Toute ma vie j’ai rêvé….


….. d’être une hotesse de l’air ???

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/09/23/01016-20090923ARTFIG00056-les-dangereuses-pratiques-des-aiguilleurs-du-ciel-.php

…..Ou plutôt d’être contrôleur aérien ???? Ce qui semble bien plus intéressant, à en croire le « figaro.fr » de ce soir. En effet,

« Travail à mi-temps illégal, sous-effectif dans la tour de contrôle… Les «petits arrangements» se font au détriment de la sécurité. Enquête sur ces pratiques qui mettent en péril les atterrissages et les décollages. »

Les contrôleurs aériens français travaillent quasiment à mi-temps dans la plus parfaite illégalité. Le système a été baptisé «clairance». Selon nos informations, c’est devenu un véritable problème de sécurité aérienne. Dans le jargon aéronautique, une clairance est une autorisation de décollage ou d’atterrissage. Mais c’est peu à peu devenu une autorisation de passer la journée chez soi.

«Les contrôleurs aériens sont censés assurer 24 heures à leur poste par semaine, soit l’équivalent de 160 jours de travail par an, explique une source syndicale. Mais dans les faits, ils n’assurent souvent que 12 heures hebdomadaires et 80 jours par an.» En principe, les contrôleurs doivent travailler par équipes tournantes, de quinze personnes à Roissy par exemple. Théoriquement, ces quinze personnes sont toujours à leur poste et sont d’ailleurs payées pour cela. Mais dans la réalité, plusieurs manquent à l’appel. Leur absence est consignée dans un «cahier de clairance» qui organise le temps de travail et la rotation de l’effectif de manière totalement illégale. «Le contrôle aérien est une profession qui s’est beaucoup féminisée, ajoute un spécialiste. Du coup, les clairances sont très pratiquées lors de la rentrée des classes ou des vacances scolaires.»

Encore une profession qui, abusant de sa position stratégique dans le domaine du transport et de la sécurité aérienne, s’est arrogé des « avantages » considérés comme « acquis », et qui à la moindre alerte, menace de paralyser le trafic aérien.

Faudra-t-il « privatiser » le contrôle aérien civil pour que les choses puissent s’inscrire dans la norme ????

On aimerait connaître l’opinion du Syndicalisme de la profession sur cette question. Nous vivons dans un pays où tous les citoyens sont égaux devant la Loi, certes,  mais il semblerait que certains soient « plus égaux que d’autres ».

On peut néanmoins anticiper sur les justifications de cet état de fait que nos talentueux syndicalistes  ne manqueront pas de nous fournir : tout vient du « manque de moyens » et du « sous-effectif » dont souffrent toutes ce professions….

Prenez l’avion en toute sécurité : nos contrôleurs aériens veillent !!!!

8 réflexions au sujet de « Toute ma vie j’ai rêvé…. »

  1. Je ne vois pas en quoi j’aurais à répondre à des questions ineptes.
    Il n’a jamais été question de travail à mi-temps chez les Contrôleurs , le Figaro n’atant même pas foutu d’apporter le début du commencement d’une preuve.
    Il a été tellement loin dans la démago qu’il a été pris à son propre jeu et contraint de publier in extenso le rapport du Directeur Général de l’Aviation Civile.
    VOUS NE L’AURIEZ DONC PAS LU ????
    Comme c’est étrange de votre part. Comme c’est encore plus étrange que vous ne l’ayiez pas publié aussitôt comme vous vous étiez empressé de publié les articles précédents.

    Juste un extrait du Rapport en question:

    Les tours de service des équipes sont en effet organisés pour tenir compte des
    variations journalières, hebdomadaires et saisonnières prévues pour le trafic. Les chefs
    d’équipe gardent une certaine latitude pour adapter finement le nombre de positions de
    contrôle ouvertes à la demande réelle de trafic. En période de faible trafic, le chef
    d’équipe peut être amené à octroyer une autorisation d’absence à certains contrôleurs
    par rapport à leur vacation théorique fixée pour l’ensemble de l’équipe par le tour de
    service.

    Vous y voyez du mi temps là dedans vous ????

    Allez continuez de mouliner contre les « Aiguilleurs du ciel », qui ne vous ont rien fait, si ça vous chante mais votre comportement déplorable à cet égard puisque vous avez cru bon de rajouter vos propres commentaires ne vous honore pas.

    Et pour lire l’intégralité du rapport du Directeur Général, il suffit de cliquer sur:

    Cliquer pour accéder à Rapport%20de%20la%20DGAC.pdf

    jf.

    J'aime

  2. Comme d’habitude, vous esquivez la réponse aux vraies questions:
    – Est-il exact que les contrôleurs concernés , se sont arrogé le droit de ne travailler qu’à mi-temps, ou à plein-temps à semi-effectif, oui ou non ???
    -Est-il exact que la Direction de l’Aviation civile, au courant de cette « combine » a fermé les yeux ???
    – Sur quel principe cette situation dérogatoire et dangereuse est elle fondée ???
    – Si les tours de contrôle peuvent fonctionner à semi-effectif, n’est-ce pas parceque les effectifs sont excessifs, et que la « puissance » des syndicats de contrôleurs leur a permis – sous couvert du chantage à la grêve – d’obtenir ces privilèges dangereux. Je maintiens « dangereux ».
    – Enfin, il serait intéressant de savoir comment les choses se passent sur les autres aéroports européens…..
    – En « syndicaliste européen » vous devez en savoir des tonnes sur ces pratiques….

