La mémoire des borgnes…


Intéressant débat dans le « figaro.fr » de ce jour entre Jean-Claude Gayssot, Communiste, auteur d’une Loi sanctionnant pénalement le « négationisme », et Françoise Chandernagor Historienne et écrivain.

http://www.lefigaro.fr/lefigaromagazine/2008/10/11/01006-20081011ARTFIG00108–faut-il-legiferer-sur-l-histoire-.php

L’objet de ce dialogue concerne le rôle du Parlement en matière de « législation mémorielle ».

Je relève ce propos de François Chandernagor, quasiment iconoclaste pour tout ceux qui, convaincus après Marx que « l’Histoire a un sens « , voudraient lui en trouver un à tout prix….quitte à tordre les faits dans le sens qui convient à leurs convictions idéologiques.

 Jean-Claude Gayssot, lui, prétend que « la loi Gayssot n’est pas une loi sur l’histoire, elle condamne la négation d’un fait jugé. Quant à la loi Taubira, que je comprends comme intégrant la dette imprescriptible que l’on a vis-à-vis des peuples d’Afrique concernés par la traite, elle permet de montrer l’importance positive pour l’humanité de l’abolition de l’esclavage, légitimé à l’époque par des théories assimilant les esclaves à des sous-hommes. Ce danger existe toujours. C’est ainsi que le prix Nobel James Watson affirme sans sourciller l’infériorité génétique des Noirs. »

Françoise Chandernagor considère au contraire, qu’ en France, un tel propos tomberait sous le coup des lois sur le racisme et non pas de la loi Taubira laquelle, en revanche, a fait vivre un cauchemar à un universitaire reconnu, Olivier Pétré-Grenouilleau, qui avait écrit un livre sur les traites négrières. Sans dissimuler en rien la responsabilité occidentale, il avait étudié l’ensemble des traites. Mais osant évoquer la traite arabe et la traite interafricaine, il a été attaqué en vertu de la loi Taubira et accusé de « banaliser » un crime contre l’humanité. Depuis, nous avons eu les lois sur le génocide arménien de 1915, sur la France coloniale, et il y a des projets parlementaires sur le génocide ukrainien de 1932, sur le génocide vendéen de 1793, etc. A quand le procès des croisés et l’Histoire entière revue à l’aune de nos actuels critères moraux ou communautaristes ?

J’avais évoqué ce sujet dans un de mes précédents billets et dénoncé les dérives d’une « instrumentalisation politique » de l’Histoire, par des prétendus historiens « engagés » dont certains sont hémiplégiques et d’autres sont borgnes.

 Ainsi, selon eux, il n’est rien de plus inconvenant que de mettre sur les deux plateaux d’une même balance l’horreur des « stalags » et celle des « goulags ».

Et, comme on le perçoit ci-dessus, il n’est pas « politiquement correct » de laisser entendre que l’esclavage n’a pas été une exclusivité des puissances européennes, et que si celles-ci ont renoncé depuis longtemps à ces pratiques honteuses, il est d’autres « puissances » qui ne se privent pas de perpétuer leurs « traditions » dans ce domaine….. 

En conséquence, je ne puis qu’approuver le point de vue de Françoise Chandernagor !!!

 A lire, avec circonspection, l’ouvrage courageux de Malek Chebel:

 

5 réflexions au sujet de « La mémoire des borgnes… »

  1. @Jacques:
    Je savais que Françoise Chandernagor était la fille d’un Ministre des premiers Gouvernements de Mitterrand. Elle a écrit plusieurs romans historiques qui ont été des succès de librairie.
    Pourquoi « avec circonspection », s’agissant de la lecture du livre de Malek Chebel ???
    Marc a répondu à ma place. Mais cela n’enlève rien à l’intérêt et à la valeur de cet ouvrage. J’ai souvent loué dans de précédents billets, le courage de Malek Chebel, qui, bien que Musulman, n’hésite pas à prendre des positions iconoclastes sur l’interprétation du Coran, en tant que « Livre Sacré ».

    J'aime

  2. En complément de votre billet ci-dessus:

    Malek
    de Janine Boissard

    Date de Parution : 01/10/2008
    Collection : Littérature Française
    Prix public TTC : 18,90 €
    Code ISBN / EAN : 9782213633787 / hachette : 3536232
    Format (153 x 235)
    Nombre de pages : 286

    ——————————————————————————–

    Malek est un petit garçon qui ne peut compter que sur lui-même. Très vite, le destin lui arrache son père et dépouille sa famille de ses terres et de son honneur. Il ne reste que l’école, le travail. Cent fois sujet au doute et à l’abattement, cent fois Malek fait le choix de la connaissance et de la liberté, de l’amour d’autrui et de l’amour du beau.
    Malek est un petit héros. Il deviendra un humaniste.
    Romancière de l’enfance et de l’adolescence, Janine Boissard était née pour raconter cette vie pétrie d’espoir et de volonté. Une histoire si belle qu’elle pourrait être un conte. Et qui est pourtant une histoire vraie.

    jf.

    J'aime

  3. Je pense aussi qu’il faut lire le livre de Malek Chebel,il est passionnant.
    Malek Chebel fait un constat implacable de l’esclavage passé et actuel dans les pays musulmans.
    Mais il prend bien garde d’exonérer le Coran de ces pratiques.
    Je le cite: »Sur les seuls 25 versets du Coran qui concernent l’esclavage,presque tous penchent du côté de l’affranchissement. »
    Malek Chebel est musulman pratiquant,il sait que mettre en cause l’Islam n’est pas bon pour la santé.

    J'aime

  4. Votre billet est intéressant.
    Pour l’anecdote, Françoise Chandernagor est la fille d’un ancien Ministre de M. Mitterrand.

    Quant à Malek Chebel, pourquoi nous conseillez-vous de le lire « avec circonspection » ?

    jf.

    J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.