Clearstream: la Presse sous pression…


La dernière audience, celle qui a mis sur le gril l’ineffable Gergorin, a surtout été commentée , dans la presse, à partir des réponses du « prévenu » au Procureur Jean-Claude Marin.

Petit échantillon:

« – Monsieur Gergorin, vous êtes bien polytechnicien ???

– Oui, Monsieur le Procureur.

– Vous êtes bien énarque ??

-Oui.

– Ancien numéro trois d’EADS ???

– Oui.

– Les problèmes financiers ne vous sont pas étrangers ? Vous savez ce qu’est une chambre de compensation ?

– Je ne le savais pas. Je prenais pour argent comptant les informations que me donnait Imad Lahoud…

– Donc, vous, l’un des principaux cadres de l’un des premiers groupes industriels, ne savez pas ce qu’est une chambre de compensation ? Pourtant, autour de vous, on détermine assez vite que cette affaire ne tient pas debout… »

Cet interrogatoire met en évidence l’ignorance crasse de cadres de haut niveau, en ce qui concerne l’organisation du système bancaire et de ses organes de compensation internationaux. 

Jean-Louis Gergorin ajoute:

« – à l’époque, je ne le savais pas. J’ai pris pour argent comptant les synthèses d’Imad Lahoud, jusqu’en Août 2004. »

Ainsi, donc, l’un des principaux acteurs de cette « bande dessinée », ignorait que Clearstream, organe de compensation interbancaire international, ne tenait pas de comptes de particuliers.

 Les comptes gérés par cette institution sont ceux de Banques et autres organismes financiers, entre lesquels s’opérent des compensations, ce qui en clair veut dire que lorsqu’une banque devient débitrice d’une autre banque, elle même créditrice de la première, une compensation s’opère entre les comptes qu’elles ont ouvert au sein de Clearstream, sans transfert de fonds d’une banque à l’autre.

Le système est le même que celui qui permet, entre banques française, d’effectuer , en « chambre de compensation » placée sous la responsabilité et le contrôle de la Banque de France, des règlements en limitant les transferts de fonds entre elles.

Mais, il apparaît clairement que l’ignorance invraisemblable de la part d’un cadre de haut niveau d’une des premières entreprises industrielles européennes, mélée à l’incroyable propension aux fantasmes entretenus dans certains milieux, ignorants des règles élémentaires du fonctionnement du monde financier, fantasme accentué par le fait que Clearstream a son siège social au Luxembourg – un paradis aux portes de l’enfer -, a permis de faire « monter la mayonnaise » dans cette affaire rocambolesque.

On découvre à la lumière de cet interrogatoire surréaliste, que ceux qui se prenaient pour des corbeaux d’envergure n’étaient en fait que des pigeons de basse-cour…

Mais l’importance donnée par la Presse , à cet affrontement entre l’accusation et le « prévenu » Gergorin, a permis d’ecclipser un autre interrogatoire tout aussi important, celui de Dominique Baudis, entendu comme témoin, car il figurait, lui aussi sur la liste des personnes mentionnées, sans raison, dans le fameux « listing ».

En effet, Mr Baudis n’a pas manqué de relever des similitudes entre l’affaire Alègre montée de toutes pièces pour le « salir », et l’affaire Cleastream. Dans les deux affaires, des documents contenant des informations « fabriquées », contenues dans le dossier des juges d’instruction, parviennent mystérieusement dans certaines rédactions.

 Ainsi, la Presse, dite « d’investigation », qui aurait dû avant « d’accomplir son devoir d’information », accomplir son « devoir d’authentification et de vérification de ses sources », avant de devenir  » au motif de ne pas étouffer les affaires »( Baudis dixit ), un véhicule lancé à une vitesse incontrôlable, sur le chemin de la « calomnie », se transforme en une redoutable « machine à détruire ».

Ce « journalisme d’investigation » des caniveaux de la République, déja évoqué dans un de mes précédents billets, qui cherche souvent à s’ériger en contre-pouvoir, fonctionne lui-même sans « contre-pouvoir »,  avec comme seul frein, une déontologie qui a tendance à s’effriter en raison de la fureur des prises de positions partisanes. 

5 réflexions au sujet de « Clearstream: la Presse sous pression… »

  1. Ma pathologie, comme vous dites, vient même de me conduire, avant-hier a faire un billet où je dis que le PS et le PC ont eu tort….
    Encore perdu mon Cher !

    De plus, vous bottez en touche, vous faites exactement ce que vous me reprochez de faire: vous vous gardez bien de réponde à propos de la déclaration (pas récente) de M. Sarkozy …

    jf.

