la révolution ou le pouvoir … mais noyauté , obtenir des postes electifs ….

    Si tu approfondis un peu plus tu pourras constater qu’il n’y a qu’un rempart a ces ennemis de classe : les staliniens

    en te souhaitant une bonne route et de bonnes recherches …..

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.