Minarets…. à l’arrêt !!!


Lu dans « lemonde.fr » du jour:

Les sociétés européennes crispées face à l’enracinement de l’islam

LE MONDE | 30.11.09 | 10h40  •  Mis à jour le 30.11.09 | 10h44
Cet article, qui commente la situation créée en Europe par les offensives menées de façon récurente par les adeptes d’une « islam conquérant », fait suite à la décision majoritaire du peuple Suisse, de rejeter les demandes d’autorisations de construire des minarets au côtés des nouvelles mosquées, qui, financées, entre autres, par l’Arabie Saoudite se multiplient sur le continent européen.
 
A un moment où, sous l’impulsion discutable d’un Ministre, la France s’interroge sur son identité, et où ce débat soulève quantité d’objections, tout le monde sent bien que derrière les craintes que suscite cette initiative, il y a le risque de voir émerger une opinion française, majoritaire comme en Suisse, et probablement comme dans d’autres pays, pour signifier aux musulmans, que l’Europe doit rester l’Europe, et qu’il leur appartient de s’adapter à cette situation, alors que certains considèrent que l’Europe doit s’adapter à l’Islam.
 
C’est ce que les partisans d’une « tolérance  jusqu’auboutiste » veulent dire lorsqu’ils qualifient l’ initiative de ce Ministre de « dangereuse ».
Car on a bien vu que, nonobstant un matraquage médiatique puissant, pour dénoncer le « caractère provocateur » de la campagne menée par la Droite, les Suisses se sont clairement et majoritairement exprimés pour refuser de voir le paysage auquel ils sont héréditairement attachés, se transforme sous leurs yeux, et d’entendre peu à peu les cinq appels quotidiens à la prière , couvrir par la puissance des décibels de leur sonorisation, le son des cloches qui, depuis toujours rythme leurs jours.

La suite de l’article visé en titre, est significative. Après une analyse assez juste de la situation et de son insidieuse évolution, il conclut, que nous n’avons plus qu’une seule attitude possible: celle céder devant les coups de boutoirs successifs qui visent à déstabiliser nos règles de « vivre ensemble », en utilisant astucieusement les nuances et le failles du discours sur la laïcité et sur le respect des Droits de l’Homme ( et de la Femme, bien entendu ).
 
La plupart de ces parangons de la tolérance, sont prêts à accepter pour l’Islam, ce qu’au nom de la laïcité, ils ont violement combattu lorsqu’il s’agissait de l’Eglise.
 
Extrait de l’article visé:

« Religion aux rituels ancrés dans la vie quotidienne, en termes d’alimentation, de prière ou de tenue vestimentaire, avec le voile pour les femmes, l’islam s’est installé dans des pays marqués par une forte sécularisation et une inexorable déchristianisation. Ces pratiques religieuses ostensibles heurtent d’autant plus qu’elles émergent dans un contexte où la place de la religion jusque-là dominante, le christianisme, n’a jamais été aussi faible.

En outre, l’immense majorité des fidèles musulmans, soucieuse d’adaptation et d’intégration aux sociétés ambiantes, est régulièrement desservie par des groupes intransigeants et revendicatifs, dont certaines demandes (port du voile intégral, refus de la mixité…) semblent exorbitantes aux sociétés qui les accueillent.

Il faut bien reconnaître que, face à ces phénomènes, la communauté musulmane, souvent encore peu organisée, paraît incapable de réguler ces comportements. Les tenants d’un islam européo-compatible ne demandent pourtant qu’à être confortés dans leurs efforts d’intégration par la construction de lieux de culte dignes et la reconnaissance de besoins cultuels et culturels (carrés musulmans dans les cimetières, fêtes religieuses…).

Or, ce ne sont pas les stigmatisations empreintes de populisme, telles que le vote anti-minarets en Suisse ou l’offensive politique anti-burqa en France, qui aideront les « modérés » à faire sereinement accepter l’islam pour ce qu’il est désormais : la deuxième religion d’Europe.

L’exclusion et la discrimination sont, en revanche, les meilleurs terreaux pour un radicalisme, un repli communautaire et une ghettoïsation, potentiellement beaucoup plus explosifs. » ( fin de citation).

La brêche, dans le raisonnement se situe dans les deux derniers paragraphes, comme toujours.

Ainsi, donc, ceux qui ne veulent pas que le chant des « muezzin » se substitue, insensiblement, dans nos villes, au son des cloches de nos églises millénaires, n’ont pas le choix.

                                

Ils doivent se taire, pour ne pas être accusés, de « racisme », de « populisme », de « discrimination », de stigmatisation » et autres qualificatifs qui fleurissent désormais dans le langage de ceux qui se prétendent « ouverts », et « tolérants » . Ils doivent assister en silence à la lente (et inéluctable ???) montée en puissance de cette religion, qui , dans aucun pays du monde actuel, ne supporte la cohabitation avec un système démocratique.

L’activisme musulman est devenu expert dans l’instrumentalisation des ces « beaux esprits » qui considèrent, avec une pointe de condescendance , tout ceux qui refusent de se prêter à ce jeu.

Et ces  » beaux esprits » là, prolifèrent dans le petit monde médiatique…




Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.