Journaleux….


Par ces temps de magouilles, de traquenards, de manipulations, de mensonges, il est éclairant de parcourir le blog d’un Journaleux ( http://gklein.blog.lemonde.fr/2009/09/29/a-propos-du-journalisme-dinvestigation-et-de-mediapart/)ayant « sévi » à Médiapart , – cette feuille de choux créée sur internet par Edwy Plenel, vous savez, ce spécialiste de la « navigation en eau trouble » pour dénicher des sujets d’enquêtes à scandale toujours bien orientées,ce journaleux au regard vicieux et à la moustache stalinienne qui a la flatteuse réputation d’avoir « ses entrées », tant auprès de l’extrême gauche qu’ auprès des Services de renseignements et de la Police…et qui, cela n’est apparement pas incompatible, entretenait des relations cordiales avec Galouzeau.

Edwy Plenel, ex journaleu du Monde, fondateur de « Médiapart ».

On y lit ceci:

« Ce monde de l’investigation, je le connais. Je l’ai fréquenté. A Libération, à Canal +, à Mediapart (http://www.mediapart.fr/). Je l’ai croisé durant de nombreuses années. Il a ses honneurs — rares — ; ces grandes heures — plus fréquentes —, il a même ses ententes illicites (exemple : quand deux journaux différents publient le même jour le même scoop, on appelle ça se partager le marché chez les libéraux ; chez les journalistes on dit « faire un bon coup »), et puis, il a ça : cette arrière-cuisine qui sent le graillon, et les ricanements, les déjeuners en ville insupportables de suffisance et de médisance. Le besoin de dénoncer des actes, rarement de comprendre un système. Le plaisir subtil à balancer des noms, et à regarder les corps bouger au bout de la corde. Promis, un jour, j’en raconterai quelques petits détails, de ce monde là. L’affaire de Tarnac, à propos de laquelle je rédige un livre, pourrait être une assez bonne entrée en matières. Bah, on verra. »

De quoi entretenir chez ceux qui ne gobbent que ce qu’ils veulent bien gobber, une certaine forme de distance prudente, voire sceptique, dès qu’il s’agit d’informations ramassées dans les caniveaux de la République.

Appréciez, au passage, le sens du marketing de ce plumitif, qui en profite pour exciter l’appétit des amateurs de viande plus ou moins faisandée, en annonçant son prochain livre qui révèlera, on peut en être certain, des détails croustillants sur des « affaires récentes ». 

Post-Scriptum: Lecture savoureuse recommandée sur ce thème d’actualité:

La domesticité du secrétaire particulier, la prostitution du journaleux et la négritude du romancier ou du dramaturge sont les formes diverses prises par le prolétariat de la plume. — (Pierre Michel, Mirbeau & la « négritude », 2004, Éditions du Boucher, Société Octave Mirbeau)

2 réflexions au sujet de « Journaleux…. »

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.