    J'aime

  3. Le jour où une activité humaine ne comportera aucun risques, c’est là que ça deviendra « inquiétant ».
    Depuis que l’aviation commerciale existe, il y a risque de collisions aériennes (il y en même eu quelques unes..).Comme ce risque existe, dès le départ, l’OACI, Organisation de l’Aviation Civile Internationale (Agence de l’ONU), crée en 1945 a donné un nom mondial à ce risque: « airmiss », changé en « airprox » il y a quelques années.
    Ces « airprox » sont des réclamations déposées par les pilotes (parfois à tort) si ils estiment avoir vu un autre avion de « trop près », ou par les contrôleurs qui font des rapports sur leurs propres erreurs !
    Il y a donc des dizaines de rapports de ce genre par an en France, des milliers dans le monde.
    Chaque Etat à l’obligation, de diligenter une enquête sur CHACUN de ces rapports.
    Les pilotes concernés et leur compagnie reçoivent un exemplaire de cette enquête.
    Ce qui veut dire que l’article du Figaro que vous mentionnez est tout simplement bidon.
    En le lisant correctement on comprend que c’est une enquête interne à la compagnie aérienne…Sauf qu’elle ne dispose d’aucun élément pour enquêter sur ceux-ci.
    Et quand je lis que ce rapport interne à la compagnie conclue au fait que les contrôleurs n’étaient que huit au lieu de quinze, alors là je me marre encore plus. Comment les pilotes dans leurs avions, comment les compagnies dans leurs sièges sociaux peuvent-ils connaître le nombre de contrôleurs présents ou « devant » être présents…
    Tout cela mon cher monsieur n’est que de la polémique de bas étage.
    Mais si vous voulez jouer à vous faire peur, vous pouvez continuer…..
    Comme je vous l’ai déjà expliqué, moi-même et ma profession, on en a vécu d’autres, on en vivra d’autres…

    Hasta la vista.

    jf

    J'aime

  4. Je n’écoute pas France-Inter, car pour moi, les Radios nationales truffées de journalistes appartenant à la classe des « zintellectuels » de Gauche, verbeux et séctaires, sont des Radios bla-bla-bla…Par contre je lis en effet le Figaro (entre autres ), et ce soir j’y découvre ceci:

    En février 2008, deux avions d’Air France auraient ainsi pu se percuter au-dessus de Paris. Un Boeing 777 et un Airbus A 320 étaient tous deux au décollage. Le premier sur la piste la plus au sud de Roissy-Charles-de-Gaulle (la «26 droite»), le second sur une des deux pistes du nord (la «27 gauche»). L’Airbus A 320 aurait dû réaliser un départ en tournant vers la droite. Pourtant, après le décollage, le contrôleur aérien lui ordonne d’obliquer vers la gauche. «Mon collègue a alors demandé confirmation de l’ordre, rapporte un pilote d’Air France. Le contrôle lui a répondu : à gauche immédiatement.» L’aéronef se met alors en route de collision avec le Boeing 777 qui décolle à cet instant. Il reçoit aussitôt une «résolution TCAS» (traffic collision avoidence system), une alerte de collision. «Un avion au décollage en pleine charge ne peut monter à bloc, explique un pilote. Nos deux collègues se sont évités à vue.»

    Après cet incident dont les passagers ne se sont pas rendu compte, une enquête interne établit que les contrôleurs aériens étaient ce jour-là 8 au lieu de 15. «On a alerté notre direction, explique un pilote. On nous a répondu : “Pas de vague avec les contrôleurs. Si on a une grève, c’est catastrophique”.» Contactés par Le Figaro, plusieurs pilotes d’Air France se sont rendus sur le logiciel Sentinel pour y trouver le rapport des pilotes. Il n’était plus disponible.
    Inquiettant, non ???

    J'aime

  5. « Je n’écoute pas France Inter »…
    Quelle réaction de gamin !!!!
    Ainsi d’après vous, que le Figaro et Le Monde (pourtant votre grand ennemi…) parlent de ce sujet, ce ne serait « pas insignifiant ».
    Mais si c’est France Inter…ô l’horreur….(Pourtant, il me semble que c’est votre « copain » Sarko qui a nommé son Directeur….)

    Vous souhaitez pourtant connaître la position de la Direction Générale de l’Aviation Civile. Eh bien le Directeur Général, je vous le répète, s’est exprimé au journal de 13h ce mercredi 23 septembre.
    Et donc, ça ne vous intéresse pas.
    Dont acte Cher Berdepas !

    jf.

    J'aime

  6. J’ose espérer, Cher Berdepas, que vous aurez entendu à l’instant le Directeur Général de l’Aviation Civile, le Secrétaire National du Syndicat National des Controleurs du Trafic Aérien et le communiqué du Syndicat National des Pilotes de Ligne sur France Inter.
    Si cependant vous avez manqué cet épisode du fin fond de l’Espagne, vous vous rendez sur le site de cette radio, site sur lequel vous pourrez réécouter le journal de 13h…

    Allez, continuez de lire votre journal favori « le Figaro »…

    jf.

    J'aime

  7. Y’avait longtemps…..
    Les attaques contre les Contrôleurs sont récurrentes.
    Et bien entendu vous avez sauté sur l’occase..
    Maintenant, je n’ai pas encore compris où se trouvent les dangereuses pratiques des « aiguilleurs du ciel »…
    A quand donc remonte un accident aérien provoqué par un aiguilleur du ciel en France ????

    Bonne journée.

    jf.

    J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.