    J'aime

  2. Ce qui nous différencie, entre autres, c’est que moi, je ne fais pas une fixation sur Sarkozy, qui semble être devenu pour vous un sujet obsessionnel, qui confine à la pathologie.
    Je me contente de lire la Presse, jour après jour et de réagir, à chaud, sur les sujets divers qui m’inspirent , et que je traite dans monregistre favori, qui est celui de la dérision.

    J'aime

  3. Vous êtes encore plus fort que moi si vous savez combien de gens sont intéressés par mon Bloc-Notes…Passons.
    Et moi aussi je vais remettre une couche.
    Vous vous indignez que Gergorin déclare ne pas savoir et vous en faites tout un fromage contre les Polytechniciens, les dirigeants d’entreprises etc….

    Mais quand M. Sarkozy fait publiquement et à la télé (et non pas dans un prétoire) la MEME ERREUR, quand il se plaint qu’on l’accuse d’avoir ouvert des comptes dans « une banque qu’il ne connaît même pas » (la séquence nous a été repassée ces temps ci ad nauseum…), là vous ne trouvez rien à redire….!
    Ainsi quelqu’un qui fut Ministre des Finances ne connaissait pas Clearstream et sa mission de chambre de compensation et ça ne vous choque pas !
    Je répète, votre argumentation ci-dessus n’est que spécieuse.

    jf.

    J'aime

  4. Merci pour la précision concernant le Procureur. Je corrige mon erreur en conséquence. Comme d’habitude aucun détail ne vous échappe. Mais sur l’essentiel , pas grand chose dans votre propos. Si ce n’est votre habituelle propension à la contestation superficielle….
    Bien sûr qu’un prévenu « a le droit de mentir comme un arracheur de dents » !!! Mais qu’un Polytechnicien, énarque de surcroît, prétende ne rien savoir de l’organisation des systèmes recouvrement interbancaires, ce qui ne l’empêche pas d’occuper de hautes fonctions dans l’une des plus grandes entreprises industrielles européennes en dit long….
    Quand à ma théorie, je ne vois pas à quoi vous faites allusion. car je n’ai aucune théorie à proposer.Je me contente d’exprimer mon point de vue,et de mettre en évidence certaines informations qui semblent avoir été occultées par les « grands médias » et par la piétaille du journalisme de caniveau….
    D’ailleurs, n’est-ce pas ce que vous faites vous même, de temps à autres (1), en évoquant sur votre blog qui ne semble plus intéresser grand monde, des informations sur les écarts de notre Sarkoseur national, ou sur les faux-pas de sa majorité ????
    Je pense que l’essentiel de mon propos vous échappé: j’en rajoute donc une couche.
    Si ce procès tourne en un affrontement entre deux personnages qui ont chacun de bonnes raisons de haïr l’autre, c’est parceque, une fois de plus, les Journaleux de tous bords ne font pas leur boulot, et passent sous silence la plupart des séances consacrées aux autres « victimes » de cet épisode digne des « Pieds Nickelés ».
    Le seul qui a eu droit à une certaine attention, c’est Edwy Plenel, au titre de la « confraternité », dont les déclarations d’amour villepinesques ont recueilli l’oreille attentive des micros et caméras….
    Seul le combat « à mort » entre Croquignol et Ribouldingue intéresse nos journaleux, car il fait vendre du paier….
    Ainsi, la déposition de Dominique Baudis, qui dérange dans certains médias, est quasiment ignorée de la « grande presse ». Et son propos rejoint curieusement celui d’un Journaliste ancien collègue de Edwy Plenel, que j’évoquais dernièrement….
    (1) « Feuilleton Clearstream…. »
    « Un coup de théâtre a eu lieu et n’a pas été repris dans la presse. »

    J'aime

  5. Vous même n’êtes pas exempt d’erreur car si c’est bien M. Marin en personne qui a interrogé M. Gergorin, il n’est pas Procureur-adjoint MAIS Procureur !
    Et puis si vous vous y connaissez très sûrement en banques, coté justice et code pénal, vous avez quelques faiblesses….
    Vous ne savez donc pas qu’un PREVENU a le DROIT de mentir comme un arracheur de dents lors de son procès si il estime devoir ainsi assurer sa défense ????

    Vous avez donc bondi à tort sur ce genre de déclaration pour faire des commentaires qui vous vont bien.
    malheureusement votre théorie (une de plus) tombe à l’eau par manque de rigueur de votre part…

    jf.

    J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.